Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 10 Jn 2022 - 07:01
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 29221
Localisation: Hyères
Caractéristiques de la résistance au virus de l'hépatite C dans une cohorte internationale après une décennie d'antiviraux à action directe

Points forts :

• Une cohorte internationale de 3 355 patients atteints d'hépatite C provenant de 22 pays a été évaluée pour la résistance aux médicaments après un traitement par DAA.

• Presque tous les patients présentaient des variants résistants aux médicaments après l'échec du traitement, plus des 2/3 présentant une résistance contre ≥ 2 classes de médicaments.
• Les voies de la résistance aux médicaments comprenaient l'enrichissement de variants hautement résistants et la sélection de multiples variants résistants.

• Des variantes précédemment non reconnues chez les patients qui n'ont pas répondu aux inhibiteurs de la NS5A ont été identifiées à des fréquences élevées.

• La sélection de la résistance était fréquente chez les personnes âgées atteintes de cirrhose et celles infectées par les génotypes 1b et 4 après échec de la DAA.

Contexte et objectifs :

Les schémas thérapeutiques antiviraux à action directe (AAD) permettent de guérir > 95 % des patients atteints d'une infection chronique par le VHC. Cependant, chez certains patients chez qui le traitement échoue, des substitutions associées à la résistance (RAS) peuvent se développer, limitant les options de retraitement et risquant de transmettre des virus résistants. Dans cette étude, nous avons évalué la prévalence et la distribution du RAS, y compris les nouveaux RAS NS5A et les facteurs cliniques associés à la sélection du RAS, chez les patients qui ont connu un échec du traitement DAA.

Méthodes :

SHARED est un consortium international de cliniciens et de scientifiques étudiant la résistance aux médicaments contre le VHC. Les métadonnées liées à la séquence du VHC de 3 355 patients ont été collectées dans 22 pays. Les RAS NS3, NS5A et NS5B dans les échecs virologiques, y compris les nouvelles substitutions NS5A, ont été examinés. Les associations des caractéristiques cliniques et démographiques avec la sélection RAS ont été étudiées.

Résultats :

La fréquence des RAS a augmenté par rapport à sa prévalence naturelle suite à l'exposition aux DAA : 37 % à 60 % dans NS3, 29 % à 80 % dans NS5A, 15 % à 22 % dans NS5B pour le sofosbuvir et 24 % à 37 % dans NS5B pour le dasabuvir. Parmi 730 échecs virologiques, la plupart ont été traités avec des AAD de première génération, 94 % avaient une résistance aux médicaments dans ≥ 1 classe d'ADA : 31 % de résistance à classe unique, 42 % de résistance à double classe (principalement contre la protéase et les inhibiteurs de la NS5A) et 21 % résistance triple classe. Des modèles distincts contenant ≥ 2 RAS hautement résistants étaient courants. De nouveaux RAS NS5A potentiels et des changements adaptatifs ont été identifiés dans les génotypes 1a, 3 et 4. Suite à l'échec du DAA, la sélection des RAS était plus fréquente chez les personnes âgées atteintes de cirrhose et celles infectées par les génotypes 1b et 4.

Conclusion :

La résistance aux médicaments dans le VHC est fréquente après l'échec du traitement par AAD. Des substitutions auparavant non reconnues continuent d'émerger et restent non caractérisées.

Résumé simple :

Bien que les médicaments antiviraux à action directe guérissent efficacement l'hépatite C chez la plupart des patients, le traitement sélectionne parfois des virus résistants, ce qui rend les médicaments antiviraux inefficaces ou seulement partiellement efficaces. La multirésistance est fréquente chez les patients pour lesquels le traitement par AAD échoue. Les patients plus âgés et les patients atteints de maladies hépatiques avancées sont plus susceptibles de sélectionner des virus résistants aux médicaments. Des efforts collectifs de la part des communautés internationales et des gouvernements sont nécessaires pour développer une approche optimale de gestion de la résistance aux médicaments et de prévention de la transmission de virus résistants.

https://www.jhep-reports.eu/article/S25 ... 9/fulltext

http://www.hepatites.net/index.php?name ... 622#402622

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 14 Jn 2022 - 09:43
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 29221
Localisation: Hyères
Une cure de jouvence réussie sur un foie en passe de révolutionner les greffes
Pour la première fois, un foie humain a été traité dans une machine puis transplanté avec succès.


C’est une première mondiale. Une équipe de recherche multidisciplinaire zurichoise a réussi a traité un foie humain initialement endommagé dans une machine pendant trois jours à l'extérieur du corps, puis a implanté l'organe récupéré dans un patient atteint d'un cancer. "Un an plus tard, le patient se porte bien", se félicitent les auteurs de l’étude dans un communiqué.

Le malade a pu quitter l'hôpital quelques jours après la transplantation : "je suis très reconnaissant pour cet organe qui m'a sauvé la vie. En raison de la progression rapide de ma tumeur, j'avais peu de chances d'obtenir un foie sur la liste d'attente dans un délai raisonnable", a-t-il déclaré.

Machine à perfusion :

L'équipe de recherche doit ce succès à sa "machine à perfusion", développée en interne, qui permet d'implanter un organe humain chez un patient après une période de stockage de trois jours hors du corps. "La machine imite le plus fidèlement possible le corps humain, afin d'offrir des conditions idéales aux foies humains", expliquent les scientifiques. "Une pompe sert à remplacer le cœur, un oxygénateur remplace les poumons et une unité de dialyse prend en charge les fonctions des reins. En outre, de nombreuses perfusions d'hormones et de nutriments remplissent les fonctions de l'intestin et du pancréas", ajoutent-ils. Comme le diaphragme dans le corps humain, la machine déplace également le foie au rythme de la respiration humaine.

Faire baisser la tension :

L'équipe a préparé le foie dans la machine avec différents médicaments. De cette manière, il a été possible de transformer le foie en un bon greffon, alors qu'il n'était initialement pas approuvé pour la transplantation. La perfusion de l’organe sur plusieurs jours, permet, par exemple, de réaliser des thérapies antibiotiques ou hormonales ou d'optimiser le métabolisme du foie. En outre, de longues analyses de laboratoire ou de tissus peuvent être effectuées sans contrainte de temps. "Dans des circonstances normales, cela n'est pas possible car les organes ne peuvent être conservés que pendant 12 heures s'ils sont stockés de manière conventionnelle dans de la glace", détaillent les chercheurs.

L’expérience va désormais être menée sur 24 autres foies. À terme, les transplantations d’organes pourraient ne plus devoir se faire en urgence et devenir des procédures planifiables dans le temps, donc faire baisser la tension autour de ces interventions.

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles ... er-greffes

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 14 Jn 2022 - 10:03
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 29221
Localisation: Hyères
Elastographie et FIB-4 au cœur du diagnostic non invasif des NAFLD à risque

La signification pronostique des résultats aux tests non invasifs de fibrose hépatique dans la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) n’a été que peu confrontée aux données de la biopsie hépatique qui restent le gold standard dans cette pathologie fréquente.

