Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 18 Avr 2019 - 08:42
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24795
Localisation: Hyères
NAFLD et NASH : enfin des données en population française
Corinne Bonny (Clermont-Ferrand) & Bertrand Hanslik (Montpellier)



https://www.youtube.com/watch?v=69uf9e12xco

Consulter le poster officiel :

https://www.postersessiononline.eu/1735 ... LC2019.pdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Avr 2019 - 16:18
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24795
Localisation: Hyères
Le médicament expérimental NASH échoue dans une étude en phase avancée

Selonsertib n'a pas amélioré davantage la fibrose hépatique qu'un placebo.

Selonsertib, l'un des traitements expérimentaux de Gilead Sciences pour la stéatohépatite non alcoolique (NASH), n'a pas réussi à surperformer un placebo lorsqu'il était utilisé en tant que traitement autonome dans un essai clinique de phase III, selon un communiqué de la société.

Selonsertib se joint à une liste croissante de médicaments candidats pour le traitement de la stéatose hépatique qui ne fonctionne pas bien tout seul; Cependant, certains peuvent encore présenter un potentiel en tant que composants d'un traitement d'association.

La stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) et sa forme plus sévère, la NASH, sont responsables d’une proportion croissante de maladies hépatiques avancées. L' accumulation de graisse dans le foie déclenche une inflammation qui peut, avec le temps, conduire au développement de tissu cicatriciel (fibrose), de cirrhose (cicatrisation grave) et de cancer du foie. En l'absence de thérapies approuvées efficaces, la gestion de la maladie repose actuellement sur des changements de mode de vie, tels que la perte de poids et l'exercice.

Après avoir conquis le marché de l'hépatite C avec ses antiviraux à action directe - et constatant une baisse des revenus alors que de plus en plus de personnes atteintes d'hépatite C sont guéries et que d'autres sociétés ont mis au point des médicaments concurrents - Gilead s'attaque fortement à la stéatose hépatique.

Selonsertib est un inhibiteur de la kinase de régulation du signal de l'apoptose (ASK1), qui favorise l'inflammation, la mort cellulaire et la fibrose.

L’essai de phase III STELLAR-3 a évalué selonsertib en tant que traitement autonome chez les personnes atteintes de fibrose de ponte liée au stade F3, liée à la NASH, stade avancé de la cicatrisation du foie et ne présentant pas une cirrhose. Auparavant, l’essai STELLAR-4 avait montré que l’administration de selonsertib ne fonctionnait pas mieux qu’un placebo chez les patients atteints de cirrhose au stade F4 liée à la NASH.

STELLAR-3 comprenait 802 participants randomisés pour recevoir 6 mg ou 18 mg de selonsertib ou un placebo pris par voie orale une fois par jour pendant cinq ans au maximum.

Les principaux critères d'évaluation de l'étude étaient la proportion de personnes ayant constaté une amélioration d'au moins un stade de la fibrose sans aggravation de la NASH après 48 semaines. La proportion de patients ayant eu une résolution de NASH sans aggravation de la fibrose était un critère d'évaluation secondaire.

Après 48 semaines de traitement, 12,1% des personnes traitées avec la dose la plus faible de selonsertib et 9,3% de celles ayant reçu la dose la plus élevée présentaient une amélioration de la fibrose d'au moins un stade. Ces pourcentages ne différaient pas significativement de ceux du groupe placebo, soit 13,2%, ce qui signifie que les différences pourraient être attribuables au hasard.

Selonsertib était généralement bien toléré et les résultats de sécurité correspondaient aux études précédentes, selon le communiqué de presse de Gilead. La société a indiqué qu’elle s’efforce maintenant de conclure l’essai «d’une manière compatible avec les meilleurs intérêts de chaque patient».

«Nous espérions obtenir des résultats différents du programme STELLAR, mais nous restons déterminés à développer des traitements très efficaces pour les patients atteints de fibrose avancée due à la NASH», a déclaré le directeur scientifique de Gilead, John McHutchison, MD. "Nous pensons qu'un traitement efficace contre la NASH nécessitera en définitive une approche combinée ciblant des voies distinctes impliquées dans la pathogenèse de cette maladie."

L’ essai de phase II ATLAS évalue actuellement selonsertib dans différentes combinaisons avec deux autres médicaments candidats de Gilead agissant sur différentes voies impliquées dans la NASH: le cilofexor, agoniste du récepteur du farnésoïde X non stéroïdien (GS-9674) et le firsocostat, inhibiteur de l’acétyl-CoA carboxylase (GS- 0976). Le récepteur farnésoïde X régule la synthèse des acides biliaires et joue un rôle dans le métabolisme des lipides, alors que l'acétyl-CoA carboxylase est impliquée dans la lipogenèse de novo, ou conversion des glucides en acides gras dans le foie.

https://www.gilead.com/news-and-press/p ... titis-nash

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
divingbrowndock
Sujet du message:   MessagePosté le: 24 Mai 2019 - 12:40
Hépatant(e)
Hépatant(e)


Inscrit le: 16 Mai 2019
Messages: 14

Embarassed i am new here and want to learn
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 26 Mai 2019 - 17:43
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24795
Localisation: Hyères
La santé de 200 000 volontaires suivie par l’Inserm

Objectif atteint : 200 000, c’est le nombre de personnes vivant en France qui ont rejoint la cohorte Constances depuis 2012. Un record inégalé qui fait de Constances le plus important projet de recherche d’épidémiologie et de santé publique en France, qui n’a que peu d’équivalents au niveau international.

