Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message: Menaces sur l'accès aux médicaments innovants  MessagePosté le: 19 Oct 2013 - 11:05
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22378
Localisation: Hyères
Le projet de financement de la sécurité sociale 2014 comprend un article (le 39) qui, s’il était adopté, restreindrait dramatiquement l’accès à l’innovation thérapeutique. Beaucoup de pathologies sont concernées, et en particulier l’hépatite C. Les associations montent au créneau.

http://www.assemblee-nationale.fr/14/projets/pl1412.asp

Ce que prévoit l'article de loi

Que prévoit l'article de loi ? Rien moins qu’une restriction de l'accès aux traitements innovants, entre le moment de l’obtention de l'autorisation de mise sur le marché (AMM) et le moment de l’inscription au remboursement. Pendant ce laps de temps (en général, un an), seules les personnes relevant d’une urgence thérapeutique – celle des autorisations temporaires d’utilisation (ATU) – pourront avoir accès aux médicaments. Une véritable régression par rapport à la situation actuelle.

Pour l’heure en effet, dès lors qu’une ATU a été mise en place pour un médicament, une fois son AMM délivrée, l’accès est très rapide pour toutes les personnes rentrant dans les indications prévues dans le cadre de l’AMM. C’est, par exemple, ce qui s’était passé en 2011 après l’AMM de Victrelis et Incivo, deux médicaments innovants contre l’hépatite de génotype 1, qui avaient été accessibles en ATU.

"J'ai du mal à comprendre comment on peut restreindre les indications d'une AMM à celles des ATU qui l'ont précédées", s’est alarmé le 14 octobre le Professeur Jean-François Delfraissy, directeur de l’Agence nationale de recherche contre le sida et les hépatites virales (ANRS).

Et pour cause : les indications des ATU sont toujours très restrictives, limitées à des situations d’urgence thérapeutique, pour des personnes dont l’état de santé ne peut attendre l’évaluation définitive du rapport bénéfice-risque du médicament. Laquelle évaluation est précisément apportée par l’AMM.

La réaction des associations

Pour les associations AIDES, SOS Hépatites et l’AFM-Téléthon, ainsi que les deux collectifs TRT-5 et CISS, le vote de l’actuelle rédaction de l’article 39 serait dramatique, provoquant une importante perte de chance pour l’ensemble des patients sans alternative thérapeutique appropriée, dont l’état de santé peut, sans relever de l’urgence et des conditions très strictes des ATU, néanmoins se dégrader pendant le laps de temps entre l’AMM et la fixation du prix par le comité économique des produits de santé (CEPS).

C’est pourquoi elles souhaitent que le texte soit amendé pour maintenir l’accès aux médicaments innovants qui, rappellent-elles, répondent à des problèmes de santé publique non couverts.

Ce que demandent les associations est simple. Elles souhaitent que dès lors que l’AMM d’un produit ayant été disponible en ATU a été délivrée, c'est-à-dire que son rapport bénéfice/risque a été jugé favorable par les autorités de santé, ce produit soit disponible et pris en charge pour les patients ne disposant pas d’alternative thérapeutique, dans toutes les indications de l’AMM (situation actuelle) et pas uniquement dans les seules indications de l’ATU (la restriction envisagée dans l’article 39).

L'objectif est clair : éviter que la santé des patients sans alternative thérapeutique ne soit conditionnée, voire mise en péril, par la lenteur des négociations entre la firme et le CEPS, et permettre aux médecins, sitôt après la délivrance de l’AMM, de concevoir les traitements les plus adaptés à la situation de leurs patients.

"Comment imaginer, quand des vies sont en danger et qu’un médicament est disponible, que des patients, sous prétexte que les ATU initiales ne prévoyaient pas certaines indications doivent attendre… d’être morts pour accéder à un traitement remboursé, alors même que l’AMM a été accordée ?", dénoncent les associations dans un communiqué (17 octobre).

http://www.trt-5.org/article401.html

Le Professeur Daniel Dhumeaux, qui préside le groupe d'experts chargé de rédiger un rapport sur les hépatites virales B et C attendu pour début 2014, a souligné (14 octobre) que si l'article passait en l’état, la seule voie possible pour ne pas restreindre l'accès aux médicaments innovants serait d'élargir les indications des ATU de cohorte.