Une étude internationale a examiné la précision sur le plan pronostique de la fibrose avancée F3-4 évaluée par le test biologique FIB-4 et de l’élasticité ou dureté du foie évaluées par la technique du Fibroscan, par rapport à celle de l’histologie hépatique, en terme de prédiction des événements liés au foie (ELF) dans cette affection métabolique.

Au total, 1 057 patients atteints de NAFLD ont été inclus dans une cohorte multicentrique. Parmi ces patients, 594 ont également bénéficié d’une biopsie hépatique initiale. Le critère de jugement principal de l'étude au cours du suivi était la survenue d'ELF, un critère composite associant les complications de la cirrhose et/ou le carcinome hépatocellulaire. FIB4 et élastographie ont montré une bonne précision pour la prédiction des ELF, avec des indices C de Harrell > 0,80 (0,817 vs 0,878, p = 0,059).

Dans le sous-groupe des patients biopsiés, la fibrose histologique et le Fibroscan ne sont pas significativement différents (indices 0,932 vs 0,881, p = 0,164), alors que le FIB4 est meilleur pour la prédiction des ELF. FIB4 et élastométrie restent des marqueurs prédictifs indépendants des ELF dans l'ensemble de la cohorte de l'étude.

L'algorithme établi avec ces 2 marqueurs stratifie avec précision le risque d’ELF : par rapport aux patients avec « FIB4 < 1,30 », ceux avec « FIB4 ≥ 1,30 puis Fibroscan <8> 12,0 kPa » (aHR 12,4).

Identifier les patients à risque de NASH :

De nombreuses études récentes dans le domaine ont été menées chez des patients à risque ou atteints de NAFLD cliniquement diagnostiquée. L’implication des tests non invasifs est particulièrement importante dans ce groupe de patients puisque cette maladie touche 25 % des populations occidentales. Le besoin principal d'identifier le petit sous-ensemble de patients NAFLD à risque de stéatohépatite évolutive ( NASH) et de complications liées au foie est évident en pratique clinique et soins primaires.

Des études longitudinales rétrospectives récentes ont montré que la stéatohépatite non alcoolique n'est pas, dans la NAFLD, un facteur prédictif indépendant de complication ou de mortalité liée au foie. La NASH est un facteur de risque de progression de la fibrose plutôt qu'un risque immédiat de complication liée au foie.

Sa signification pronostique est donc plus faible pour stratifier le devenir de la stéatose tout venant. Le diagnostic de NASH nécessite toujours une biopsie hépatique, une procédure invasive qui ne convient pas à la très grande population de NAFLD car elle est peu acceptée par les médecins non spécialisés et les patients.

Aucun test non invasif n'a jusqu'à présent atteint une précision et une validation suffisantes pour le diagnostic de la NASH sans recourir à l’histologie hépatique. En effet, la plupart des marqueurs sanguins candidats connus pour la NASH ne sont pas spécifiques du foie et pourraient être produits par d'autres organes, en particulier le tissu adipeux. De plus, les résultats des biopsies hépatiques sont limités par une discordance assez élevée.

L'élastographie a une précision pronostique similaire à celle de la biopsie hépatique :

La quantité de fibrose intrahépatique est étroitement associée au risque de complications hépatiques dans la NAFLD. Les résultats de ce travail confirment que le test sanguin FIB4 et l'élastographie stratifient correctement la dureté du foie et le risque de complications hépatiques cliniques dans la stéatose.

Fait remarquable, l'élastographie a une précision pronostique similaire à la biopsie hépatique. La méta-analyse récente de Mozes (gut 2022), réalisée à partir de 37 études et de 5 735 patients confirme la valeur de cette combinaison séquentielle de marqueurs non invasifs et définit de plus des seuils théoriques, inférieur pour exclure une fibrose avancée et supérieur pour exclure la cirrhose.

En conclusion, élastographie hépatique et FIB4 stratifient avec précision les patients stéatosiques en fonction de leur risque d’évènements liés au foie. Ces tests non invasifs peuvent être utilisés en soins primaires et sont des alternatives crédibles à la biopsie pour identifier la fibrose hépatique et les patients nécessitant une prise en charge spécialisée.

Dr Sylvain Beorchia

RÉFÉRENCE :

Boursier, J, Hagström A, Eksedt M et coll. : Non-invasive tests accurately stratify patients with NAFLD based on their risk of liver-related events. J Hepatol., 2022 ;76: 1013 – 1020. DOI: https://doi.org/10.1016/j.jhep.2021.12.031

http://www.hepatites.net/index.php?name ... 633#402633

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 16 Jn 2022 - 09:32
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 29221
Localisation: Hyères
Inscrivez vous - Webinar spécial 15 ans du Meilleur du VIH - 21 juin à 19H



https://webinaraei.com/15-ans-du-meilleur-du-vih.asp

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 17 Jn 2022 - 05:46
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 29221
Localisation: Hyères
Le Sommet mondial sur l'hépatite 2022 appelle à l'action pour éliminer l'hépatite virale alors que les cas d'hépatite inexpliquée chez les enfants augmentent dans le monde



Communiqué de presse conjoint de l'Alliance mondiale contre l'hépatite et de l'OMS :

Le Sommet mondial sur l'hépatite 2022 examinera les progrès et renouvellera les engagements des partenaires mondiaux pour accélérer l'action afin d'atteindre l'objectif mondial d'élimination de l'hépatite virale d'ici 2030.

Lors de l'Assemblée mondiale de la santé de 2016, les pays ont pris l'engagement historique d'éliminer l'hépatite virale d'ici 2030. Depuis 2016, les pays ont atteint l'objectif mondial pour 2020 de réduire l'incidence de l'hépatite B chez les enfants de moins de 5 ans et le nombre de personnes recevant un traitement contre l'hépatite C. a été multiplié par 10.

Cependant, la plupart des pays n'ont pas atteint les autres objectifs de 2020. L'accès en temps voulu à la dose de naissance de l'hépatite B est encore faible dans de nombreux pays à revenu faible ou intermédiaire. Pendant ce temps, le manque de sensibilisation, l'engagement politique limité, ainsi que la stigmatisation et la discrimination continuent d'empêcher les gens d'accéder au dépistage et aux soins. On estime que 354 millions de personnes dans le monde vivent encore avec cette infection potentiellement mortelle et qu'au moins une personne meurt d'hépatite virale toutes les 30 secondes. Cela représente plus d'un million de décès par an – un bilan plus important que celui du VIH et du paludisme combinés.

« L'hépatite est l'une des maladies les plus dévastatrices sur terre, mais c'est aussi l'une des plus évitables et traitables, avec des services qui peuvent être fournis facilement et à moindre coût au niveau des soins de santé primaires », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS. .

«Beaucoup des raisons pour lesquelles les gens manquent ces services sont les mêmes raisons pour lesquelles ils manquent des services pour d'autres problèmes de santé - l'accessibilité et l'abordabilité, en raison de qui ils sont, où ils vivent ou combien ils gagnent. Nous appelons tous les pays à s'engager à réaliser le rêve d'éliminer l'hépatite virale d'ici 2030, dans le cadre d'un engagement plus large en faveur d'une couverture sanitaire universelle basée sur des soins de santé primaires solides.

