Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
joy94300
Sujet du message:   MessagePosté le: 03 Nov 2016 - 21:42
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 07 Déc 2014
Messages: 813
Localisation: npai
Fil,si tu es par là,tu veux pas mettre cette discussion ds "discussions générales" stp?
entre nous donc
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
joy94300
Sujet du message:   MessagePosté le: 03 Nov 2016 - 22:08
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 07 Déc 2014
Messages: 813
Localisation: npai
@Schlange: c'est peut-être à Mélin et SOS de se bouger,là,non?
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
avril47
Sujet du message:   MessagePosté le: 03 Nov 2016 - 22:12
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 30 Mar 2009
Messages: 1862

joy94300 a écrit:
Fil,si tu es par là,tu veux pas mettre cette discussion ds "discussions générales" stp?
entre nous donc


Bonjour Joy, je pense que nous pouvons créer un post distinct dans la partie privée, mais qu'il est très important que cette discussion "sur 20 minutes info à rectifier" subsiste dans la partie publique, avec des références objectives, pour information des personnes qui consultent le forum, sur l'hépatite C et sur le ressenti des personnes concernées que nous sommes, face à ces données qui ne correspondent pas aux rapports et constatations des experts dans ce domaine.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
joy94300
Sujet du message:   MessagePosté le: 03 Nov 2016 - 22:22
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 07 Déc 2014
Messages: 813
Localisation: npai
oui Avril,tu as raison

je vais enlever "l'intime" par contre;je suis impulsive Embarassed
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Schlange
Sujet du message:   MessagePosté le: 04 Nov 2016 - 06:44
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 08 Jn 2015
Messages: 1011

J'ai déjà envoyé un message à Pascal et compagnie mais bon .. Sont ce qu'ils sont, des médecins ou moins.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
avril47
Sujet du message:   MessagePosté le: 04 Nov 2016 - 07:52
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 30 Mar 2009
Messages: 1862

Article dans Le Point, ou l'on apprend que les deux plaignantes qui étaient en attente de leurs résultats sont bien négatives.
Bien qu'elles soient négatives, le monsieur reste poursuivi pour mise en danger de la vie d'autrui, car il a eu des relations sexuelles avec elles sans préservatif alors qu'il se savait atteint par le VHC.

(il reste également poursuivi pour tentative d'empoisonnement et administration de substance nuisible par rapport à son ex-compagne porteuse du VHC).

(article similaire dans Libération par exemple).

Le Point :
"Perpignan : un homme mis en examen pour avoir transmis l'hépatite C
Cet homme de 56 ans est soupçonné d'avoir délibérément transmis cette maladie à plusieurs de ses partenaires, trois d'entre elles ont porté plainte.
SOURCE AFP
Modifié le 03/11/2016 à 19:07 - Publié le 03/11/2016 à 14:01 | Le Point.fr
Il a été mis en examen pour "administration de substance nuisible à la santé". Il a été mis en examen pour "administration de substance nuisible à la santé". © AFP/ ALAIN JOCARD

Un homme de 56 ans soupçonné d'avoir transmis le virus de l'hépatite C à plusieurs de ses partenaires féminines, dont son ex-conjointe, a été mis en examen à Perpignan pour « administration de substance nuisible à la santé », a-t-on appris jeudi de source proche de l'enquête. Cet habitant des Pyrénées-Orientales qui se savait contaminé, un « Monsieur Tout-le-Monde, avec un travail et un domicile », est également poursuivi pour « mise en danger de la vie d'autrui » pour avoir eu des relations sexuelles non protégées avec d'autres femmes, qui n'ont pas été contaminées, selon cette même source. « Il se savait infecté par le virus de l'hépatite C, un virus particulièrement mortifère, mais a caché son infection à ses partenaires. Il a mis leur santé en danger », a poursuivi cette source, soulignant qu'une perquisition à son domicile avait permis de saisir des analyses prouvant qu'il avait connaissance de son infection.

