Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message: VIH : 11 000 personnes testées positives en 2013  MessagePosté le: 26 Nov 2014 - 16:21
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22353
Localisation: Hyères
Le 25 Novembre 2014

En France, l’offre de dépistage du VIH s’est étoffée depuis 2011, avec la possibilité d’un dépistage en laboratoire d’analyse médicale, en centre de dépistage anonyme et gratuit (CDAG), en structure communautaire ou via un autotest (TROD) fourni par les associations. Ainsi, selon le dernier Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire, 5,2 millions de sérologies VIH ont été réalisées par les laboratoires d’analyses médicales en 2013, ce qui représente l’essentiel de l’activité de dépistage en France. À moindre échelle, les CDAG en ont fait 344 000 et on estime que 56 000 TROD ont été réalisés.

Au total, le nombre de tests effectués est resté stable depuis 2011. En revanche, le nombre de tests positifs (qui dépasse les 11 000 en 2013) est en augmentation de 7 % depuis 2011. « Ce qui laisse penser que les propositions de dépistage seraient mieux ciblées, notamment grâce aux actions communautaires par TROD », évoque François Bourdillon, directeur général de l’Institut de veille sanitaire, dans l’éditorial du « BEH ».

Toutefois, François Bourdillon regrette que « malgré de nombreux efforts de prévention et de promotion du dépistage, le nombre de personnes ignorant leur séropositivité ne se réduit pas. Environ 30 % des personnes découvrant leur séropositivité sont déjà au stade sida ou à un niveau immunitaire faible (CD4≤200/mm3), traduisant un délai de plusieurs années après leur contamination ».

http://www.invs.sante.fr/beh/2014/32-33 ... -33_0.html

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
coquelicot
Sujet du message: Re: VIH : 11 000 personnes testées positives en 2013  MessagePosté le: 27 Nov 2014 - 11:44
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 06 Jl 2014
Messages: 932
Localisation: Val d'Oise
fil a écrit:
le nombre de tests positifs (qui dépasse les 11 000 en 2013) est en augmentation de 7 % depuis 2011.
Quand même inquiétant ! Pourtant il y a actuellement plusieurs possibilités différentes de dépistage. Il n'est plus necessaire de se rentre spécialement dans un CDAG, ce qui pouvait peut être gêner certaines personnes. ou tout du moins n'inciter pas à faire la démarche.

fil a écrit:
le nombre de personnes ignorant leur séropositivité ne se réduit pas. Environ 30 % des personnes découvrant leur séropositivité sont déjà au stade sida ou à un niveau immunitaire faible (CD4≤200/mm3)
Dans plusieurs domaines, entre autre celui-ci, un certain nombre d’individus ne se sentent pas concernés et pensent encore que cela n'arrive qu'aux autres !! Crying or Very sad

-----------------------
Aujourd'hui, je dirai, certes y a moins de décès mais encore beaucoup d'ignorance ...

Par conséquent, il serait judicieux de donner la priorité à l'information (de la part des médias par ex.) afin d'éviter la propagation,la prise de ttt lourds aux malades et par la même occasion réduire le coût des dépenses.

Eh oui, le VIH reste encore un sujet tabou malgré tout.

Les personnes vivants avec le VIH continuent de cacher leur maladie, ne serait ce que dans le monde professionnel. C'est mon cas...

La discrimination et les préjugés sont encore d'actualité et ça une trentaine d'année (si je me trompe pas) après son apparition.

A Bon Entendeur Salut .


Wink

_________________
VIH
Ex-vhc génotype 4
24s riba + sofo

Au plus élevé trône du monde, on est jamais assis que sur son cul (Montaigne)
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : 11 000 personnes testées positives en 2013  MessagePosté le: 27 Nov 2014 - 17:14
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22353
Localisation: Hyères
VIH: "L'âge ne protège pas du sida"


Contrairement à une idée reçue, les plus de 50 ans sont plus à risques que le reste de la population. Explications avec le Pr Pialoux, de l'hôpital Tenon à Paris.

Chaque année, entre 6 000 et 8 000 personnes en France découvrent qu'elles sont séropositives. Un chiffre qui reste - désespérément - stable depuis 2003 et ce, malgré les diverses campagnes de sensibilisation menées par les pouvoirs publics pour lutter contre le sida. Pis, selon une étude du Bulletin épidémiologique hebdomadaire qui devrait être rendue publique à la fin de la semaine, 30% de ces personnes apprennent leur situation à une étape avancée de la maladie, soit au stade sida soit à un niveau d'immunité très faible (moins de 200 DC4), ce qui laisse penser que la contamination a eu lieu il y a plusieurs années déjà.