Plus récemment, dans les mois qui ont précédé le Sommet, quelque 700 cas d'hépatite soudaine et inexpliquée chez de jeunes enfants ont fait l'objet d'une enquête dans 34 pays. Les symptômes de cette hépatite aiguë apparaissent rapidement, entraînant une forte proportion d'enfants développant une insuffisance hépatique et quelques-uns nécessitant une greffe de foie.

Le Sommet présentera ces mises à jour épidémiologiques et les progrès vers l'engagement d'éliminer l'hépatite d'ici 2030. En juin 2021, l'OMS a fourni des orientations provisoires sur les critères à atteindre pour être validés pour l'élimination des virus de l'hépatite B et C. Sept pays qui ont mis à l'essai ces critères partageront leurs expériences et leurs progrès sur la voie de l'élimination.

La nouvelle stratégie mondiale du secteur de la santé (GHSS) de l'OMS sur l'hépatite virale, 2022-2030 , récemment examinée et notée à l'Assemblée mondiale de la santé, jouera un rôle important dans ce sommet, la stratégie contient des changements opérationnels et stratégiques pour garantir que nous sommes globalement sur la bonne voie pour atteindre l'objectif de 2030 de mettre fin à la maladie de l'hépatite virale.

Ce troisième Sommet mondial sur l'hépatite s'ouvrira par une table ronde de haut niveau avec le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS ; Helen Clark, ancienne première ministre de Nouvelle-Zélande ; Professeur Khaled Abdel Ghaffar, Ministre de la Santé par intérim, Egypte ; Dr Tenu Avafia, directeur exécutif adjoint, Unitaid ; et Charles Gore, directeur exécutif, Medicines Patent Pool.

« La santé des femmes et des enfants doit être une priorité absolue si nous voulons parvenir à l'élimination de l'hépatite d'ici 2030. L'hépatite B est une menace majeure pour la santé publique nécessitant des efforts collectifs pour faire progresser la vaccination universelle des nouveau-nés contre l'hépatite B et prévenir la transmission mère-enfant. transmission », a déclaré la très honorable Helen Clark, ancienne première ministre de la Nouvelle-Zélande et présidente du conseil d'administration du Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l'enfant (PMNCH).

Danjuma Adda, président de l'Alliance mondiale contre l'hépatite, a déclaré : « Nous avons parcouru un long chemin, en tant que communauté mondiale, dans la lutte pour l'élimination de l'hépatite. Je remercie l'OMS et tous les partenaires pour leur soutien dans ce voyage. Nous avons encore un long chemin à parcourir pour atteindre de nombreuses populations touchées par les hépatites virales. Le Sommet mondial sur l'hépatite promet de tirer parti de la puissance des partenariats communautaires, scientifiques et politiques pour atteindre les objectifs d'élimination de l'hépatite virale.

Le Sommet mondial sur l'hépatite 2022 réunira virtuellement des délégués de plus de 100 pays, dont des dirigeants mondiaux, des ministres de la santé, des responsables de la santé publique, des professionnels de la santé, des parlementaires, des universitaires et des représentants d'organisations de personnes touchées par l'hépatite virale.

https://www.who.int/news/item/07-06-202 ... e-globally

Le Sommet mondial sur l'hépatite 2022 renouvellera les engagements avec des partenaires mondiaux pour éliminer l'hépatite virale dans le monde d'ici 2030.

Depuis l'Assemblée mondiale de la santé de 2016, les pays ont réussi à réduire l'incidence de l'hépatite B chez les enfants de moins de 5 ans et à multiplier par 10 le nombre de personnes recevant un traitement contre l'hépatite C.

Cependant, que ce soit en raison d'un manque de sensibilisation, d'un engagement politique ou d'une stigmatisation , la plupart des pays n'ont pas atteint d'autres objectifs pour 2020, notamment l'accès en temps voulu à la dose de naissance du vaccin contre l'hépatite B, qui est faible dans de nombreux pays à revenu faible ou intermédiaire.

De plus, l'échéance de 2030 pour l'élimination des hépatites virales approche.

On estime que 354 millions de personnes dans le monde vivent avec l'hépatite et plus d'un million de décès surviennent chaque année, soit plus que les décès dus au VIH et au paludisme combinés.

"L'hépatite est l'une des maladies les plus dévastatrices sur terre, mais c'est aussi l'une des plus évitables et traitables, avec des services qui peuvent être fournis facilement et à moindre coût au niveau des soins de santé primaires", a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, PhD, le directeur général de l' Organisation mondiale de la santé (OMS), a déclaré dans un communiqué de presse .

L'émergence d'environ 700 cas d'hépatite aiguë inexpliquée chez les jeunes enfants dans 34 pays a renforcé le sentiment d'urgence autour du sommet de cette année. Les symptômes de l'hépatite aiguë ont tendance à apparaître rapidement, entraînant une augmentation du nombre d'enfants développant une insuffisance hépatique, dont certains ont besoin d'une greffe de foie.

La Stratégie mondiale du secteur de la santé de l'OMS sur l'hépatite virale, 2022-2030 , qui comprend des stratégies pour maintenir les pays sur la bonne voie pour éliminer l'hépatite virale, devrait figurer en bonne place lors du sommet de cette année.

« Bon nombre des raisons pour lesquelles les gens manquent ces services sont les mêmes raisons pour lesquelles ils manquent des services pour d'autres problèmes de santé - l'accessibilité et l'abordabilité en raison de qui ils sont, où ils vivent ou combien ils gagnent. Nous appelons tous les pays à s'engager à réaliser le rêve d'éliminer l'hépatite virale d'ici 2030, dans le cadre d'un engagement plus large en faveur d'une couverture sanitaire universelle basée sur des soins de santé primaires solides », a déclaré Tedros.

https://www.who.int/teams/global-hiv-he ... -2022-2030

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
nega
Sujet du message:   MessagePosté le: 18 Jn 2022 - 09:52
Potô du site


Inscrit le: 25 Avr 2012
Messages: 2147

GENIAL
fil a écrit:
Une cure de jouvence réussie sur un foie en passe de révolutionner les greffes
Pour la première fois, un foie humain a été traité dans une machine puis transplanté avec succès.


C’est une première mondiale. Une équipe de recherche multidisciplinaire zurichoise a réussi a traité un foie humain initialement endommagé dans une machine pendant trois jours à l'extérieur du corps, puis a implanté l'organe récupéré dans un patient atteint d'un cancer. "Un an plus tard, le patient se porte bien", se félicitent les auteurs de l’étude dans un communiqué.

Le malade a pu quitter l'hôpital quelques jours après la transplantation : "je suis très reconnaissant pour cet organe qui m'a sauvé la vie. En raison de la progression rapide de ma tumeur, j'avais peu de chances d'obtenir un foie sur la liste d'attente dans un délai raisonnable", a-t-il déclaré.