Une de ses victimes est « gravement atteinte et a subi plusieurs hospitalisations », a précisé cette source. Cette personne a déposé une plainte en 2015, après avoir découvert qu'elle avait contracté le virus de l'hépatite C. Elle a alors expliqué aux policiers avoir demandé à son conjoint de l'époque de faire un test, et ce dernier lui a fourni un résultat partiel, dissimulant sa maladie, selon une source policière. Il a toutefois fini par avouer à son ex-concubine qu'il cachait sa maladie, car sinon « aucune femme ne voudrait avoir de relations sexuelles avec lui », selon cette source policière. Deux autres femmes, avec lesquelles il avait eu des relations, ont été entendues par les enquêteurs. Elles ont confirmé que l'homme leur avait également caché sa maladie, dans le but d'avoir des relations non protégées. Elles ont également déposé une plainte. Les trois plaignantes ont entre 50 et 60 ans.
Mais le suspect « édulcore et tergiverse » pour l'instant, a-t-on ajouté. Il a été mis en examen le 28 novembre avec un contrôle judiciaire lui interdisant d'être en contact avec ses victimes et un suivi médical obligatoire. Les poursuites judiciaires relatives à la transmission de l'hépatite C sont relativement rares, comparées à celles liées à la transmission du virus HIV. L'hépatite C est une maladie du foie causée par un virus, avec un risque important à terme de cirrhose ou de cancer du foie. Le virus de l'hépatite C est transmis par le sang, notamment lors de rapports sexuels."
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
patleguen7
Sujet du message:   MessagePosté le: 04 Nov 2016 - 09:04
Hépatant(e)
Hépatant(e)


Inscrit le: 16 Août 2016
Messages: 44

l'indépendant et midi libre propriétés du groupe la dépéche, c'est de la presse de merde , qui appartient à mr baylet notre ministre accusé d'avoir frappé et virée nue à la rue son ancienne assistante parlementaire. l'article cité est vraiment une daube infâme , un ramassis de contre verités typique de ces journaux, heureusement qu'il y a des commentaires censés sur leur site à la suite des articles

_________________
hépatite C dépistée en 93 génotype 4
F2/ A1
jamais traité
début traitement générique sof/led en septembre 2016
indétectable en octobre
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
avril47
Sujet du message:   MessagePosté le: 04 Nov 2016 - 09:08
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 30 Mar 2009
Messages: 1862

On avance........................

