Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 20:31
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22813
Localisation: Hyères
Cirrhoses virales C après RVS Le risque de CHC n’est pas nul !
Nahon P, Bondy, EASL 2015, Abs. P0328 actualisé


• Après RVS, le risque de CHC est plus important chez les patients avec syndrome métabolique

Même si ce résultat mérite d’être confirmé, il est essentiel car il montre qu’un des risques majeurs de CHC après RVS pourrait être le syndrome métabolique. Ceci pourrait avoir un impact pratique dans la poursuite du dépistage du CHC uniquement dans cette population de malades. Cela confirme aussi qu’il faut continuer à suivre les patients avec RVS, et notamment les patients avec syndrome métabolique pour prendre en charge le syndrome métabolique, facteur majeur de risque de CHC.


• Etude réalisée à partir de la cohorte CirVir
• 1 822 patients avec cirrhose virale B ou C prouvée histologiquement, suivis prospectivement avec notamment une échographie abdominale tous les 6 mois
• Après exclusion de certains patients, cette cohorte est constituée de 1 672 patients (1 323 VHC, 318 VHB et 31 VHB-VHC) avec un suivi médian 43,2 mois.
• Ce poster a évalué les 1 323 patients avec cirrhose virale C.
Caractéristiques des patients
• Age : 55,4 ans
• Hommes : 63,4 %
IMC médian : 25,8 kg/m²
Diabète : 19,1 %
• Syndrome métabolique : 17,1 %
• Consommation d’alcool dans le passé : 32,1 %
• Consommation d’alcool actuelle : 0-10 g/jour : 90,7 % ; 10-50 g/jour : 7,4 % ; > 50 g/jour : 1,9 %
• Génotypes : G1 : 66,4 % ; G2 : 5,7 % ; G3 : 16,6 % ; G4 : 9,6 %
ARN du VHC positif : 71,3 %
• Traitement antiviral : 93,2 %
• RVS observée dans 458 cas (34,6 %) à la fin du suivi.






_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 20:46
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22813
Localisation: Hyères


Peut-on arrêter le ténofovir chez les patients AgHBe négatifs ?
Berg T, Allemagne, EASL 2015, Abs. O119 actualisé


• Corrélation positive entre le titre de l’AgHBs à J0 et le % de diminution du titre entre J0 et S48 (corr. = 0,62 ; p = 0,003)
• Cette stratégie pourrait être bénéfique chez certains patients AgHBe-

La durée optimale d’un traitement par NUC chez les patients AgHBe- n’est pas connue. Il est recommandé de poursuivre le traitement jusqu’à la perte de l’AgHBs qui survient rarement.
L’arrêt des NUC entraine une réactivation quasi-constante de la réplication virale. Il a été montré que ce type de rechute pouvait s’accompagner d’une perte de l’AgHBs chez un nombre significatif de malades.

L’objectif de cette étude randomisée allemande était d’évaluer le % de perte d’AgHBs chez des patients contrôlés par tenofovir depuis plusieurs années après arrêt du TDF.


• Etude ouverte, multicentrique, contrôlée, randomisée
• AgHBe- à l’initiation du ténofovir et à la randomisation
ADN VHB < 400 copies/ml ≥ 3,5 ans avant randomisation
• Pas de cirrhose (Fibroscan < 10 kPa), ALAT normales, AgHBe-, Ac-anti-HBe+, AgHBs+
• Pas d’ATCD de décompensation










_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 20:55
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22813
Localisation: Hyères
Intérêt de l’ajout de PEG-IFN chez les patients VHB AgHBe- virosupprimés sous analogues : PEGAN
Bourlière M, Marseille, EASL 2015, Abs. O112 actualisé


• A S96 l’ajout de PEG-IFN chez les patients bien virosupprimés sous analogues augmente la perte d’AgHBs et la séroconversion HBS chez les patients ayant un titre faible d’AgHBs à J0

Etude multicentrique randomisée controlée étudiant l’intérêt d’ajouter un traitement de 48 semaines par interferon pegylée alpha 2-a pour obtenir une perte de l’AgHBs et une séroconversion HBs chez les patients AgHBe négatifs complétement virosupprimés sous analogues depuis, au moins, un an.


