Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 12 Jn 2021 - 04:01
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 28423
Localisation: Hyères
JOURNÉE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LA NASH 2021



Communiqué de presse, 11 juin 2021 :

PDF :

https://soshepatites.org/wp-content/upl ... 021-CP.pdf



https://soshepatites.org/journee-mondia ... nash-2021/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 12 Jn 2021 - 08:06
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 28423
Localisation: Hyères
La NASHLETTER N°1
à l'occasion du Nash Day, la nouvelle newsletter de SOS Hépatites et Maladies du Foie est sortie.
Dans vos BAL depuis hier soir




https://mailchi.mp/2c4e372e9167/nashlet ... Nqw1_xxp5w

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Jn 2021 - 16:35
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 28423
Localisation: Hyères
NASHLETTER N°1 – JUIN 2021





RETROUVEZ LA NASHLETTER N°1 – JUIN 2021

https://mailchi.mp/2c4e372e9167/nashlet ... 1-nash-day

https://soshepatites.org/nashletter-n1-juin-2021/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 13 Jl 2021 - 08:07
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 28423
Localisation: Hyères
En direct de l’ EASL: enfin des études prometteuses!



Des bonnes nouvelles et des moins bonnes …On commence par les mauvaises?

Les taux croissants d’obésité et de diabète font que la stéatose est devenue la maladie chronique du foie la plus répandue, touchant quasiment 1/4 de la population mondiale!

Autre constat : l’insécurité alimentaire est associée à la mortalité, et ce, toutes causes confondues chez des adultes américains atteints de stéatose hépatique.

Les bonnes nouvelles:

L’industrie pharmaceutique se mobilise pour développer de nouveaux traitements avant que l’épidémie ne s’aggrave.

Nous avons retenu pour vous quelques études présentées à l’EASL qui couvrent l’ensemble des recherches sur les traitements de la NAFLD et de la NASH.

L’ARO-HSD, en injection sous cutanée est un médicament en développement qui réduit la production d’HSD17B13 : c’est un enzyme impliqué dans la production hépatique d’acides gras et d’ acides biliaires, ce qui fait de lui un candidat médicament pour la NASH… Les premiers essais, bien que par voie injectable, sont prometteurs.


L’Icosabutate (ICO), un acide gras modifié qui réduit considérablement les marqueurs de NASH et de fibrose en 4 mois. Son action est originale car il agit en améliorant l’efficacité de l’insuline mais aussi en diminuant l’inflammation hépatique et même la fibrose . les premiers essais montrent des résultats spectaculaires avec les marqueurs non invasifs.

Le resmetirom qui réduit la fibrose. Dans un essai de phase 2. On pourrait dire que c’est la thyroïde au secours du foie. Ce médicament est un activateur des récepteurs beta des hormones thyroïdiennes qui sont présents sur le foie. Les premiers essais montrent une amélioration de l’élastométrie hépatique.
L’Efruxifermin est un activateur de facteur de croissance des fibroblastes 21(FGF21), en injection hebdomadaire . Dans l’étude balanced qui a traité des patients cirrhotiques, on note une régression de la fibrose dans 33% des cas après seulement 16 semaines de traitement. En plus, en agissant sur les fibroblastes, l’Efruxifermin agit aussi sur les conséquence cardiovasculaire de la NASH.


Le sémaglutide déjà connu en diabétologie sous le nom d’Ozempic® est un analogue du GLP1 (glucagon like peptide). iI agit en augmentant la sécrétion d’insuline et en diminuant celle de glucagon (l’hormone de contre régulation de l’insuline) il agit aussi sur la faim et l’inflammation hépatique. Des études confirment son efficacité sur le diabète mais aussi sur la NASH.


Et puis comme tout le monde le sait actuellement l’examen de référence pour évaluer la NASH c’est la biopsie du foie ( examen sous anesthésie locale qui consiste à prélever à l’aiguille un tout petit morceau de foie ) Alors il faut développer des marqueurs dits non invasifs pour évaluer la NASH sans passer par la biopsie. On y arrive avec le développement et la validation d’Agile 3+, score basé sur le Fibroscan pour diagnostiquer une fibrose avancée chez les patients atteints de stéatose hépatique non-alcoolique.

Dernière minute : Pour confirmer ce que nous évoquons ci-dessus, une présentation du Pr Lazarus fraîchement présentée à l’EASL fin juin va dans ce sens! Nous ne sommes globalement pas prêts à prendre en charge les patients atteints de stéatose et la France fait partie des mauvais élèves.