Toujours "20 minutes" :
"Que risque l'homme suspecté d'avoir transmis volontairement l’hépatite C?
JUSTICE Dans cette affaire, aussi rare que mystérieuse, la justice pourrait avoir beaucoup d'obstacles à franchir pour condamner cet homme...
A Perpignan, une femme a porté plainte contre son compagnon qui lui avait caché qu'il était atteint d'une Hépatite C.
Illustration d'une femme malade. A Perpignan, une femme a porté plainte contre son compagnon qui lui avait caché qu'il était atteint d'une Hépatite C. - Pixabay
*Oihana Gabriel
Google+Twitter
Publié le 03.11.2016 à 16:39
Mis à jour le 03.11.2016 à 17:10
C’est une affaire qui fait beaucoup de bruit. A Perpignan, un homme a été mis en examen le 28 octobre suspecté d’avoir sciemment transmis à plusieurs femmes, dont sa compagne, le virus responsable de l’hépatite C. Cet habitant des Pyrénées-Orientales, qui se savait contaminé, est poursuivi d’abord pour « administration de substance nuisible à la santé » car il aurait contaminé trois femmes. Mais également pour « mise en danger de la vie d’autrui » pour avoir eu des relations sexuelles non protégées avec plusieurs femmes. Qui, elles, n’ont pas été contaminées.
Un homme condamné à douze ans pour contamination volontaire
Si cet éventuel procès pour une hépatite C pourrait être une première, il y a quelques précédents, mais concernant le sida. « Mais ces procédures pour contamination volontaire sont très rares, assure Eric Morain, avocat au barreau ayant défendu plusieurs dossiers similaires. D’abord parce que les victimes, très atteintes et rongées par la culpabilité, souvent dans une relation sentimentale avec la personne qui les a dupés, déposent peu plainte ». En 2014, Christophe Morat, un quadragénaire a été condamné par la cour d’assises des Bouches-du-Rhône à douze ans de prison pour avoir contaminé sciemment une femme. Ce patient avait par ailleurs déjà été condamné en 2005 à six ans d’emprisonnement pour avoir contaminé deux femmes alors qu’il se savait atteint par le VIH. Mais dans ce cas, il avait été reconnu coupable d’administration de substance nuisible avec préméditation ayant entraîné une infirmité permanente ou une atteinte psychique.
Quelle infraction ?
Mais entre ces deux affaires, beaucoup de données diffèrent. « Il n’y a pas de référence juridique pour l’hépatite C, précise Me Eric Morain, avocat au barreau de Paris qui a défendu des plaignantes contre Christophe Morat. Il va falloir construire le droit. Soit les juges s’alignent sur la décision de la Cour d’assises concernant le sida, soit ils vont faire rentrer ces faits dans une autre infraction. Mais ces infractions sont très difficiles à caractériser. » Au début, le patient atteint d’hépatite C était suspecté de tentative d’empoisonnement et administration de substance nuisible. « Mais dans l’affaire de Christophe Morat, la Cour n’avait pas retenu cette accusation d’empoisonnement. » En effet, avec les trithérapies, le VIH n’est plus « de nature à entraîner la mort », contrairement à ce qu’oblige l’infraction d’empoisonnement. Or l’hépatite n’est plus mortelle. « En revanche, Christophe Morat a été condamné pour exposition au risque pour des victimes qui n’ont pas été contaminées », précise l’avocat. Ce qui pourrait être également le cas, puisque le suspect dans cette affaire est poursuivi pour « mise en danger de la vie d’autrui » concernant les femmes qui ne sont pas malades mais qui n’ont pas été informées du risque.
Une maladie qui se guérit
La première question qu’il faudra trancher dans cette affaire porte sur la gravité de la maladie. « On peut mourir d’une grippe aussi… », ironie Stéphane Montigny, membre d’Aides. Justement, si cette affaire se termine devant les tribunaux, est ce que ça pourrait faire un précédent pour d’autres maladies ? Peu probable. « On ne peut parler d’infirmité dans le cas de l’hépatite C, tranche Victor De Ledinghen, hépatologue au CHU de Bordeaux et membre de la Société française d’Hépatologie. Aujourd’hui, cette pathologie n’est plus sévère. Et elle se soigne très bien. En trois mois, avec un traitement adapté, cette femme sera guérie et n’aura aucune séquelle. » Et cela change tout. « Aujourd’hui, on peut vivre confortablement avec le VIH, mais on n’en guérit jamais », souligne Stéphane Montigny.

Hépatite C: Pourquoi avant, les malades n'avaient pas tous le droit à un traitement
La question de la transmission
Autre obstacle : il faudra prouver que le suspect savait qu’il était malade, certes, mais surtout qu’il était conscient qu’il pouvait transmettre le virus par voie sexuelle.
« Autant le sida est une maladie sexuellement transmissible, autant ce n’est pas vraiment le cas pour l’hépatite C », assure l’hépatologue. En effet, ce virus se transmet essentiellement par voie sanguine.
« En général c’est par l’usage de drogues par intraveineuse que les patients sont contaminés, reprend le médecin. Plus rarement par des tatouages, des piercings. Et de façon exceptionnelle par voie sexuelle. Et en général, c’est le cas de personnes qui ont des comportements à risque, si on mélange partouzes et drogues. On évalue à moins d’1 % le nombre de transmission par voie sexuelle pour des hétérosexuels. J’ai rencontré des couples où l’un des conjoints est infecté et l’autre non… même au bout de vingt ans de relation ! »
« C’est beaucoup de bruit pour rien », avance le médecin dubitatif. Pour s’assurer que c’est bien son compagnon qui l’a infecté, il faudrait vérifier tout le passé de cette femme. « On peut également vérifier par des analyses, un peu comme avec l’ADN, si le virus de la plaignante est le même que celui du suspect, ajoute l’hépatologue. En effet, il existe des centaines de souches différentes de ce virus. »
Un message négatif ?
Au-delà, si cette affaire était portée jusqu’aux tribunaux, elle enverrait un message négatif selon l’association Aides. « C’est aberrant de porter au pénal une affaire de contamination à l’hépatite C. Cela n’encouragerait pas les patients souffrant de cette pathologie ni à se faire dépister ni à jouer la transparence avec leurs partenaires sexuels. »
MOTS-CLÉS : Montpellier, Santé, justice, maladie, sida
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
lolanice
Sujet du message:   MessagePosté le: 04 Nov 2016 - 11:20
Potô du site