• Etude ANRS-HB06 PEGAN
• 185 patients AgHBe-, ADN VHB indétectable sous-analogues depuis au moins 12 mois
• Stratification selon le titre de l’AgHBs










_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 20:59
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22813
Localisation: Hyères
Histoire naturelle de l’hépatite delta en France
Roulot D, Bobigny, EASL 2015, Abs. P0600 actualisé



• Cohorte multicentrique française, patients suivis dans les centres de référence des hépatites virales
• 1 112 patients inclus
• 86 % de migrants
• Génotypes : VHD-1 : 76 %, VHD-5 : 18 %
• 28 % de cirrhose
Suivi médian 4,4 ans




_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 21:02
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22813
Localisation: Hyères
REP 2139 : un traitement prometteur dans l’hépatite delta ?
Bazinet M, Moldavie, EASL 2015, Abs. LO2 actualisé


REP 2139-Ca est un polymère acide nucléique qui permet la clairance de l’AgHBs dans des modèles de l’hépatite du canard et chez l’homme. Cette étude a testé l’efficacité de cette molécule associée à PEG-IFN chez les patients co-infectés VHB-VHD.

• 12 patients moldaves VHB-VHD, non cirrhotiques



Commentaire
L’adjonction de PEG-IFN semble augmenter le taux de séroconversion HBs chez les patients ayant reçu du REP 2139

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 21:06
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22813
Localisation: Hyères
Lonafarnib : un traitement potentiellement efficace contre le VHD
Yurdaydin C, Turquie, EASL 2015, Abs. O118 actualisé


Le lonafarnib est un inhibiteur oral de la farnesyl transferase qui inhibe la farnelysation de l’antigène delta. Il bloque l’assemblage et le package lors de la réplication du VHD. Les objectifs de cette étude étaient de trouver la dose la plus efficace et de tester l’efficacité virologique à 1 et 2 mois d’un traitement boosté par ritonavir et de l’association avec PEG-IFN. Les résultats étaient comparés avec les résultats d’une étude de preuve de concept qui a été présentée à l’AASLD 2014 et avec les résultats de l’étude HIDDIT 2 qui avait évalué l’intérêt de PEG-IFN + TDF.
Le boost 100 mg de ritonavir (ou l’adjonction de 180 µg/sem. de PEG-IFNα-2a) permet d’accroître l’efficacité antivirale et de réduire les effets secondaires digestifs.


• Lonafarnib = inhibiteur oral de la farnelysation de l’Ag delta




_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 21:15
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22813
Localisation: Hyères


Diagnostic non-invasif de la fibrose hépatique au cours de la NAFLD
Boursier J, Angers, EASL 2015, Abs. P0989 actualisé


• 646 patients NAFLD avec PBH, FibroScan et bilan sanguin
• Développement d’un nouveau score plus performant d’évaluation non invasive de la fibrose dans la NASH combinant élasticité hépatique et paramètres biologiques (BLEN-test)

La stéatopathie métabolique (NAFLD) est la maladie hépatique du futur. Le diagnostic non-invasif de sa sévérité est donc de première importance.
Cette étude a comparé la mesure de l’élasticité hépatique par Fibroscan à 8 marqueurs sanguins de fibrose hépatique et a développé ensuite un score “combiné” pour améliorer la performance diagnostique de ces méthodes pour le diagnostic de la fibrose hépatique au cours de la NAFLD.
Dans cette étude, 646 patients avec NAFLD ont été inclus. Tous les patients ont eu :
PBH (score de fibrose par le score NASH-CRN)
Mesure de l’élasticité hépatique par FibroScan
8 marqueurs sanguins : BARD, NAFLD Fibrosis Score, FibroMeterS, APRI, FIB4, Fibrotest, Hepascore, FibroMeterV2G
Performance des tests (AUROCs)
BARD
- F ≥ 2 : 0,698 + 0,025
- F ≥ 3 : 0,695 + 0,024
- F4 : 0,694 + 0,031
NFS
- F ≥ 2 : 0,717 + 0,024
- F ≥ 3 : 0,732 + 0,024
- F4 : 0,766 + 0,032
FibroMeterS
- F ≥ 2 : 0,764 + 0,023
- F ≥ 3 : 0,759 + 0,023
- F4 : 0,779 + 0,029
APRI
- F ≥ 2 : 0,719 + 0,025
- F ≥ 3 : 0.754 + 0,023
- F4 : 0,767 + 0,034
FIB4
- F ≥ 2 : 0,721 + 0,024
- F ≥3 : 0,780 + 0,022
- F4 : 0,777 + 0,033