Réalisée en partenariat avec l’Inserm, la Caisse nationale d’assurance maladie, la Caisse nationale d’assurance vieillesse les universités de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et de Paris Descartes, Constances a pour objectif de suivre la santé des volontaires sur le long terme afin de mieux comprendre les facteurs qui l’influencent comme l’alimentation, l’environnement, les conditions de travail, etc.

Constances est une infrastructure de recherche financée dans le cadre des programmes d’investissement d’avenir.

NASH : près d’un français sur 5 concerné
La stéatose métabolique (ou maladie du foie gras)


et plus particulièrement la NASH, est une maladie hépatique émergente associée à l’épidémie d’obésité et de diabète dans le monde, et susceptible d’évoluer vers la cirrhose et le cancer du foie. A partir de la cohorte Constance, les chercheurs ont déterminé à l’aide de marqueurs indirects que la prévalence de la stéatose métabolique était de 18,2% dans la population adulte française, dont 2,6% avec une maladie hépatique avancée, qu’elle était deux fois plus fréquente chez l’homme que chez la femme et qu’elle augmentait avec l’âge. Il existait une relation inverse avec le niveau socio-économique, ainsi qu’un gradient Nord Sud.

L’obésité et le diabète sont des facteurs de risque majeurs. L’étude de l’impact de la stéatose métabolique et de la NASH sur la morbi-mortalité dans la population générale française est en cours.

https://presse.inserm.fr/la-sante-de-20 ... erm/34933/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 26 Mai 2019 - 17:45
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24795
Localisation: Hyères
Des scientifiques identifient une nouvelle cible thérapeutique pour la maladie du foie gras



- Une étude préclinique met en évidence un nouveau traitement contre la maladie du foie gras, qui touche près de 25 % de la population mondiale. - L'inhibition des signaux de l'interleukine 11 (IL11) traite de nombreux aspects de la stéatohépatite non alcoolique (NASH), dont l'inflammation hépatique et la fibrose. - Enleofen va mener un essai clinique de phase 1 pour évaluer un traitement innovant reposant sur des anticorps inhibiteurs de l'IL11. SINGAPOUR, 23 mai 2019 /PRNewswire/ -- Enleofen Bio (« Enleofen ») a annoncé aujourd'hui la publication de données prometteuses issues d'une étude préclinique portant sur un nouveau traitement ciblant une forme sévère de stéatose hépatique. Les données ont été publiées dans Gastroenterology, la principale revue scientifique sur les maladies du foie et des intestins. Le traitement à l'étude préclinique est un traitement par anticorps inhibiteur de l'interleukine 11 (IL11) qui traite de nombreux aspects de la stéatohépatite non alcoolique (NASH), dont l'inflammation hépatique et la fibrose. L'étude a été dirigée par les cofondateurs d'Enleofen, le professeur Stuart Cook et le professeur adjoint Sebastian Schäfer, et menée avec une équipe internationale de scientifiques de la Duke-NUS Medical School (« Duke-NUS ») et du National Heart Center Singapore (« NHCS »).

« Les données de cette étude préclinique suggèrent que la stratégie d'inhibition des signaux de l'IL11 d'Enleofen pourrait être efficace dans le traitement de ce type de maladie hépatique courante mais actuellement incurable, même à un stade avancé », a déclaré le Dr Stuart Cook. Les chercheurs ont découvert que le taux d'IL11 était élevé dans le foie des patients atteints de NASH. D'autres études ont clairement montré que les cellules hépatiques commencent à produire de l'IL11 dès que le foie est chargé en graisse. L'IL11 déclenche ensuite des dommages au niveau des hépatocytes et favorise l'inflammation et la fibrose. Des anticorps neutralisant les signaux de l'IL11 ont été administrés à plusieurs modèles précliniques de stéatohépatite non alcoolique et ont efficacement bloqué le cercle vicieux de la maladie, avec de puissants effets thérapeutiques. Stopper les lésions du foie est très difficile et c'est l'un des points forts de ce nouveau traitement. L'étude a également montré que, à mesure que le foie se rétablissait, le profil métabolique global s'améliorait également, comme l'indique l'abaissement des taux de cholestérol et de glucose dans le sang pendant le traitement.