Machine à perfusion :

L'équipe de recherche doit ce succès à sa "machine à perfusion", développée en interne, qui permet d'implanter un organe humain chez un patient après une période de stockage de trois jours hors du corps. "La machine imite le plus fidèlement possible le corps humain, afin d'offrir des conditions idéales aux foies humains", expliquent les scientifiques. "Une pompe sert à remplacer le cœur, un oxygénateur remplace les poumons et une unité de dialyse prend en charge les fonctions des reins. En outre, de nombreuses perfusions d'hormones et de nutriments remplissent les fonctions de l'intestin et du pancréas", ajoutent-ils. Comme le diaphragme dans le corps humain, la machine déplace également le foie au rythme de la respiration humaine.

Faire baisser la tension :

L'équipe a préparé le foie dans la machine avec différents médicaments. De cette manière, il a été possible de transformer le foie en un bon greffon, alors qu'il n'était initialement pas approuvé pour la transplantation. La perfusion de l’organe sur plusieurs jours, permet, par exemple, de réaliser des thérapies antibiotiques ou hormonales ou d'optimiser le métabolisme du foie. En outre, de longues analyses de laboratoire ou de tissus peuvent être effectuées sans contrainte de temps. "Dans des circonstances normales, cela n'est pas possible car les organes ne peuvent être conservés que pendant 12 heures s'ils sont stockés de manière conventionnelle dans de la glace", détaillent les chercheurs.

L’expérience va désormais être menée sur 24 autres foies. À terme, les transplantations d’organes pourraient ne plus devoir se faire en urgence et devenir des procédures planifiables dans le temps, donc faire baisser la tension autour de ces interventions.

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles ... er-greffes
Smile

_________________
guérie vhc depuis 8 ans, fibroscan continue de descendre, écho et labo ok
Abécédaire http://www.hepatites.net/index.php?name ... 015#342015
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 20 Jn 2022 - 17:31
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 29221
Localisation: Hyères
LE PREMIER PATIENT RECRUTÉ DANS L’ESSAI CLINIQUE IP-CURE-B








https://soshepatites.org/le-premier-pat ... ip-cure-b/

http://www.hepatites.net/index.php?name ... 650#402650

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 22 Jn 2022 - 13:53
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 29221
Localisation: Hyères
EASL Londres 2022
Du 22 au 26 Juin 2022



https://easl.eu/event/international-liv ... ress-2022/

Le Congrès international du foie 2022 vise à laisser un «héritage durable» à la communauté de l'hépatologie

Après une interruption de près de 3 ans, le Congrès international du foie 2022 reprendra comme une expérience hybride avec un vaste programme scientifique qui met l'accent sur l'importance de la recherche et du développement axés sur la technologie.

"Il devient clair pour nous que les gens ont un très fort désir de rencontrer leurs collègues et amis en personne - l'inscription sur place reflète cela" , a déclaré Ben Hainsworth, directeur général de l'Association européenne pour l'étude du foie, à Healio. « Je pense que nous tous qui travaillons dans le domaine de la santé et de la médecine sommes maintenant beaucoup plus conscients de l'interdépendance de notre travail. La fascination pour la technologie de l'ARNm que les vaccins Moderna et Pfizer COVID-19 ont suscitée en est un exemple, et de nombreuses discussions passionnantes ont lieu autour de l'applicabilité de ces technologies à d'autres maladies, telles que le VIH et la tuberculose.

La discussion et la recherche sur les stratégies de prévention seront beaucoup plus importantes qu'elles ne l'ont été par le passé, soulignant la nécessité de stratégies au niveau politique fondées sur la science. Un exemple de ceci est l'accent mis sur la nutrition et l'alimentation en tant que mesures préventives contre la stéatose hépatique non alcoolique.

Le programme se concentrera également sur l'hépatite, y compris la recherche sur un nouveau médicament contre l'hépatite D, des travaux prometteurs sur un remède contre l'hépatite B et un traitement préventif pour les patients qui subissent une transplantation d'organe. De plus, avec "les cas malheureux et mystifiants d'hépatite aiguë chez les enfants en Europe" au cours des derniers mois, Hainsworth s'attend à ce qu'il y ait une discussion importante sur place.

"Outre les sessions dirigées par des résumés, il y aura une foule d'autres activités pour les jeunes chercheurs, y compris le cours de troisième cycle organisé le premier jour, des sessions de groupe de réflexion, des sessions de réseautage et des événements" rencontrer l'expert "qui s'avèrent être plus populaire à chaque fois qu'ils ont lieu », a déclaré Thomas Berg, MD, professeur de médecine à l'Université de Leipzig, chef de la division d'hépatologie au Centre médical universitaire de Leipzig et secrétaire général de l'EASL. "Nous avons également rendu l'ensemble du programme moins dense et plus interactif, ce qui laisse plus de temps et d'opportunités pour un apprentissage et un réseautage non structurés."

Cette année, les participants peuvent également s'attendre à l'ajout d' EASL Studio , une émission hebdomadaire en direct sur des questions clés en hépatologie présentée par des experts dans le domaine à travers l'Europe. EASL Studio diffusera depuis ILC dans l'espoir d'attirer un public en direct et de fournir aux téléspectateurs des nouvelles tôt le matin sur les événements quotidiens du congrès, des interviews et des débats sur des sujets d'actualité, et les faits saillants du congrès à la fin de chaque journée.

"Je pense aussi que l'ILC 2022 restera dans les mémoires comme l'édition qui a lancé la détermination de l'EASL à faire en sorte que l'événement ILC laisse un héritage durable sur les communautés, les villes locales et les pays où il se tient", a déclaré Berg.

https://www.healio.com/news/hepatology/ ... r-congress

http://www.hepatites.net/index.php?name ... mp;t=25099

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 23 Jn 2022 - 12:34
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 29221
Localisation: Hyères
MAVIRET® (glécaprévir/pibrentasvir) : approuvé par Santé Canada dans le traitement de l'hépatite C chronique chez les enfants



MAVIRET peut désormais être utilisé comme une option de traitement de 8 semaines, sous forme de granules à prendre 1 fois par jour, chez les enfants atteints d'hépatite C chronique de génotype 1 à 6, âgés de 3 à moins de 12 ans, pesant d'au moins 12 kg à moins de 45 kg, exempts de cirrhose ou présentant une cirrhose compensée et n'ayant jamais été traités. La décision prise par Santé Canada fait de MAVIRET la première option thérapeutique pangénotypique pour les patients âgés de 3 ans et plus, pesant 12 kg et plus atteints d'hépatite C chronique, présentant une cirrhose compensée et n'ayant jamais été traités. Cette approbation est appuyée par un taux de guérison* de 98,4 % parmi ce groupe de patients qui ont reçu le traitement sous forme de granules, présentation approuvée pour enfants. MONTRÉAL, le 22 juin 2022 /CNW/ - AbbVie (NYSE: ABBV) a annoncé aujourd'hui que Santé Canada a approuvé une modification de l'autorisation de mise en marché de MAVIRET® (glécaprévir/pibrentasvir) afin d'inclure son utilisation dans le traitement des enfants de 3 à 12 ans et pesant d'au moins 12 kg à moins de 45 kg1. MAVIRET est maintenant approuvé comme traitement pangénotypique (génotype 1 à 6) de 8 semaines chez les adultes et les enfants âgés de 3 ans et plus atteints d'hépatite C chronique, exempts de cirrhose ou présentant une cirrhose compensée et n'ayant jamais été traités1**.