_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 21:26
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22813
Localisation: Hyères
La NASH impacte la survie après chirurgie bariatrique
Goossens N, Suisse, EASL 2015, Abs. P0990 actualisé


Cohorte de 492 patients ayant bénéficié d’une chirurgie bariatrique
• Mortalité 21/492 (4,3 %)Schéma thérapeutique








_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 21:31
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22813
Localisation: Hyères
Stéatopathie métabolique : vite un cardiologue !
Mann JP, Royaume-Uni, EASL 2015, Abs. G12 actualisé


• La mortalité et la prévalence des maladies cardiovasculaires sont plus élevées au cours des cirrhoses cryptogénétiques

La stéatopathie métabolique (NAFLD) est un facteur de risque de maladie cardiovasculaire (Lonardo A et al. Diagnosis and management of cardiovascular risk in nonalcoholic fatty liver disease. Expert Rev Gastroenterol Hepatol. 2015 May;9(5):629-50).
Mais le risque est-il proportionnel à la gravité de la NAFLD ?
Une méta-analyse a montré que le risque de mortalité était plus élevé en cas de NASH qu’en cas de NAFLD, sans augmentation de la mortalité cardiovasculaire (Musso et al, Ann Med 2011). La fibrose est associée au risque de mortalité (Ekstedt M et al. Fibrosis stage is the strongest predictor for disease-specific mortality in NAFLD after up to 33 years of follow-up. Hepatology. 2015 May;61(5):1547-54).
Il s’agit d’une étude réalisée à partir des données de PMSI de 2000 à 2013 en Angleterre sur une population de 929 465 sujets.
Les codages PMSI utilisés ont été : • NAFLD
• NASH
Cirrhose cryptogénétique
• Maladie cardio-vasculaire
Le nombre de patients évalués est le suivant : • NAFLD 1 294 (Hommes 56 %, âge moyen 51,6 ans)
• NASH 122 (Hommes 57,4 %, âge moyen 57,4 ans)
• Cirrhose 1 285 (Hommes 57,7%, âge moyen 59,2 ans*) *p < 0,001 versus NAFLD ou NASH
Les co-morbidités cardiovasculaires sont significativement plus fréquentes chez les malades avec cirrhose par rapport aux malades NAFLD (en dehors de l’HTA).

• Suivi durant 14 ans d’une population de 929 465 sujets
• Evaluation des co-morbidités cardio-vasculaires en fonction de la sévérité de la maladie hépatique




_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 21:38
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22813
Localisation: Hyères
Stéatose et CHC : un problème majeur aux USA
Younossi Z et al, Etats-Unis, EASL 2015, Abs. O041 actualisé


La prévalence du CHC augmente aux USA. Les CHC dus aux maladies stéatosiques du foie augmentent aussi. Le but de cette étude était d’évaluer le lien entre maladie stéatosique et CHC et la mortalité à partir d’un registre de cancer. Les auteurs sont partis du registre de surveillance SEER de Medicare qui assure les sujets ≥ 65 ans ou avec des handicaps. Cette base de données est liée au registre du National Cancer Institute. Cette base inclut également 5 % des patients sans cancer permettant des études comparatives.

• 5 748 cas de CHC
17 244 contrôles non-CHC appariés (3:1)








_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 21:44
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22813
Localisation: Hyères
Importance de la perte de poids sur l’amélioration de la NASH
Vilar-Gomez E, Cuba, EASL 2015, Abs. O042 actualisé


