Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
pat-leon
21 Sujet du message: RCP : Evolutions en Attente...  MessagePosté le: 27 Mar 2015 - 23:18
Potô du site


Inscrit le: 31 Mai 2005
Messages: 6886
Localisation: Paris
Article APM : News du Forum de SOS Hépatites...

Réunion de concertation pluridisciplinaire en hépatologie: patients et médecins attendent des évolutions
PARIS, 27 mars 2015 (APM) -

Les réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP) en hépatologie doivent évoluer, ont estimé l'association SOS Hépatites et des médecins réunis au siège de Médecins du monde à Paris pour le 17ème forum national de SOS Hépatites.
Depuis le 29 décembre, la prescription des nouveaux antiviraux d'action directe (NAAD) sur le virus de l'hépatite C est soumise à l'obligation d'une RCP, rappelle-t-on (cf APM VIB2NIFHX8). L'instruction mise en ligne sur le ministère chargé de la santé était accompagnée d'une liste de 35 établissements habilités à tenir ces RCP: les 32 centres experts et trois centres hospitaliers généraux (Metz, Orléans et Perpignan).
En l'absence de RCP à l'initiation, la pharmacie à usage interne de l'hôpital (PUI) ne délivre pas le traitement s'il comporte au moins un NAAD. La pharmacie doit conserver, pour chaque patient, la preuve de la tenue de la RCP, la copie de l'ordonnance et des délivrances successives.
Trois mois après la mise en place de ce système, vivement contesté, notamment par les hépato-gastroentérologues libéraux (cf APM VIB2NIFHX8), l'association SOS Hépatites a souhaité faire le bilan avec plusieurs responsables de centres experts et des libéraux.
En introduction, SOS Hépatites a pointé une contradiction: "Les médecins décidaient seuls lorsque les traitements étaient lourds, longs et mal supportés et maintenant qu'ils sont très efficaces, plus sûrs et plus courts, les prescriptions doivent être validées par une RCP."
Les différents intervenants ont remis en cause le fait que le maillage territorial soit insuffisant. Certains centres experts sont débordés par les demandes et la liste des établissements ou structures habilités à organiser ces RCP opposables n'a pas évolué. Pourtant, en juillet 2014, le ministère de la santé avait affirmé que la liste serait évolutive, a précisé Yann Mazens, directeur de SOS Hépatites.
Le Club de réflexion des cabinets & groupes d'hépato-gastroentérologie (CREGG), qui regroupe environ 900 libéraux, organise depuis un an des staffs diffusés sous forme de conférences web, consacrés aux nouveaux traitements de l'hépatite C, a expliqué son représentant, le Dr Bertrand Hanslik. "Ce système offre un service accessible aux libéraux", mais la direction générale de la santé (DGS) a refusé d'accorder le statut de RCP à ce staff, a rapporté le médecin.
"Désormais, nous ferons tamponner par les RCP", a-t-il résumé.
De même, sur quelque 40 centres hospitaliers généraux qui avaient mis en place des RCP avant la publication de l'instruction, seuls trois ont obtenu le label du ministère, a indiqué André-Jean Rémy, hépato-gastroentérologue au centre hospitalier de Perpignan.
UNE GRANDE HETEROGENEITE
Outre le maillage insuffisant, ces débats ont fait émerger une grande hétérogénéité de fonctionnement entre les différents centres.
L'instruction relative à l'organisation des RCP indique que celles-ci doivent être composées "dans la mesure du possible d'un hépatologue, d'un virologue, d'un professionnel de santé en charge de l'éducation thérapeutique, d'un pharmacien, d'un travailleur social et d'un attaché de recherche".
De nombreux staffs étaient déjà en place avant l'instruction afin de répondre à la demande des médecins de la région, comme à Montpellier et Strasbourg. A Montpellier, elles se déroulent en présence d'un hépato-gastroentérologue, d'un interniste, d'un infectiologue, éventuellement d'un médecin généraliste, d'un pharmacien, d'un infirmier spécialisé dans l'éducation thérapeutique, d'un attaché de recherche, d'un cadre de santé. "La RCP est là pour aider à la prescription, non pour sanctionner", a souligné le Pr Dominique Larrey de la Fédération nationale des pôles de référence et réseau hépatites (FPRH), hépatologue au CHU de Montpellier.
Mais SOS Hépatites a souligné jeudi que plusieurs RCP n'étaient composées que "d'un PU-PH et de quelques internes". Par ailleurs, l'association de patients a identifié des centres qui valident de nombreuses propositions alors que d'autres rejettent une partie importante des propositions de traitement transmises par les médecins.
Les médecins ont alors la possibilité de soumettre leur proposition de prescription à une autre RCP et les plus clémentes se retrouvent "débordées", selon SOS Hépatites.
Par ailleurs, pour l'instant, les RCP ne sont pas financées.
"Les médecins se retrouvent à faire les secrétaires", a expliqué à l'APM vendredi le Pr Stanislas Pol, de l'hôpital Cochin (AP-HP, Paris) où est organisée une réunion hebdomadaire d'une heure et demie avec six ou sept professionnels de santé.
"L'aspect le plus positif est de s'entretenir plus régulièrement avec les pharmaciens qui nous éclairent notamment sur les interactions médicamenteuses et abordent les problèmes de pharmacovigilance", reconnaît le Pr Pol. Il observe néanmoins que, dans la majorité des cas, la RCP valide la proposition des médecins.
UNE FICHE INADAPTEE
Plusieurs aspects de la fiche de RCP établie par l'Association française du foie (Afef), mise en ligne par le ministère de la santé, ont également été critiqués.
"Elle ne renseigne pas sur le diagnostic psychiatrique et éducatif du patient, ni sur sa situation sociale", a pointé le Dr Pascal Mélin, hépatologue et vice-président de l'association SOS Hépatites.
Par ailleurs, le nom des médecins et professionnels de santé qui ont participé à la RCP n'y figurent pas. Un problème d'autant plus préoccupant que la responsabilité médico-légale de la prescription n'est pas clairement établie. "Face à des tests non invasifs contradictoires, une RCP a demandé la réalisation d'une biopsie pour décider de l'initiation du traitement", a rapporté le Dr Mélin. "Dans un tel cas, qui prend la responsabilité médico-légale de l'examen?", s'est-il interrogé. Il déplore également que le souhait du patient ne soit pas inscrit.
Frédéric Chaffraix, du centre expert du CHU de Strasbourg, a quant à lui insisté sur les problèmes de sécurisation des données. Les fiches qui mentionnent les noms, prénoms et date de naissance du patient ainsi que le nom du médecin présentant le dossier sont envoyées aux centres experts par courriel ou par fax. "Les données des patients partent dans la nature", s'est inquiété Frédéric Chaffraix.
De plus, SOS Hépatites souhaite que les fiches de RCP soient remises aux patients.
vib/nc/APM

