Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
19 Sujet du message: L'Hépatante newsletter EASL  MessagePosté le: 15 Avr 2016 - 12:28
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21213
Localisation: Hyères





Ce mercredi 13 avril était donc consacré à la formation continue et cette année le thème retenu était celui du cancer du foie. Pas moins de 18 médecins dont 3 français vont se succéder pendant deux jours pour couvrir le sujet. Commençons par l’épidemiologie. Le CHC (Carcinome Hépatocellulaire) représente 90 % des cancers du foie mais il y a aussi le CC ou cholangiocarcinome (cancer des voies biliaires) les hepatoblastome, les sarcomes. De 1990 à 2013, le nombre d’années de vie perdues au monde par le CHC a augmenté de 42,2 % pour les deux sexes et le CHC est passé de la troisième à la deuxième position. Les données épidémiologiques sont très disparates et ne sont pas toujours accessibles dans tous les pays. Dans beaucoup de pays la surveillance est difficile et l’on compte comme cancer du foie, des lésions métastatiques d’un autre cancer . De même, les cholangiocarcomes intra ou extra hépatiques ne sont pas à considérer comme de véritables cancers du foie même s’ ils représentent 3 % des tumeurs digestives et qu’ils restent la deuxième cause de cancer du foie. Les facteurs de risque sont différents et pour les CC extra ou intra hépatiques, les possibilités et les stratégies de prise en charge sont différentes . Les facteurs de risque pour le CHC sont : Facteur dépendant de l’hôte : cirrhose/diabète obésité/ prédisposition génétique Facteur dépendant de l’environnement : Hépatite B / Hépatite C / Aflatoxine / alcool/ tabac

Incidence et mortalité du cancer du foie :



En 2013, on estimait à travers le monde le nombre de décès imputables au cancer du foie à 559 000 pour les hommes et 233 000 pour les femmes . Le cancer du foie est la deuxième cause de décès par cancer chez l’homme et la cinquième chez les femmes dans le monde . Il y a bien sur d’importantes disparités selon que les pays soient développés ou pas. Mais l’incidence est toujours supérieure chez l’homme que chez la femme. Cela s’explique par des expositions différentes aux facteurs de risque et aussi à l’influence des hormones sexuelles . Dans les pays en voie de développement l’incidence du cancer du foie et sa mortalité est de deux fois supérieure aux autres pays . On note pourtant une plus forte proportion de consommation d’alcool et d’obésité dans les pays développés, mais la vaccination contre l’hépatite B et le dépistage systématique de tous les donneurs de sang plus répandus a permis d’obtenir cette baisse .



Les USA ont longtemps été un pays à faible incidence du cancer du foie mais passent aujourd’hui de 1,51 de cas par an pour 100 000 habitants en 1973, à 6,2 en 2011, soit une multiplication par 4. Cette augmentation est due pour 30% à l’alcool, pour 30% à l’obésité et au syndrome métabolique, pour 20% à l’hépatite C et pour 10% à l’hépatite B. Dans le même temps l’espérance de vie avec un cancer du foie est passée de 2 à 8 mois grâce à un dépistage plus précoce et à une amélioration des traitements en pensant particulièrement à la transplantation. Un registre de 4929 cancers du foie survenus entre 2004 et 2009 a démontré que la cause principale était le VHC dans 54,9% des cas, puis de l’alcool dans 16,4% , de la NASH dans 14,1% des cas et de l’hépatite B dans 9,5%. Mais la responsabilité de l’hépatite C et de la NASH a été multiplié par plus de 4 .

En Europe, la mortalité par cancer du foie entre 2000 et 2010 a baissé en Italie, en France, en Espagne, en Grèce, en Hongrie, en République Balte. Par contre, il augmentait en Grande Bretagne, en Allemagne, en Europe du Nord, au Portugal , en Irlande, en Slovénie, en Croatie, en Roumanie et en Pologne.

Les pays qui ont vu l’ incidence et la mortalité du cancer du foie diminuer ont accentué les campagnes de dépistages et d’accés aux soins concernant l’hépatite C et l’alcool, ce qui explique ces différences .

Pays Arabes : entre 1990 et 2010 le nombre de décès liés à un cancer du foie a doublé et ce, principalement à cause des virus de l’hépatite B et C. Chine: de 1990 a 2013, la Chine a connu une croissance économique exceptionnelle. En 2013, on enregistrait 358 111 décès dus à des cancers du foie, soit 34,5 % de plus qu’en 1990. C’est bien sûr l’hépatite B qui est au devant de la scène.