Or, contrairement à une idée largement répandue, le sida ne touche pas que les jeunes, loin de là. Les plus de 50 ans représentent en effet 17% de ces nouvelles contaminations et, surtout, ils sont détectés encore plus tard que le reste de la population. Ainsi, 44% d'entre eux sont en stade tardif, contre 28% des 25/49 ans et 14% des 15/24 ans. Pourquoi? Comment? Le point avec Gilles Pialoux, chef du service de l'hôpital Tenon à Paris, qui participait ce mercredi matin à une conférence organisée sur ce sujet par le laboratoire Janssen.

Entre 2003 et 2011, la proportion des plus de 50 ans parmi les découvertes de séropositivité est passée de 12% à 17%. Comment expliquez-vous ce phénomène?


Diverses études épidémiologiques ont montré que les "seniors" avaient globalement autant d'infections sexuellement transmissibles (IST) que les jeunes, presque autant de partenaires mais qu'ils utilisaient moins le préservatif. Or, beaucoup de Français l'ont oublié, l'âge constitue, en lui-même, un facteur de risque de transmissibilité du VIH. Chez les hommes, mais encore plus chez les femmes, du fait d'une plus grande perméabilité du col de l'utérus. A cela vient s'ajouter une "immuno-sénescence" qui fait que, passé un certain âge, à traitement égal et à infection égale, les seniors répondent moins bien aux traitements.

Y-a-t-il d'autres facteurs que ce sur-risque physiologique?


J'en vois au moins deux autres. L'un est comportemental: les "vieux" sont perçus comme moins à risque, les médecins leur proposent donc moins spontanément des tests de dépistage. L'autre est social: malgré les engouements de quelques ministres de la Santé précédents, notamment Roselyne Bachelot, la santé sexuelle des plus de 50 ans demeure largement taboue. Contrairement aux Etats-Unis par exemple où l'on n'a pas ce genre de fausses pudeurs.

Concrètement, avez-vous déjà été confronté à des séropositivités tardives?


Plus d'une fois! Je songe à cette femme de 63 ans, divorcée, avec un fils médecin, diagnostiquée dans un état sanitaire catastrophique (trois infections opportunistes dont une pneumocystose), alors qu'elle avait été contaminée après une aventure sur un site de rencontres dix ans auparavant. Ou encore celle qui fut notre doyenne, et qui mourut à 88 ans. C'est ce que j'appelle l'effet de ciseaux: à niveau de risque égal, une personne de plus de 50 ans a plus de probabilité d'être contaminée, et moins de probabilité d'être dépistée.

Quelles solutions préconisez-vous?

Il faut revoir de fond en comble la stratégie de prévention et sortir d'une offre de test général pour faire des campagnes de sensibilisation ciblées. Dans un contexte de vieillissement général de la population, pourquoi ne pas, après tout, ouvrir des centres de santé sexuelle ouverts à tous? Ce serait sans doute moins stigmatisant que les centres de dépistage anonymes et gratuits (CDAG) un peu trop estampillés "sida". Je pense par ailleurs que le développement des tests de dépistage rapide (TROD) favorisera, à terme, une prise de conscience plus forte.

Depuis plusieurs mois, il est possible de bénéficier d'un traitement post exposition après un rapport non protégé. Comment expliquez-vous qu'ils soit si peu connu des seniors?


L'information est mal, voire peu passée dans l'ensemble de la population mais, c'est vrai, elle est encore plus ignorée des plus de 50 ans. Et pourtant, n'importe qui peut se présenter dans un hôpital, 24 heures sur 24, et en bénéficier. Peut-être que nous, médecins, avons une part de responsabilité dans ce phénomène. A force de ne vouloir surtout stigmatiser telle ou telle population spécifique, on passe à côté des gens les plus concernés.

