Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Avr 2016 - 13:02
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
THROMBOSE PORTE NON TUMORALE NON CIRRHOTIQUE : IL FAUT PRENDRE EN CHARGE LES VARICES COMME CHEZ LES PATIENTS CIRRHOTIQUES
FERREIRA CN, ESPAGNE, EASL 2016, ABS. THU-024 ACTUALISÉ


• L’histoire naturelle des varices œsophagiennes chez les patients ayant une TP non tumorale non cirrhotique est la même que chez les patients cirrhotiques
• La prophylaxie des varices dans ce contexte est nécessaire et efficace

Il est recommandé de prendre en charge les varices de la même façon chez les patients atteints de TP non tumorale non cirrhotique que chez les patients cirrhotiques. Cependant cela n’a jamais été prouvé. Il s’agit d’une étude rétrospective utilisant les données de 2 cohortes prospectives sur les maladies vasculaires du foie.
Caractéristiques des patients :
Cf tableau. TP avec facteurs prothrombotiques acquis dans 50 % des cas, syndrome myéloprolifératif dans 39 % des cas.
Ascite dans 21 % des cas.
51 % des patients anti-coagulés.
Les patients présentant des varices avaient plus souvent une splénomégalie et/ou de l’ascite (que ce soit des varices de toute taille ou des varices de grande taille).
Mais 42 % des patients ayant des varices (et 18 % de ceux ayant des varices de taille large) n’avaient ni l’un ni l’autre de ces facteurs, suggérant qu’il faut dépister tous les patients par une endoscopie haute.



_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 20 Mai 2016 - 13:42; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Avr 2016 - 13:05
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
TRANSPLANTATION HÉPATIQUE

• Diminution de l’incidence des cancers après transplantation hépatique : le registre nordique
• L’EH est un facteur de risque indépendant de mortalité chez les candidats à la transplantation hépatique
• Un nouveau score pronostique dans la TH pour la récidive du CHC : tout commence par le foie natif
• Abstinence avant TH pour maladie alcoolique : en finir avec la « règle des 6 mois » !
• La TH n’est pas contre-indiquée chez les patients cirrhotiques en défaillance multiviscérale (DMV)

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Avr 2016 - 13:06
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
DIMINUTION DE L’INCIDENCE DES CANCERS APRÈS TRANSPLANTATION HÉPATIQUE : LE REGISTRE NORDIQUE
ABERG F, FINLANDE, EASL 2016, ABS. LBP509 ACTUALISÉ


• L’incidence des cancers liés à l’immunosupression diminue avec le temps chez les patients transplantés hépatiques
• Les cancers surviennent majoritairement chez les sujets transplantés pour cirrhose OH chez qui la surveillance doit être accrue

Etude utilisant les données du registre nordique de TH (1982-2013) et les données des registres de cancer.
Objectifs : étudier l’incidence des cancers de novo post-TH depuis 30 ans, et la relation entre survenue d’un cancer de novo et indication de la TH.
4 246 patients étudiés (4 % des TH entre 1982-1990, 29 % entre 1991-2000 et 67 % des TH > 2000). Etiologies TH : SCP : 18 %, CBP : 9 %, alcool : 12 %, hépatite fulminante : 11 %, autre : 41 %. Immunosuppression dans le 1er mois : FK 66 %, ciclosporine : 31 %, MMF : 43 %, corticoïdes : 97 %.
Calcul des SIR (standardized incidence ratio = ratio des cas observés/cas attendus, ajusté sur âge, sexe et saison).

Résultats :
Diminution de l’incidence des cancers solides avec le temps : SIR de 4,1 dans les années 80, 3,09 dans les années 1990 et 1,78 dans les années 2000. Même tendance pour les lymphomes non hodgkiniens (SIR : 22,1-9,2-7,11 en fonction des décennies) et les cancers cutanés en dehors du mélanome (SIR : 38,6, 21,8 et 9,89). Incidence plus importante des cancers chez les patients ayant une maladie alcoolique, et du cancer colorectal chez les patients ayant une CSP ;
L’incidence des cancers liés à l’immunosupression diminue avec le temps chez les patients transplantés hépatiques ;
Les cancers surviennent majoritairement chez les sujets transplantés pour cirrhose OH chez qui la surveillance doit être accrue.