La Chine reste un grand réservoir de maladie hépatique. L’Inde: C’est le deuxième réservoir de cancer du foie après la Chine. Réflexion: l’amélioration des soins, les campagnes de vaccination ont été contre balancées par l’épidemie d’obésité et la consommation d’alcool. L’épidémie de CHC n’a pas la même cause dans les pays développés et les pays en voie de developpement. Des programmes adaptés à chaque pays doivent être proposés…

Mieux comprendre pour mieux prendre soin

Pascal Melin

http://www.soshepatites.org/2016/04/15/easl-jour-1/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 19 Avr 2016 - 04:37; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: MessagePosté le: 16 Avr 2016 - 16:58
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21213
Localisation: Hyères



HEPATHER

Le poster de présentation de la cohorte 22, Hépather présenté par l’équipe de l’ANRS ne sera resté que 2 heures! Il a été volé! Mais à qui profite le crime? Un autre pays Européen aurait il intérêt à ce qu’on ne communique pas les résultats de la cohorte Française? Nous vous donnons les résultats en avant première. 35 centre hospitaliers Francais ont inclus 20798 patients, dont 2156 patients traités par AAD de janvier 2013 à octobre 2014. 63 % des patients de la cohorte étaient cirrhotiques . Avec différentes combinaisons, on a pu obtenir 90 % de guérison dans la vrai vie. Au total, 31 personnes sont mortes, 10 en lien avec une hépatite C, 94 d’un cancer du foie et 48 d’insuffisance hépatocellulaire. La comparaison entre les patients traités et non ne faisait pas apparaitre de différence notables pour les décès en lien avec l’hépatite C , par contre on retrouvait une diminution de 43% des cancers du foie, une diminution de 77% des décompensations de cirrhose . On pourrait aussi évoquer la cohorte allemande GECO (nom donné aussi au petit lézard des tropiques, à ne pas confondre avec la salamandre de Gaudi, symbole de Barcelone). La cohorte GECO, 1353 patients ont été inclus. Dans cette cohorte représentant la vraie vie, seuls 4,9% des patients n’ont pu obtenir de guérison mais surtout les patients infectés par le génotype 2 (10,5%) et pour les genotypes 3 (10,5%). Les traitements sont particulièrement efficaces pour les personnes infectées par un génotype 1. Pour les patients en échec d’un traitement et infecté par un génotype 2 ou 3 il y a une nécessité a développer d’autres combinaisons thérapeutiques.

http://www.soshepatites.org/2016/04/16/easl-jour-2/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 18 Avr 2016 - 16:47; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: MessagePosté le: 17 Avr 2016 - 08:07
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21213
Localisation: Hyères
Nous assistons à l’enterrement de l’interféron, la révolution thérapeutique ne pourra plus être arrêtée . Toujours plus fort, moins longtemps, reste à l’attribuer au plus grand nombre de personnes pour en faire une véritable révolution sociale. Lors de l’ouverture du congrès, les quatre grandes Sociétés savantes pour l’étude des maladies du foie des différentes régions du monde se sont retrouvées ici à Barcelone pour signer devant tout le monde un manifeste qui sera envoyé à l’OMS, demandant expressément l’éradication de l’hépatite C et le contrôle universel des hépatites virales. Nous, pendant ce temps, SOS HEPATITES , allons à la rencontre des usagers et des professionnels d’une salle de consommation à moindre risque et revenions au congrès pour écouter le retour d’expériences innovantes.

Le BALUARD, salle de consommation à moindres risques



A Barcelone tout le monde le connait, Baluard c’est le nom des constructions destinées à garantir la défense et la liberté des chantiers navals. Pas de plus beau symbole pour y installer l’un des trois centres de consommation à moindres risques de la ville. C’est là que l’équipe de SOS Hépatites s’est rendue pour visiter la structure que nous nommons habituellement de façon indélicate «salle de shoot» et discuter avec les intervenants. Le Centre est situé dans un quartier agréable, proche du centre ville, avec une rampe d’accès handicapés.

Nous avons été accueilli par Antonio un des 3 médecins psychiatres que compte le Centre, où un infectiologue intervient aussi régulièrement.



Il nous a appris que la structure existe depuis 15 ans, a vu passer 9000 usagers environ. Elle est ouverte tous les jours de 9h à 22h, et 30 à 50 passages chaque jour. Une fois passé le sas d’accueil, nous découvrons la salle d’injection, 4 ou 5 boxes placés sous la surveillance d’infirmières ou de travailleurs sociaux et adjacente à une petite salle de soins et de prélèvements. Le matériel est mis à disposition, seringues à usage unique bien sûr, avec aiguilles de différentes tailles. De l’autre côté, une autre pièce, celle ci réservée d’avantage aux adeptes du crack ou du snif, salle équipée d’un extracteur de fumée.