Cela met en évidence l'importance centrale du foie dans les maladies métaboliques et suggère que les traitements d'Enleofen pourraient fournir une approche globale pour traiter de multiples problèmes de santé chez les personnes diabétiques et obèses souffrant d'une maladie du foie. « L'IL11 en tant que cible thérapeutique a reçu peu d'attention, mais nous avons constaté qu'elle joue un rôle central dans cette maladie du foie », a ajouté le Dr Sebastian Schäfer. « Nous sommes impatients de valider cette stratégie dans un essai clinique de phase 1. » La maladie du foie gras touche une personne sur quatre dans le monde et est plus répandue chez les personnes obèses et diabétiques. Elle peut évoluer en une stéatohépatite non alcoolique, qui se caractérise par une inflammation du foie, une fibrose et un risque accru d'insuffisance hépatique. La stéatohépatite non alcoolique provoque de la fatigue, des douleurs abdominales, des démangeaisons de la peau, des nausées et elle peut à terme conduire à une cirrhose ou à un cancer. Il n'y a actuellement aucun traitement approuvé pour la stéatohépatite non alcoolique.

https://www.lelezard.com/communique-18774929.html

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Mai 2019 - 10:19
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24795
Localisation: Hyères


https://www.journal-of-hepatology.eu/ar ... 0/fulltext

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 06 Jn 2019 - 13:16
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24795
Localisation: Hyères
Essai de phase 2 d'élafibranor pour le lancement de la composition lipidique hépatique de la NAFLD

Selon un communiqué de presse, Genfit a lancé un essai de phase 2 visant à évaluer l'effet d'Elafibranor sur la composition en lipides hépatiques chez les patients atteints de stéatose hépatique non alcoolique.

En outre, un essai de phase 3 est en cours pour étudier la possibilité d' éliminer la stéatohépatite non alcoolique chez elafibranor sans aggraver la fibrose.

«Au cours des 20 années de recherche de Genfit, nous avons constaté que la combinaison synergique de PPAR alpha et delta avait un impact pléiotropique, ce qui se traduisait par des avantages pour de nombreuses caractéristiques du NAFL et de la NASH», a déclaré Dean Hum, PhD, directeur de l'exploitation et scientifique. officier de Genfit a déclaré dans le communiqué. «L’avantage significatif est dû en grande partie aux effets pluripotents sur la cascade de maladies, notamment la conduite d’une activité hépatique dirigée sur la cible au niveau des hépatocytes, permettant une oxydation accrue des acides gras, réduisant ainsi les dommages au foie

Le précédent essai de phase 2b d’élafibranor pour NASH avait montré des effets bénéfiques sur les lipides cardiométaboliques, le métabolisme du glucose et un profil de tolérance et de tolérance favorable.

La prochaine étude de phase 2 randomisée et contrôlée portera sur 16 patients atteints de la NAFLD identifiée par spectroscopie à résonance magnétique. L'objectif principal est les effets d'un traitement quotidien de 120 g pendant 6 semaines par rapport au placebo sur les modifications de la composition lipidique hépatique. Les mesures secondaires comprennent le métabolisme des lipides, les marqueurs inflammatoires et la fonction hépatique.

"Les données que Genfit générera à partir de cet essai seront utiles pour définir la relation entre les différents types de lipides et leurs rôles" , a déclaré Vlad Ratziu , MD, des Hôpitaux universitaires Pitié Salpêtrière à Paris, en France. «MRI-PDFF est un outil informatif utilisé pour traiter la quantité de graisse, mais il est toujours incapable de différencier les acides gras saturés des acides gras insaturés, qui produisent tous des résultats physiopathologiques différents. C'est pourquoi l'utilisation de H-MRS est importante pour obtenir des informations précieuses sur la qualité de la graisse intrahépatique. "

https://www.genfit.fr/wp-content/upload ... sition.pdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 11 Jn 2019 - 17:13
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24795
Localisation: Hyères
Tirzepatide améliore les marqueurs des conditions métaboliques, y compris la NASH

Eli Lilly a présenté les données de plusieurs études portant sur le tirzépatide, un agoniste expérimental du polypeptide inhibiteur gastrique double et du récepteur du peptide 1 glucagonlike, qui a montré son potentiel pour traiter les affections métaboliques, notamment le diabète de type 2 et la stéatohépatite non alcoolique.

"Nous sommes ravis du potentiel de tirzepatide pour avoir un impact important sur les personnes atteintes de diabète de type 2 et d'autres maladies, notamment l'obésité et la NASH" , a déclaré Brad Woodward, MD, leader mondial du développement chez Lilly, dans un communiqué. «Les résultats de tirzepatide observés lors des essais en phase initiale et intermédiaire ouvrent la voie à nos vastes programmes de phase 3, renforcent notre engagement à poursuivre les recherches parmi différentes populations et soutiennent son potentiel de réponse à un besoin de traitement non satisfait.