_________________
Post-transplanté 5 ans. "La vie à Mort !"
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 31 Mar 2015 - 09:43
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22382
Localisation: Hyères
Une RCP pour le traitement de l'hépatite C : le Synmad dit non

C'était en 2014

Alerté par la commission hépatologie du CREGG, le SYNMAD dénonce le saucissonnage de notre spécialité qui est une menace réelle pour l'hépato-gastroentérologie libérale. Suite au rapport DHUMEAUX, l'AFEF et la HAS ont proposé des réunions de concertation pluridisciplinaire pour le traitement de l'hépatite C.

Quelle est l'utilité d'une « concertation » alors que la quasi-totalité des patients seront guéris par une combinaison de deux molécules per os bien tolérées pendant douze semaines ? Les cas complexes, marginaux numériquement, ne seront évidemment pas pris en charge par l'hépato-gastroentérologue libéral isolément, et ne doivent pas servir de prétexte à l'instauration de ces RCP, sans même définir précisément et limitativement ce que recouvre le cas complexe…

Quelle est l'utilité d'une « pluridisciplinarité » faisant intervenir les virologues ? Si l'évolution des charges virales sous traitement interroge les experts de l'AFEF, libre à eux de mettre en place une étude scientifique avec les virologues. Le Synmad ne voit pas en quoi des RCP répondront à cette question car, avec ces nouveaux traitements (hors protocole de recherche), la surveillance per-thérapeutique des charges virales n'a pas d'intérêt. Les virologues auront leur place en pratique pour les co-infectés HIV mais, là encore, les rares hépato-gastroentérologues libéraux qui prennent en charge des co-infectés HIV ne le font pas seuls.