Je le répète: l'âge ne protège pas du sida. La preuve: parmi les 11 000 séropositifs que nous suivons dans les hôpitaux du Nord de Paris, les plus de 70 ans représentent 2% des patients. C'est peu, mais cela représente tout de même plus de 200 personnes

http://www.lexpress.fr/actualite/societ ... 25971.html

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Re: VIH : 11 000 personnes testées positives en 2013  MessagePosté le: 30 Nov 2014 - 07:18
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22353
Localisation: Hyères
Sida en Europe : une fracture Ouest/Est très marquée

Paris, le jeudi 27 novembre 2014 – Chaque année, la fin du mois de novembre est marquée par la publication de multiples rapports consacrés à l’évolution de l’épidémie de Sida dans le monde, alors que le 1er décembre se tient la journée mondiale de lutte contre le VIH. Ainsi, l’Organisation mondiale de la Santé et le Centre européen de prévention et contrôle des maladies (CEPCM) viennent de publier de nouvelles données sur la situation dans 51 pays de la région Europe de l’OMS. Les auteurs de ces travaux insistent tout d’abord sur le fait que la lutte contre le VIH demeure un enjeu de santé publique majeur en Europe. Ces dix dernières années ont en effet été marquées par une progression significative de l’épidémie au sein de cette zone comptant 53 pays (mais des données ne sont disponibles que pour 51 d’entre eux, il n’existe pas de chiffres provenant du Turkménistan et de l’Ouzbékistan).

Près de la moitié des diagnostics réalisés tardivement en Europe de l’Ouest

Bien sûr cette évolution cache de fortes disparités et des différences très nettes en ce qui concerne les modes de transmission. Dans les 30 pays rassemblant ceux de l’Union européenne et de l’espace économique européen, le taux de nouvelles contaminations est demeuré stable passant de 6,5 pour 100 000 en 2004 à 6,2 pour 100 000 en 2013. Outre cette absence de diminution préoccupante et regrettable, les auteurs observent que près de la moitié des cas (47 %) sont diagnostiqués tardivement. C’est notamment le cas chez les sujets provenant de pays fortement endémiques et les usagers de drogue, tandis que les proportions les plus faibles de séropositifs dépistés tardivement se retrouvent chez les homosexuels. La fréquence de dépistage est en effet aujourd’hui bien plus élevée chez ces derniers qui sont largement redevenus le principal groupe à risques. Aujourd’hui, dans les pays de l’Union européenne et de l’espace économique européen, 42 % des nouvelles infections sont liées à des rapports homosexuels, tandis qu’un tiers des contaminations dues à un rapport hétérosexuel touche une personne provenant d’un pays fortement touché par le VIH. En dix ans, les contaminations chez les homosexuels ont progressé de 33 %, tandis qu’elles diminuaient de 45 % chez les hétérosexuels et de 36 % chez les toxicomanes.

Un taux d’infection trois fois supérieur à l’Est

Le paysage est très différent dans l’Est de l’Europe. D’abord, on observe une explosion du nombre de cas. Si l’on ajoute aux pays de l’Union et de l’espace économique européens, les anciennes républiques soviétiques et la Russie, une augmentation de 80 % du nombre des nouvelles infections est en effet déplorée au cours des dix dernières années. L’épidémie étant relativement stable dans l’Ouest et dans le Centre, cette progression est le fait des états de l’Est : trois quarts des nouveaux diagnostics ont été recensés dans les anciens pays de l’URSS et la moitié en Russie. On compte dans ce dernier pays un taux d’infection de 55,6 pour 100 000 habitants. Dans l’Est de l’Europe, le taux d’infection (22,7/100 000) est de même trois fois plus élevé que dans l’Ouest (6,3/100 000). Outre ces chiffres, le visage de l’épidémie est également très dissemblable à l’Est. Ainsi, les contaminations hétérosexuelles sont ici largement les plus fréquentes (62,7 %), suivies par les infections chez les toxicomanes (30,6 %) très loin devant celles résultant de rapports homosexuels (2 %).

Niveau de CD4 au moment du diagnostic : des renseignements manquants

Ces situations si dissemblables appellent des recommandations différenciées. Ainsi, en Europe de l’Ouest, les experts invitent à renforcer la prévention auprès des homosexuels et des personnes issues de l’immigration (lorsqu’elles sont originaires de pays fortement touchés par l’épidémie). A l’Est, il semble que tout reste à faire pour offrir une prévention efficace à l’ensemble de la population et développer un accès aux soins satisfaisant. L’attention semble notamment devoir être mise sur les usagers de drogue. Seul élément positif observé en conclusion par les auteurs du rapport : la surveillance de l’épidémie semble partout gagner des points, même si des efforts restent à réalisés. Plusieurs pays, même au sein de l’Union européenne, ne peuvent par exemple pas délivrer d’informations fiables sur le taux de CD4 des patients au moment du diagnostic.

JIM.fr

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,69050407409668 seconds.