Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
cataline
Sujet du message: Cirrhose: surveillance cirrhose non compliquées 2008  MessagePosté le: 14 Mar 2008 - 17:19
Potô du site


Inscrit le: 20 Jn 2003
Messages: 2923
Localisation: Saint Denis
Pour un pb de taille, je divise un même article en 4 morceaux

Présentation article:
Cet article fait le point sur les recommandations de surveillance en 2008 et donne des informations pratiques tels que le "carnet de vaccination du cirrhotique" , une liste de médicaments dont la prescription peut-être discutée avec son médecin, les examens et leur utilité, leur fréquence (semestrielle, annuelle).

Le premier bloc contient:
Introduction
le score child pugh
les analyses semestrielle
les analyses annuelles
la prévalence en France

le 2 bloc contient:

le diagnostique d'une cirrhose
le bilan
les vaccinations
les TTT

Le 3ème et 4ème blocs contiennent:

Les risques d'une cirrhose
les analyses pour surveiller ces risques
les évolutions possibles de la cirrhose

conclusion
références



Surveillance de la cirrhose non compliquée


Post U 2008 FMC-HGE, auteur : Olivier Nouel
http://www.fmcgastro.org/default.aspx?page=498

Objectifs pédagogiques

– Connaître les risques évolutifs selon les facteurs étiologiques et les co-morbidités;

– Connaître les modalités de surveillance.

Introduction

L’amélioration de la prise en charge des complications des cirrhoses, le changement dans les méthodes de diagnostic de cette maladie et les progrès majeurs dans le traitement de certaines causes fréquentes de cirrhose (hépatites B et C), vont augmenter le nombre de patients à surveiller. Les causes de la cirrhose, évolution habituelle de toutes les maladies chroniques du foie, sont nombreuses. Même si les mesures générales s’appliquent à toutes les causes de cirrhose (risque de carcinome hépato-cellulaire (CHC), risque d’hémorragie digestive liée a l’hypertension portale (HTP), nécessité d’éviter ou de contrôler les co-morbidités…), nous nous limiterons dans cet exposé aux causes de cirrhose les plus fréquentes en France : l’alcool, les virus B et C et la stéato-hépatite non-alcoolique.

Par définition cet exposé sera par ailleurs réservé aux cirrhoses classifiées Child-Pugh A. Même si ce score est imparfait, il a l’avantage d’être le score de référence (depuis 26 ans! ) et de pouvoir être évalué «a la minute» (Tableau I)




La surveillance des malades atteints de cirrhose non compliquée vient de faire l’objet d’une recommandation de l’HAS (www.has.santé.fr) [1].

Pour le calendrier de la surveillance, se reporter aux tableaux II, III, et IV (bilan initial, surveillance semestrielle, surveillance annuelle).







Quelle est la prévalence de la cirrhose en France?

Il est impossible de répondre à cette question puisque la définition de la cirrhose est anatomo-pathologique. Tout au plus, peut-on noter que 3 à 5 millions de personnes ont une consommation d’alcool à risque, qu’il y a environ 0,86% de la population adulte porteuse du VHC (dont 80% de virémiques), près de 300000 d’une infection à VHB et que le nombre des malades potentiellement porteurs d’une stéatose est en augmentation exponentielle. D’après les études de l’INVS, la prévalence de l’obésité serait de 12,4% dans la population des plus de 15 ans (soit +5 1,2% entre 1997 et 2006).

De ce fait, en tenant compte des co‑morbidités, le nombre des sujets à risque d’être porteurs d’une fibrose significative est très élevé (5 à 7 millions?).

_________________
Cat


guérie
S'il fallait tenir compte des services rendus à la science, la grenouille occuperait la première place (Skira - Métamorphoses et unités)


Dernière édition par cataline le 14 Mar 2008 - 20:18; édité 2 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail. Envoyer un message MSN Messenger  
Répondre en citant Revenir en haut
cataline
Sujet du message: Cirrhose: surveillance cirrhose non compliquées 2008  MessagePosté le: 14 Mar 2008 - 17:22
Potô du site


Inscrit le: 20 Jn 2003
Messages: 2923
Localisation: Saint Denis
Comment est posé le diagnostic de la cirrhose?