Si l'AFEF, avec la HAS, définit des indications reconnues et incontournables pour le traitement de l'hépatite C, chaque hépato-gastroentérologue doit s'y référer et pourra faire appel à un centre de référence s'il se sentait incompétent. En revanche, vouloir introduire un nouveau palier décisionnel laisse planer un doute sur la compétence et le libre-arbitre de l'hépato-gastroentérologie libérale et pose un réel problème de la définition de notre corps de métier et de la légitimité, pour tout hépato-gastroentérologue, de prescrire dans le cadre des recommandations.

A moins que l'intérêt de ces RCP soit à chercher ailleurs que dans les arguments affichés ; par exemple, dans la volonté de restreindre en pratique, à l'hôpital public, ces traitements compte tenu de leurs coûts (fixés sous la seule responsabilité du CEPS donc de l'État) et des restrictions d'indication basées sur des considérations économiques et non médicales. Mais, est ce le rôle d'une société savante de travestir, avec des arguments médicaux, des préoccupations économiques ? Et, pourquoi les hépato-gastroentérologues libéraux sont d'emblée soupçonnés de ne pas être accessibles à un argumentaire économique audible ?

Le SYNMAD considère que ces RCP sont une dérive dangereuse à double titre :
• elles participent au dépeçage des compétences de l'hépato-gastroentérologue libéral puisqu'elles signifient qu'on ne lui fait pas confiance pour la prescription d'un traitement simple et sans danger (alors que, dans les pays anglo-saxons, on envisage de déléguer cette prescription aux médecins généralistes). Leur multiplication, et déclinaison dans d'autres domaines (MICI, périnéologie, nutrition, endoscopie thérapeutique…) aboutira, à terme, à exclure l'hépato-gastroentérologue libéral de ces champs de pathologie, ce d'autant que ces réunions sont consommatrices de temps et non rémunérées. La problématique n'est pas du tout la même que pour les RCP de cancérologie où de nombreuses spécialités (la chirurgie digestive, la radiothérapie, l'oncologie médicale, l'anatomo-pathologie …) mettent en commun leurs connaissances et leurs compétences pour soigner au mieux les patients.
• l'introduction, à l'initiative de l'AFEF, des infectiologues (la virologie n'étant pas une spécialité reconnue par l'Ordre) dans la prise en charge au quotidien du traitement de l'hépatite C est, par ailleurs, très maladroite car ils ont toujours souhaité s'approprier cette pathologie.

Seul le SYNMAD est habilité, en relation avec les sociétés savantes et les autres groupes professionnels, à donner son avis quant à l'organisation de la médecine ambulatoire libérale en hépato-gastroentérologie. L'AFEF ne peut engager toute seule une réflexion sur l'offre de soins par rapport à la DGS et la HAS. Elle doit en faire état à la FSMAD et, surtout, au CNP de la spécialité où toutes les composantes sont représentées.

Nous ne manquerons pas, si ce projet est poursuivi, de vous alerter, du rôle joué par certaines sociétés savantes en connexion avec la HAS et la DGS, dans l'amputation médicalement injustifiée de votre champ de compétences au profit de l'hôpital public.

http://www.synmad.com/actualites/ejourn ... ad-dit-non

En 2015 le Webstaff de la Commission Hépatologie est officiellement, depuis un arrêté du 11 aout 2015, reconnu comme RCP EXPERTE pour la validation des indications des nouveaux traitements antiviraux directs des hépatites C.

https://www.cregg.org/site/hepatologie/ ... logie.html

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 25 Déc 2016 - 09:26; édité 2 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
coquelicot
Sujet du message:   MessagePosté le: 01 Avr 2015 - 11:02
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 06 Jl 2014
Messages: 932
Localisation: Val d'Oise
pat-leon a écrit:
L'instruction mise en ligne sur le ministère chargé de la santé était accompagnée d'une liste de 35 établissements habilités à tenir ces RCP: les 32 centres experts et trois centres hospitaliers généraux
le ministère de la santé avait affirmé que la liste serait évolutive.
Entre le dire et le faire il y a la mer. Facile de promettre, faut il par la suite honorer ses engagements.