_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 20 Mai 2016 - 13:44; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Avr 2016 - 13:08
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
L’EH EST UN FACTEUR DE RISQUE INDÉPENDANT DE MORTALITÉ CHEZ LES CANDIDATS À LA TRANSPLANTATION HÉPATIQUE
KERBERT AJ, PAYS-BAS, EASL 2016, ABS THU-013 ACTUALISÉ


• L’EH est un facteur de risque indépendant de mortalité chez les candidats à la transplantation hépatique
• Dans un contexte où le temps d’attente sur liste est plus court et l’accès à la greffe plus facile, les facteurs pronostiques habituels (MELD élevé) et l’EH ne sont plus associés à la mortalité

L’EH n’est pas incluse dans le score de MELD pour les patients en attente de TH.
Objectif : étudier l’impact de l’EH sur la mortalité sur liste de TH, indépendamment des facteurs déclenchant l’EH (score de propension).
Méthodes : analyse rétrospective de 3 cohortes. Une cohorte de référence (Pays-Bas, n = 262). Validation sur 2 cohortes indépendantes (Pays-Bas, n = 226 et Espagne, n = 279). A noter, en Espagne le temps d’attente sur liste est plus court et le taux de TH plus élevé.
Les 3 cohortes ne sont pas identiques : les patients sont plus sévères avec un taux de CHC plus important dans la cohorte espagnole.
Afin d’estimer l’influence de l’EH en dehors des facteurs précipitant l’EH, un score de propension a été utilisé, incluant : l’ATCD d’EH, l’ISLA, l’ascite, la RVO et le TIPS.



_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 20 Mai 2016 - 13:49; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Avr 2016 - 13:09
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
UN NOUVEAU SCORE PRONOSTIQUE DANS LA TH POUR LA RÉCIDIVE DU CHC : TOUT COMMENCE PAR LE FOIE NATIF
COSTENTIN C, PARIS, EASL 2016, ABS. FRI-441 ACTUALISÉ


• Les critères histologiques obtenus à partir du foie natif permettent d’identifier les patients à haut risque de récidive après TH pour CHC

Le CHC est la première indication d’inscription sur liste d’attente de TH en France. Les résultats sont conditionnés par le risque de récidive après la greffe. Le score AFP est utilisé en France pour sélectionner les patients qui présentent le risque de récidive le plus faible. Par définition, il ne tient pas compte des critères histologiques du CHC.
Dans cette étude, les auteurs ont identifié des facteurs prédictifs de récidive à partir de l’analyse du foie natif : nombre de nodules, taille du plus gros nodule, atteinte uni ou bilobaire, micro-invasion vasculaire, différenciation tumorale. Ces variables ont été testées dans un modèle de régression logistique, puis une transformation linéaire des coefficients de régression a permis de construire un score simplifié de risque de récidive. Deux scores ont été construits, avec ou sans prise en compte de la différenciation tumorale, afin de tenir compte des traitements pré-TH qui peuvent modifier ce paramètre. Ces scores obtenus à partir d’une cohorte Française d’évaluation ont été secondairement validés sur une cohorte Italienne.
L’intérêt de ces scores est d’identifier dès la greffe les patients qui devront bénéficier d’un dépistage « agressif » de la récidive, et d’éventuels traitements adjuvants.





