Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 18:46
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
Prise en charge des varices gastriques en France : une enquête de pratique
Weil D, Besançon, EASL 2015, Abs. P0205 actualisé


• La prise en charge des VG est très hétérogène en France entre les centres, et entre les médecins d’un même centre
• Les CHG ont peu accès à l’encollage et au TIPS
• Des recommandations d’experts sont nécessaires pour la prise en charge des VG

La prise en charge des varices gastriques n’est pas bien codifiée. Enquête de pratique sur la prise en charge des varices gastriques (VG) en France.
Questionnaire s’adressant à 154 médecins de 109 centres (37 CHU, 72 CHG, âge moyen 44 ans, 66 % sexe masculin). Exclusion des GOV1 (varices gastriques dans le prolongement de VO).
L’incidence des hémorragies et des hémorragies sur VG variait entre CHG et CHU, de même que l’accès à la colle ou au TIPS.
Les techniques d’encollage sont extrêmement hétérogènes. Effets indésirables de l’encollage constatés par 59,5 % des médecins (migration le + souvent). Migration recherchée systématiquement par 22,5 % des médecins.
Indications des traitement très variables entre CHU et CHG, dans le contexte de l’hémorragie, de la prophylaxie primaire et secondaire.
La prise en charge des VG est très hétérogène en France entre les centres, et entre les médecins d’un même centre.
Les CHG ont peu accès à l’encollage et au TIPS.
Des recommandations d’experts sont nécessaires pour la prise en charge des VG.Enquête de pratique sur la prise en charge des varices gastriques (VG) en France
Questionnaire à 154 médecins de 109 centres (37 CHU, 72 CHG, âge moyen 44 ans, 66 % sexe masculin)
Exclusion des GOV1 (varices gastriques dans le prolongement de VO)




_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 18:49
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
Le GlycoCirrhoTest permet de prédire la survenue d’un CHC chez les patients ayant une cirrhose compensée
Verhelst X, Belgique, EASL 2015, Abs. P0175 actualisé


• Chez des patients ayant une cirrhose compensée, les valeurs de GCT augmentent 4 ans avant l’apparition d’un CHC
• La glycomique pourrait être un outil intéressant dans la prédiction du CHC

Objectif : déterminer si la glycomique permet de prédire la survenue d’un CHC chez les patients cirrhotiques compensés en testant le GlycoCirrhoTest (GCT). Le GCT étudie les différentes fractions de glycanes dans le sérum. Le GCT a une sensibilité et une spécificité correctes pour le diagnostic de cirrhose chez des patients ayant une hépatopathie chronique mais n’a jamais été testé dans la prédiction du CHC.
Etude de 132 prélèvements sanguins, marquage des différentes fractions de glycanes, et détermination du GlycoCirrhoTest.
Suivi médian de 4 ans. Augmentation de 0,1 du GCT = risque de CHC augmenté de 27 %. AUROC du GCT pour la prédiction du CHC : 0,716.
Au total : chez des patients ayant une cirrhose compensée, les valeurs de GCT augmentent 4 ans avant l’apparition d’un CHC. La glycomique est probablement un outil très puissant dans la prédiction du CHC. Cette étude rétrospective doit être validée prospectivement.


• Objectif : déterminer si la glycomique permet de prédire la survenue d’un CHC chez les patients cirrhotiques compensés en testant le GlycoCirrhoTest (GCT)
• Etude de 132 prélèvements sanguins, marquage des différentes fractions de glycanes, et détermination du GlycoCirrhoTest


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 18:52
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
Qui va décompenser après résection chirurgicale du CHC ?
Citterio D, Italie, EASL 2015, Abs. P0386, actualisé


• La présence d’une HTP, le score de MELD, et le type de résection permettent de prévoir le risque de décompensation après résection chirurgicale du CHC