À partir des études de phase 2, le tirzépatide a amélioré les marqueurs de la fonction des cellules bêta et de la sensibilité à l'insuline chez les patients atteints de diabète de type 2, ainsi qu'un impact positif constant sur le contrôle de la glycémie (réduction de l'HbA1c jusqu'à 2%) et la perte de poids (jusqu'à 5,7 kg), tout en améliorant la tolérance. avec des augmentations de doses.

Les résultats d’une sous-analyse ont également montré que le traitement par tirzépatide entraînait une amélioration des marqueurs liés à la NASH.

Les effets indésirables liés au traitement étaient d'intensité légère à modérée et, dans l'ensemble, moins fréquents que dans les études précédentes. Les taux d’arrêt du traitement pour événements indésirables étaient inférieurs à 5% par rapport au placebo.

https://www.prnewswire.com/news-release ... 64215.html

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 12 Jn 2019 - 09:28
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24795
Localisation: Hyères
Journée internationale de la NASH

https://www.journee-mondiale.com/522/jo ... a-nash.htm

Elle est plus connue sous sous le nom de "maladie du soda" ou "maladie du foie gras". En réalité, son vrai nom est "Nash", acronyme anglophone de Non-Alcoholic Steatohepatitis. Longtemps sous-estimée, cette inflammation du foie au nom scientifique de "stéatohépatite non-alcoolique" fait de plus en plus parler d'elle, si bien qu'une journée mondiale lui est consacrée le 12 juin. Car la Nash, pourrait devenir, selon les scientifiques "la maladie du siècle voire la prochaine épidémie mondiale".

Maladie silencieuse, elle ne se détecte souvent qu'à un stade avancé. S'il n'y a pas de symptômes, il y a en revanche des facteurs de risque qui doivent inciter à se faire dépister. "Surpoids, diabète, hypertension sont autant de cibles pour la NASH, détaille le Dr Marc Bourlière, chef du service d'hépato-gastroentérologie à l'hôpital Saint-Joseph. Notre mode de vie favorise son apparition. En plus d'augmenter les risques de cirrhose, de cancer du foie ou de maladies cardiovasculaires, voire de diabète, la Nash pourrait même devenir la première cause de greffe du foie. Aux États-Unis, c'est l'une des premières indications de transplantation hépatique."

À l'heure actuelle, il n'existe aucun traitement pour guérir de la Nash. Mais, parmi les nombreuses recherches thérapeutiques en cours à travers le monde, "les résultats des premières études cliniques sont très encourageants, souligne le Dr Bourlière. Même si on ne peut pas guérir de cette maladie juste en changeant son mode de vie, la prise en charge thérapeutique est une conjonction de plusiers facteurs : diététique, diminution du poids et éventuellent la chirurgie bariatrique. Si les gens perdent plus de 10 % du poids du corps, ils amélioreront leur fonction hépatique à 5 ans."

En France, 118 000 patients sont suivis. En Paca, avec 7 % de la population touchée, on est loin des 22 % des régions du nord. Sans compter que 61 % des patients diabétiques de type 2 développeront la maladie du "Soda".

https://www.corsematin.com/article/arti ... hme-de-vie

Mieux connaître la NASH

https://www.international-nash-day.com/ ... e-la-nash/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 14 Jn 2019 - 15:34
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24795
Localisation: Hyères
NASH DAY, LES MÉDICAMENTS SONT DÉJÀ LÀ … MAIS PAS ACCESSIBLES !



https://www.youtube.com/watch?time_cont ... jFexSKZT68



http://www.soshepatites.org/nash-day-le ... cessibles/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 28 Jn 2019 - 08:29
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24795
Localisation: Hyères
Emricasan ne répond pas au critère d'évaluation principal dans l'essai clinique NASH-cirrhose

Selon un communiqué de presse de Conatus Pharmaceuticals, Emricasan n’a pas atteint ses critères d’essai primaires de phase 2b chez les patients atteints de cirrhose décompensée liée à la stéatohépatite non alcoolique. La société a également indiqué qu’elle interrompait le traitement des patients inscrits.

«Nous avons conçu le programme ENCORE pour donner à emricasan l'occasion de réaliser son potentiel grâce à une série d'essais cliniques adaptés à des populations de patients spécifiques englobant un large éventail de maladies chroniques du foie», Steven J. Mento , président, PDG et cofondateur de Conatus , a déclaré dans le communiqué. "Nous sommes déçus qu'emricasan n'ait pas répondu aux attentes établies dans les études précliniques et cliniques antérieures, mais nous sommes convaincus que les essais ENCORE ont fourni une évaluation juste du manque d'efficacité d'Emricasan chez ces patients."

L'essai randomisé ENCORE-LF de contrôle a porté sur 217 patients ayant reçu 5 mg ou 25 mg d'émricasan ou de placebo deux fois par jour pendant au moins 48 semaines. Le critère d'évaluation principal de la survie sans événement - défini comme un composite de mortalité toutes causes confondues, de nouveaux événements de décompensation ou d'une progression du score MELD de 4 points ou plus - n'était pas significativement différent entre les groupes sous traitement et sous placebo.