« On estime à 250 000 le nombre de personnes atteintes d'hépatite C chronique au Canada, y compris de jeunes enfants que j'ai pu observer de près à l'hôpital SickKids et qui ont besoin d'options thérapeutiques, a mentionné le Dr Simon Ling, MBChB, MRCP (Royaume-Uni), Division de gastroentérologie, d'hépatologie et de nutrition, hôpital SickKids de Toronto. L'approbation de MAVIRET comme traitement indiqué chez les enfants est une étape nécessaire qui ajoutera une option bénéfique pour le traitement de l'hépatite C chez les enfants. » L'élargissement de l'indication du médicament est appuyé par des données de l'étude multicentrique DORA (partie 2). Il s'agit d'une étude de phase II/III, ouverte et sans répartition aléatoire, visant à évaluer l'innocuité et l'efficacité des granules de l'association glécaprévir/pibrentasvir (dose établie en fonction du poids) pendant 8, 12 ou 16 semaines chez 80 enfants âgés de 3 ans à moins de 12 ans atteints d'une hépatite C chronique1. Les patients ont reçu une préparation pour enfants de glécaprévir/pibrentasvir composée de granules enrobés en sachets. Les granules doivent être mélangés à une petite quantité d'aliments mous pour une prise quotidienne par voie orale. Le mélange de l'aliment et des granules doit être avalé immédiatement, les granules ne devant pas être écrasés ni croqués1. « Comme le Canada s'est engagé à éliminer l'hépatite virale en tant que menace pour la santé publique d'ici 2030, l'approbation de l'utilisation de MAVIRET chez les enfants constitue une avancée positive dans l'atteinte de nos objectifs, a déclaré Jennifer van Gennip, directrice générale, Action hépatites Canada. Maintenant que les enfants ont accès au traitement de l'hépatite virale, voilà un obstacle de moins à l'élimination. » Dans la partie 2 de l'étude DORA, le taux global de réponse virologique soutenue à 12 semaines (RVS12) chez les patients qui ont reçu la dose définitive recommandée était de 98,4 % (61 sur 62)1. Aucun patient recevant la dose définitive recommandée n'a présenté un échec virologique1. Les effets indésirables observés chez les enfants de 3 ans à moins de 12 ans étaient comparables à ceux observés dans les études cliniques sur MAVIRET réalisées chez des patients adultes, à l'exception des vomissements (environ 8 %), des éruptions cutanées (environ 4 %) et de la douleur abdominale haute (environ 4 %), qui ont été observés plus fréquemment chez les adultes1. « MAVIRET a eu un grand impact sur la vie des personnes atteintes d'hépatite C chronique, et nous sommes heureux que les enfants puissent maintenant bénéficier de cette option thérapeutique, a souligné Tracey Ramsay, Vice-présidente et Directrice générale, AbbVie Canada. Nous sommes déterminés à contribuer à l'atteinte de l'objectif de l'Organisation mondiale de la Santé pour 2030, soit d'éliminer l'hépatite C. Nous croyons que cette approbation par Santé Canada visant à élargir l'indication de MAVIRET aidera les Canadiens à franchir une autre étape les rapprochant de l'élimination de l'hépatite C. »

À propos de la partie 2 de l'étude DORA2 L'efficacité, l'innocuité et la pharmacocinétique de l'association glécaprévir/pibrentasvir chez les enfants de 3 ans à moins de 18 ans ont été démontrées dans l'étude ouverte DORA qui comprenait deux parties, la partie 13 et la partie 22. La partie 2 de l'étude DORA a évalué l'innocuité et l'efficacité de l'association glécaprévir/pibrentasvir chez 80 enfants âgés de 3 ans à moins de 12 ans. Ces enfants ont reçu une dose de l'association glécaprévir/pibrentasvir sous forme de granules, établie en fonction du poids, pendant 8, 12 ou 16 semaines. Au total, 18 participants ont reçu la dose initiale plus faible, et 62 ont reçu la dose définitive recommandée. L'âge médian était de 7 ans (tranche : 3 à 11); 73 % des enfants étaient infectés par le virus de l'hépatite C (VHC) de génotype 1, 3 % par le VHC de génotype 2, 23 % par le VHC de génotype 3, et 3 % par le VHC de génotype 4. Parmi d'autres caractéristiques du groupe, notons les suivantes : 55 % étaient de sexe féminin; 4 % étaient de race noire; 97,5 % n'avaient jamais reçu de traitement contre le VHC; 2,5 % avaient reçu un traitement par un interféron; 1 % étaient aussi infectés par le virus de l'immunodéficience humaine; et aucun d'entre eux ne présentait une cirrhose. Le poids moyen des enfants était de 25 kg (plage : 13 à 44 kg). Dans la partie 2 de l'étude DORA, le taux global de RVS12 chez les patients qui ont reçu la dose définitive recommandée était de 98,4 % (61 sur 62). Aucun patient recevant la dose définitive recommandée n'a présenté un échec virologique. Un enfant de 9 ans infecté par le VHC de génotype 3b, qui avait reçu la dose initiale plus faible, a eu un échec virologique. L'enfant présentait des substitutions K30R et V31M au départ, et la substitution Y93H dans la protéine NS5A survenue en cours de traitement a été constatée à la rechute. Aucune substitution initiale ou en cours de traitement n'a été détectée dans la protéine NS3. Le profil d'effets indésirables observés était comparable à celui des études cliniques sur les comprimés enrobés de l'association glécaprévir/pibrentasvir menées chez les adolescents et les adultes.

À propos de MAVIRET (glécaprévir/pibrentasvir)1,2 MAVIRET est approuvé par Santé Canada pour le traitement d'une infection chronique par le virus de l'hépatite C (VHC) chez les adultes et les enfants âgés de 3 ans et plus et porteurs de l'un des principaux génotypes du virus (1 à 6). MAVIRET est un traitement pangénotypique uniquotidien sans ribavirine composé de glécaprévir (100 mg), un inhibiteur de la protéase NS3/4A, et de pibrentasvir (40 mg), un inhibiteur de la protéine NS5A. Il est administré par voie orale à raison de 3 comprimés 1 fois par jour. La nouvelle préparation pour les enfants se présente sous forme de granules enrobés de MAVIRET en sachets. Chaque sachet contient 50 mg de glécaprévir et 20 mg de pibrentasvir. La posologie recommandée en nombre de sachets est établie en fonction du poids chez les enfants1. MAVIRET est un traitement pangénotypique d'une durée de 8 semaines chez les patients qui sont exempts de cirrhose et qui reçoivent un traitement pour la première fois**. MAVIRET est également approuvé chez les patients dont le traitement présente des défis particuliers, y compris ceux atteints d'une cirrhose compensée et porteurs de l'un des principaux génotypes du virus et ceux qui n'avaient jusqu'alors que quelques options thérapeutiques à leur disposition, comme les patients atteints d'une néphropathie chronique grave1. Il s'agit du seul traitement pangénotypique approuvé à tous les stades de la néphropathie chronique. La découverte du glécaprévir est le fruit de la collaboration continue entre AbbVie et Enanta Pharmaceuticals (NASDAQ: ENTA) visant à mettre au point des inhibiteurs de la protéase du VHC et des schémas thérapeutiques qui comprennent des inhibiteurs de la protéase. MAVIRET est contre-indiqué chez les patients atteints d'une insuffisance hépatique grave (classe C de Child-Pugh) et n'est pas recommandé chez les patients atteints d'une insuffisance hépatique modérée (classe B de Child-Pugh)1. Pour connaître les renseignements importants en matière d'innocuité, veuillez consulter la monographie de MAVIRET au www.abbvie.ca.