La résection chirurgicale du CHC chez le patient cirrhotique peut se compliquer d’une décompensation hépatique en post-opératoire, responsable d’une hospitalisation prolongée, et dans les cas les plus graves, du décès ou d’une transplantation hépatique en urgence. Il est admis que ce risque est augmenté chez les patients avec HTP et/ou bilirubine élevée, étant entendu que seuls les patients Child A peuvent bénéficier d’un traitement chirurgical.
Dans cette étude coréenne, les auteurs ont voulu affiner ces facteurs de risque en intégrant le score de MELD et le type de résection. Ils ont utilisé les définitions suivantes :
HTP pré opératoire : varices œsophagiennes ou plaquettes <100> 120 mm ;
Résection majeure : ≥ 3 segments ;
Décompensation post-opératoire selon la classification de Dindo-Clavien : ascite clinique, TP <70> 30 mg/l.

• 543 patients, résection chirurgicale CHC, entre 2000-2013
VHC/VHB : 74 %, Child A : 94 %, MELD médian : 8, HTP pré-op : 30 %
• BCLC 0/A : 84 %, dans critères de Milan : 75 %, αFP médiane : 11


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 18:55
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
A quel rythme faut-il surveiller les patients après résection chirurgicale du CHC ?
Lee M, Corée, EASL 2015, Abs. P0325 actualisé


• Après résection chirurgicale du CHC, la surveillance radiologique doit être faite tous les 3 mois pendant les 2 premières années, puis tous les 6 mois au-delà

La résection chirurgicale est, avec la transplantation hépatique et la thermo-ablation par voie cutanée, l’un des traitements curatifs du CHC. Lorsque les patients sont bien sélectionnés (BCLC 0/A), le risque de récidive à moyen terme est inférieur à 50 %. Les recommandations de l’EASL proposent une surveillance tous les 3-4 mois par imagerie TDM ou IRM, afin de détecter les récidives (niveau de preuve 3D).
Dans cette étude coréenne, la survie était significativement meilleure chez les patients surveillés tous les 3 mois (p < 0,001). Chez les patients qui n’avaient pas récidivé au bout de 2 ans, il n’y avait pas de différence significative entre 3 et 6 mois (p = 0,124). Il faut rappeler que la curabilité dépend de la précocité de détection de la récidive, d’où l’intérêt d’une surveillance rapprochée pendant les 2 premières années.

• CHC BCLC 0/A, résection chirurgicale R0
• Détection récidive par TDM tous les 3 mois ou 6 mois


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 18:58
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
Le ratio neutrophiles/lymphocytes : un facteur pronostique pour les CHC traités par sorafenib ?
Afshar M, Royaume-Uni, EASL 2015, Abs. P0352 actualisé


Le ratio neutrophiles/lymphocytes est un marqueur de l’inflammation systémique. Les patients ayant un RNL > 2,72 ont une survie moindre.
C’est un facteur lié à la réponse à la TACE et à la RFA et liée aussi avec le risque de récidive après TH.

• 234 patients CHC traités par sorafenib : 74 % Child A et 26 % Child B
• Etude de la survie en fonction du ratio N/L


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 19:01
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
TACE + anti-angiogénique : encore une étude négative
Park JW, Corée, EASL 2015, Abs. G06 actualisé


TSU-68 (Orantinib) est un inhibiteur oral de la tyrosine kinase anti-VEGF et anti-PDGFR. Une étude de phase 2 a montré que la combinaison de TSU-68 avec une cure unique de TACE prolongeait la survie sans progression par rapport à la TACE seule (Inaba et al, 2013).
L’étude ORIENTAL est une étude de phase 3, randomisée, prospective en double aveugle qui compare TACE conventionnelle à TACE + TSU-68.