Inscrit le: 13 Fév 2010
Messages: 5740

@ pat : oui , merci de rappeler ce que sont" ces journaux-là "
@ tous : oui il faut laisser ce sujet visible , et oui ça avance, merci avril !

« Autant le sida est une maladie sexuellement transmissible, autant ce n’est pas vraiment le cas pour l’hépatite C », assure l’hépatologue. En effet, ce virus se transmet essentiellement par voie sanguine.
« En général c’est par l’usage de drogues par intraveineuse que les patients sont contaminés, reprend le médecin. Plus rarement par des tatouages, des piercings. Et de façon exceptionnelle par voie sexuelle. Et en général, c’est le cas de personnes qui ont des comportements à risque, si on mélange partouzes et drogues. On évalue à moins d’1 % le nombre de transmission par voie sexuelle pour des hétérosexuels. J’ai rencontré des couples où l’un des conjoints est infecté et l’autre non… même au bout de vingt ans de relation ! »
« C’est beaucoup de bruit pour rien », avance le médecin dubitatif.

_________________
vhc détecté 87/88 / Géno 4/ F2
TTT interferon/riba mai 2009/ mai 2010. Guérie, le 1er fut le bon mais l'after difficile
"Celui qui n'essaie pas ne se trompe qu'une seule fois"
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
lolanice
Sujet du message:   MessagePosté le: 04 Nov 2016 - 11:29
Potô du site


Inscrit le: 13 Fév 2010
Messages: 5740

Dommage qu'il n'ait pas dit aussi QU'IL Y A PLEIN DE CAUSES INCONNUES !
OU LIEES AU CORPS MEDICAL LUI MEME... Et je ne parle pas que des transfusions ! Dons de sang "à l'époque" , divers examens invasifs avec matériel mal désinfecté, etc...
Décidément !!! Neutral

_________________
vhc détecté 87/88 / Géno 4/ F2
TTT interferon/riba mai 2009/ mai 2010. Guérie, le 1er fut le bon mais l'after difficile
"Celui qui n'essaie pas ne se trompe qu'une seule fois"
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
ETAGERE
Sujet du message:   MessagePosté le: 04 Nov 2016 - 11:44
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 18 Mai 2004
Messages: 504

Non Lolanice, on ne peut dire causes inconnues (on les connait) mais on ne retrouve pas toujours laquelle : acupuncture/soins dentaires/opérations chirurgicales/mesothérapie/podologie/... et pour les hommes les barbiers (ça revient à la mode en France et les études en Sicile et en Egypte ont démontrés la réalité de ces contaminations) bref tout acte dit invasif avant que l'on connaisse le VHC. Depuis, des mesures ont été prises et ces modes de contamination sont plus rares en France depuis l'application de ces guides de bonnes pratiques.
La pratique sexuelle des HSH peut donner des contaminations VHC, cela est un fait...
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
lolanice
Sujet du message:   MessagePosté le: 04 Nov 2016 - 11:51
Potô du site