Le diagnostic de cirrhose peut être porté devant des perturbations du bilan hépatique, après biopsie hépatique ou devant une complication de la cirrhose.

L’amélioration des traitements fait que les suites de complications peuvent aboutir à la surveillance de cirrhoses redevenues non compliquées. Ainsi, les hémorragies digestives chez les cirrhotiques Child A ne sont plus mortelles et le pronostic de la première poussée d’ascite est bon.

L’éclosion des méthodes d’évaluation non invasives de la fibrose va diminuer (diminue déjà) de façon significative, la réalisation des biopsies hépatiques. Ces méthodes, qu’elles fassent appel à des tests sanguins ou à l’élastométrie impulsionnelle (Fibroscan®) ont en commun leurs excellentes performances pour le diagnostic de fibrose évoluée. Actuellement, ces méthodes ne sont validées que dans l’hépatite C [3]. Cependant, il est clair que leur utilisation dépasse largement ce champ restreint. Le Fibroscan® présente les meilleures performances pour dépister la fibrose significative [4]. On dispose d’arguments solides pour valider son utilisation dans les maladies alcooliques du foie et la stéato-hépatite non alcoolique. La méthode reste à valider pour l’hépatite chronique B. Cependant, il est probable qu’elle le sera quitte à affiner les différences de seuil pour le diagnostic de cirrhose en fonction de l’étiologie.

En fait, les restrictions actuelles de ces méthodes tiennent plutôt aux difficultés d’accès. Elles sont dues pour les tests sanguins, à leur prix, et pour le Fibroscan® au nombre de machines installées (110 en décembre 2007), mais également à l’absence de cotation dans la nomenclature des actes médicaux.

Une fois le diagnostic de cirrhose posé : quel bilan? [2]

1) Le bilan doit comporter (tableau I) des examens biologiques (bilan hépatique complet avec électrophorèse des protéines, taux de prothrombine, une numération sanguine avec plaquettes, un dosage d’alpha-foetoproteine (de départ), une iconographie (échographie avec Doppler), une gastroscopie.

2) Quelle que soit la cause, une sérologie VHC, une sérologie VHB complète (Ag HBs, Ac Anti Hbc, Ac Anti HBs), un bilan du fer (fer sérique, saturation, ferritine), une évaluation des lipides (cholestérol, triglycérides, HDL et LDL cholestérol), une glycémie à jeun, une évaluation de la consommation d’alcool en UI/j et par semaine, un calcul du BMI et une mesure du périmètre abdominal, une évaluation de la consommation de tabac et de cannabis.

3) En cas d’association à l’alcoolisme d’un tabagisme un examen ORL, une radio pulmonaire (?).

4) Avant la surveillance, quelles mesures?

- Evaluer et prendre en charge les co-morbidités (alcool, Fer, virus, surpoids) [5], les facteurs d’accélération de la fibrose (tabac, cannabis [6]…). Il est nécessaire d’évaluer et de prendre en compte la poursuite d’une toxicomanie intraveineuse;

- Eviter les infections : le cirrhotique est immuno déprimé et sensible aux infections bactériennes. Une hygiène cutanée et bucco-dentaire attentive est souhaitable. Les gestes médicaux invasifs doivent bénéficier d’une antibio-prophylaxie La gastroscopie, la LVO et la coloscopie ne nécessitent pas une antibio-prophylaxie.

» Le carnet de vaccination du cirrhotique

Les malades atteints de cirrhose ont une immunité diminuée (cette assertion est évidemment surtout valable pour les cirrhoses sévères). Aucune étude ne démontre qu’il y a une raison «scientifique» de protéger les cirrhotiques contre les infections. Le bon sens suggère qu’il est intéressant d’éviter les maladies et surtout les maladies hépatiques.

– L’hépatite A : le vaccin est bien toléré. Il est conseillé en France de vacciner les malades ayant une hépatopathie chronique contre l’hépatite A après vérification de l’absence d’Anticorps antiVHA (IGG). Le coût de la stratégie de vaccination universelle (vaccination sans recherche des anticorps) est double.