_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 19:03
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères


Les AVK pour prévenir la progression de la fibrose après TH pour hépatite C : un nouveau concept
Dhar A, Royaume-Uni, EASL 2015, Abs. LP11 actualisé


• En analyse per protocole, la warfarine diminuait la progression de la fibrose, sans effet secondaire significatif rapporté

La récidive de l’infection virale C est constante après transplantation hépatique et la vitesse de progression de la fibrose est accélérée. Environ 1/3 des patients développe une fibrose sévère dans les 5 ans qui suivent la transplantation.
La fibrose est parfois considérée comme une « maladie vasculaire ». Le facteur Xa et la thrombine sont des promoteurs de fibrose via l’activation des cellules stellaires. De plus, il existe une association entre mécanismes prothrombotiques incriminant le facteur V Leiden et l’accélération de la fibrose. Dans des modèles animaux, l’inhibition du facteur Xa et les anticoagulants anti-vitamine K (AVK) améliorent la fibrose.
L’essai anglais WAFT C a été conçu pour évaluer le rôle des AVK sur la progression de la fibrose après transplantation hépatique pour hépatite C. L’évaluation par biopsie du greffon et marqueurs non invasifs est programmée à J0, 1 an et 2 ans. Les premiers résultats histologiques à 1 an sont présentés. Soixante-seize patients ont été randomisés : 37 dans le groupe warfarine et 39 dans le groupe contrôle. En intention de traiter, la différence entre les 2 groupes n’était pas significative. L’analyse per protocole concernait 53 patients, après exclusion des patients avec complications biliaires et des patients non compliants. La différence était nettement significative, 23,3 % versus 0 %. Aucun effet secondaire à la warfarine n’a été rapporté. Ces résultats prometteurs sont à confirmer sur une plus grande série avec un suivi à 2 ans.


• 76 patients TH pour hépatite C
Randomisation : warfarine (n = 37) versus contrôle (n = 39)
• Biopsie du greffon à 1 an afin d’évaluer l’évolution de la fibrose


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 19:36
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
Sofosbuvir + daclatasvir ± ribavirine après TH : résultats de la cohorte ANRS CO23 CUPILT
Coilly A, Villejuif, EASL 2015, Abs. G15 actualisé


La récidive de l’infection virale C est constante après transplantation hépatique et la vitesse de progression de la fibrose est accélérée. Environ 1/3 des patients développe une fibrose sévère dans les 5 ans qui suivent la transplantation. Il existe, par ailleurs, des formes graves de récidive appelées hépatites cholestatiques fibrosantes qui évoluent à court terme soit vers la re-transplantation, soit vers le décès. Pour l’ensemble de ces raisons, les patients transplantés pour maladie du foie liée au VHC doivent être traités en priorité.
La cohorte ANRS CO23 CUPILT regroupe 25 centres français et belges de TH. Les patients inclus ont été transplantés pour hépatite C et ont une récidive du VHC après greffe traitée par AVD de seconde génération. Les inclusions ont débuté en octobre 2013, et à ce jour, plus de 500 patients ont été inclus dans cette cohorte. Cette présentation porte sur 130 patients mono-infectés VHC, traités par SOF + DCV +/- RBV pendant 12 ou 24 semaines. Les faits marquants sont : RVS > 95 % chez les patients traités 24 semaines, avec ou sans ribavirine ; pas d’influence du stade de fibrose ; 2 décès non attribuables au traitement.
Une attention particulière doit être portée aux évènements cardio-vasculaires, indépendamment des troubles du rythme, et à la fonction rénale.










_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 19:39
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
L’association SOF + SMV est décevante chez les patients transplantés hépatiques
Te H, Etats-Unis, EASL 2015, Abs. O110 actualisé


• Les résultats de l’association SOF + SMV sans ribavirine étaient moins bons après TH comparés aux patients non transplantés