Citation:
En introduction, SOS Hépatites a pointé une contradiction: "Les médecins décidaient seuls lorsque les traitements étaient lourds, longs et mal supportés et maintenant qu'ils sont très efficaces, plus sûrs et plus courts, les prescriptions doivent être validées par une RCP.".
Propos qui collent tout à fait avec la réalité des faits. Alors que penser ! J’avoue que la mienne m'amène directement vers un problème financier.

Citation:
Par ailleurs, l'association de patients a identifié des centres qui valident de nombreuses propositions alors que d'autres rejettent une partie importante des propositions de traitement transmises par les médecins.
Les médecins ont alors la possibilité de soumettre leur proposition de prescription à une autre RCP et les plus clémentes se retrouvent "débordées", selon SOS Hépatites.
Mais quelle Incohérence !! les RCP ne doivent elles pas donner leur avis selon les recommandations de la HAS Point Barre !!

fil a écrit:
A moins que l'intérêt de ces RCP soit à chercher ailleurs que dans les arguments affichés ; par exemple, dans la volonté de restreindre en pratique, à l'hôpital public, ces traitements compte tenu de leurs coûts (fixés sous la seule responsabilité du CEPS donc de l'État) et des restrictions d'indication basées sur des considérations économiques et non médicales.
Et toc ! Dans le mille…

Ben oui quoi ! C’est pas clair : trop de contradictions et de questions sans réponse, cela en devient suspect …

_________________
VIH
Ex-vhc génotype 4
24s riba + sofo

Au plus élevé trône du monde, on est jamais assis que sur son cul (Montaigne)
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 01 Avr 2015 - 12:24
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22382
Localisation: Hyères
Hépatite C le nombre de patients sous traitement diminue

Lorsqu’on discute aux quatre coins de l’hexagone avec les différents médecins intervenants, on s’aperçoit vite que la mise en place des RCP a pour le moins été mal accompagnée et que la pédagogie semble incertaine. De nombreux médecins qui traitaient plusieurs patients par an voient la présentation des dossiers en RCP comme un frein à l’accès au traitement et sont prêts à jeter l’éponge et ne plus prendre en charge les malades atteints d’hépatite C mais à les diriger directement sur les centres experts en CHU.

Nous ne pouvons pas accepter de voir le nombre de lieux de prise en charge diminuer et les malades être de plus en plus déplacés.

L’épidémie d’hépatite C peut être contenue et l’infection éradiquée mais pour mener ce combat tous les intervenants doivent être sur le pont.

Et si nous les malades mettions en place un observatoire sur les difficultés à l’accès aux nouveaux traitements? Seriez-vous partants?

Pascal Mélin

http://www.hepatites.net/index.php?name ... mp;t=23375

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
catach
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Avr 2015 - 08:36
Hépatant(e) régulier(e)
Hépatant(e) régulier(e)


Inscrit le: 24 Avr 2005
Messages: 103

Bonjour,
J'ai eu la chance énorme d'obtenir à l'arrachée le sofosbuvir l'été dernier malgré une fibrose modérée. Si ce n'avait pas été le cas, j'aurais regardé vers l'Inde et l'Egypte car je ne pouvais plus supporter la "fatigue" du vhc; et je serais tombée sur le nouveau système de brevet mis au point pour les AAD..
L'hépatite c est mal connue des généralistes et du public, son tableau clinique complexe intéresse peu, le seul indicateur retenu pour évaluer l'évolution de la maladie étant l'état hépatique.
Voici comment le PrJean-François BERGMANN, Chef du service de médecine interne à l’hôpital Lariboisière(Paris), professeur à l’université Paris­Diderot, expose la maladie et les nouveaux traitements :
http://docteurdu16.blogspot.fr/2015/01/ ... -2014.html
Un problème de santé mineur qui concerne en fait les alcooliques et les toxicos, avec une maladie non contagieuse, ayant peu d'expression clinique et qui va disparaître toute seule ! Le cas de l'Egypte et des pays émergents est anecdotique tout au plus..
La réaction de cet excellent blog médical, qui pratique pourtant habituellement la critique rigoureuse, est éloquante sur la façon dont est considérée l'hépatite c..
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 25 Déc 2016 - 06:05
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22382
Localisation: Hyères
VHC : LE BILAN DES RCP EN 2015