– L’hépatite B : le vaccin contre l’hépatite B est bien supporté. Il est indispensable de vacciner les cirrhotiques non immunisés. La cirrhose est un facteur de résistance au vaccin. Il est recommandé de vérifier l’immunisation par un dosage des anticorps. En cas d’échec, une revaccination ou un schéma avec double dose de vaccin peut être proposé;


– Le pneumocoque : les infections à pneumocoque sont graves chez le cirrhotique (souvent «asplénique»). La vaccination antipneumococcique (une fois tous les 5 ans) peut être conseillée;

– La grippe : la cirrhose correspond à la définition des maladies qui prédisposent aux complications de la grippe. Cette vaccination est conseillée;

– Autres vaccins : la vaccination par des vaccins vivants chez les sujets immuno déprimés est à étudier au cas par cas (Fièvre jaune, BCG, poliomyélite); en pratique, seule la fièvre jaune se discute chez l’adulte.

» Traitements

Une information rigoureuse du malade et de son (ses) médecin(s) doit être donnée concernant les médicaments «interdits» (AINS, aminosides, aspirine). Les médicaments psychotropes qui ont tous un métabolisme hépatique doivent être prescrits avec des posologies adaptées. Les médicaments antidiabétiques y compris les statines, peuvent être prescrits aux posologies usuelles.

Une liste de médicaments ayant un métabolisme hépatique est rappelée sur le tableau V.


_________________
Cat


guérie
S'il fallait tenir compte des services rendus à la science, la grenouille occuperait la première place (Skira - Métamorphoses et unités)
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail. Envoyer un message MSN Messenger  
Répondre en citant Revenir en haut
cataline
Sujet du message: Cirrhose: surveillance cirrhose non compliquées 2008  MessagePosté le: 14 Mar 2008 - 17:27
Potô du site


Inscrit le: 20 Jn 2003
Messages: 2923
Localisation: Saint Denis
» Risque opératoire

La chirurgie élective (toutes chirurgies) chez le cirrhotique non compliqué (Child A) n’entraîne pas d’augmentation de la mortalité mais une augmentation de la morbidité. Une évaluation auprès d’un hépatogastroentérologue est indispensable avant toute chirurgie.


» Risque d’ostéoporose

La prévalence de l’ostéoporose est doublée en cas de cirrhose, particulièrement, quand il existe une cholestase. Il est recommandé de réaliser une ostéodensitométrie au niveau du col fémoral et du rachis lombaire chez les patients atteints de cirrhose présentant un des facteurs de risque suivants :

– corticothérapie au long cours;

– hypogonadisme prolongé;

– BMI<19kg/m2;

– ménopause avant 45 ans;

– antécédents (personnels ou familiaux) de fractures périphériques ou vertébrales.

» surveillance de la cirrhose

Que doit-on craindre?

1) les complications de la cirrhose : hémorragie digestive par HTP et carcinome hépatocellulaire;

2) l’aggravation de la cirrhose dont la cause peut être : une persistance ou un non contrôle de la cause, le non contrôle (ou l’absence de prise en compte) d’une co-morbidité.

3) des complications extra-hépatiques liées au terrain (par exemple, le cancer ORL en cas d’association alcool-tabac).


Surveiller lHTP

Faut-il faire une gastroscopie à tous les cirrhotiques? Cette question a fait l’objet de vastes débats centrés sur des considérations économiques non justifiées par le système de santé français qui permet un accès facile et peu onéreux à l’endoscopie. Pour cette même raison, le remplacement de la gastroscopie par la capsule œsophagienne n’est probablement pas d’actualité. Le compte rendu de l’endoscopie doit évaluer la taille des varices (petites ou grosses), la présence ou l’absence de signes rouges, l’existence ou l’absence de varices tubérositaires et une description de la gastropathie d’hypertension portale.


» La fréquence des gastroscopies à la recherche de varices œsophagiennes

Des recommandations sont disponibles (Conférence de Consensus Française 2004 [7], recommandations de l’AASLD 2007 [8]) :

– en cas d’absence de VO, gastroscopie tous les 2 à 3 ans;

– en cas de petites VO, gastroscopie tous les 1 à 2 ans;

– en cas de grosses varices œsophagiennes faisant l’objet d’une prophylaxie par Béta-bloquants, la surveillance endoscopique est inutile;

– en cas de patients ayant bénéficié de ligatures de VO (LVO), les recommandations de l’HAS conseillent une surveillance endoscopique. L’AASLD recommande un contrôle à 3 mois et une surveillance tous les 6 mois [8].