https://www.lelezard.com/communique-20446465.html

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 25 Jn 2022 - 10:47
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 29221
Localisation: Hyères
L'OMS publie des directives actualisées sur l'infection par l'hépatite C - avec de nouvelles recommandations sur le traitement des adolescents et des enfants, la prestation de services simplifiée et le diagnostic



Les directives actualisées de l'OMS sur l'infection par l'hépatite C (VHC) ont été publiées aujourd'hui lors d'un symposium conjoint OMS-EASL-CDC au Congrès international du foie EASL 2022 à Londres. Ces lignes directrices recommandent une simplification radicale du parcours de soins pour surmonter les obstacles à l'accès au dépistage et au traitement du VHC.

Selon les données de 2019, 58 millions de personnes vivent avec une infection chronique par l'hépatite C et entraînent environ 400 000 décès chaque année. En 2016, l'OMS a fixé des objectifs ambitieux pour éliminer les hépatites virales B et C en tant que menace pour la santé publique d'ici 2030. Bien que des progrès notables aient été accomplis dans plusieurs pays champions, il reste une importante lacune en matière de dépistage et de traitement. En 2019, encore seulement 21 % des 58 millions d'infections chroniques par l'hépatite C avaient été diagnostiquées, au total, 13 % traitées.

La nouvelle stratégie mondiale de l'OMS pour le secteur de la santé définit de nouvelles actions et de nouveaux objectifs pour éliminer l'hépatite virale d'ici 2030, en réduisant les nouvelles infections et les décès à un demi-million chacun, dans le monde, soit une réduction de 90 % et 65 %, respectivement.

Pour que cela se produise, nous devons de toute urgence simplifier les soins contre l'hépatite, tout en utilisant des diagnostics innovants pour rendre les soins plus accessibles à davantage de personnes dans le besoin.

"L'hépatite est l'une des maladies les plus dévastatrices sur terre, mais c'est aussi l'une des plus évitables et traitables, avec des services qui peuvent être fournis facilement et à moindre coût au niveau des soins de santé primaires", a déclaré le Dr Meg Doherty, directrice de l'OMS pour le VIH mondial, Programmes contre l'hépatite et les IST. "Ces lignes directrices mises à jour sont un pas dans la bonne direction et l'adoption de ces recommandations a le potentiel d'élargir considérablement l'accès au dépistage et au traitement dans les pays à revenu faible et intermédiaire."

Les 3 nouvelles recommandations clés incluent :

• Prestation de services simplifiée et partage des tâches : l'OMS recommande de passer à la prestation de tests et de traitements dans les soins primaires, dans les sites de réduction des risques et dans les prisons, et aux soins dispensés par des médecins généralistes et des infirmières, plutôt que par des spécialistes.
• Diagnostics de l'hépatite plus efficaces et simplifiés : l'utilisation de tests d'acide ribonucléique (ARN) du VHC au point de service (POC) est désormais recommandée comme approche supplémentaire aux tests d'ARN en laboratoire pour diagnostiquer l'infection. Cela s'applique particulièrement aux populations marginalisées, telles que les personnes qui s'injectent des drogues, et aux communautés difficiles à atteindre avec un accès limité aux soins de santé et des taux élevés de perdus de vue.
• Traitement harmonisé et simplifié de l'hépatite pour les enfants et les adolescents: Le traitement est maintenant recommandé pour la première fois pour tous les adolescents et enfants jusqu'à l'âge de 3 ans. Ces lignes directrices alignent les antiviraux à action directe recommandés existants (schémas AAD pour adultes [sofosbuvir/daclatasvir (SOF/DCV), sofosbuvir/velpatasvir (SOF/VEL) et glecaprevir/pibrentasvir (G/P)] pour une utilisation chez les adolescents et les enfants. devrait simplifier l'approvisionnement, promouvoir l'accès au traitement chez les enfants des pays à revenu faible et intermédiaire (PRFI) et contribuer aux efforts mondiaux visant à éliminer la maladie Jusqu'à récemment, on accordait moins d'attention à la lutte contre le VHC chez les enfants et les adolescents, et Il n'y avait pas de schémas thérapeutiques AAD approuvés pour une utilisation chez les enfants En 2018, on estimait à 3,26 millions le nombre d'enfants et d'adolescents âgés de 18 ans et moins vivant avec une infection chronique par le VHC.
Les lignes directrices de 2022 incluent également d'autres mises à jour telles que l'inclusion de nouveaux protocoles de fabricants sur l'utilisation de taches de sang séché pour la sérologie du VHC et les tests de charge virale d'ARN, et de nouvelles données pour informer la limite de détection pour les tests de charge virale d'ARN du VHC comme test de guérison.

https://www.who.int/news/item/24-06-202 ... -infection

http://www.hepatites.net/index.php?name ... 675#402675

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 25 Jn 2022 - 14:12
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 29221
Localisation: Hyères
Les infections chroniques à l'hépatite B diminuent ces dernières années

De nouvelles données montrent une baisse de la prévalence des infections par le virus de l'hépatite B (VHB) et des décès parmi les populations les plus jeunes.

Une équipe d'enquêteurs appelée GBD 2019 Hepatitis B Collaborators a estimé la prévalence mondiale, régionale et nationale du VHB ainsi que la mortalité et les années de vie ajustées sur l'incapacité (DALY) dues au VHB.

Buts :

Ces dernières années, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a proposé des objectifs pour éliminer les cibles de l'hépatite B dans le cadre de la Stratégie mondiale du secteur de la santé contre l'hépatite virale (WHO-GHSS) et des directives provisoires pour la validation par pays de l'élimination de l'hépatite virale (WHO Interim Guidance).

La nouvelle étude faisait partie de l'étude Global Burden of Diseases, Injuries, and Risk Factors Study (GBD) 2019, qui comprend environ 194 États membres de l'OMS.