_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 20 Mai 2016 - 13:51; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Avr 2016 - 13:11
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
ABSTINENCE AVANT TH POUR MALADIE ALCOOLIQUE : EN FINIR AVEC LA « RÈGLE DES 6 MOIS » !
TOBIASCH M, ALLEMAGNE, EASL 2016, ABS. FRI-477 ACTUALISÉ


• Une durée d’abstinence longue avant TH prédit un risque faible de rechute.
• Une durée d’abstinence courte avant TH ne prédit ni la rechute, ni la mortalité

La maladie alcoolique du foie, isolée ou associée à un CHC ou une infection VHC, représente près de 50 % des indications de TH en France. Le risque de reprise d’une consommation d’alcool après la greffe constitue encore un frein à cette indication. La plupart des équipes de transplantation exigent une durée d’abstinence d’au moins 6 mois avant de proposer la greffe à ces patients. Improprement appelée « règle des 6 mois », elle a plus une valeur stigmatisante que scientifique. Son seul intérêt est de permettre à certains patients de s’améliorer et d’éviter la greffe.
Cette méta analyse confirme ces données, à savoir qu’une abstinence prolongée est prédictive d’un risque de rechute faible, mais qu’à l’inverse, avec une valeur prédictive positive < 30 %, une abstinence < 6 mois n’est pas prédictive de rechute sévère ni de mortalité.
Une prise en charge addictologique reste indispensable chez tous ces patients.


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 20 Mai 2016 - 13:54; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Avr 2016 - 13:13
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
LA TH N’EST PAS CONTRE-INDIQUÉE CHEZ LES PATIENTS CIRRHOTIQUES EN DÉFAILLANCE MULTIVISCÉRALE (DMV)
ARTRU F, LILLE, EASL 2016, ABS. FRI-449 ACTUALISÉ


• Cette étude plaide pour un accès à la réanimation et à la TH pour les patients cirrhotiques les plus graves

Le « score Foie » utilisé par l’Agence de la Biomédecine pour l’attribution des greffons favorise les patients avec cirrhose décompensée et score de MELD élevé. Pour les patients les plus sévères, c’est-à-dire hospitalisés en réanimation en défaillance multiviscérale, la question de la futilité de la TH (surmortalité précoce) est posée.
Dans cette étude Française tri-centrique rétrospective portant sur 69 patients transplantés en défaillance multiviscérale (DMV), les résultats à court terme sont superposables à ceux des patients « classiques » (non hospitalisés en réanimation) : 93 % de survie à 3 mois, 84 % de survie à 1 an. De plus, l’analyse d’un groupe contrôle non transplanté montre que dans ce cas, la survie à 1 an est de 10 %.


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 20 Mai 2016 - 13:55; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Avr 2016 - 13:18
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
STÉATOPATHIES MÉTABOLIQUES, ALCOOL ET AUTRES HÉPATOPATHIES

• « Naturellement, si vous allez leur dire qu’ils se portent bien, ils ne demandent qu’à vous croire » - Jules Romain
• Forte incidence de cirrhose à 15 ans chez les patients hospitalisés avec un problème d’alcool : il faut organiser le suivi alcoologique à la sortie
• Spectroscopie infrarouge pour le diagnostic de NASH
• NAFLD : l’élasticité hépatique est prédictive de la survie
• Silymarine : le retour dans la NASH
• Il ne faut pas sous-estimer la gravité potentielle de la toxicité hépatique des AINS
• ElastPQ : encore un appareil pour mesurer l’élasticité hépatique
• Azathioprine au long cours dans l’hépatite auto-immune : un risque élevé de cancers !
• CBP : quel est le meilleur facteur pronostique ?
• Un espoir de traitement pour la cholangite sclérosante primitive

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Avr 2016 - 13:19
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
« NATURELLEMENT, SI VOUS ALLEZ LEUR DIRE QU’ILS SE PORTENT BIEN, ILS NE DEMANDENT QU’À VOUS CROIRE » - JULES ROMAIN
MARTINI A, ITALIE, EASL 2016, ABS. FRI-401 ACTUALISÉ


• A quand un dépistage systématique de maladie hépatique chez les patients qui ont un syndrome métabolique ?