– la fréquence de la surveillance doit être modulée en cas d’évolutivité de la cirrhose, et dans ce cas, bien sûr la surveillance doit être renforcée [1, 7, 8].


» Dépister le carcinome hépatocellulaire

Ampleur du problème

Toutes les cirrhoses présentent un risque de survenue d’un CHC. Les cirrhoses virales (B et C) et l’hémochromatose auraient peut-être un sur risque. Le risque de survenue d’un CHC dans la stéato-hépatite n’est pas connu mais on voit mal pourquoi il serait inférieur à celui de la cirrhose alcoolique. Globalement, le risque est chiffré à 2 à 8% de cas incidents par an, ce qui voudrait dire qu’après 10 ans d’évolution ou plutôt 10 ans après le diagnostic, 20 à 40% des malades auront développé un CHC. Le dépistage du CHC est justifié par l’efficacité du traitement quand le CHC a une taille inférieure à 3 cm, fondé sur la destruction par radio-fréquence des petites tumeurs. La simplicité apparente de ce traitement justifie donc le dépistage chez tous les cirrhotiques, sans même faire intervenir de critères d’âge. Il est indispensable d’avoir une attitude agressive vis-à-vis des lésions focales décelées, devant aboutir, au pire (non confirmation du diagnostique de malignité) à un renforcement de la surveillance après la découverte d’un nodule chez un cirrhotique. Une mention spéciale doit être faite pour les malades en court de traitement (Hépatites B et C). Il pourrait arriver que le clinicien, obnubilé par la surveillance des marqueurs virologiques «oublie» les principes de la surveillance de la cirrhose (expérience personnelle).

Comment dépister?

Il existe un consensus pour utiliser l’échographie avec Doppler [1, 9]. Cependant, la qualité de cet examen est fondamentale dans ce choix… Ainsi, les dernières recommandations de l’HAS [1] définissent un cahier des charges difficile à suivre (Tableau VI). Il est souhaitable que l’opérateur soit toujours le même (et motivé) et ait une bonne connaissance du dossier.



L’utilisation de la tomodensitométrie expose au risque d’irradiation et à celui de l’injection d’iode.

La place de l’IRM dans le dépistage paraît techniquement peu réaliste dans l’état actuel du parc d’appareils, même si il est suggéré que l’IRM devrait être plus performante et reproductible que l’échographie.

Si l’échographie n’est pas interprétable (surcharge pondérale en particulier), une IRM sera réalisée plutôt qu’une TDM, d’autant que l’examen devra être réalisé tous les 6 mois et que la multiplication des TDM expose au risque d’irradiation [1].

Quelle fréquence?

Une échographie tous les 6 mois est généralement recommandée [1, 9]. Une étude multicentrique française a comparé une surveillance de 3 et de 6 mois. Le résultat est en faveur d’une fréquence de 6 mois, la fréquence tous les 3 mois étant génératrice d’une multiplication d’examens inutiles (apparemment inutiles).

L’alpha-fœtoprotéine

Il est difficile de préciser sa place. Ce marqueur est absent dans 80% des CHC au début. Il subit des variations dépendantes de l’activité de la maladie. Il est probable qu’il soit une source d’examens complémentaires inutiles. En fait, il est d’une importance capitale quand il existe une image échographique. Si l’examen iconographique était un examen fiable à 100%, l’alphafœtoprotéine serait un examen de deuxième ligne. Ce n’est manifestement pas le cas.

Le dosage de l’alpha-fœtoprotéine permettrait de «gagner» 5 à 10% des diagnostics de CHC au prix d’un surcoût de 50% d’examens complémentaires.


L’évolution de la cirrhose

» Co-morbidités

Dans tous les cas (maladie contrôlée ou pas), chaque évaluation doit prendre en compte l’existence de co-morbidité hépatique ou de facteurs accélérateurs de fibrose.

Les principales co-morbités sont l’alcool et le surpoids [5]. Quelle que soit la cause, elles doivent être évaluées à chaque consultation. Le syndrome métabolique augmente avec l’âge. Une prise de poids pourrait passer inaperçue en particulier chez les malades ayant une cirrhose alcoolique, le clinicien étant obnubilé par le contrôle de l’intoxication alcoolique (ce qui peut se comprendre).