La récidive de l’infection virale C est constante après transplantation hépatique et la vitesse de progression de la fibrose est accélérée. Environ 1/3 des patients développent une fibrose sévère dans les 5 ans qui suivent la transplantation. Il existe par ailleurs des formes graves de récidive appelées hépatites cholestatiques fibrosantes qui évoluent à court terme soit vers la re-transplantation, soit vers le décès. Pour l’ensemble de ces raisons, les patients transplantés pour maladie du foie liée au VHC doivent être traités en priorité. Dans cette étude américaine de vraie vie, 40 patients transplantés hépatiques de génotype 1 ont été traités selon le schéma « COSMOS », à savoir sofosbuvir et siméprévir sans ribavirine. Les caractéristiques étaient les suivantes : 1a : 62,5 % / 1b : 32,5 % / non déterminé : 15 % ; F0-2 : 60 %, F3-4 : 35 %, indéterminé : 5 %; ATCD traitement antiviral 75 %. Les résultats sont décevants avec 71 % de RVS. Onze patients n’ont pas eu de RVS : 1 patient est décédé à S5 de traitement, 1 patient n’a pas négativé la charge virale pendant le traitement, 9 patients ont rechuté. L’absence de ribavirine explique peut-être ces résultats décevants.

• 40 patients, génotype 1, transplantés hépatiques
• SOF + SMV 12 semaines (n = 25) ou 24 semaines (n = 15)
• Pas de ribavirine


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 19:42
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
ANRS CO23 CUPILT : les patients F3/F4
Dumortier J et Pageaux GP, France, EASL 2015, Abs. O109


Dans la cohorte CUPILT, 65 patients avec récidive sévère (26 F3, 39 F4) ont été traités avec des stratégies basées sur le SOF : SOF + DCV (38 pts), SOF + DCV + RBV (n = 20), SOF + RBV (n = 5), SOF + PEG + RBV (n = 2). Les résultats étaient excellents en termes de SVR, avec une bonne tolérance, excepté pour les patients sous ribavirine (9 arrêts de RBV). La fonction rénale, anormale avant le début du traitement, s’aggravait pendant le traitement. Ce point doit être évalué avec précision.

• 65 patients TH avec récidive sévère : 26 F3, 39 F4
• Tous traités stratégies avec SOF
• 2 patients F4, G4 sont rechuteurs
• 1 patient rechuteur DCD de sepsis


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 19:45
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
ANRS CO23 CUPILT : les patients co-infectés
Antonioni T, Villejuif, EASL 2015, Abs. P0804 actualisé


Dans la cohorte CUPILT, 16 patients co-infectés ont été traités avec des stratégies basées sur le SOF : SOF + DCV (n = 3), SOF + DCV + RBV (n = 9), SOF + RBV (n = 3), SOF + PEG + RBV (n =1).

• 16 patients TH, co-infectés VIH, G1 69 %, F0-2 31 %, F3-4 25 %, FHC 44 %
• Tous traités stratégies avec SOF
• 1 patient rechuteur G1a


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 19:48
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
Hépatite cholestatique fibrosante après TH : un changement radical de pronostic !
Forns X, Espagne, EASL 2015, Abs. P0779 actualisé


• Dans cette petite série, l’association SOFT + LDV + RBV permet une RVS12 chez 100 % des patients avec hépatite cholestatique fibrosante

L’hépatite cholestatique fibrosante est une forme sévère de récidive virale C après transplantation hépatique (TH). Elle s’observe au cours des premiers mois post-greffe chez 5-10 % des patients. Le diagnostic est histologique, dans un contexte de cholestase ictérique. Le pronostic était jusqu’à présent très sombre avec évolution vers la retransplantation ou le décès. L’arrivée des AVD modifie radicalement le pronostic comme le montre cette courte série issue des études SOLAR-1 et SOLAR-2. La guérison virologique s’accompagnait d’une amélioration du score MELD médian (de 15 à 7 points).

• 11 patients transplantés, hépatite cholestatique fibrosante, 8/11 G1a
• SOF + LDV + RBV 12 semaines (n = 7) ou 24 semaines (n = 4)


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 19:51
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
La transplantation hépatique est une bonne option pour les patients MELD ≥ 30
Artru F, Villejuif, EASL 2015, Abs. P0034 actualisé