Quelles seraient les conséquences ?

De façon très concrète, en ce qui concerne le traitement de l’hépatite C, les ATU de cohorte de deux médicaments (le sofosbuvir et le siméprévir) sont en cours de mise en place, et leurs AMM sont attendues respectivement en janvier et en avril 2014. Si l’article 39 était adopté en l’état, cela aurait pour effet de retarder leur accès pour les personnes vivant avec l’hépatite C d’environ un an ! Et ce, alors même que l'agence européenne du médicament avait mis en place une procédure d’AMM accélérée, ces nouveaux médicaments de fort intérêt thérapeutique répondant à un problème de santé publique non couvert.

Les associations se félicitent en revanche d’une autre disposition de l’article 39, à savoir l’obligation faite aux laboratoires de reverser aux autorités la différence entre le prix de la prise en charge dérogatoire (celui de l’ATU de cohorte) et le prix de remboursement fixé par le Comité économique des produits de santé (CEPS) publié au Journal Officiel, le plus souvent un an après l’AMM. "La mesure est donc neutre pour les comptes de l’Assurance maladie" indiquent-elles.

Par ailleurs, concernant les deux médicaments sofosbuvir et siméprévir, AIDES a indiqué (14 octobre) souhaiter que les prix accordés pour les ATU de cohorte et le prix négocié par le CEPS (où les associations de patients ne sont pas représentées) soient raisonnables, et ce afin de ne pas courir le risque que la cherté de ces médicaments ne conduisent à une autocensure des médecins vis-à-vis de prescriptions pourtant justifiées sur critères médicaux.

http://www.seronet.info/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
mathilde
Sujet du message: Menaces sur l  MessagePosté le: 19 Oct 2013 - 11:21
Potô du site


Inscrit le: 15 Avr 2004
Messages: 9502
Localisation: planète bleue
!!!!!!!!!!!!!!!! Shocked Shocked Grands yeux

_________________
Tant que j'aurai la force et l'envie de me rebeller je me sentirai vivante
Membre HEP&Co, Ex geno 3
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message Visiter le site web du posteur  
Répondre en citant Revenir en haut
Vero42
Sujet du message:   MessagePosté le: 20 Oct 2013 - 09:06
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 1392

Sans commentaire Shocked Shocked Shocked

_________________
Les plus belles histoires commencent toujours par des naufrages. (Jack London)
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
pat-leon
Sujet du message:   MessagePosté le: 21 Oct 2013 - 17:45
Potô du site


Inscrit le: 31 Mai 2005
Messages: 6886
Localisation: Paris
Merci Fil ! Wink

Sur le lien, le dernier Communiqué de Presse du CISS dont SOS Hépatites & Aides, TRT5, etc sont signataires :
http://www.leciss.org/espace-presse/com ... -innovants

Pour les Face de Boucs, allez sur la page de SOS & faites monter la sauce !!!
https://www.facebook.com/pages/Associat ... 8014211899

_________________
Post-transplanté 5 ans. "La vie à Mort !"
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Jegere
Sujet du message:   MessagePosté le: 22 Oct 2013 - 00:08
Hépatant(e) régulier(e)
Hépatant(e) régulier(e)


Inscrit le: 28 Sep 2013
Messages: 198
Localisation: La Provence verte
http://www.hepatite06.fr/documents/traitement_oral.pptx
Zut moi qui espérait vous donner des bonnes nouvelles, voilà qu'il n'y à plus de fric comme d'hab´c'est vrai qu'il faut économiser plus d'argent pour les retraites et les pics de cirrhoses et cancers sont prévus pour 2025,
Ils pensent bien nos députés.......... On doit bouger, se mobiliser, et la restriction des accès au traitements pour les cas les plus graves mais y en a pleins de cas graves plus ceux qui ne savent pas...il faut arrêter les dépistage, la recherche tout, pour qui seront ces traitements en Europe si la France ne peux pas les assumer, c'est encore un pays riche, alors les pays de l'est, l'Afrique, l'Asie ne pourront jamais y avoir accès. Il faudra aller au USA avec nos euros, pleins d'euros alors pour qui ???????? Ou pour quand????
Dégoûtée
Bisous quand même c'est pas votre faute !!!
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
mel70
Sujet du message:   MessagePosté le: 22 Oct 2013 - 11:02
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 07 Mai 2012
Messages: 435

quelle honte !! , j espere que tout cela va se dénouer favorablement pour nous tous , toujours une histoire de fric !! ca fait deux ans que j attend , avec une cirhose en prime qui pour l instant , reste tranquille , mais ca ne dureras pas , c est sur , alors j espere de tout coeur que mon hépato , au mois de novembre me metras enfin sous traitement , ca fait peur tout ca !!!
bon courage a vous tous