Une information sur les risques d’une consommation de tabac et éventuellement de cannabis doit également être faite [6]. Une prise en charge spécifique peut être nécessaire.

» Contrôle de la cause

– Les cirrhoses dues au VHC traitées et avec une réponse virologique prolongée ne rechutent pas. Les cirrhoses dues au VHB devraient avoir une évolution contrôlée par les thérapeutiques antivirales. Il est probable que chez ces malades, la fibrose va régresser et peut-être la cirrhose guérir. Les scores non invasifs de fibrose pourraient avoir ici un intérêt. Il n’y a cependant aucune étude publiée à ce jour et il ne saurait être question de modifier le rythme et les modes de surveillance.

– Pour la cirrhose alcoolique, le contrôle de la cause est fréquemment obtenu, parfois avec l’aide d’équipes d’alcoologie. Cependant les rechutes sont fréquentes, repérées par des critères biologiques (GGT, VGM), mais aussi par l’absence aux rendez-vous et surtout la clinique, probablement supérieure à tous les indicateurs biologiques. Une consultation clinique semestrielle paraît utile.

– Les cirrhoses dues au Virus C non traitées ou non guéries vont continuer à s’aggraver, avec un facteur accélérateur lié a l’augmentation de la vitesse de la fibrose liée à l’âge puisque finalement, le traitement d’entretien anti-fibrosant semble non ou peu efficace.

De même, les stéato-hépatites non alcooliques vont progresser puisque la prise en charge se limite actuellement à prôner la perte de poids et l’exercice physique…

» La cause est contrôlée mais la cirrhose s’aggrave…

Il faut rechercher une co-morbidité hépatique. Si le bilan d’entrée a été complet (le vérifier), il est peu probable qu’il s’agisse d’une hépatite B ou C ou d’une surcharge en fer. Il existe 2 co-morbidités principales, l’alcool et le surpoids (qs).

» La cause est contrôlée, la cirrhose reste stable

Dans la surveillance ou la prise en charge annuelle, ne pas oublier les vaccinations (hépatite A, hépatite B, Grippe), les mises en garde concernant la chirurgie, les médicaments interdits et ceux dont la posologie doit être adaptée en cas d’insuffisance hépatique.

_________________
Cat


guérie
S'il fallait tenir compte des services rendus à la science, la grenouille occuperait la première place (Skira - Métamorphoses et unités)


Dernière édition par cataline le 14 Mar 2008 - 18:34; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail. Envoyer un message MSN Messenger  
Répondre en citant Revenir en haut
cataline
Sujet du message: Cirrhose: surveillance cirrhose non compliquées 2008  MessagePosté le: 14 Mar 2008 - 17:29
Potô du site


Inscrit le: 20 Jn 2003
Messages: 2923
Localisation: Saint Denis
» Les pathologies dues au terrain

1) L’association alcool-tabac (très fréquente) favorise les cancers ORL et œsophagiens. Le tabagisme favorise le cancer du poumon et de la vessie. Il n’existe pas de recommandation pour le dépistage du cancer ORL. L’examen ORL pourrait faire partie du bilan initial. Une consultation ORL annuelle ne paraît pas déraisonnable, surtout s’il existe des facteurs de risque locaux.

De nombreuses études ont montré l’inutilité de la radio pulmonaire dans le dépistage du cancer bronchique. Des études sur la TDM ultra-rapide paraissent prometteuses. Il n’est cependant pas raisonnable de proposer mieux que l’arrêt du tabac.

Une étude française a conclu à l’inutilité du dépistage endoscopique du cancer œsophagien. Rien n’empêche cependant de le réaliser lors des endoscopies de contrôle de l’HTP.

2) Dans le syndrome métabolique, le risque hépatique n’est qu’une partie (minime) du risque vital. Bien évidemment, tout doit être mis en œuvre pour contrôler les autres éléments du syndrome dysmétabolique.

3) Le risque d’ostéoporose doit être réévalué, spécialement en cas de maladie cholestatique.


Conclusions

Comme on peut le voir, l’hépato-gastroentérologue est le médecin généraliste du cirrhotique.