Inscrit le: 13 Fév 2010
Messages: 5740

Heu Etagère, beaucoup de gens , 20 % ! ne savent pas où et comment ils l'ont chopé, dont moi. On peut dire "causes multiples et non déterminées" ou un truc du genre mais le + important est que CA EXISTE pour 20% des victimes et qu'il n'en parle pas
http://hepatoweb.com/hepatite-C-transmission.php

en revanche ok pour dire que ce genre de contamination est sûrement beaucoup + rares depuis quelques décennies

_________________
vhc détecté 87/88 / Géno 4/ F2
TTT interferon/riba mai 2009/ mai 2010. Guérie, le 1er fut le bon mais l'after difficile
"Celui qui n'essaie pas ne se trompe qu'une seule fois"
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
avril47
Sujet du message:   MessagePosté le: 04 Nov 2016 - 12:26
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 30 Mar 2009
Messages: 1862

Prenons un raisonnement pas l'absurde Ça va pas

1/ Nous sommes ou avons été porteur du VHC,
2/ Nous avons eu des relations sexuelles sans préservatif (en accord avec les recommandations des spécialistes et organismes reconnus, puisque l'hépatite C n'est qu'exceptionnellement transmissible par voie sexuelle)
3/ Nous ne pouvons pas forcément prouver (car cela se claironne rarement devant témoins) que nous avions informé le partenaire (ou la partenaire pour les hommes) qui n'est pas contaminé(e)
4/(optionnel) Nous avons eu des enfants (donc conçus sans préservatif)

Des dizaines de milliers de personnes seraient donc passibles de poursuite pénales pour mise en danger de la vie d'autrui, même si elles n'ont contaminé personne.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
ETAGERE
Sujet du message:   MessagePosté le: 04 Nov 2016 - 12:48
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 18 Mai 2004
Messages: 504

on est dans de l'info "sensationnelle", des titres accrocheurs et pas dans du journalisme...
Seul un article cite un professionnel (Victor de L), clair et concis.
Pire, alors que l'on sait que les 2 autres personnes ne sont pas VHC+ certains continuent à écrire 3 personnes
Pas un seul de ces articles signale qu'en France, il y a encore entre 80 OOO et 100 000 personnes qui ignorent qu'elles sont porteuses d'un VHC et qu'il faut se faire dépister d'autant un traitement court et efficace existe...
Michelle en colère...
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
avril47
Sujet du message:   MessagePosté le: 04 Nov 2016 - 13:04
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 30 Mar 2009
Messages: 1862

Coucou au passage Michelle Tchao Wink
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Schlange
Sujet du message:   MessagePosté le: 04 Nov 2016 - 13:34
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 08 Jn 2015
Messages: 1011

Bonjour, je vous contacte à propos d'un article de santé traitant d'une contamination par le virus de l'hépatite C.

Il relate la contamination d'une femme par un homme positif au VHC et les poursuites juridiques auxquelles il est soumis.


Premièrement, le VHC n'est pas une maladie à déclaration obligatoire : personne n'a besoin d'être au courant dans les amis, le travail ou même dans le cercle intime. Pour cause : le virus responsable de l'infection ne se transmet que par le sang. Il n'y a donc aucune contamination par simple rapport sexuel, bise ou partage de je ne sais quel objet de bureau (comme une tasse par exemple).

Ensuite, le VHC ne se développe que lentement : il guérit spontanément pour un quart des patients, et devient "mortel" au bout d'une vingtaine d'année pour un pourcentage des autres malades.

Enfin, le VHC est guérissable totalement (éradication totale du virus) en seulement 3 mois, grâce aux nouveaux traitements que Marisol Touraine a récemment rendus universels.