Dans l'étude, les chercheurs ont utilisé des enquêtes sérologiques basées sur la population, des réclamations et des sorties d'hôpital, des registres du cancer, des systèmes d'enregistrement de l'état civil et des séries de cas publiées. Les chercheurs ont estimé l'infection chronique par le VHB et le fardeau des maladies liées au VHB, qui a été défini comme un ensemble de cirrhose due à l'hépatite B, de cancer du foie dû à l'hépatite B et d'hépatite B aiguë.

Estimation des cas et des décès :

Pour estimer la prévalence des infections chroniques par le VHB, la cirrhose et les proportions étiologiques de la cirrhose, les chercheurs ont utilisé un outil de méta-régression bayésienne à effets mixtes et ont utilisé des rapports mortalité-incidence modélisés avec une régression spatio-temporelle du processus gaussien pour estimer l'incidence du cancer du foie. .

Enfin, ils ont utilisé la modélisation de l'ensemble des causes de décès (CODEm) pour estimer la mortalité due à la cirrhose, au cancer du foie et à l'hépatite B aiguë.

Résultats :

En 2019, la dernière année de l'étude, les chercheurs ont estimé que la prévalence mondiale, tous âges confondus, des infections chroniques par le VHB était de 4,1 % (95 % UI, 3,7-4,5). Cela équivaut à 316 millions (284-351 millions) de personnes infectées.

Ils ont également constaté une baisse de 31,3 % (29-33,9 %) de la prévalence à tous les âges entre 1990 et 2019. Il y a eu une baisse plus marquée de 76,8% (76,2-77,5%) de la prévalence des enfants de moins de 5 ans.

Au total, il y a eu 555 000 (487 000-630 000) décès dans le monde dus à des maladies liées au VHB en 2019, tandis que le nombre de décès liés au VHB a augmenté entre 1990 et 2019 de 5,9 % (-5,6 à 19,2 %).

Entre 2015 et 2019, le nombre de décès liés au VHB a augmenté de 2,9 % (-5,9 à 11,3 %). Cependant, les taux de mortalité tous âges confondus et normalisés selon l'âge dus aux maladies liées au VHB ont diminué au cours de ces périodes.

Les enquêteurs ont également comparé les estimations pour 2019 dans les 194 sites de l'OMS aux objectifs de l'OMS-GHSS 2020 et ont constaté que 4 pays avaient atteint une réduction de 10 % des décès, 15 pays avaient enregistré une diminution de 30 % des nouveaux cas et 147 pays avaient une prévalence de 1 %. dans les cas d'enfants de moins de 5 ans.

En ce qui concerne les objectifs à plus long terme encore, 68 pays ont déjà atteint l'objectif de 2030 proposé dans les orientations provisoires de l'OMS d'un taux de mortalité lié au VHB pour tous les âges de 4 pour 100 000 à partir de 2019.

"La prévalence de l'infection chronique par le VHB a diminué au fil du temps, en particulier chez les enfants de moins de 5 ans, depuis l'introduction de la vaccination contre l'hépatite B", ont écrit les auteurs. "Les taux de mortalité liés au VHB ont également diminué, mais le nombre de décès liés au VHB a augmenté en raison de la croissance démographique, du vieillissement et des effets de cohorte."

https://www.thelancet.com/journals/lang ... 8/fulltext

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 28 Jn 2022 - 03:45
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 29221
Localisation: Hyères
Le dépistage universel du VHC pendant la grossesse s'accélère après les mises à jour des directives de dépistage de 2020



Suite aux recommandations mises à jour sur le dépistage du virus de l'hépatite C publiées en 2020, le dépistage du VHC pendant la grossesse s'est accéléré dans tout le pays, selon une étude de cohorte rétrospective publiée dans Obstetrics & Gynecology .

Cependant, malgré l'augmentation du dépistage suite aux recommandations du CDC et de l'US Preventive Services Task Force, des disparités de dépistage du VHC ont persisté entre les patients bénéficiant d'une assurance maladie commerciale et Medicaid.

Avant 2020, ni le CDC ni l'USPSTF ne décrivaient de recommandations spécifiques de dépistage du VHC pour les femmes enceintes. Les directives révisées du CDC et de l'USPSTF recommandent que toutes les femmes enceintes soient dépistées pour le VHC au cours de chaque grossesse, "sauf dans les contextes où la prévalence de l'infection par le VHC est inférieure à 0,1%", selon l'étude.

«Nous voulions voir si les directives révisées – qui ont été publiées pendant la pandémie de COVID-19 – avaient eu un impact sur l'évolution des habitudes de commande des médecins [dépistage du VHC]», Harvey W. Kaufman, MD , MBA, FCAP , un médecin senior directeur de Quest Diagnostics à Secaucus, New Jersey, a déclaré à Healio.

Kaufman et ses collègues ont évalué le taux de dépistage du VHC chez les patientes enceintes âgées de 15 à 44 ans qui ont subi un panel de tests obstétricaux effectué par Quest Diagnostics entre janvier 2011 et juin 2021. Étant donné que le CDC et l'USPSTF ont mis à jour leurs directives en mars et avril 2020, respectivement , les chercheurs ont défini deux périodes dans leur étude : avant que les recommandations ne soient mises à jour du 1er trimestre de 2011 au 1er trimestre de 2020, et après que les recommandations aient été mises à jour du 2e trimestre de 2020 au 2e trimestre de 2021.

Taux global de dépistage du VHC :

Parmi 5 048 428 femmes enceintes, 3 765 931 (74,6 %) étaient assurées commercialement et 1 282 497 (25,4 %) étaient assurées par Medicaid. Au cours de la période d'étude, 23,3 % des patients ont eu un test de dépistage du VHC ; le taux de dépistage est passé de 16,6% au premier trimestre de 2011 à 40,6% au deuxième trimestre de 2021, ont écrit les chercheurs.

"[Ce] est une grande amélioration par rapport au premier trimestre de 2011, mais il est loin de 95% ou 100%", a déclaré Kaufman Healio. "Ainsi, l'appel à l'action est que de plus en plus de médecins respectent les directives et proposent un dépistage [du VHC] à ces femmes."

Suite aux mises à jour des recommandations, le taux de dépistage du VHC a augmenté de manière significative (RR = 1,084 ; IC à 95 %, 1,075-1,093).

Il convient de noter que la pandémie de COVID-19 n'a pas entravé le taux croissant de dépistage, comme Kaufman l'avait prévu.

"La pandémie était clairement au centre de l'attention des gens, et beaucoup d'autres choses sont tombées au bord du chemin", a-t-il déclaré. "C'était réconfortant que malgré la pandémie, une attention particulière ait été portée à ces directives révisées."

Différences de sélection selon le type d'assurance :

Pour les patientes enceintes bénéficiant d'une assurance commerciale, le taux de dépistage du VHC avant la mise à jour des lignes directrices était supérieur au taux chez les patientes enceintes bénéficiant d'une assurance Medicaid (25 % contre 18,4 % ; P < 0,001). Après les mises à jour, les groupes assurés commercialement et assurés par Medicaid ont connu une augmentation significative du taux de dépistage du VHC (RR = 1,088 ; IC à 95 %, 1,078-1,099 ; et RR = 1,138 ; IC à 95 %, 1,116-1,161, respectivement). Cependant, les patients bénéficiant d'une assurance commerciale avaient toujours un taux de dépistage plus élevé que ceux utilisant l'assurance Medicaid.