Certes, il est surtout hépatologue clinicien, éventuellement échographiste, mais aussi nutritionniste, addictologue et médecin de prévention.
La surveillance des cirrhoses demande en fait une grande attention et il peut sembler difficile de suivre l’ensemble des recommandations telles qu’elles viennent d’être publiées par l’HAS.

La prise en charge des malades pourrait changer plus ou moins rapidement, si des études montraient un intérêt à mesurer des tests de fibrose quantitatifs de façon évolutive.


REFERENCES

1. Surveillance des malades atteints de cirrhose et prévention primaire des complications. Recommandations professionnelles 24 décembre 2007. www.has.sante.fr

2. Critères diagnostiques et bilan initial de la cirrhose non compliquée. Recommandation professionnelle. 19 Janvier 2007. www.santé.gouv.fr

3. Méthodes non invasives de la cirrhose/ cirrhose hépatique.13 Décembre 2006. www.santé.gouv.fr

4. Mathurin P. Marqueurs indirects de fibrose. Post’U 2007 www.fmcgastro.org

5. Couzigou P. Comment gérer les co-morbidités en hépatologie. Post’U 2005. www.fmc.gastro.org

6. Mallat A. Tabac cannabis et foie. Post’U 2007. www.fmc.gastro.org

7. Lebrec D, Vinel JP, Dupas JL. Complications of portal hypertension in adults: a French consensus. Eur J Gastroenterol Hepatol 2005;17: 403‑10.

8. Garcia-Tsao G, Sanyal AJ, Grace ND et al. Prevention and management of gastroenteroesophageal varices and variceal hemorrhage in cirrhosis Hepatology 2007;46:922-39.

9. Bruix J, Sherman M, Llovet JM et al. Clinical management of hepatocellular carcinoma. Conclusions of the Barcelona-2000 EASL conference. J Hepatol 2001;35:421-30.

_________________
Cat


guérie
S'il fallait tenir compte des services rendus à la science, la grenouille occuperait la première place (Skira - Métamorphoses et unités)
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail. Envoyer un message MSN Messenger  
Répondre en citant Revenir en haut
mamie92
Sujet du message: TTT  MessagePosté le: 14 Mar 2008 - 19:27
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 30 Août 2006
Messages: 899
Localisation: paris
J'ai pris mon temps mais j'ai tout lu, ( promis juré ) trés interressant

cataline, très bien expliqué, en fait ce que j'ai retenu c'est qu'il n'y à pas grand-chose pour stopper la fibrose.

les ttt anti-fibrose sont très peu efficaces ( toujours bon à enregistrer )

merci pour la recherche et bises Very Happy
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
alouette
Sujet du message: TTT  MessagePosté le: 15 Mar 2008 - 17:03
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 22 Mar 2003
Messages: 1095
Localisation: Laba
Oups : ça c'est d'l'info ! merci Cataline - plein de bises[/quote]

_________________
"Je suis née heureuse et l'oiseau libre"

 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message Visiter le site web du posteur  
Répondre en citant Revenir en haut
cataline
Sujet du message: TTT  MessagePosté le: 21 Mar 2008 - 12:46
Potô du site


Inscrit le: 20 Jn 2003
Messages: 2923
Localisation: Saint Denis
bonjour, je viens de voir que j'ai fait un plantage sur ce post, sorry.

Le post est dans discussion générale serait-il possible de le mettre dans les articles proposés ?

Merci d'avance Very Happy

_________________
Cat


guérie
S'il fallait tenir compte des services rendus à la science, la grenouille occuperait la première place (Skira - Métamorphoses et unités)
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail. Envoyer un message MSN Messenger  
Répondre en citant Revenir en haut
Amour1949
Sujet du message:   MessagePosté le: 21 Mar 2008 - 16:11
Grand(e) Hépatant(e)
Grand(e) Hépatant(e)


Inscrit le: 07 Mar 2008
Messages: 305

Merci beaucoup Cat, vraiment merci! Surprised
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Amour1949
Sujet du message:   MessagePosté le: 23 Avr 2008 - 18:11
Grand(e) Hépatant(e)
Grand(e) Hépatant(e)


Inscrit le: 07 Mar 2008
Messages: 305

Oui merci! Mais si j ai bien compris si tu traites par vira+riba et que tu negatives es ce que cette chirrose se stoppe? Merci de repondre.