Pour ces raisons là je ne vois pas pourquoi l'affaire provoque un tel foin médiatique. L'hépatite C est une maladie curable et loin d'être honteuse (aucune maladie n'est honteuse). L'ex compagne de cet homme a très bien pu se contaminer par snif, aiguille, partage d'un rasoir ou d'une brosse à dents, ou échange de sang lors des règles ou d'un rapport anal. Ce sont des modes de contamination bien plus probables qu'une relation sexuelle hétérosexuelle. Dans tous les cas pour déterminer l'implication de cet homme il faudra faire une recherche de génotype (pour voir si c'est le même type de virus) et si c'est le même, un séquençage complet pour déterminer si oui ou non le virus est exactement le même.


Les poursuites juridiques sont, du coup, totalement abusives : il n'y a pour l'instant aucune preuve de contamination et si c'était le cas c'est tellement rarissime (1 pour 190 000 rapport non protégés environ) qu'aucun texte de loi ne promet de sanction.


Mais le pire abus reste dans le comportement des gens par rapport à cette affaire : d'abord le comportement psychotique des deux autres femmes qui ont accusé cet homme alors qu'elles n'avaient strictement rien (un VHC n'est pas mortel tout de suite mais provoque entre autre une asthénie marquée pour au moins la moitié des patients, ce qu'elles auraient ressenti depuis des lustres) puis dans le comportement de la presse.

Il est absolument évident que cet homme a honte de lui. Aucun patient ne devrait avoir honte de lui à cause d'une maladie. Malheureusement les politiques et les médias véhiculent des images de dangereux malades psychopathes depuis des siècles.

Il y a 20 ans, ma mère a attrapé le VHC à l'hôpital pendant une opération. Elle n'a pas été dépistée tout de suite, et entre temps, je suis née. J'ai été contaminée à la naissance et je n'ai réussi à me soigner qu'à mes 17 ans grâce à des génériques indiens et un buyers club australien car le traitement est réservé aux adultes (non je ne pouvais pas attendre mes 18 ans révolus, j'avais un BAC S à passer). J'ai passé ma vie à être fatiguée et à subir les moqueries des autres mineurs comme adultes, puis les injures, les menaces et les coups quand j'ai pu mettre un nom sur cette maladie.

Pourquoi ? Parce qu'ils ont lu sur le net que le VHC était une maladie sexuellement transmissible transmise par les toxicomanes et les professionnels du sexe. Parce qu'ils pensent que c'est une maladie dangereuse et que la personne en face est sale et ne mérite pas de vivre.


Votre article ne rappelle en rien les vraie informations sur le VHC et accuse un homme qui a très peu de chances d'avoir contaminé sa partenaire. Encore moins volontairement. Coucher avec une personne pendant la maladie, sans protection, je l'ai fait, ma mère l'a fait, et il n'y a jamais eu aucun problème. Pire, le partenaire, correctement informé sur la maladie, en avait envie et se foutait du risque ridicule (qui tient à des microlésions en cas de rapport brutal ou à la présence d'une maladie sexuellement transmissible qui provoque des microlésions).

Je suis active sur un forum qui rassemble des malades de l'hépatite. Nous avons suivi l'affaire et nous sommes tous consternés, attristés, blessés par la prise de position des médias. Au lieu de nous aider à parler de cette maladie, de la dédiaboliser, d'expliquer qu'elle va être soignable pour tous, vous enfoncez le clou en ravivant des fantasmes populaires et en descendant un homme qui a essayé de vivre comme tout le monde en dépit de cette discrimination permanente qui nous pourrit à tous la vie.


Vous n'avez pas à faire votre justice sur la place publique, votre rôle est l'information juste et sans prise de position. Je suis effroyablement déçue par ces articles et j'espère, comme tous les malades et anciens malades, que vous allez corriger, supprimer ou vous excuser de ces propos stigmatisants. Ces propos publics nous poursuivent toute notre vie, nous collent une sale étiquette alors que nous ne sommes pas contagieux (à ne pas confondre avec contaminants) et que nous pouvons guérir.