En outre, Conatus a annoncé que les résultats d'une prolongation de 24 semaines de l'essai ENCORE-PH phase 2b étaient cohérents avec ceux de la période de traitement initiale de 24 semaines au cours de laquelle les patients atteints de NASH et de cirrhose compensée ou décompensée et d'hypertension portale sévère changement significatif du gradient de pression veineux hépatique moyen par rapport au placebo.

«Nous remercions sincèrement les patients, les chercheurs principaux, les collaborateurs, les fournisseurs de services et les investisseurs qui ont permis le développement d’emricasan», a déclaré David T. Hagerty, MD, vice-président exécutif du développement clinique chez Conatus. «Nous espérons que les communautés scientifique et clinique s'appuieront sur les connaissances acquises grâce à ces efforts pour continuer à rechercher de nouvelles alternatives de traitement pour les maladies chroniques du foie.»

Conatus a déclaré que la société continuerait à travailler avec son partenaire Novartis pour veiller à ce que toutes les obligations restantes liées au programme emricasan soient remplies.

https://ir.conatuspharma.com/press-rele ... -encore-ph

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 28 Jn 2019 - 08:32
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24795
Localisation: Hyères
Zydus termine son inscription à l'essai clinique de Lipaglyn pour NAFLD, NASH

Selon un communiqué de presse, Zydus Cadila a achevé le recrutement des patients de son essai de phase 2 sur Lipaglyn pour le traitement de la stéatose hépatique non alcoolique .

Lipaglyn (saroglitazar magnésium) est une molécule expérimentale qui a démontré un mécanisme unique d’engagement de PPAR alpha et de PPAR gamma.

La société a recruté 104 patients atteints de NAFLD ou de NASH qui recevront 1 mg, 2 mg ou 4 mg de saroglitazar magnésium ou un placebo correspondant pendant 16 semaines. Le critère d'évaluation principal sera le pourcentage de changement du taux d'alanine aminotransférase sérique par rapport au départ à la 16e semaine par rapport au placebo.

De plus, les chercheurs évalueront l' évolution de la teneur en graisse du foie mesurée par imagerie par résonance magnétique ainsi que par plusieurs autres paramètres secondaires.

«C’est une étape majeure de notre processus d’innovation et nous espérons faire état des résultats de cet essai d’ici la fin de l’année» , a déclaré Pankaj R. Patel, président de Zydus, dans le communiqué. «Conformément à notre mission de créer des communautés plus saines et plus heureuses, nous nous sommes engagés à développer ce médicament pour des millions de patients souffrant de NASH, un besoin de soins de santé non satisfait."

https://www.healio.com/hepatology/steat ... nafld-nash

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 05 Jl 2019 - 11:45
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24795
Localisation: Hyères
EASL 2019 : Stéatopathies métaboliques
Pr Victor DE LÉDINGHEN (Bordeaux) - Pr Jean-Pierre BRONOWICKI (Nancy)



https://youtu.be/qr9jaDgQGNQ

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 09 Jl 2019 - 15:38
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24795
Localisation: Hyères



NAFLD/NASH : données PMSI en France et en Allemagne
BOURSIER J, ANGERS, EASL 2019, ABS. PS-059 ACTUALISÉ














Prévalence de la NAFLD chez les patients diabétiques de type 2
YOUNOSSI Z, ETATS-UNIS, EASL 2019, ABS. THU-437 ACTUALISÉ






Diagnostic non-invasif de la NASH par le score FAST
BOURSIER J, ANGERS, EASL 2019, ABS. PS-201 ACTUALISÉ








Cinétique du FIB-4 chez les patients diabétiques
PARLATI L, PARIS, EASL 2019, ABS. PS-204 ACTUALISÉ












L’élasticité hépatique prédit la survie et les complications au cours de la NAFLD
SHILI-MASMOUDI S, BORDEAUX, EASL 2019, ABS. SAT-288 ACTUALISÉ








_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 09 Jl 2019 - 15:58
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24795
Localisation: Hyères
b]Cibles thérapeutiques de la NAFLD et molécules « anti-métaboliques », « anti-inflammatoires » et « anti-fibrosantes »[/b]
EASL 2019; CLIN GOV 11 AVRIL 2019; CLIN GOV 10 AVRIL 2019










Acide obéticholique : une première étude de phase 3 positive dans la NASH
YOUNOSSI Z, ETATS-UNIS, EASL 2019, ABS. GS-06 ACTUALISÉ
















Améliorer la perméabilité intestinale : une piste dans le traitement de la NASH
KESSOKU T, JAPON, EASL 2019, ABS. GS-01 ACTUALISÉ











_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 11 Jl 2019 - 08:23
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24795
Localisation: Hyères
Un soda par jour, c’est déjà un de trop

Une étude de l’Inserm, révélée par Le Parisien mardi 9 juillet 2019, démontre que boire ne serait-ce que 33cl, soit une canette, de soda au quotidien est néfaste pour le foie.