_________________
geno 1a f4 tri de novembre 2011 a janvier 2012 echec en attente de nouvelles molecules et repartis depuis le 17 avril avec sofosbuvir et daclatasvir
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
nega
Sujet du message:   MessagePosté le: 22 Oct 2013 - 14:49
Potô du site


Inscrit le: 25 Avr 2012
Messages: 2018

Citation:
les ATU de cohorte de deux médicaments (le sofosbuvir et le siméprévir) sont en cours de mise en place, et leurs AMM sont attendues respectivement en janvier et en avril 2014. Si l’article 39 était adopté en l’état, cela aurait pour effet de retarder leur accès pour les personnes vivant avec l’hépatite C d’environ un an

_________________
guérie vhc depuis 4 ans, ex f4 à 24 et fibroscan continue de descendre à certains endroits du foie encore 14 mais à d'autres HUIT ! yes !
écho et labo ok
Abécédaire http://www.hepatites.net/index.php?name ... 015#342015
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
pat-leon
Sujet du message:   MessagePosté le: 14 Déc 2013 - 16:07
Potô du site


Inscrit le: 31 Mai 2005
Messages: 6886
Localisation: Paris
PLFSS 2014 :

Merci aux Députés & aux Sénateurs, à Marisol Touraine Twisted Evil
Les Hépatants subissent en 1ère ligne les conséquences de leur vote !
Malgré les nombreux amendements proposés avec le CISS & le TRT5, l'Art39, devenu Art48 est déjà en place...
Il est fulgurant de voir que pour une fois entre le vote de la Loi en octobre & ses arrêtés, cela n'a pas trainé !

Revenons sur ce problème d'ATU & d'accès au traitement Sofosbuvir dans la période de latence entre la fin des protocoles & la date de l'AMM.
Période transitionnelle qui sera posée pour chaque nouveau traitement.

Pour être objectif, il faut savoir que l'ANSM était favorable à un élargissement de l'ATU & que Gilead a refusé.
L'AFEF a été très active sur le sujet.

Où en est-on ?

L'ATU connait une extension qui a été annoncée hier soir nous a informé Stanislas Pôl ce jour aux Rencontres Hépatites à l'Hôpital Cochin.

L'accès au traitement Sofosbuvir en ATU était réservé aux :
• Patients inscrits en liste d'attente de transplantation & patients transplantés

L'extension d'ATU inclue les :
• Patients avec Fibrose extensive
• Patients en cirrhose

Ce qui a été obtenu pour Sofosbuvir devrait être obtenu pour Simeprévir.
Il nous faudra monter au créneau avec l'AFEF.

_________________
Post-transplanté 5 ans. "La vie à Mort !"
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
19 Sujet du message:   MessagePosté le: 14 Déc 2013 - 17:14
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22378
Localisation: Hyères
Pr Stanislas Pol Interview

http://pourquoi-docteur.nouvelobs.com/H ... -4663.html

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
lenaif
Sujet du message:   MessagePosté le: 14 Déc 2013 - 17:53
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 13 Avr 2013
Messages: 462
Localisation: Villebon sur Yvette
Merci à Pat-leon et à Fil pour ces nouvelles toutes fraîches, et somme toute plutôt rassurantes.

Et merci surtout aux assoss qui ont su rester vigilantes et agir si efficacement...

_________________
contaminé en 1974, géno 1b
protocole BI 1241.20 du 15/03 au 04/07/13, RVS24=guéri

On doit exiger de moi que je cherche la vérité, mais non que je la trouve (Diderot)
La lutte elle même vers les sommets suffit à remplir un cœur d'homme (Camus)
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Martyne
Sujet du message:   MessagePosté le: 14 Déc 2013 - 18:44
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 29 Nov 2013
Messages: 801

Voilà une très bonne nouvelle, que l'ATU soit ouverte à un plus grand nombre d'hépatants.