Le changement de l’hygiène de vie pour obtenir une perte de poids est la pierre angulaire du traitement de la NASH. Une perte de poids de 7 à 10 % semble améliorer le score NAS et ses composants. Il persiste une controverse concernant la relation entre l’intensité de perte du poids et la résolution de la NASH et aucune donnée sur l’évolution de la fibrose.
Le but de cette cohorte prospective cubaine était d’évaluer l’impact d’un régime hypocalorique et une activité physique régulière en aérobie pendant 12 mois sur l’histologie hépatique chez des patients ayant une NASH prouvée histologiquement.
293 malades non cirrhotiques ont été inclus. Il leur a été proposé de suivre un régime hypocalorique pauvre en graisses et de marcher 200 mn/semaine. Une nouvelle biopsie a été réalisée après 1 an.
En tout, 261 ont eu une biopsie initiale et à S52. L’analyse a été faite sur les 293 malades. Les caractéristiques des patients étaient les suivantes : âge 48,5 ans, 59 % de femmes, IMC moyen 31,3, 56 % d’obèses, 44 % de surpoids.
Le score NAS moyen était de 4,8, avec 60% de NAS ≥ 5, 71 % de stéatose > 33 %, Fibrose 0-1 : 69 %, 2 : 20 %, 3 : 11 %.






_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 21:48
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22813
Localisation: Hyères
NASH : l’effet bénéfique de la vitamine E se confirme
Kowdley KV, Etats-Unis, EASL 2015, Abs. LP10 actualisé


• Pas de toxicité cardiologique et pas de dégradation du bilan lipidique mises en évidence avec la vitamine E

Il s’agit d’une analyse poolée de 4 études institutionnelles prospectives randomisées américaines ayant pour objectif d’évaluer l’impact de la vitamine E sur l’amélioration histologique dans la NASH, l’incidence des évènements cardiologiques et sur l’évolution du bilan lipidique.
Cette analyse poolée montre que la vitamine E permet d’obtenir une résolution de la NASH significative sans toxicité cardiologique. Le pioglitazone donne des résultats identiques mais sa toxicité empêche son utilisation.


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 21:57
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22813
Localisation: Hyères
Liraglutide : un traitement potentiel de la stéatohépatite non alcoolique
Amstrong MJ, Royaume-Uni, EASL 2015, Abs. G01 actualisé


Le liraglutide est un analogue du Glucagon Like Peptide 1 (GLP-1) présentant 97 % d'homologie avec le GLP-1 humain qui se lie et active le récepteur du GLP-1. Cette intégrine, sécrétée par l’intestin, diminue l’appétit, diminue la vidange gastrique, protège le cœur, augmente l’insulinosécrétion et diminue la production du glucose par le foie. Le liraglutide est utilisé en sous cutané chez les patients diabétiques en association avec la metformine ou des hypoglycémiants oraux. Chez ces patients, il réduit l’HbA1c, certains lipides, la TA et le poids. Ce traitement réduit également la stéatose et les enzymes hépatiques dans des modèles animaux de stéatose mais également chez l’homme (Amstrong et al, APT 2013).

Il s’agit d’une étude de phase 2 qui évalue l’efficacité et la tolérance chez les patients ayant une NASH avec ou sans diabète. Le critère principal de l’étude est la disparition de la NASH avec absence d’aggravation de la fibrose après 48 semaines de traitement. L’hypothèse émise a priori était une amélioration de la NASH chez 8/21 patients, ce qui permettrait d’envisager une étude de phase III.
Les caractéristiques des patients étaient les suivantes: âge 50-52 ans, 50 à 69 % de mâles, 31 à 35 % de diabète de type 2, IMC moyen 34,2 à 37,7, score moyen NAS de 4,8 à 4,9, score de fibrose F0-2 : 42 à 54 % et F3-4 : 46 à 58 %.

Les résultats de cette étude justifient la réalisation d’une étude de phase 3. Une étude nationale multicentrique va débuter dans quelques semaines.














_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 22:06
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22813
Localisation: Hyères
Impact des statines et des sulfonylurés sur la NASH
Nascimbeni F, Paris, EASL 2015, Abs. P1067 actualisé


Chez les diabétiques avec NASH, les statines ont un effet protecteur sur la survenue de la fibrose. Inversement les sulfonylurée et l’insuline sont associés à une NASH et à une fibrose plus importante.


• Cohorte prospective de 346 patients diabétiques avec une maladie stéatosique histologiquement prouvée








_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 22:12
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22813
Localisation: Hyères
L’acide obéticholique est efficace dans la NASH même chez les patients à haut risque d’évolution
Neuschwander-Tetri B, Etats-Unis, EASL 2015, Abs. LP18 actualisé


L’acide obéticholique a montré un bénéfice dans le traitement de la NASH (Lancet 2015).
Dans cette sous-analyse de l’étude FLINT, les auteurs ont évalué le bénéfice de ce traitement dans le sous-groupe de patients à haut risque de progression : fibrose 2 ou 3, fibrose 1 avec un facteur associé suivant diabète, obésité ≥ 30, augmentation des ALAT.