• Etude de prévalence des maladies hépatiques « occultes » chez 139 104 sujets recrutés par 99 médecins généralistes
• Critères de dépistage :
ALAT > 2N à deux reprises = maladie chronique du foie occulte
Plaquettes < 120 g/l = cirrhose occulte (après exclusion des hémopathies)
• Comparaison à des patients suivis pour hépatite chronique ou cirrhose



_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 20 Mai 2016 - 14:01; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Avr 2016 - 13:21
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
FORTE INCIDENCE DE CIRRHOSE À 15 ANS CHEZ LES PATIENTS HOSPITALISÉS AVEC UN PROBLÈME D’ALCOOL : IL FAUT ORGANISER LE SUIVI ALCOOLOGIQUE À LA SORTIE
ASKGAARD G, DANEMARK, EASL 2016, ABS. THU-288 ACTUALISÉ


• Le risque de développer une cirrhose OH à 15 ans est de 5-6 % chez les patients chez qui un problème d’OH a été détecté lors d’une hospitalisation
• Il est plus important chez les sujets d’âge moyen, ayant une alcoolodépendance ou alcoolonarcose
• Ce risque est plus de 10 fois supérieur à celui de la population générale, suggérant qu’il faut organiser le suivi alcoologique de ces patients

Etude de cohorte utilisant le registre Danois, sur 15 ans, effectuée chez les patients hospitalisés une fois, chez qui a été détecté un problème d’alcool et n’ayant pas de cirrhose (n = 36 044 inclus entre 1988 et 2002).
Patients : 2/3 sexe masculin, âge moyen 44 ans, hospitalisation initiale pour problème somatique. Alcoolisation aiguë plus fréquente chez les femmes.
Estimation du risque absolu et relatif de cirrhose OH à 15 ans.
Fin 2014, 1 406 hommes et 560 femmes avaient développé une cirrhose (cf figure).
Risque augmenté :
Chez les patients âgés de 40-59 ans au moment du diagnostic ;
Chez les alcoolo-dépendants ;
Chez ceux ayant une alcoolonarcose.



_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 20 Mai 2016 - 14:03; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Avr 2016 - 13:25
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
SPECTROSCOPIE INFRAROUGE POUR LE DIAGNOSTIC DE NASH
ANTY R, NICE, EASL 2016, ABS. PS085 ACTUALISÉ


• La spectroscopie infrarouge pourrait être une bonne méthode non-invasive pour le diagnostic de la NASH

La spectroscopie infrarouge permet une évaluation métabolique globale d’un liquide biologique (sang, urines, ascite…) à partir d’une toute petite quantité de liquide (7 µl). Le principe est basé sur les propriétés des liens chimiques entre les molécules de vibrer dans la région et de générer des bandes d’absorption dans la zone.
Société commercialisant cette machine : Diafir SPIDTM FT-IR spectrometer (Rennes, France).
Analyse histologique par la classification NASH CNR.
L’analyse a été faite en deux étapes. La première étape a différencié les patients avec et sans stéatose sévère. La deuxième étape a consisté à déterminer ou non la présence d’une NASH chez les patients avec ou sans stéatose sévère. Il en a été de même pour le diagnostic de la fibrose F2F3 versus la fibrose F0F1.
Nombre de patients en fonction des caractéristiques histologiques (calibration vs validation)
• F0 : 42 vs 12
• F1 : 160 vs 85
• F2 : 50 vs 25
• F3 : 13 vs 7
• Pas de cirrhose
• NASH : 44 vs 24
• F0 : 42 vs 12
• F1 : 160 vs 85
• F2 : 50 vs 25
• F3 : 13 vs 7
• Pas de cirrhose
• NASH : 44 vs 24
• Stéatose
• S < 5 % : 17 vs 7
• 5 < S < 33 % : 93 vs 57
• 33 < S <66> 66 % : 55 vs 16



_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 20 Mai 2016 - 14:04; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Avr 2016 - 13:30
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
NAFLD : L’ÉLASTICITÉ HÉPATIQUE EST PRÉDICTIVE DE LA SURVIE
BOURSIER J, ANGERS, EASL 2016, ABS. FRI-303 ACTUALISÉ


• Les tests sanguins et l’élasticité hépatique sont prédictifs de survie globale et de survie spécifique au cours de la NAFLD