"L’Echo des recos", la lettre d’information du comité de suivi des recommandations du rapport Dhumeaux sur les hépatites B et C, a fait le point sur les réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP) concernant le VHC en 2015. Une synthèse de l’activité annuelle des RCP mises en place pour la prescription des traitements de l’hépatite C par AAD est prévue dans les textes réglementaires. En 2015, 57 centres de RCP étaient autorisés. Ils ont été sollicités dans le cadre d’une enquête nationale par questionnaire. Sur les 52 centres qui ont répondu, le bilan 2015 fait état de 1 229 réunions. Sur 17 752 dossiers traités, la fiche de synthèse requise était présente neuf fois sur dix, elle permet d’exposer la situation clinique de la personne pour laquelle le traitement par AAD est demandé. Le délai médian entre réception de la fiche, et la tenue de la réunion était de sept jours : il n’y avait donc pas de file d’attente. La présence de médecins hépatologues était constante ; faisaient parfois défaut les professionnels de l’éducation thérapeutique (20 % des réunions), les microbiologistes ou internistes (14 %) et les pharmaciens (6 %). La participation de travailleurs sociaux (facultative) était exceptionnelle, indique le bilan.

Quels étaient les patients des RCP ? 41 % d’entre eux avaient une fibrose au stade F4 , 4,33 % au stade F3 et 11 % au stade F2 jugé sévère, en conformité avec les indications de la Haute autorité de santé suivies en 2015. En moyenne, 15 % des personnes étaient infectées par le génotype 3 du VHC. Par ailleurs, 22 % des personnes étaient co-infectées par le VIH, et un faible nombre étaient transplantées du foie (2 %) ou d’un rein (1 %). Dans les deux tiers du dossier, la durée de traitement préconisée était de 12 semaines, et de 24 semaines dans 12 %. Une fois sur cinq, la recommandation de la RCP était un traitement d’une autre durée, l’inclusion dans un essai, ou encore de ne pas traiter pour le moment. Pour les auteurs de cette synthèse : la création des RCP s’est traduite par une montée en charge rapide. En 2016, quatorze nouveaux services ont été autorisés par les agences régionales de santé, soit un total de 71 RCP en France.



http://collectif-hepatites-virales.com/ ... sReco5.pdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Schlange
Sujet du message:   MessagePosté le: 25 Déc 2016 - 14:32
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 08 Jn 2015
Messages: 1015

J'avais un infectio/viro à l'hosto, un vrai ducon qui se foutait totalement du "patient".
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 05 Jan 2017 - 09:54
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22382
Localisation: Hyères

La concertation pluridisciplinaire préalable devient facultative


Avant de prescrire une cure de Zepatier (trois mois pour 28.700 euros hors remises secrètes), le médecin devra juste s'assurer que l'infection correspond à un génotype 1 ou 4, et en cas de complication (insuffisance rénale, co-infection VIH, etc.) tenir au préalable une réunion de concertation pluridisciplinaire. En comparaison, pour Harvoni, Daklinza (BMS), Olysio (Janssen), Viekirax (Abbvie), la concertation professionnelle préalable, qui peut prendre des allures de contrôle administratif, reste systématique. Surtout, il faut attendre que la maladie ait progressé au deuxième stade de fibrose (F2) pour administrer le médicament (sauf pour le génotype 3). Sachant que le stock de patients les plus gravement atteints a déjà été largement soigné sur trois ans, cela réduit la taille du marché pour les laboratoires concernés.

http://www.hepatites.net/index.php?name ... 555#386555

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Schlange
Sujet du message:   MessagePosté le: 05 Jan 2017 - 15:17
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 08 Jn 2015
Messages: 1015

Et c'est comme ça qu'on ne va plus soigner personne en 2017 ..
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,67581701278687 seconds.