• La survie à 3 ans après TH est similaire chez les patients MELD ≥ 30 ou < 30
• Chez les patients avec MELD ≥ 30, la survie est catastrophique chez les patients vivant avec le VIH

dehors du carcinome hépatocellulaire, l’accès à la TH pour les patients cirrhotiques est conditionné par le score de MELD. Plus celui-ci est élevé, plus l’attente est courte ; l’ancienneté sur liste d’attente n’est pas prise en compte pour ces patients. La question des résultats de la TH chez ces patients graves est posée en raison de la lourdeur de l’intervention, de la dénutrition souvent présente et du risque infectieux.
Dans cette étude rétrospective menée à Paul Brousse sur la période 2008-2014, les auteurs ont comparé 106 patients transplantés avec un score MELD ≥ 30 à 561 patients avec un score < 30. La survie à 1 an et 3 ans n’était pas impactée par le MELD. Des résultats identiques étaient observés chez les patients avec MELD ≥ 35.


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 19:55
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères


Impact des différentes campagnes françaises de vaccination anti-VHB depuis 1982 sur l’incidence de l’infection par le VHB
Ramière C, France, EASL 2015, Abs. O126 actualisé


• L’incidence de l’infection par le VHB reste élevée en France en comparaison des autres pays développés, et est plus élevée que ce qui était précédemment décrit
• La diminution de la couverture vaccinale a été suivie d’un rebond de l’infection par le VHB

Prévalence de l'hépatite B en France : 0,65 %, hépatite B guérie : 7,3 %.
Couverture vaccinale : 74 % en France, et > 85 % dans les pays développés.
Objectif : déterminer l'impact des différentes politiques de vaccination anti-VHB sur la couverture vaccinale, et le nombre de patients infectés par le VHB, en France.
Inclusion des patients se présentant dans des centres de dépistage entre 2005 et 2010 (région du grand Lyon), nés entre 1960 et 1994.
93 018 patients dépistés dont 59 203 pour le VHB et 57 113 avec sérologie complète.
Estimation de la probabilité de vaccination de chaque sujet en fonction de sa date de naissance.

Evénements ayant modifié la politique vaccinale en France
Début de la vaccination en 1982, vaccination universelle incluant les adolescents entre 1994-1998, arrêt de la vaccination des adolescents en 1998.
Effets de cette campagne :
1. augmentation de la couverture vaccinale, > 50 % mais qui reste, malgré tout, basse en France chez les sujets nés entre 1975 et 1985 ;
2. diminution de la couverture vaccinale chez les sujets nés après 1985, suivie par un rebond des infections par le VHB.
Conclusion : l'incidence de l'infection par le VHB reste élevée en France en comparaison des autres pays développés, et elle est plus élevée que ce qui était précédemment décrit. La diminution de la couverture vaccinale a été suivie d'un rebond de l'infection par le VHB.

• Objectif : déterminer l'impact des différentes politiques de vaccination anti-VHB sur la couverture vaccinale et le nombre de patients infectés par le VHB, en France
• Inclusion des patients se présentant dans des centres de dépistage entre 2005 et 2010 (région du grand Lyon), nés entre 1960 et 1994
• 93 018 patients dépistés dont 59 203 pour le VHB et 57 113 avec sérologie complète
• Estimation de la probabilité de vaccination de chaque sujet en fonction de sa date de naissance


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 20:00
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
La guérison spontanée de l’hépatite chronique C existe, les écossais l’ont rencontrée
Bulteel N, Royaume-Uni, EASL 2015, Abs. O062 actualisé


La clairance spontanée de l'hépatite chronique C est un événement rare et mal caractérisé.
Des études antérieures ont évalué les chances de guérisons spontanées à 0,5-1,15 pour 100 personnes par an (Watanabe 2003, Scott 2006). La clairance spontanée semblait être liée à une maladie minime, un plus jeune âge et une charge virale basse. Des cas cliniques ont décrit des cas de guérison spontanée après grossesse, en cas de surinfection par un autre virus hépatotrope , de chirurgie, de développement de CHC et d'arrêt de traitement immunosuppresseur.
Le but de cette étude rétrospective était d'évaluer la fréquence de cet événement et de déterminer les facteurs associés à cet événement.