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 13 Jl 2021 - 09:49
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 28423
Localisation: Hyères
NASHLETTER N°2-JUILLET 2021





#associationessentielle

RETROUVEZ LA NASHLETTER N°2 – JUILLET 2021 :

https://mailchi.mp/11819be825d5/nashlet ... illet-2021

https://soshepatites.org/nashletter-n2-juillet-2021/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 20 Jl 2021 - 16:44
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 28423
Localisation: Hyères
Maladie du foie gras : l'identification d'une modification de l'ARN, clé d'une thérapie génique
La stéatose hépatique ou "maladie du foie gras" pourrait être prévenue ou ralentie par une modification chimique de certaines molécules d'ARN.

Une thérapie génique pourrait protéger la la stéatose hépatique non alcoolique, plus communément appelée "maladie du foie gras". C'est ce qu'indique une étude menée par des chercheurs de l'université de Californie et publiée le 19 juillet dans la revue Nature Metabolism. Ce travail, mené sur la souris, montre qu'une modification chimique se produisant dans certaines molécules d'ARN transportant les instructions génétiques de l'ADN pour la fabrication des protéines des cellules peut protéger de l'accumulation de graisse dans le foie. Une accumulation qui peut conduire à une maladie hépatique avancée.

https://www.nature.com/articles/s42255-021-00427-2

La stéatose hépatique se développe à cause de facteurs alimentaires ou génétiques et peut, en dehors de toute consommation d'alcool, entraîner une cirrhose, une teneur élevée en graisse du foie pouvant être aussi associée à un risque important de maladie cardiovasculaire. De précédents travaux ont montré que des modifications chimiques peuvent se produire dans les molécules d'ARN avec des conséquences positives ou néfastes.

Maladie du foie gras" Ralentissement de l'accumulation de graisse dans le foie :

Pour y voir plus clair, les chercheurs californiens ont utilisé un modèle murin comportant une souris portant cette modification appelée m6A comparée à une autre ne portant pas cette modification. Et ils ont analysé les effets de régimes alimentaires avec différentes teneurs en graisse pour évaluer les effets de cette modification sur la stéatose hépatique. Parallèlement, ils ont utilisé des mesures de patients humains ayant subi des biopsies hépatiques (notamment dans le cas de chirurgie bariatrique) pour corréler les marqueurs de la modification m6A avec la teneur en graisse du foie. C'est ainsi qu'ils ont constaté que m6A semble agir comme un point de contrôle protecteur qui ralentit l'accumulation de graisse dans le foie. D'où l'idée de développer contre la "maladie du foie gras" des thérapies utilisant ces modifications chimiques afin de prévenir ou de ralentir les maladies du foie.

La modification m6A qui a été identifiée comme un élément impliqué dans la stéatose hépatique semble, par ailleurs, se produire sur les modèles murins, à un rythme différent chez les femelles et chez les mâles ce qui expliquerait que les femelles ont couramment une teneur plus élevée en graisse dans le foie.

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles ... ie-genique

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 17 Août 2021 - 17:59
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 28423
Localisation: Hyères
NASHLETTER N°3 – AOÛT 2021





https://mailchi.mp/c26b1a78a89f/nashletter-n3-aot-2021

https://soshepatites.org/nashletter-n3-aout-2021/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Nash24x7
Sujet du message:   MessagePosté le: 26 Août 2021 - 08:16
Hépatant(e)
Hépatant(e)


Inscrit le: 26 Août 2021
Messages: 3

Thank you thread for the news.
Educational Blogs (In English)
https://www.nash24x7.com/non-alcoholic-fatty-liver-disease-causes-symptoms-treatments/



_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Nash24x7
Sujet du message:   MessagePosté le: 26 Août 2021 - 08:50
Hépatant(e)
Hépatant(e)


Inscrit le: 26 Août 2021
Messages: 3

Nash / Nafld Education Blogs - https://www.nash24x7.com/nafld-in-children/




_________________
HIV, diabetic DID
Several tts in the teeth, maintenance or not, I count more, (5 or 6)
Genotype 1A (Boceprevien), treatment ended at the beginning of May 2013, RVS12, 5 years post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 02 Sep 2021 - 16:21
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 28423
Localisation: Hyères
DIABÈTE ET MALADIE DU « FOIE GRAS » NON ALCOOLIQUE