On le sait, les boissons gazeuses sont mauvaises pour la santé. On a vu ces images qui montrent les piles de morceaux de sucre contenues dans une seule canette. On les a bien identifiées parmi les causes de l’obésité, du diabète ou encore des maladies cardiaques. Mais ce que l’on sait moins, c’est qu’elles peuvent être à l’origine de la maladie dite de NASH, cette inflammation du foie provoquée par une alimentation trop grasse ou trop sucrée, surnommée d’ailleurs la maladie du soda. Et ce qui est particulièrement inquiétant, comme le révèle pour la première fois une étude de l’Inserm rapportée par Le Parisien, c’est qu’il en faut très peu pour nuire à notre organisme.

"Désormais, on sait qu’une consommation de 33 centilitres par jour met en danger le foie", indique ainsi, selon le quotidien, Lawrence Serfaty, chef du service hépatologie du CHU de Strasbourg. "Avant, nous n’avions que des estimations", précise celui qui co-organise le congrès NASH, qui se déroulera les 11 et 12 juillet prochains dans la capitale. La maladie, dont a notamment été atteint le célèbre chroniqueur sportif Pierre Ménès, affecte pas moins d’1 Français sur 5 d’après l’étude menée par les chercheurs, soit près de 7,8 millions de citoyens dans l’Hexagone.

"La prochaine épidémie mondiale"

"Deux fois plus fréquente chez l’homme (25,8%) que chez la femme (11,4%)", souligne-t-elle, "elle augmente avec l’âge". Et "la NASH concerne 79,1% des obèses et 62,4% des diabétiques", poursuit le document. Interrogé par Franceinfo, le Professeur Serfaty signale par ailleurs que ses patients viennent parfois le voir "à un stade avancé de la maladie, à un stade de cirrhose ou de cancer du foie" alors qu’ils "ne boivent pas d’alcool". Et de constater : "On se rend compte que chez eux la consommation de soda est importante." Pour lutter contre ce qui est en outre jugé comme étant "la prochaine épidémie mondiale" par les chercheurs, le conseil du médecin est simple : éliminez les boissons gazeuses sucrées de votre régime.

https://news.sfr.fr/actualites/societe/ ... -trop.html

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 12 Jl 2019 - 18:32
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24795
Localisation: Hyères
PARIS NASH MEETING… SOSH EST PRÉSENT…




http://www.soshepatites.org/paris-nash- ... t-present/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 15 Jl 2019 - 10:01
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24795
Localisation: Hyères
L'aspirine peut réduire la fibrose chez les personnes atteintes de la maladie du foie gras

Selon une étude, les personnes prenant quotidiennement de l’aspirine présentaient un risque moins élevé de NASH et une cicatrisation hépatique avancée.

Selon une étude récente, les personnes souffrant de stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) prenant régulièrement de l'aspirine présentaient moins de lésions hépatiques graves, ainsi qu'un risque moins élevé de progression vers la stéatohépatite non alcoolique (NASH) et de fibrose avancée.

La NAFLD et sa forme la plus sévère, la NASH, sont responsables d’une proportion croissante d’affections hépatiques avancées. L' accumulation de graisse dans le foie déclenche une inflammation qui peut, avec le temps, conduire au développement de tissu cicatriciel (fibrose), de cirrhose (cicatrisation grave) et de cancer du foie. Il n'existe actuellement aucun traitement approuvé efficace et la gestion repose sur des changements de style de vie tels que la perte de poids et l'exercice.

Comme décrit dans Clinical Gastroenterology and Hepatology, Tracy Simon, MD, du Massachusetts General Hospital, et ses collègues ont étudié l'effet de l'aspirine sur la fibrose chez les personnes atteintes de stéatose hépatique non alcoolique.

Cette étude de cohorte prospective a inclus 361 adultes atteints de stéatose hépatique chronique confirmée par biopsie du foie. Environ 55% étaient des femmes et environ 80% étaient de race blanche. Les utilisateurs quotidiens d'aspirine étaient en moyenne plus âgés que les utilisateurs non réguliers (60 ans par rapport à 48 ans). Beaucoup d'entre eux avaient des troubles associés au syndrome métabolique, notamment le diabète, l'hypertension et des taux élevés de lipides sanguins. Un peu plus du tiers prenaient des statines pour gérer leur taux de cholestérol.

Les participants ont été suivis de 2006 à 2015 et ont subi des examens tous les trois à 12 mois afin de rechercher une fibrose avancée nouvellement développée à l'aide de divers indices de biomarqueurs (Fibrose 4, score de fibrose NAFLD et rapport aspartate aminotransférase / plaquette ou APRI).