Analyse de sous-groupe de l’étude FLINT évaluant le bénéfice de l’acide obéticholique chez les patients à haut risque d’évolution défini par :
• Fibrose stade 2 ou 3
• Fibrose stade 1 avec un facteur associé suivant
- Diabète
- Obésité IMC ≥ 30
- ALAT > 60 UI/ml








_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 22:17
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22813
Localisation: Hyères
CIRRAL : premiers résultats à 2 ans
Ganne N, France, EASL 2015, Abs. G08 actualisé


But de CIRRAL : décrire l’histoire naturelle des cirrhoses alcooliques Child A et identifier les facteurs de risque de CHC • 24 centres Français et 2 centres Belges
• 599 malades inclus (puis 51 exclusions). Les inclusions sont encore en cours.
CRITERES D’INCLUSION • Cirrhose Child A prouvée histologiquement
• Consommation excessive d’alcool
• Absence de CHC
• Pas d’autre cause de maladie chronique du foie
• Suivi médian 17 mois
CARACTERISTIQUES DES 548 PATIENTS • Hommes : 67,3 %
• Age médian : 58,6 ans
IMC médian : 27,5 kg/m²
Diabète : 21,9 %
• HTA : 42 %
• Syndrome métabolique : 20,2 %
• Antécédent de décompensation hépatique : 65,1 %
• Pas de consommation d’alcool en cours : 69,5 %
• Consommation d’alcool de 1 à 6 verres par semaine : 16,7 %
• Tabac actif : 35,9 %
• Consommation de café : 77,5 % (61,3 % buvant moins de 3 tasses par jour)
• A l’inclusion, 24 patients avaient un nodule hépatique : dans 13 cas, il s’agissait d’une tumeur bénigne et dans 11 cas de nodules d’allure indéterminée.
• SUIVI par échographies semestrielles
• Apparition d’un CHC dans 18 cas (2 cas dans le groupe avec un nodule hépatique à l’inclusion et 16 cas dans le groupe de patients sans nodule à l’inclusion)
• Pas de facteur prédictif de survenue d’un CHC (mais suivi trop court pour l’instant)
CARACTERISTIQUES ET TRAITEMENT DES 18 CHC • Diagnostic non-invasif dans 17 cas (seul un cas de CHC prouvé histologiquement)
• Critères de Milan : 88 %
• Traitement curatif : 38 %
CONCLUSION • Incidence élevée de lésions focales : 10 % des patients par an durant la 1ère année
• Incidence du CHC > 1,5 % par an durant la 1ère année






_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 22:21
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22813
Localisation: Hyères
Baclofène chez les patients alcoolo-dépendants : les hépatologues s’y mettent
Barrault C, Créteil, EASL 2015, Abs. P1091 actualisé


• Le baclofène est efficace et bien supporté chez les patients alcoolo-dépendants. L’abstinence s’accompagne d’une amélioration de la fonction hépatique des patients les plus graves

Le baclofène est un agoniste GABA de plus en plus utilisé chez les patients alcoolo-dépendants, en traitement de première ou de deuxième ligne. Il a obtenu une Recommandation Temporaire d’Utilisation en mars 2014. Les HGE qui s’occupent de patients avec maladie alcoolique du foie doivent apprendre à manier les médicaments du maintien de l’abstinence. En effet, à ce jour, la diminution, voire l’arrêt, de la consommation d’alcool chez ces malades est la seule stratégie thérapeutique capable d’améliorer le pronostic hépatique. Une autre étude a été présentée pendant ce congrès (Owens L, P 1112). 151 patients ont été traités pendant 1 an avec des résultats comparables : réduction significative de la consommation d’alcool et du score de dépendance, baisse significative de la GGT et de la bilirubine.