Plus loin, une salle de repos où les usagers peuvent s’y «poser», laisser leurs affaires parfois pour ceux qui dorment dans la rue, se doucher, manger un peu ou boire un café. Un jeune homme plaisantait avec une infirmière, une autre dormait, la tête posée sur une table, un troisième nous demande une cigarette…. On sent une ambiance calme, cet endroit est apaisant et semble être un véritable refuge pour tous ces toxicomanes souvent malmenés par la vie.



Des ateliers sont aussi mis en place, informatiques, artistiques, mais aussi on leur enseigne les gestes qui sauvent en cas d’overdose en leur apprenant à utiliser et à avoir sur eux de la Naloxone, antidote de l’héroïne. Ensuite, nous avons interrogés Antonio sur tout ce qui peut nous intéresser, nous, Français pour créer des structures identiques. Il nous explique que les nouveaux venus sont appelés à se dépister des hépatites, du sida, mais aussi de la syphilis et de la tuberculose, il n’y a jamais de refus de dépistage. Baluard est également équipés de TROD et les utilise beaucoup. Si les tests sont négatifs pour la B, on leur suggère la vaccination, faite sur place, 3 injections donc. Pour la VIH et le VHC, si les tests sont positifs, ils sont orientés sur les services compétents avec qui ils ont des conventions. Ils peuvent prendre leur traitement dans le Centre ensuite à leur sortie. On apprend qu’il y a entre 70 et 80% de porteurs d’hépatite C, beaucoup moins du VIH (40%) et peu d’hépatites B. Les traitements de substitution sont aussi disponibles sur place, il nous explique qu’on leur donne pour plusieurs jours ou chaque jour, c’est au cas par cas. Nous l’avons interrogé sur leurs rapports avec la police, ils ont de bonnes relations, les voitures de police ne font pas sans arrêt des rondes autour de la structure….



D’ailleurs, il faisait beau ce jour là et quelques toxicos trainaient sur des bancs juste devant le Centre. Il y a quelques règles à respecter où ils sont intransigeants : pas de deal dans le Centre, pas d’injections de produits non injectables, et Antonio nous a dit que tout se passe bien, très peu de «dérapages». Le Baluard est financé par la municipalité, mais des associations comme la nôtre les épaulent beaucoup; En effet, il n’y a pas en Espagne de minimas sociaux ou d’allocations handicapés comme en France, et, se loger, se nourrir, se vêtir deviendrait vite très difficile sans ces soutiens.

Cet endroit a vraiment pour vocation la réduction des risques, mais la prise en charge médicale y a aussi une grande importance, par la délivrance de traitements de substitution mais aussi par la mise en place de toute la chaine de soins du dépistage aux traitements.

Nous l’avons remercié et félicité pour ce travail vraiment remarquable!

http://www.soshepatites.org/2016/04/16/easl-jour-2/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: MessagePosté le: 17 Avr 2016 - 16:09
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21213
Localisation: Hyères




Nouveaux facteurs influençant les NASH chez les adolescents


Ce sont les résultats d’une étude Australienne « Raine» présentée par le Dr Oyekoya Ayonride. Les NASH sont en augmentation dramatique chez les enfants et les adolescents, c’est même devenu la pathologie hépatique la plus courante chez les enfants de 2 à 17 ans. Les atteintes peuvent être sévères et aboutir parfois à des cirrhoses. On a longtemps pensé que cette situation était due uniquement au trouble du comportement alimentaire de l’enfant. Cette étude a porté sur 1170 enfants de 17 ans chez qui on a recherché une NASH par examen physique, test sanguin et échographie. On récupérait aussi des données sur leurs mères et leur petite enfance. 15% soit 179 adolescents étaient porteurs d’une NASH et deux facteurs indépendants sont apparus. 1/ le BMI de la mère avant sa grossesse : s’il est normal, le risque de NASH est réduit de 50% chez les adolescents. 2/ L’alimentation exclusivement par allaitement maternel au-delà de 6 mois réduit de 33% l’incidence de la NASH chez les adolescents ; l’incidence pour ceux nourris au sein moins de 6 mois était de 17,8% contre 11,3% pour ceux nourris plus de 6 mois. Voilà encore de nouvelles pistes de travail pour les obstétriciens et les pédiatres et de nouveaux arguments prônant l’allaitement maternel. On sait maintenant à quel sein se vouer.

http://www.soshepatites.org/2016/04/17/easl-jour-3/

Comment traiter les hépatites C aiguës … Présenté par Déterding

En Allemagne, un réseau HEPNET ACUTE HCV s’est créé depuis plusieurs années pour prendre en charge les hépatites aiguës en cas de contamination chez les professionnels de santé .

Pourtant les nouveaux traitements n’ont pas d’autorisation, seul l’interféron est utilisé . Cette étude permet donc d’accéder aux nouvelles stratégies thérapeutiques en cas d’hépatite aiguë C.