En ce qui me concerne je n'ai plus qu'à attendre la fixation du prix par le comité économique des produits de santé (CEPS), ça risque d'être dur-dur avec Gilead, peut-être qu'à la fin 2014, l'AMM sera pour tous les hépatants, mêmes ceux qui ne sont pas encore très atteints.

Ça ira peut-être plus vite qu'on le pense, vu l'ouverture de l'ATU et le prix actuel du Sovadi (Sofosbuvir), le CEPS a tout intérêt de négocier le plus rapidement possible avec Gilead, pour fixer un prix de mise sur le marché.

Merci aux associations.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Josée
Sujet du message:   MessagePosté le: 14 Déc 2013 - 22:05
Potô du site


Inscrit le: 18 Fév 2008
Messages: 4574
Localisation: lyon
C'est exactement ce qui a nous a été dit ce matin à la conférence par le Professeur Zoulim et le Docteur Bailly.
Non seulement l'AMM risque de trainer en longueur mais personne ne sait encore précisément si elle sera restrictive ou pas.
Il nous reste à espérer que la concurrence sur les nouvelles molécules se développe vite, ce qui aura pour effet de faire baisser les prix.

_________________
Géno 1A, fibrose F2/F3, VHC connu depuis 1994. Interferon déconseillé. TT ribavirine en monothérapie pendant 4 ans avec delursan.
HARVONI depuis le 2 Septembre 2015 pour 12 semaines

 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
pat-leon
Sujet du message:   MessagePosté le: 14 Déc 2013 - 23:27
Potô du site


Inscrit le: 31 Mai 2005
Messages: 6886
Localisation: Paris
Citation:
En ce qui me concerne je n'ai plus qu'à attendre la fixation du prix par le comité économique des produits de santé (CEPS), ça risque d'être dur-dur avec Gilead, peut-être qu'à la fin 2014,

Globalement, on connait le prix minimum qui pourra être fixé pour le Sofosbuvir :
Le CEPS ne peut fixer un prix inférieur à 80% du prix décidé pour l'ATU soit 80% des 666€ le cachet = 533€
Soit la bagatelle de 44 755€ pour 12 semaines de TTT pour le seul Sofosbuvir...
Vous n'êtes pas sans ignorer le fait que la combinaison efficace consiste à assembler plusieurs molécules (Voir les Posts de Fil, notre Zhep' Investogator).
Alors vous avez une idée du prix minimum du traitement Idea

quant à la réglementation ou restriction de prescription, nous ne les connaissons pas encore... Wink

_________________
Post-transplanté 5 ans. "La vie à Mort !"
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Martyne
Sujet du message:   MessagePosté le: 15 Déc 2013 - 10:40
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 29 Nov 2013
Messages: 801

Merci Pat Leon pour l'information !

Le traitement sera que 20% moins cher que l'ATU, prendre un médicament à ce prix et vu que mon hépatite n'est pas trop violente, je vais laisser tomber cette molécule. Je ne sais pas ce qui ce passera plus tard, une chose est sur je ne ferais pas le traitement d'un an Inter+Riba.

Je continuerais comme je l'ai toujours fait de limiter les effets de l'hépatite avec mes remèdes (homéo, phyto ect...), tant que ça ne dégénère pas tout va bien, si je vois que cela commence à devenir limite, j'aviserais à ce moment là.

Mon hépato va être furieuse, je m'en fous, de toute façon rien m'oblige d'aller la voir. En 1996 on me donnait dix à vivre sans traitement et aussi en 2001. Ça va j'ai largement dépassé leurs prédictions.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Josée
Sujet du message:   MessagePosté le: 15 Déc 2013 - 11:01
Potô du site


Inscrit le: 18 Fév 2008
Messages: 4574
Localisation: lyon
Ne baisse pas les bras trop vite Martyne et laisse ton foie se reposer sil y n'y a pas d'urgence. C'est vrai qu'il serait préférable de traiter à F1 ou F2 car il y a plus de chance de réussite ( le foie est moins abimé) mais nous n'avons pas le choix. Moi non plus, je ne ferai pas de ttt long et d'abord, personne ne m'en a proposé et c'est très bien comme ça. Les labos ( dont nous avons besoin) veulent de la rentabilité à court terme mais d'un autre côté, la sécu ne peut pas se permettre des ttt à 60000 euros par tête et raisonne à long terme, même si ça risque de leur coûter bien plus.
Je pense que d'ici 2015, ils auront bien trouvé le moyen de se mettre d'accord.
Wait and see...