_________________
Né le 19/11/2009
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
lolotte
Sujet du message:   MessagePosté le: 24 Avr 2008 - 16:13
Potô du site


Inscrit le: 29 Jan 2003
Messages: 6800
Localisation: Très loin à l'est
Tout dépend Amour.
C'est variable en fonction de plusieurs critères mais il y a 30% des cirrhoses qui ne régressent pas après négativité.

C'est mon cas, 2 ans après avoir finis le ttt, elle est tjrs là et bien là mais l'hépato et l'infectio m'avaient prévenu, trop vieille la cirrhose (pas moi Tirer la langue ) pour qu'il y ai régression.
Elle ne régresse pas mais n'évolue pas pour autant (enfin la mienne) et surtout une cirrhose sans VHC c'est bcp plus tranquille à vivre héhé et c'est çà l'important Wink

_________________
Lau
J'ai lu que fumer tue, j'arrête de lire
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
FAFAN3
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Avr 2008 - 20:20
Hépatant(e) régulier(e)
Hépatant(e) régulier(e)


Inscrit le: 22 Mar 2006
Messages: 143
Localisation: ROUEN
c'est super interessant, mais je n'ai pas pu finir, parceque cela me fait trop peur ! eh oui !, j'suis qu'un trouillard ! De savoir qu'elle évolution morbide je risque, ça me tue déja.

_________________
ça baigne !

site perso : http://normandart.fr
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Morris
Sujet du message:   MessagePosté le: 12 Jl 2008 - 15:36
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 02 Août 2007
Messages: 1223
Localisation: La Rochelle
Je viens de lire l'article : il faut se l'avaler, mais c'est super intéressant.
Cela va bien m'aider pour discuter avec mon hépato.
Grand merci Cataline.

Morris

_________________
Quoi que Tu rêves d'entreprendre, commence-le. L'Audace a du génie, du pouvoir, de la magie! - Johann Wolfgang von Gœthe
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Mental-O
Sujet du message:   MessagePosté le: 25 Sep 2008 - 21:56
Potô du site


Inscrit le: 10 Déc 2006
Messages: 6822
Localisation: Trou-Bouse-les-Champs (82)
Un complément sur ce sujet, recommandation de l'HAS de septembre 2008:

Citation:
Surveillance des malades atteints de cirrhose non compliquée et prévention primaire des complications


Méthode: Recommandation pour la pratique clinique
Promoteur: Haute Autorité de Santé
Objectifs: Ces recommandations ont pour objectif de diminuer la morbi-mortalité associée à la cirrhose, par une surveillance régulière et la prévention primaire des complications quelle que soit la cause de l’atteinte hépatique.

Les recommandations abordent :

* le bilan minimum de suivi d’une cirrhose
* le traitement étiologique de la maladie hépatique
* la prévention primaire du risque d’hémorragies digestives
* la détection de nodules hépatiques qui peuvent correspondre à un cancer
* la prévention primaire des infections bactériennes
* les vaccinations.

Elles traitent également de certaines situations nécessitant une surveillance particulière chez les patients cirrhotiques concernés telles que :

* le risque opératoire en chirurgie non hépatique
* le risque d’ostéoporose
* l’usage de médicaments



Très bons docs ici:

http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_ ... plications

Wink

_________________
Coinf VIH/VHC (ou l'inverse) Géno 1b. Non répondeur à 2 TTT, interrompus au bout de 3 mois A3/F3 en 2011. Pas de TTT d'entretien en attente des nouvelles molécules.
"Tout seul on va plus vite... mais ensemble on va plus loin."
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
evlyn
Sujet du message:   MessagePosté le: 08 Nov 2008 - 04:18
Potô du site


Inscrit le: 03 Jan 2004
Messages: 7841
Localisation: Ubud-Bali
Merci Cat pour ces infos completes, lisibles et comprehensibles.

_________________
Eve


VHC diagnostiqué en 1991. Géno 4. A3/F4. non répondeuse à 6 ttts et enfin en 2014, 12 semaines de ttt sofosbuvir et simeprevir, guérie du VHC. CHC sur segment VIII viré chirurgicalement le 1er octobre 2014 .
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,95623898506165 seconds.