ACUTE VHC 1 s’est déroulé entre 1990 et 2000 . Ce sont alors 44 personnes qui ont reçu de l’interféron conventionnel alpha-2b pendant 6 mois, ce qui a généré 98% de guérison .

ACUTE VHC 2 s’est déroulé de 2001 à 2004. Ce sont 89 personnes qui ont reçu 6 mois d’interféron pegylé alpha 2 B générant 89% de guérison.

ACUTE VHC 3 qui s’est déroulé de 2004 à 2010 a comparé le traitement immédiat avec un traitement différé mais toujours par 6 mois d’interféron pégylé sur 136 patients. La guérison était obtenue dans 90 % des cas en cas de traitement immédiat versus 93% en cas de traitement différé. Dans 10 a 50% des cas l’hépatite aiguë C se guérit spontanément et les traitements par interféron ont prouvé leur efficacité.

ACUTE VHC 4 , de novembre 2014 à octobre 2015. Cette étude proposait 6 semaines de Sovaldi et de Ledipasvir en cas d’hépatite C aiguë infectée par un génotype 1. Ce sont 20 personnes qui ont été traitées avec 100% de guérison.

Les auteurs estiment que ce traitement est efficace et pourrait devenir le traitement de référence. Toutefois il faudra bien remarquer que les facteurs d’inclusion nécessitaient une séroconversion VHC, une hépatite aiguë symptomatique et l’absence d’usage de drogues …

En 2016, les hépatites aiguës se retrouvent à 90 % chez des usagers de drogue, voire chez des personnes qui vont se recontaminer (il y avait donc déjà une sérologie positive). Il est absolument nécessaire de mettre en place de telles études dans les CSAPA ou au plus proche des usagers, en définissant des stratégies de dépistage des hépatites aiguës , les trods qui seront prochainement accessibles devrait le permettre .

A suivre donc …

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 18 Avr 2016 - 16:51; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: MessagePosté le: 18 Avr 2016 - 11:59
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21213
Localisation: Hyères



Les génériques, vous dis-je!

Le coût et l’accès au traitement de tous les malades porteurs d’hépatite C étaient au coeur de toutes les discussions de couloir……

Un véritable congrès « off » où se mêlaient réflexions politiques, analyses scientifiques et discussions sur les coûts acceptables. Plusieurs travaux ont été présentés sur l’accès, la sécurité et l’efficacité des génériques.

Il y a d’abord eu la présentation du Dr Andrew Hill, pharmacologue à l’Université de Liverpool. Actuellement 11 génériques sont sur le marché. Ainsi le Sofosbuvir coûterait pour 12 semaines de traitement 86 dollars à la production. Vendu 324 $ en Inde, 6875$ au Brésil, 27921$ en Espagne, 44689 $ au Canada, 46139 $ en France et Allemagne et 84000 $ pour les USA. Pour le Daclatasvir, idem! Produit 16 dollars, vendu en Inde 153 $, Brésil 2552 $, Espagne 35174 $, UK 37152 $, France 39383 $, USA 63000 $.

Mais la plus belle présentation fut celle de l’Australien Freeman (l’homme libre, nom prédestiné).

Son étude «Rédemption 1» a permis à 400 patients à travers le monde d’accéder à des produits dont il avait testé la production et la sécurité. Ainsi 400 personnes sur les 5 continents ont pu accéder aux soins : 31 étaient cirrhotiques, 54% étaient des hommes et l’âge moyen était de 54 ans. 4 patients sont décédés pendant l’étude, 3 ont présenté une cirrhose décompensée, une guérison virologique a été obtenue pour 90% des cas. Ces résultats sont équivalents aux résultats des médicaments originaux.

La production du traitement a coûté 200 $/ par traitement/ 3 mois et il a été vendu 1000$. Cette présentation s’est achevée par une salve d’applaudissements, le plus long de tout le congrès! Les hépatologues deviendraient ils des activistes? Nous étions quelques uns assez fous pour tenter une standing ovation! La résistance reste davantage pour l’instant du côté des associations sur le parvis de l’EASL.

http://www.soshepatites.org/2016/04/18/easl-jour-4/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
campanar
Sujet du message: MessagePosté le: 19 Avr 2016 - 05:34
Potô du site


Inscrit le: 19 Sep 2011
Messages: 2152
Localisation: Nowhere
A quand :

-L'Hép' A Tente ?

Puis...

-L'hep' à temps ?


_________________
"L'abondance ne vaut que si elle est partagée" (incredible edible)


1b (28 S. de Bocé ) Rechuteur ! Bénéfices Secondaires : Mauvaises herbes de nos simples natures...sculptons-les pour les voir en peintures...
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,56649398803711 seconds.