_________________
Géno 1A, fibrose F2/F3, VHC connu depuis 1994. Interferon déconseillé. TT ribavirine en monothérapie pendant 4 ans avec delursan.
HARVONI depuis le 2 Septembre 2015 pour 12 semaines

 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Martyne
Sujet du message:   MessagePosté le: 15 Déc 2013 - 11:27
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 29 Nov 2013
Messages: 801

Tu as raison Josée, je ne veux pas baisser les bras, Je trouve que ça dépasse les bornes que les laboratoires puissent spéculer autant sur nos attentes, ça me met hors de moi....

J'ai trouvé ce texte de Ivan Illich... Réflexion que je trouve intéressante :

Citation:
En 1974, j’ai écrit la Némésis médicale (5). Cependant, je n’avais pas choisi la médecine comme thème, mais comme exemple. Avec ce livre, je voulais poursuivre un discours déjà commencé sur les institutions modernes en tant que cérémonies créatrices de mythes, de liturgies sociales célébrant des certitudes. Ainsi j’avais examiné l’école (6), les transports et le logement pour comprendre leurs fonctions latentes et inéluctables : ce qu’ils proclament plutôt que ce qu’ils produisent : le mythe d’ Homo educandus, le mythe d’ Homo transportandus, enfin celui de l’homme encastré.

J’ai choisi la médecine comme exemple pour illustrer des niveaux distincts de la contre-productivité caractéristique de toutes les institutions de l’après-guerre, de leur paradoxe technique, social et culturel : sur le plan technique, la synergie thérapeutique qui produit de nouvelles maladies ; sur le plan social, le déracinement opéré par le diagnostic qui hante le malade, l’idiot, le vieillard et, de même, celui qui s’éteint lentement. Et, avant tout, sur le plan culturel, la promesse du progrès conduit au refus de la condition humaine et au dégoût de l’art de souffrir.

Je commençais Némésis médicale par ces mots : « L’entreprise médicale menace la santé. » A l’époque, cette affirmation pouvait faire douter du sérieux de l’auteur, mais elle avait aussi le pouvoir de provoquer la stupeur et la rage. Vingt-cinq ans plus tard, je ne pourrais plus reprendre cette phrase à mon compte, et cela pour deux raisons. Les médecins ont perdu le gouvernail de l’état biologique, la barre de la biocratie. Si jamais il y a un praticien parmi les « décideurs », il est là pour légitimer la revendication du système industriel d’améliorer l’état de santé. Et, en outre, cette « santé » n’est plus ressentie. C’est une « santé » paradoxale. « Santé » désigne un optimum cybernétique. La santé se conçoit comme un équilibre entre le macro-système socio-écologique et la population de ses sous-systèmes de type humain. Se soumettant à l’optimisation, le sujet se renie.

Aujourd’hui, je commencerais mon argumentation en disant : « La recherche de la santé est devenue le facteur pathogène prédominant. » Me voilà obligé de faire face à une contre-productivité à laquelle je ne pouvais penser quand j’ai écrit Némésis...

Ce paradoxe devient évident quand on fouille les rapports sur les progrès dans l’état de santé. Il faut les lire bifrons comme un Janus (7) : de l’oeil droit, on est accablé par les statistiques de mortalité et de morbidité, dont la baisse est interprétée comme le résultat des prestations médicales ; de l’oeil gauche, on ne peut plus éviter les études anthropologiques qui nous donnent les réponses à la question : comment ça va ?