Etude rétrospective monocentrique de patients inclus entre janvier 2005 et décembre 2009.
Tests sanguins évalués : FIB4, APRI, Hépascore et Fibromètre V2G.
Date de fin de suivi : 15 novembre 2014.
Caractéristiques des patients :
• Age : 59 ans ;
• Hommes : 66 % ;
ASAT : 40 UI/l ;
ALAT : 50 UI/l .
TP : 91 % .
Plaquettes : 231 G/l .
• Durée médiane du suivi : 6,4 ans ;
• Décès par maladie hépatique : 17 (CHC 9, insuffisance hépatique 5, syndrome hépato-rénal 2, rupture de VO 1) ;
• Décès de cause inconnue : 10 ;
• Décès par cancer non hépatique : 17 ;
• Décès par maladie cardiovasculaire : 13 ;
• L’élasticité hépatique et le fibromètre sont aussi prédictifs du décès par maladie hépatique et par maladie non-hépatique.
Commentaires :
• La définition de la NAFLD n’est pas précisée : diagnostic échographique ? Diagnostic clinique ?
• La consommation d’alcool et l’IMC des patients n’est pas indiquée.


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 20 Mai 2016 - 14:05; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Avr 2016 - 13:33
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
SILYMARINE : LE RETOUR DANS LA NASH
CHAN WK, MALAISIE, EASL 2016, ABS. LBP527 ACTUALISÉ


• La silymarine pourrait être utile dans le traitement de la fibrose au cours de la NASH

Silymarine : produit dérivé du Silybum marianum.

Caractéristiques des patients : silymarine (n = 49) versus placebo (n = 50)
• Age (années) : 50 vs 50 ;
• Hommes (%) : 49 vs 44 ;
IMC (kg/m²) : 30 vs 31 ;
• Obésité (%) : 90 vs 92 ;
• Longueur de la PBH (mm) : 15 vs 15 ;
• Elasticité hépatique (kPa) : 8,8 vs 8,7 ;
• CAP (dB/m) : 329 vs 315.
• Résolution de la NASH = NAS < 3

Les patients dans le groupe silymarine ont eu significativement plus fréquemment une amélioration de leur élasticité hépatique ≥ 30 % par rapport au groupe placebo : 26,3 % versus 2,6 %, p = 0,003.
L’utilisation de la silymarine était un facteur prédictif indépendant d’amélioration de la fibrose hépatique après ajustement pour l’âge, le sexe, le score de NAS à J0, le stade de fibrose et l’évolution du taux de LDL ou d’hémoglobine glyquée (OR = 6,03, IC 95 % : 1,11-32,7 ; p = 0,037).


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 20 Mai 2016 - 14:06; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Avr 2016 - 13:35
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
IL NE FAUT PAS SOUS-ESTIMER LA GRAVITÉ POTENTIELLE DE LA TOXICITÉ HÉPATIQUE DES AINS
GONZALEZ-JIMENEZ A, ESPAGNE, EASL 2016, ABS. THU-311 ACTUALISÉ


• Les AINS représentent la seconde cause d’hépatite médicamenteuse
• Une fréquence élevée de diabète était observée chez les patients présentant une hépatite médicamenteuse liée à l’Ibuprofène. Parmi les 23 cas rapportés, 3 ont conduit au décès

Les AINS représentent la seconde cause d’hépatite médicamenteuse dans la plupart des registres nationaux publiés. C’est le cas en France (première cause = acide clavulanique) [revue générale Leise MD, Mayo Clinic Proc 2014]. Cette étude présente les résultats des hépatites médicamenteuses recensées dans les Registres Espagnol (867 cas) et Latino-Américain (200 cas). Au total, 91 cas (11 %) étaient attribués aux AINS. Les résultats les plus intéressants pour nous concernent l’Ibuprofène, en raison de sa grande diffusion hors prescription en France (deuxième substance active la plus vendue en officine [Rapport ANSM juin 2014]).
Une fréquence élevée de diabète était observée chez les patients présentant une hépatite médicamenteuse liée à l’Ibuprofène. Parmi les 23 cas rapportés, 3 ont conduit au décès.