"Historiquement, cela était dû en grande partie au fait que de nombreux programmes de Medicaid hésitaient ou mettaient des obstacles à recevoir les traitements relativement coûteux de l'hépatite C", a déclaré Kaufman. "Alors que les barrières ont chuté, davantage de femmes couvertes par Medicaid ont été testées, mais il existe toujours un écart entre les femmes bénéficiant d'une assurance commerciale et Medicaid."

Kaufman a souligné que les laboratoires qui n'ont pas adopté la recommandation du CDC d'effectuer un test d'ARN du VHC pour confirmer un test d'anticorps positif devraient le faire.

Quant à l'avenir, Kaufman a suggéré que davantage de recherches soient nécessaires sur «les déterminants de l'adhésion ou du manque d'adhésion» aux modifications des directives cliniques pour le dépistage du VHC.

Références :

Moyer VA, et al. Ann Stagiaire Med . 2013;doi:10.7326/0003-4819-159-5-201309030-00672.
Kaufman HW, et al. Obstet Gynécol . 2022;doi:10.1097/AOG.0000000000004822.
Smith BD, et al. MMWR Recomm Rep . 2012;61(RR04):1-18.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 28 Jn 2022 - 14:46
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 29221
Localisation: Hyères
Après guérison du VHC, diminution des hospitalisations chez les patients ayant des troubles psychiatriques

Quel est l'impact de la guérison de l'infection par le virus de l'hépatite C (VHC) chez les patients ayant des troubles psychiatriques, qui représentent un quart de la population infectée et traitée ? C'est ce qu'a voulu savoir l'étude BaroC Psy, à partir des données de 17 203 patients ayant des troubles psychiatriques enregistrés dans le système national de données de santé (SNDS) entre 2015 et 2019.

Selon cette étude française, la guérison de l'infection par le VHC par les antiviraux à action directe (AAD) diminue significativement la fréquence des hospitalisations, à la fois en médecine et en psychiatrie, dans ce sous-groupe identifié à risque. L'étude BaroC avait montré en décembre 2021 que c'est l'une des plus larges populations identifiées avec celles des usagers de drogues et des patients séropositifs au VIH.

Ces résultats ont fait l'objet d'une présentation congrès de l'Association européenne pour l'étude du foie (EASL) qui s'est déroulé du 22 au 26 juin à Londres. Cette recherche pluridisciplinaire a été menée avec le soutien de Gilead par le Pr Stanislas Pol, hépatologue et addictologue à l'hôpital Cochin (AP-HP), et le Pr Benjamin Rolland, psychiatre et professeur d'addictologie aux Hospices civils de Lyon.

La baisse des hospitalisations est observée dans tous les sous-groupes de patients considérés : troubles addictifs, troubles de l'humeur et névrotiques, troubles psychotiques et autres troubles psychiatriques. « La guérison de l'hépatite C est donc associée à une baisse des hospitalisations des patients souffrant de troubles psychiatriques, y compris chez les patients atteints de troubles sévères tels que les troubles psychotiques », est-il souligné dans un communiqué de Gilead.

Intérêt du dépistage renforcé :

Si 57,4 % des patients de la cohorte ont été hospitalisés au moins une fois l'année précédant l'initiation du traitement par AAD, seulement 41,6 % l'ont été pendant l'année suivant le traitement. Le nombre de patients ayant été hospitalisés au moins une fois a ainsi diminué de 28 % dans l'année suivant la guérison de l'infection (9 874 contre 7 153 patients hospitalisés).

En médecine, le nombre moyen d'hospitalisations par patient et par an était de 1,2 pendant l'année précédente avant de diminuer à 0,8 l'année suivant le traitement. De même en psychiatrie, l'indicateur a diminué de manière significative, passant de 1,4 à 1,2. Par ailleurs en médecine, la durée du séjour hospitalier a diminué de manière significative, passant de 20,5 à 16,7 jours après le traitement par AAD.

« La baisse significative des hospitalisations après guérison de l'hépatite C chez les patients souffrant de troubles psychiatriques observée dans BaroC Psy confirme l'importance de dépister et de traiter le VHC dans les services de psychiatrie », a souligné le Pr Rolland.


Source : lequotidiendumedecin.fr

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Jn 2022 - 07:53
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 29221
Localisation: Hyères
EASL Londres 2022
Du 22 au 26 Juin 2022



https://easl.eu/event/international-liv ... ress-2022/

Compte-rendu du congrès de l'EASL 2022
En direct le 30 juin (18H) & le 1er juillet (12h30)






https://webinaraei.com/easl2022.asp

http://www.hepatites.net/index.php?name ... mp;t=25099

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 05 Jl 2022 - 20:40
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 29221
Localisation: Hyères
L’HÉPATANTE N°60 – MAI/JUIN 2022





RETROUVEZ L’HÉPATANTE N°60 – MAI/JUIN 2022 :

https://mailchi.mp/soshepatites/lhpatan ... ijuin-2022

https://soshepatites.org/lhepatante-n60-mai-juin-2022/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 06 Jl 2022 - 14:32
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 29221
Localisation: Hyères

Prochain Webstaff RCP/Hepato : mercredi 06 Juillet à 20h, envoyez vos fiches






https://webinaraei.com/webstaff.asp


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 07 Jl 2022 - 10:19
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 29221
Localisation: Hyères
VHC : Guérir 95% des rares échecs des antiviraux directs
Michèle POUTEAU (Epinay sur Seine), interviewée par Bertrand HANSLIK (Montpellier)
Références : Abs. OS003 – Graf C et al, EASL 2022 & Abs. OS004 – Gane EJ et al, EASL 2022





https://www.youtube.com/watch?v=dlnnppouO7M

http://www.hepatites.net/index.php?name ... 752#402752

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 07 Jl 2022 - 16:44
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 29221
Localisation: Hyères
FORUM NATIONAL 2022





https://soshepatites.org/forum-national-2022/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 08 Jl 2022 - 14:53
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 29221
Localisation: Hyères


https://mailchi.mp/ac71f9babb2f/vice-ve ... aqEwGIILSg

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 08 Jl 2022 - 15:04
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 29221
Localisation: Hyères
Compte-rendu du congrès de l'EASL 2022
En direct le 30 juin (18H) & le 1er juillet (12h30)






https://www.youtube.com/watch?v=ROQzv0lsgWw



https://www.youtube.com/watch?v=M7lfbuvztv4



https://www.youtube.com/watch?v=yJzzR026Cy4



https://www.youtube.com/watch?v=Y7L5IZlCRoQ



https://www.youtube.com/watch?v=veunIe-o19c



https://www.youtube.com/watch?v=xKUddzWyF90



https://www.youtube.com/watch?v=ePcR6TDXO-0

http://www.hepatites.net/index.php?name ... p;start=40

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 1,0762760639191 seconds.