Si vous avez besoin de précisions, de relecture, de corrections plus en détail, ou de quoi que ce soit d'autre, vous pouvez me contacter à tout moment. Malgré mes études de médecine je prendrai le temps de vous répondre car rien n'est plus important que la bonne information scientifique et biologique du grand public et l'apport d'une morale solide et bienveillante.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
yicha
Sujet du message:   MessagePosté le: 04 Nov 2016 - 14:29
Hépatant(e) confirmé(e)
Hépatant(e)  confirmé(e)


Inscrit le: 19 Mai 2016
Messages: 240

Bien , parfait....
On avait tous besoin de cette réponse claire .
Pour nous c'est de l'ordre de la vérité rétablie mais pour d'autres, les lecteurs désinformés d'une presse peu responsable , c'est de l'info , de l'info je vous dis et la seule digne d'être prise en compte !
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
coquelicot
Sujet du message:   MessagePosté le: 04 Nov 2016 - 16:47
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 06 Jl 2014
Messages: 930
Localisation: Val d'Oise
" 20 minutes " n'en est pas à son premier coup d'essai en matière d'articles foireux.

Sauf que là malheureusement se sont les personnes touchés par le VHC qui triquent.

Franchement un peu de CONSIDÉRATION et de PROFESSIONALISME serait le bienvenu.

_________________
VIH
Ex-vhc génotype 4
24s riba + sofo

Au plus élevé trône du monde, on est jamais assis que sur son cul (Montaigne)
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
lolanice
Sujet du message:   MessagePosté le: 04 Nov 2016 - 16:52
Potô du site


Inscrit le: 13 Fév 2010
Messages: 5740

coquelicot a écrit:

se sont les personnes touchés par le VHC qui triquent.

Franchement un peu de CONSIDÉRATION et de PROFESSIONALISME serait le bienvenu.


Laughing
, oups, dslée, je n'ai pas pu la rater, autant se détendre un peu Wink

_________________
vhc détecté 87/88 / Géno 4/ F2
TTT interferon/riba mai 2009/ mai 2010. Guérie, le 1er fut le bon mais l'after difficile
"Celui qui n'essaie pas ne se trompe qu'une seule fois"
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
avril47
Sujet du message:   MessagePosté le: 04 Nov 2016 - 19:06
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 30 Mar 2009
Messages: 1862

Alors dans La Dépêche datée d'hier, on bat les records...
C'est kafkaïen...
Je ne pensais pas que le thème de l'hépatite C puisse à ce point alimenter les fantasmes de personnes non informées.