_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 20 Mai 2016 - 14:11; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Avr 2016 - 13:39
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
ELASTPQ : ENCORE UN APPAREIL POUR MESURER L’ÉLASTICITÉ HÉPATIQUE
GARCOVICH M, ITALIE, EASL 2016, ABS. SAT-469 ACTUALISÉ


• Au moins 3 appareils d’échographie abdominale (SuperSonic Imagine, Siemens, Philips) permettent maintenant de mesurer l’élasticité hépatique
• L’intérêt de ces appareils est qu’ils permettent le suivi complet des patients par échographie (dépistage de CHC) ainsi que la mesure de l’élasticité hépatique

Appareil d’échographie Philips (iU22) qui mesure aussi maintenant en plus l’élasticité hépatique.
Caractéristiques des patients :
• Hommes : 56 % ;
• Age moyen : 52 ans ;
IMC : 25,8 kg/m² ;
Plaquettes : 201 G/l ;
ASAT : 70 UI/l ;
ALAT : 87 UI/l ;
• GGT : 122 UI/l.
Etiologie de la maladie hépatique !
VHC : 49 % ;
VHB : 7 % ;
NASH : 20 % ;
Auto-immune : 18 % ;
• Autres : 6 %.
Score de fibrose
• F0 : 11 % ;
• F1 : 47 % ;
• F2 : 21 % ;
• F3 : 12 % ;
• F4 : 9 %.
• Elasticité moyenne : 7,4 kPa.
• Longueur moyenne de la PBH : 25 mm.



_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 20 Mai 2016 - 14:13; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Avr 2016 - 13:41
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
AZATHIOPRINE AU LONG COURS DANS L’HÉPATITE AUTO-IMMUNE : UN RISQUE ÉLEVÉ DE CANCERS !
HOEROLDT B, ROYAUME-UNI, EASL 2016, ABS. FRI-369 ACTUALISÉ


• Cette étude nous alerte sur le risque de cancers, notamment lymphomes et cancers cutanés non-mélanome, chez les patients traités pendant plus de 10 ans par immunosuppresseurs pour hépatite auto-immune

Le traitement d’entretien de l’hépatite auto-immune repose sur l’arrêt progressif des corticoïdes et le maintien au long cours de l’azathioprine. Cette étude, qui doit être confirmée, met en évidence un risque accru de cancers non CHC. La dose moyenne d’azathioprine n’est pas précisée. Cela suggère de mettre en place un dépistage systématique qui s’apparente à la surveillance des patients transplantés.
(CS dermatologique annuelle, scanner TPP, suivi gynécologique)



_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 20 Mai 2016 - 14:15; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Avr 2016 - 13:44
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
CBP : QUEL EST LE MEILLEUR FACTEUR PRONOSTIQUE ?
CORPECHOT C, PARIS, EASL 2016, ABS. PS086 ACTUALISÉ


• Au cours de la CBP traitée, l’association du Globe score et de l’élasticité hépatique permet de prédire la survie et les complications hépatiques

Communication présentée par le Pr O. Chazouillères.
La valeur pronostique du Fibroscan par rapport à la réponse biochimique à l’acide ursodésoxycholique (AUDC) et aux nouveaux scores de CBP n’est pas connue.
Etude rétrospective monocentrique.
Suivi minimum de 6 mois.
Mesure de l’élasticité hépatique par Fibroscan.
Evaluation des décès, transplantation hépatique (ou en attente de transplantation hépatique), complications de la cirrhose.

Critères pronostiques évalués : Globe score, UK-PBC score et score de Paris-I au moment du Fibroscan.
Critères de Paris : phosphatases alcalines (PAL) < 3 ULN et ASAT < 2 LSN et bilirubine normale.
UK-PBC risk score : bilirubine, PAL, ASAT, ALAT, albumine, plaquettes.
Globe score : âge, bilirubine, PAL, albumine, plaquettes.