À chaque visite, on leur demandait depuis combien de temps et depuis combien de temps ils utilisaient de l'aspirine et des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Au début de l'étude, 151 participants ont déclaré utiliser quotidiennement de l'aspirine, ce qui est recommandé pour réduire le risque de maladie cardiovasculaire.

Au début de l'étude, les utilisateurs quotidiens d'aspirine étaient 30% moins susceptibles de souffrir de NASH et environ deux fois moins susceptibles de présenter une fibrose par rapport aux utilisateurs non réguliers, après ajustement en fonction des autres facteurs.

Parmi les 317 personnes qui présentaient une fibrose absente (stade F0) à modérée (stade F2) au départ, 27% ont développé une fibrose avancée au cours du suivi. Les utilisateurs quotidiens d'aspirine avaient 37% moins de risque de progression vers une fibrose avancée que les utilisateurs non réguliers; cette différence était statistiquement significative, ce qui signifie qu'elle n'était probablement pas motivée par le hasard. Les chercheurs ont noté que ces résultats étaient cohérents chez les femmes et les hommes.

L'association semblait être dépendante de la durée, avec une réduction significative du risque chez ceux qui utilisaient régulièrement de l'aspirine pendant au moins deux ans et le plus grand avantage observé chez ceux qui le faisaient depuis au moins quatre ans. En revanche, l'utilisation d'autres AINS n'a pas été associée à une modification significative du risque de fibrose avancée.

Les chercheurs ont discuté de certains mécanismes potentiels pouvant expliquer ce lien. Dans des études sur des souris, les plaquettes activées, responsables de la coagulation du sang, stimulent directement les cellules étoilées du foie qui produisent le tissu cicatriciel de la fibrose, et l’aspirine inhibe l’activité plaquettaire. De plus, l'aspirine inhibe la COX-2 et les prostaglandines, qui accompagnent la progression de la NASH et favorisent la formation de gouttelettes lipidiques dans le foie. L'aspirine atténue également l'inflammation. En guise de mise en garde, ils ont averti que le bénéfice potentiel de l'aspirine doit être mis en balance avec un risque accru de saignement, qui préoccupe déjà les personnes atteintes d'une maladie hépatique avancée.

"Dans une étude prospective sur des patients atteints de stéatose NAFLD prouvée par biopsie, l'utilisation quotidienne d'aspirine était associée à des caractéristiques histologiques moins sévères de stéatose NAFLD et NASH, ainsi qu'à un risque plus faible de progression progressive de la fibrose", ont conclu les auteurs de l'étude.

https://www.cghjournal.org/article/S154 ... 8/fulltext

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 16 Jl 2019 - 08:17
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24795
Localisation: Hyères
La NASH, ce n’est pas que l’affaire des hépatologues !

A l'occasion de la 5e édition du Paris Nash Meeting lui se tiendra les 11 et 12 juillet à l’Institut Pasteur à Paris, en partenariat avec l’AFEF (Société française d’hépatologie) et la SFD (Société francophone du diabète), le Pr Lawrence Serfaty (hôpital de Hautepierre, Strasbourg), rappelle l'importance de dépister la NASH, une maladie hépatique de cause métabolique émergente.

La recrudescence du nombre de patients atteints de NASH, ou stéatose hépatique non alcoolique, est directement corrélée à la prévalence en augmentation de l’obésité et du diabète. La NASH concerne 79,1 % des obèses et 62,4 % des diabétiques. En France, dans la cohorte Constance, la prévalence de la stéatose métabolique est de 18,2 % dans la population adulte française, soit 7,83 millions de personnes dont 2,6 % avec une maladie avancée, soit plus de 200 000 personnes à haut risque de développer une cirrhose et/ou un cancer du foie.

Identifier la population à risque

Le CHU de Strasbourg a mis en place depuis un an un dépistage systématique des patients à risque, basé sur un test simple nommé FIB-4 (FIBROSIS-4). Il est calculé à l’aide de la formule prenant en compte l’âge, les transaminases et le nombre de plaquettes : FIB-4 = (âge x ASAT) / (plaquettes x √[ALAT]).

« Face à des patients obèses ou diabétiques, tous les médecins devraient systématiser le dépistage. Ce test est simple, non invasif, fiable. Lorsque le score est > 1,3, il existe un risque significatif de NASH et le patient devrait être adressé en consultation chez un hépatologue. Des calculateurs sont disponibles sur de nombreux sites Internet », a expliqué le Pr Lawrence Serfaty (hôpital de Hautepierre, Strasbourg).

Un rappel nécessaire des bonnes règles diététiques

L’occasion sans aucun doute de rappeler que le traitement de la NASH repose essentiellement sur les règles hygiéno-diététiques car aucun agent pharmacologique n’a été approuvé dans cette indication. Plusieurs études ont clairement indiqué que la perte de poids, par régime ou chirurgie bariatrique, permettait de faire disparaître les lésions de NASH et d’améliorer la fibrose, voire de faire régresser la cirrhose. Cependant, un régime efficace est suivi chez moins de 10 % des patients et la chirurgie bariatrique reste réservée à un petit sous-groupe de sujets obèses morbides.