"Pyrénées-Orientales : l'amant indélicat aurait transmis l'hépatite C à plusieurs femmes
Faits divers
L'enquête se poursuit pour savoir si cet amant indélicat n'a pas contaminé d'autres femmes.
Un homme suspecté d'avoir sciemment transmis par voie sexuelle, l'hépatite C à son ancienne amie, vient d'être mis en examen pour tentative d'empoisonnement. Il est soupçonné d'avoir contaminé d'autres femmes.
C'est l'année dernière que M., une jeune femme domiciliée dans les Pyrénées-Orientales, apprend qu'elle a contracté l'hépatite C (lire encadré).
«Je ne me sentais pas très forme, alors j'ai consulté mon médecin et à l'issue de toute une batterie d'examens, j'ai su que j'étais atteinte par ce virus», explique-t-elle, encore sous le choc.
Sachant que cette maladie se transmet par voie sexuelle, elle demande aussitôt à son compagnon de l'époque de faire un test «afin de voir s'il est, lui aussi, porteur du virus».
Ce dernier, âgé de 56 ans, se serait alors exécuté mais ne lui aurait fourni qu'un résultat partiel de ses analyses, «dissimulant ainsi sa maladie», déplore et s'insurge la jeune femme.
Mais, loin de capituler «devant la mauvaise foi de ce monsieur», comme elle le dit, elle est parvenue «à lui faire cracher le morceau, à lui faire avouer qu'il était bien porteur du virus».
Tentative d'empoisonnement
Pour toute justification, son ex-conjoint lui a expliqué : «Je ne te l'ai pas dit, comme à personne d'ailleurs, parce que, certainement, si tu l'avais su, tu n'aurais pas voulu avoir de rapports sexuels avec moi».
Atterrée devant une telle inconscience et un si grand déni de sa personne, la jeune femme a décidé de porter plainte.
Une enquête a aussitôt été ouverte par le parquet.
L'ancien conjoint a été auditionné par les policiers et, rapidement, ces derniers ont mis en évidence qu'il n'avait de cesse de se contredire, voulant, à tout prix, semble-t-il, «cacher qu'il avait sciemment contaminé son amie», rapporte un enquêteur. Face à un tel comportement, il a été placé en garde à vue.
La perquisition de son domicile a permis de mettre la main sur les résultats complets de ses analyses sanguines. «Elles attestent qu'il est bien p
Les investigations des policiers ont par ailleurs permis de mettre en évidence que deux autres femmes avec lesquelles il a eu des relations sexuelles pourraient également avoir contracté l'hépatite C par cet amant indélicat.
Auditionnées à leur tour, elles ont confirmé que l'homme leur avait, à elles aussi, caché le mal dont il souffre.
Elles ont déposé plainte et des analyses de sang sont en cours pour savoir si elles ont été contaminées.
L'enquête se poursuit pour retrouver d'éventuelles autres partenaires.
Mis en examen pour «tentative d'empoisonnement et administration de substance nuisible», il a été placé sous contrôle judiciaire.
Une maladie grave
L'hépatite C (VHC) est un virus qui s'attaque aux cellules du foie et entraîne son inflammation. Il s'agit d'une des hépatites dites virales. Ce virus est présent dans le sang d'une personne infectée et fait partie des maladies à déclaration obligatoire. À long terme, il peut y avoir des conséquences très graves, telles qu'une cirrhose et dans certains cas, un cancer du foie. Le virus peut demeurer des dizaines d'années dans l'organisme sans aucun symptôme apparent.
«Il faudra démontrer le caractère intentionnel»
Ce genre d'affaire, de plainte pour contamination par un virus, est-il courant ?
Il y a quelques cas mais ce genre de procédure est assez récent. En 2014, un chauffeur de bus des Bouches-du-Rhône, avait été condamné à douze ans de réclusion criminelle pour «administration de substance nuisible avec préméditation ayant entraîné une infirmité permanente ou une atteinte psychique». Il avait sciemment transmis le virus du Sida à plusieurs de ses partenaires. En 2005, il avait déjà écopé d'une peine de six ans de prison pour des faits similaires.
N'est-il pas difficile de démontrer la culpabilité dans ce type de dossier ?
L'accusation devra démontrer le caractère intentionnel de la contamination. Il faudra aussi s'attacher à déterminer que cet homme ne souffre pas d'une altération de ses facultés mentales, s'il était réellement conscient de ce qu'il faisait. Il est tout aussi nécessaire et indispensable de savoir si la contamination relève bien de son fait, qu'elle n'a pas été commise par quelqu'un d'autre. D'où, l'importance des examens médicaux qui, pour une meilleure pertinence, devront être contemporains de la relation qu'il entretenait avec ces jeunes femmes.
Ne risque-t-on pas certaines dérives dans ce genre d'affaires ? Demain, ne mettrons-nous pas en examen un porteur du virus de la grippe qui contaminerait quelqu'un ?
Les magistrats savent faire preuve de discernement. Une grippe et une hépatite C ce n'est pas la même chose. Si la grippe peut tuer des personnes fragiles, les méfaits de l'hépatite C sont généralement plus graves et frappent tout le monde. Mais, d'une manière générale, il est sans doute bien de faire prendre conscience à tout un chacun que la maladie n'est pas quelque chose de banal et que si l'on peut éviter de la transmettre, on se doit de le faire. Là, en l'occurrence, dans cette affaire d'hépatite C, il semble bien que l'homme poursuivi a volontairement caché son état aux dépens de sa partenaire. Et là, cela relève bien d'une infraction punie par le Code pénal.
Guillaume Atchouel"
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,99905300140381 seconds.