Caractéristiques des 200 patients
• Age : 56,7 ± 11,4 ans ;
• Femmes : 179 (90 %) ;
• Durée d’évolution de la maladie : 6,7 ± 5,9 ans ;
• Bilirubine (µM) : 15,4 ± 12,7 ;
• PAL (xLSN) : 1,6 ± 1,0 ;
• Maladie avancée : 57 (29 %) ;
• Suivi : 5,3 ± 2,3 ans ;
• Décès : 4 (2 %) ;
• Transplantation hépatique (ou sur liste) : 13 (7 %) ;
• Décompensation de la cirrhose : 8 (4 %).
Performance des tests (C index de Harrel)
• Globe score : 0,9038 ;
• Fibroscan : 0,8966 ;
• UK-PBC score : 0,8584 ;
• Paris-I criteria : 0,8219.


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 20 Mai 2016 - 14:17; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Avr 2016 - 13:46
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
UN ESPOIR DE TRAITEMENT POUR LA CHOLANGITE SCLÉROSANTE PRIMITIVE
TRAUNER M, AUTRICHE, EASL 2016, ABS. LBO2 ACTUALISÉ


• Une étude de phase 3 avec la dose de 1 500 mg va démarrer

Le bénéfice de l’AUDC dans la CSP reste à démontrer.
L’acide 24-nor-ursodeoxycholique est un homologue de l’AUDC avec une chaine latérale raccourcie. Ceci diminue sa conjugaison lors du cycle entéro-hépatique avec une augmentation du shunt cholehépatique et donc un enrichissement intrahépatique du produit. Il possède des effets anti-inflammatoires, antifibrotiques et antiprolifératifs.



_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 20 Mai 2016 - 14:19; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 07 Mai 2016 - 17:15
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
Expert Perspectives: Best of HCV - 2016 Spring Update

http://www.ic-hep.com/webcasts/SpringUp ... ?region=US

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 07 Jn 2016 - 09:39
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
LES AAD DANS LA « VIE RÉELLE »

Les nouveaux traitements anti-VHC (Antiviraux à Action Directe ou AAD) ont largement démontré leur efficacité dans les essais cliniques de développement. Mais qu'en est-il en situation d'utilisation dans la « vie réelle » ?

Cette étude présentée à l'EASL 2016 de Barcelone visait à répondre à cette question.
L'étude portait sur une cohorte de 9 604 patients américains infectés par le VHC et traités par AAD. Leur dossier était au Department of Veteran Affairs
La majorité des participants étaient des hommes (96 %) âgés de 60 à 65 ans (65 %), et 75 % d'entre eux avaient un virus de génotype 1.
Ces patients ont été traités pendant 12 semaines par l'une des combinaisons suivantes :
• siméprévir + sofosbuvir : n =3 064
• sofosbuvir/ledipasvir (Harvoni ® ): n = 5 524
• dasabuvir + ombitasvir + paritaprevir/r (3D) : n = 1 012.

Les patients avec une maladie hépatique plus avancés ont plus souvent reçu la combinaison simeprevir + sofosbuvir, premiers AAD de l'étude, disponibles sur le marché.
Chacune des trois combinaisons d'AAD a donné lieu à des taux de guérison élevés :
• siméprévir + sofosbuvir : 87,3 %
• sofosbuvir/ledipasvir (Harvoni ® ) : 93,2 %
• dasabuvir + ombitasvir + paritaprevir/r (3D) : 93,4 %

Après ajustement sur les caractéristiques à l'inclusion, les patients prenant les combinaisons sofosbuvir/ledipasvir ou dasabuvir + ombitasvir + paritaprevir/r avaient plus de chance d'obtenir une RVS12 par rapport aux patients prenant la combinaison siméprévir + sofosbuvir.

La sévérité de la maladie hépatique à l'inclusion impacte le résultat du traitement. Plus la maladie est sévère moins il y a de chances d'obtenir une RVS12.

En conclusion, les auteurs constatent qu'en utilisation de routine, les AAD confirme leur efficacité de plus de 90% comme cela était montré dans les évaluations cliniques.

Analysis of the real-world effectiveness of direct acting antiviral treatments for hepatitis C in a large population. EASL International Liver Congress 2016. Barcelona, April 13-17, 2016.
J McCombs, J McGinnis, S Fox, et al. Abstract LPB510.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,79271793365479 seconds.