• Etude écossaise à partir du registre des laboratoires de virologie entre 1994 et 2013 et du registre écossais des traitements de l'hépatite C
• Patient avec clairance spontanée : ≥ 2 ARN VHC + consécutifs sur une période ≥ 6 mois suivi par ≥ 1 test négatif sans traitement
• Contrôle : ≥ 2 ARN VHC + consécutifs sur une période ≥ 6 mois et pas de test


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 20:04
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
Le risque de réinfection par VHC chez les usagers de drogue est faible
Midgard H, Norvège, EASL 2015, Abs. O061 actualisé


• Malgré un faible taux de substitution opiacée, le risque de réinfection paraît faible et semble justifier l’utilisation des AVD dans cette population

Les nouvelles combinaisons d’AVD sans interféron pourraient être une stratégie de choix pour faire diminuer le réservoir du VHC chez les toxicomanes. Néanmoins, vu les coûts de ces combinaisons, beaucoup s’inquiètent du risque de réinfection dans cette population.
Une méta-analyse de 5 études menées chez les usagers de drogue a retrouvé une incidence de réinfection de 2,4/100 patients-ans chez les patients ayant un passé d’usagers de drogues et de 6,4/100 patients-ans chez les patients continuant l’usage de drogue (Aspinall E et al, Clin Infect Dis 2013).
Une méta-analyse de 16 études, a trouvé une incidence cumulée de réinfection de 8 % à 5 ans chez les UDIV (Hill AM et al, AASLD 2014).
Cette étude a inclus les patients norvégiens qui ont participé à l’étude North-C trial 2004-5 et 428 patients scandinaves G2/3 testant 2 durées de traitement par PEG/RBV. 68 % de la population étaient des usagers de drogue mais pour être inclus, les patients devaient avoir arrêté toute drogue depuis au moins 6 mois.


• Etude chez des norvégiens G2/3 guéris après PEG + RBV
Prévalence du VHC chez les usagers de drogue norvégiens (UDIV) : 50 %




_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 20:08
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
Hépatite chronique C : de l’intérêt de traiter les patients avec fibrose minime
Jézéquel C, Rennes, EASL 2015, Abs. P0709, actualisé


• Ces résultats montrent une détérioration de la fibrose chez 15 % des patients et une RVS plus fréquente en cas de fibrose modérée
• Ils plaident en faveur d’un traitement précoce de l’hépatite C

• Etude monocentrique rennaise ayant inclus 1 381 patients VHC+ dont 820 F0-F1 et 561 F > 2, une dernière biopsie était effectuée environ 4,5 ans après la première
• 15 % des patients F0F1 ont progressé vers une fibrose grave




_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 20:13
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
Hépatite chronique C : de l’intérêt de traiter les patients avec fibrose minime
Jézéquel C, Rennes, EASL 2015, Abs. P0709, actualisé


• Ces résultats montrent une détérioration de la fibrose chez 15 % des patients et une RVS plus fréquente en cas de fibrose modérée
• Ils plaident en faveur d’un traitement précoce de l’hépatite C

Etude monocentrique rennaise ayant inclus 1 381 patients VHC+ dont 820 F0-F1 et 561 F > 2, une dernière biopsie était effectuée environ 4,5 ans après la première
• 15 % des patients F0F1 ont progressé vers une fibrose grave




_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 20:23
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
Hépatite C et cancers. Des liaisons dangereuses ?
Nyberg AH, Etats-Unis, EASL 2015, Abs. O058 actualisé


• L’hépatite C est significativement associée à un taux plus élevé de cancers
• Au cours de l’hépatite C, le risque accru de CHC persiste indépendamment du tabac, de l’alcool et du diabète

Une fois de plus, si besoin était, l’importance des comorbidités dans la survenue des complications de l’hépatite C est mise en avant. La prise en charge des hépatites C ne doit donc pas se limiter au traitement antiviral.
Cependant, cette étude a des limites car elle est réalisée à partir d’un registre de type PMSI dont on connaît les limites dans la qualité du recueil en ce qui concerne notamment la consommation d ‘alcool et de tabac. Les études prospectives de cohorte, et notamment HEPATHER, permettront de confirmer ou d’infirmer ces résultats.