Dans ce contexte, un grand nombre de nouvelles molécules pour le traitement de la NASH sont actuellement en cours de développement clinique. Leurs cibles thérapeutiques sont multiples : métabolique, antioxydante, anti-inflammatoire et/ou anti-fibrosante. « Une cinquantaine de nouvelles molécules sont en cours d’évaluation dans le traitement de la NASH dans le cadre de plus de 200 essais thérapeutiques à travers le monde, a affirmé l’hépatologue. Parmi les molécules les plus avancées en termes de développement, quatre sont évaluées dans le cadre d’essais de phase 3 : l’acide obéticholique (acide biliaire primaire de synthèse déjà utilisé dans la cholangite biliaire primitive), l’élafibranor (agoniste des PPAR), le selonsertib (inhibiteur de l’enzyme ASK1, premiers résultats décevants) et le cenicriviroc (inhibiteur de CCR2/CCR5). »

Source : Lequotidiendumedecin.fr

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 16 Jl 2019 - 13:10
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 24795
Localisation: Hyères
Encore une fois, Emricasan ne rapporte aucun avantage aux personnes atteintes de NASH

L'étude de Ematus de Conatus Pharmaceuticals sur le traitement de la stéatohépatite non alcoolique a révélé que le médicament n'avait aucun impact significatif.

L'émricasan de Conatus Pharmaceuticals a eu pour la deuxième fois un effet nul sur la stéatohépatite non alcoolique (NASH), stade avancé de la stéatose hépatique, dans le cadre d'un essai à mi-parcours. La société a annoncé qu'emricasan ne présentait aucun bénéfice lors des essais cliniques ENCORE-PH ou ENCORE-LF.

Comme indiqué lors du Congrès international du foie tenu en avril , les résultats d'une étude sur emricasan sur une période de 24 semaines indiquent une tendance à un manque d'efficacité du médicament pour le traitement de la NASH. Maintenant, Conatus a révélé les résultats de l'extension de 24 semaines de l'étude ENCORE-PH, qui indiquent encore une fois qu'emricasan n'a pas apporté de bénéfice significatif aux personnes atteintes de NASH.

L'essai ENCORE-PH de phase II, randomisé et à double insu, a inclus 263 personnes atteintes de NASH présentant une cirrhose du foie compensée ou décompensée précoce (cicatrisation hépatique sévère) et une hypertension portale sévère. Ils ont été répartis au hasard en quatre groupes, recevant 5 mg, 25 mg ou 50 mg d’emricasan ou un placebo deux fois par jour pendant 24 semaines.

ENCORE-PH n'a pas atteint ce que l'on appelle son critère d'évaluation principal, ce qui signifie que l'emricasan n'a pas eu d'effet sur le gradient de pression veineux hépatique moyen (HVPG) des participants, une mesure de l'hypertension portale. Les participants ont été autorisés à poursuivre l'étude pendant 24 semaines supplémentaires afin que les chercheurs puissent évaluer l'innocuité et la fonction hépatique du médicament à long terme, ainsi que d'autres résultats cliniques. Les résultats de la phase d'extension de l'étude correspondaient à la phase initiale.

La société a également annoncé les résultats de l'étude ENCORE-LF, qui ont abouti à des résultats tout aussi décevants. Cet essai clinique de phase IIb randomisé à double insu a inclus 217 personnes atteintes de cirrhose décompensée par la NASH. Ils ont été répartis au hasard en trois groupes, recevant 5 mg d’emricasan, 25 mg d’emricasan ou un placebo deux fois par jour pendant au moins 48 semaines.

L’essai visait principalement à déterminer l’effet d’emricasan sur un composite composé de décès de toute cause, de nouveaux événements de santé liés à la décompensation de la cirrhose ou à une progression au moins de 4 points du score du Modèle pour une maladie hépatique au stade final maladie de foie sévérité. L'étude n'a révélé aucune association entre emricasan et ces résultats.

ENCORE-PH et ENCORE-LF ont tous deux constaté que les mesures de sécurité de l'emricasan étaient compatibles avec 19 essais cliniques antérieurs. Le médicament était généralement bien toléré.

"Nous sommes déçus qu'emricasan n'ait pas répondu aux attentes établies dans les études précliniques et cliniques précédentes, mais nous sommes convaincus que les essais ENCORE ont fourni une évaluation juste du manque d'efficacité d'Emricasan chez ces patients", a déclaré le président et chef de la direction de Conatus, Steven J. Mento. dans un communiqué de presse.

https://ir.conatuspharma.com/press-rele ... -encore-ph

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,63712501525879 seconds.