• Etude ouverte prospective bicentrique, 100 patients consécutifs
• 65 patients cirrhotiques (Child A : 65 %, B : 20 %, C : 15 %)
• Baclofène (BAC) 15 mg/j, avec augmentation hebdomadaire jusqu’à indifférence à l’alcool
• 83 patients traités pendant 1 an


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 22:21
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22813
Localisation: Hyères


Une partie de scrabble ?
Schoelzel F, Allemagne, EASL 2015, Abs. P0528 actualisé


Le FibroScan peut être utilisé
• chez les patients avec pacemaker
• chez les patients avec maladie de Wilson

Fibroscan et maladie de Wilson (P1225)
L’élasticité hépatique a été mesurée par FibroScan chez 38 patients pris en charge pour maladie de Wilson.
Patients avec forme hépatique pure (n = 17) valeur moyenne : 12 kPa
Patients avec forme mixte (n = 17) valeur moyenne : 16, 8 kPa
Patients avec forme neurologique pure (n = 2) valeur moyenne : 6,15 kPa
Ces résultats préliminaires sont encourageants mais nécessitent d’autres études à plus grande échelle, avec, notamment, une comparaison avec la PBH.

Fibroscan et pacemaker (P528)
L’élasticité hépatique a été mesurée par FibroScan chez 34 patients avec pacemaker.
Aucune modification de fonctionnement du pacemaker n’a été observée.


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 22:28
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22813
Localisation: Hyères
Prophylaxie par immunoglobulines de la récidive virale après TH pour hépatite B : la voie sous-cutanée remplace la voie intra-veineuse
Samuel D, Villejuif, EASL 2015, Abs. LP19 actualisé


• Les immunoglobulines anti-HBs administrées précocement par voie sous-cutanée en association avec un analogue nucléos(t)idique sont efficaces pour la prévention de la récidive B après TH

En l’absence de prophylaxie, la récidive virale est constante après TH pour hépatite B. Le traitement standard repose sur l’association immunoglobulines anti-HBs par voie i.v, permettant de maintenir un taux d’anticorps anti-HBs > 100 UI/l, avec un analogue nucléos(t)idique.
Zutectra® est une forme galénique sous-cutanée d’Ig anti-HBs, dont l’efficacité a été montrée dans des études de phase II. Dans cette étude ouverte de phase III, les Ig sous-cutanées remplaçaient les Ig intraveineuses pendant les 3 premières semaines post-TH. Au bout de 6 mois, tous les patients avaient un taux d’Ac anti-HBs > 100 UI/L. Si ces résultats sont confirmés sur des séries plus grandes, avec un recul plus important, cette forme galénique apportera un confort indéniable aux patients qui n’auront plus besoin de venir en hospitalisation de jour toutes les 8 à 12 semaines pour recevoir leur perfusion d’Ig i.v.
• Etude phase III, ouverte, multicentrique, 49 patients
• TH pour hépatopathie VHB
• Ig anti-HBs : switch i.v/s.c entre J8 et J18
• 500 à 1 000 UI/semaine chez 20 patients ; 500 à 1 500 UI/2 semaines chez 29 patients
• Associées avec analogue nucléos(t)idique
• Efficacité : titre Ac anti-HBS > 100 UI/l chez 100 % des patients
• Pas d’EI sévère ; 1 hématome au point d’injection sans modification de la stratégie ; pas de récidive VHB


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 22:31
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22813
Localisation: Hyères
Cholangite sclérosante primitive : identification précoce des facteurs de risque de transplantation ou de décès
Goode EC, Royaume-Uni, EASL 2015, Abs. O080 actualisé


L’histoire naturelle de la CSP reste mal connue, notamment en termes de risque de transplantation ou de décès, car les études présentent de nombreux biais ou insuffisances (taille des effectifs, centres tertiaires). Le UK-CSP consortium regroupe 108 hôpitaux et 7 centres de TH au Royaume-Uni. A ce jour, il a recruté 1 749 patients et l’étude présentée concerne 1 001 patients. Les caractéristiques principales de la cohorte sont présentées dans la diapositive.
L’intérêt de cette étude est l’identification précoce –au diagnostic, à 1 an et à 2 ans- des facteurs de risque de transplantation ou de décès.
• 1 001 patients inclus dans cohorte UK-CSP
• Hommes : 64 %, âge moyen : 47 ans, suivi moyen : 15 ans
• MICI : 62 %, maladie auto-immune associée : 14 %, AUDC : 81%
• TH : 28 %, cancer digestif : 11 %, décès : 8 %


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 3,6482491493225 seconds.