• But de cette étude rétrospective : décrire le taux de cancers chez des patients VHC+ par rapport à des sujets VHC-.
• Population issue d’une base de données de plus de 3 millions de personnes (organisme de soins)
Critères d’inclusion
• Sujets âgés > 18 ans avec un diagnostic d’hépatite C (code PMSI) ou un ARN VHC positif entre 2008 et 2012.
Critères d’exclusion
• Infection par le VIH
• Antécédent de transplantation d’organe ou de moëlle
• Comparaison de la prévalence des cancers chez les patients VHC+ et VHC-
Caractéristiques de la population
• VHC avec cancer (n = 1 831) versus VHC sans cancer (n = 33 881) versus pas de VHC (n = 2 834 195)
• Age moyen (années) : 62,6 versus 59,4 versus 71,9
• Hommes : 62,9 % versus 59,3 % versus 49,1 %
• Jamais de tabac : 25,8 % versus 33,7 % versus 70,3 %
• Jamais d’abus d’alcool : 81,3 % versus 86,7 % versus 97,9 %
• Diabète : 31,1 % versus 20,4 % versus 7,5 %
Cirrhose : 71,7 % versus 34,7 % versus 6,7 %
IMC moyen (kg/m²) : 28,1 versus 29 versus 26,4
Chez les patients infectés par le VHC, augmentation de la prévalence des cancers,
Cette augmentation de la prévalence est significativement plus élevée chez les patients ne consommant pas d’alcool, ou sans diabète ou chez les non-fumeurs ou chez les patients sans surpoids.




_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Jn 2015 - 20:26
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21917
Localisation: Hyères
Pronostic de l’hépatite C : l’alcool et les co-morbidités sont-ils les principaux responsables ?
Schwarzinger M, Paris, EASL 2015, Abs. G16 actualisé


• La prise en charge de l’hépatite chronique C ne repose pas exclusivement sur le traitement antiviral

Le mode de transmission du VHC permet de comprendre pourquoi les patients infectés dans les pays occidentaux sont exposés à des risques multiples : consommation excessive d’alcool chez les usagers de drogues, co-morbidités chez les patients transfusés.
La société THEN (Translational Health Economics Network) a acheté les bases PMSI françaises afin de produire des études médico-économiques. En utilisant la base 2008-2012, elle a identifié les patients hospitalisés présentant dans les diagnostics de sortie les items suivants : hépatite C, désordres liés à l’alcool, co-morbidités en utilisant l’Index de Charlton –cancer autre que primitif du foie, maladie rénale, diabète, maladie cardio-vasculaire, maladie rhumatologique, maladie pulmonaire, démence, hémiplégie/paraplégie, maladie ulcéreuse gastro-duodénale.
Elle a recueilli les informations suivantes parmi les 28 953 755 patients hospitalisés au moins une fois pendant cette période : 112 146 patients VHC, événements hépatiques -transplantation hépatique 0,02 %, cancer primitif du foie 0,27 %, maladie grave du foie 1,69 %-, décès hospitalier 5,2 %. L’étude confirme le message : la fréquence des désordres liés à l’alcool et des co-morbidités chez les patients VHC, leur responsabilité dans la survenue d’évènements hépatiques graves et de décès hospitalier, et l’intérêt évident du sevrage en alcool pour modifier la survie.

Le message est simple et pourrait structurer une nouvelle définition de l’éducation thérapeutique : ne nous arrêtons pas au traitement anti-viral !


• Base PMSI 2008-2012
• 28 953 755 adultes hospitalisés au moins une fois
• Informations recueillies (IC-10) ◦ Hépatite C
◦ Désordres liés à l’alcool
◦ Co-morbidités : VHB, VIH, transplantation d’organe, index de Charlton




_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,63491702079773 seconds.