On ne peut plus éviter de voir le contraste entre la santé prétendument objective et la santé subjective. Et qu’observe-t-on ? Plus grande est l’offre de « santé », plus les gens répondent qu’ils ont des problèmes, des besoins, des maladies, et demandent à être garantis contre les risques, alors que, dans les régions prétendument illettrées, les « sous-développés » acceptent sans problème leur condition. Leur réponse à la question : « Comment ça va ? » est : « Ça va bien, vu ma condition, mon âge, mon karma. » Et encore : plus l’offre de la pléthore clinique résulte d’un engagement politique de la population, plus intensément est ressenti le manque de santé. En d’autres termes, l’angoisse mesure le niveau de la modernisation et encore plus celui de la politisation. L’acceptation sociale du diagnostic « objectif » est devenue pathogène au sens subjectif.

Et ce sont précisément les économistes partisans d’une économie sociale orientée par les valeurs de la solidarité qui font du droit égalitaire à la santé un objectif primordial. Logiquement, ils se voient contraints d’accepter des plafonds économiques pour tous les types de soins individuels. C’est chez eux qu’on trouve une interprétation éthique de la redéfinition du pathologique qui s’opère à l’intérieur de la médecine. La redéfinition actuelle de la maladie entraîne, selon le professeur Sajay Samuel, de l’université Bucknell, « une transition du corps physique vers un corps fiscal ». En effet, les critères sélectionnés qui classent tel ou tel cas comme passible de soins clinico-médicaux sont en nombre croissant des paramètres financiers.


Source : http://www.monde-diplomatique.fr/1999/03/ILLICH/11802

http://agora.qc.ca/Dossiers/ivan_illich
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
pat-leon
Sujet du message:   MessagePosté le: 15 Déc 2013 - 13:22
Potô du site


Inscrit le: 31 Mai 2005
Messages: 6886
Localisation: Paris
Citation:
C'est vrai qu'il serait préférable de traiter à F1 ou F2 car il y a plus de chance de réussite ( le foie est moins abimé) mais nous n'avons pas le choix.

La modélisation "Coût-Efficacité" conduit à un TTT des F3 & F4 depuis l'arrivée des Trithérapies de 1ère Génération (Bocé/Téla) pour un coût de 45 000€, hors visites Hépato, suivi, analyses biomédicales, ETP, scanner, échographie, Biopsie, etc...
Rajoutons à cela l'EPO &/ou les culots de sang nécessaires dans plus de 45% des cas, le Neupogène, Dermatologue & produits...

Reste surtout à trouver une solution avec la CPAM Nationale & les Caisses Régionales pour un accord officiel sur les ALD pour les malades en attente de TTT. En effet, certaines ALD sont refusées, écourtées à 6 mois en l'absence de TTT.
Il nous faut monter au créneau avec les Hépatologues & MG 'médecin traitant).

Pour rappel les ALD toutes pathologies confondues représentent 65% du budget de la Sécurité Sociale... Wink

_________________
Post-transplanté 5 ans. "La vie à Mort !"
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Martyne
Sujet du message:   MessagePosté le: 15 Déc 2013 - 14:07
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 29 Nov 2013
Messages: 801

pat-leon a écrit:

Reste surtout à trouver une solution avec la CPAM Nationale & les Caisses Régionales pour un accord officiel sur les ALD pour les malades en attente de TTT. En effet, certaines ALD sont refusées, écourtées à 6 mois en l'absence de TTT.
Il nous faut monter au créneau avec les Hépatologues & MG 'médecin traitant).

Pour rappel les ALD toutes pathologies confondues représentent 65% du budget de la Sécurité Sociale... Wink


Alors première nouvelle, ils m'ont jamais dit quoique ce soit, j'ai une ALD depuis 1998 de 20 ans jusqu'en 2018 et je vois complémentaire jusqu'en 2024 et de 1993 à 2013 je n'ai pas fait de traitement. Faut dire que je ne leur coûte pas très cher hors traitement, ça va peut-être changer vu que j'ai suivi un traitement qui a été un échec.

Un autre sujet, je suis tombée sur cet article, que certains doivent connaître qui en dit long et peut expliquer le prix exorbitant du Sofosbuvir :

http://www.atlantico.fr/decryptage/syst ... 92890.html

Citation:
Ce n’est pourtant pas ce à quoi on aurait dû s’attendre, car le système des brevets est censé normalement protéger et récompenser l’innovation. Smith Kline avait risqué beaucoup d’argent pour développer l’H2-bloquant de Black, en contrepartie de quoi la société (l’État) lui a accordé un brevet, c’est-à-dire un monopole d’exploitation d’une vingtaine d’années lui permettant de fixer un prix de vente sans avoir à se préoccuper de la concurrence. C’est ainsi qu’on justifie d’ordinaire le prix élevé des médicaments : il faut bien, dit-on, que l’industrie récupère sa mise. Sans la carotte du brevet, les firmes ne débourseraient pas les sommes « colossales » qu’il faut pour développer un médicament (800 millions de dollars la pilule, dit-on encore) et nous n’aurions pas tous ces nouveaux traitements qui nous sauvent la vie.

Répété sur tous les tons par les communicants de Big Pharma pour faire passer le prix de la pilule, cet argument repose en réalité sur un sophisme. Comme on l’a vu avec le Zantac de Glaxo, il est en effet relativement facile pour une firme pharmaceutique d’obtenir un brevet sans passer par la case recherche. Il lui suffit pour cela de modifier à peine la formule d’une molécule déjà brevetée par une firme concurrente, par exemple en la remplaçant par un isomère (un isomère est une molécule qui a la même formule structurale brute qu’une autre, mais une formule moléculaire développée différente). Ces « me-toos » ont souvent des propriétés légèrement distinctes, ce qui permet d’obtenir un nouveau brevet et du coup de demander un prix tout aussi élevé, sinon plus, que celui du médicament rival.

Loin donc de favoriser l’innovation, les brevets encouragent le maintien artificiel de prix sans rapport aucun avec le service médical rendu (SMR). De fait, ils aboutissent à la formation de véritables cartels, c’est-à-dire à une entente implicite entre quelques grandes entreprises pour contrôler un marché donné et maximiser leurs profits en éliminant toute concurrence. Alors que les cartels font partout ailleurs l’objet de lois visant à bannir les pratiques anticoncurrentielles, leur formation est ici formellement encouragée par la législation et les conventions internationales sur la propriété intellectuelle. On est dans une situation analogue à celle du marché des stupéfiants, où le monopole de fait des cartels de la drogue leur permet d’extorquer des prix faramineux aux consommateurs.

Extrait de "Big pharma", Coordonné par Mikkel Borch-Jacobsen, (Les Arènes Editions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.


Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/syst ... r1BohqW.99


Il y a aussi cette émission sur France2 je ne l'ai pas encore vu :

http://www.france2.fr/emissions/envoye- ... nce_152745
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
pat-leon
Sujet du message:   MessagePosté le: 15 Déc 2013 - 15:00
Potô du site


Inscrit le: 31 Mai 2005
Messages: 6886
Localisation: Paris
Citation:
Alors première nouvelle, ils m'ont jamais dit quoique ce soit, j'ai une ALD depuis 1998 de 20 ans jusqu'en 2018 et je vois complémentaire jusqu'en 2024

Tu es un heureux élu ! Wink
En effet, tous les hépatants ayant eu une ALD depuis des années & reconduite ne tombent pas forcément sous le coup de cette nouvelle règle.

Règle que le médecin traitant peut contourné facilement en documentant sa demande de "en instance de suivre un TTT"

Il n'empêche qu'il nous faut faire officialiser de nouvelles règles au bénéfice du patient.
Si l'hépatant n'est pas mis en traitement avant F3/F4, il lui faut voir l'ensemble des consultations & examens de suivi remboursé intégralement. Idea

_________________
Post-transplanté 5 ans. "La vie à Mort !"
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
lenaif
Sujet du message:   MessagePosté le: 15 Déc 2013 - 17:50
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 13 Avr 2013
Messages: 462
Localisation: Villebon sur Yvette
Je ne sais pas si ce document a déjà été signalé sur le forum. De toute façon, un petit rappel ne fait pas de mal
http://www.soshepatites.org/wp-content/ ... -monde.pdf

_________________
contaminé en 1974, géno 1b
protocole BI 1241.20 du 15/03 au 04/07/13, RVS24=guéri

On doit exiger de moi que je cherche la vérité, mais non que je la trouve (Diderot)
La lutte elle même vers les sommets suffit à remplir un cœur d'homme (Camus)
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,75287103652954 seconds.