Si l'on connait bien les risques qu'un diabète déséquilibré fait courir au niveau du cœur, des artères et des reins, on sait moins que le foie est menacé par l'hyperglycémie chronique. Les personnes diabétiques de type 2 (ayant généralement un syndrome métabolique) ont un risque élevé de développer des maladies métaboliques du foie (stéatose hépatique non alcoolique, stéatohépatite non alcoolique). Etant une maladie silencieuse, l'enjeu est de pouvoir la dépister de façon précoce pour la prévenir ou retarder son évolution. La Fédération Française des Diabétiques fait le point avec le Pr Laurent Castéra, hépatologue dans service d’hépatologie de l’hôpital Beaujon à Clichy, Université Paris Diderot.
La Fédération : « Qu’est-ce que la maladie du foie gras (non liée à alcool) ? (NAFLD/ NASH) »
Le Professeur Laurent Castera : « La maladie du foie gras est définie par la présence de gras dans le foie, la stéatose hépatique,ce que les anglo-saxons appellent la NAFLD (nonalcoholic fatty liver disease). Le terme « maladie du soda », a été également utilisé dans les médias mais je le trouve un peu réducteur car si les sodas peuvent induire la maladie du foie gras, c’est surtout la malbouffe qui est la plus souvent responsable. Les gens ont tendance à penser que c’est le gras qui est responsable du foie gras mais ce sont plutôt les sucres cachés, présents dans les aliments ultra-transformés. La maladie du foie gras atteint environ 25% de la population générale. La difficulté en fait, comme pour toutes les maladies du foie, c’est qu’elle n’entraîne aucun symptôme. C’est le syndrome du Dr Knock : « tout bien portant est un malade qui s’ignore ».

La maladie ne donnant aucun symptôme, le diagnostic est suspecté soit d’après l’augmentation des transaminases (bilan sanguin), qui ne sont pas un très bon marqueur, soit plutôt à l’échographie, en tenant compte du contexte et des facteurs de risque. En effet en pratique le contexte est extrêmement important. Pour vous donner un ordre d’idée, si vous avez moins de 50 ans et aucun facteur de risque du syndrome métabolique, votre risque est inférieur à 10%. Si au contraire vous avez plus de 50 ans et tous les éléments du syndrome métabolique, votre risque est supérieur à 90 %, donc c’est parlant ! Chaque facteur de risque du syndrome métabolique : l’obésité, le diabète, l’hypertension artérielle, et la dyslipidémie augmente le risque de façon linéaire.

La forme avancée et active de la maladie s’appelle la NASH (non alcoolic steatohapatitis) et concerne environ 10 % des patients ayant une stéatose. Dans ce cas, il y a non seulement du gras mais également une inflammation des cellules du foie avec le risque de développer une fibrose hépatique, voire une cirrhose. Les patients concernés sont à risque d’évoluer vers des complications et notamment le développement d’une cirrhose, voire d’un cancer du foie. Le challenge c’est de repérer les patients à risque.


La Fédération : « Pourquoi la maladie du foie gras métabolique est-elle étroitement liée au diabète de type 2 ? »
Le Professeur Laurent Castera : « 1er élément de réponse : Les diabétiques de type 2 ont souvent des facteurs du syndrome métabolique et donc cumulent les facteurs de risques. Deuxième élément de réponse : la stéatose, c’est la manifestation hépatique du syndrome métabolique dont le dénominateur commun est l’insulino-résistance. Celle-ci entraîne l’accumulation d’acides gras dans le foie et donc la stéatose. Quand on a un diabète de type de 2, on est plus à risque d’avoir une NAFLD, quand on a une NAFLD on est plus à risque de développer un diabète. C’est une relation dans les deux sens. » On estime que plus de 50% des personnes diabétiques de type 2 ont une NAFLD.


La Fédération : « Question intermédiaire : les personnes diabétiques de type 1 sont-elles autant à risque ? »
Le Professeur Laurent Castera : « Oui, potentiellement, ce n’est pas le cas de figure le plus fréquent mais, oui. Bien sûr le plus souvent ce sont des personnes diabétiques de type 2.


La Fédération : « Comment la dépister chez les personnes diabétiques ? »
Le Professeur Laurent Castera : « La maladie est plus sévère chez les personnes diabétiques. Et il y a aussi clairement un lien avec l’équilibre du diabète c’est-à-dire si votre diabète est mal équilibré avec une hémoglobine glyquée élevée, là aussi vous êtes plus à risque d’avoir une NAFLD, probablement une NAFLD plus sévère. Il y a aussi une corrélation avec les autres complications du diabète et la prévalence de la NAFLD. Cela justifie vraiment une recherche systématique grâce à l’échographie. Et lorsqu’il y a une stéatose, je pense qu’il faut aller plus loin pour évaluer la sévérité de la fibrose grâce à l’utilisation de méthodes non invasives. Celles-ci comprennent un score sanguin appelé le FIB 4 et la mesure de l’élasticité hépatique avec le FibroScan. Celui-ci ressemble à une échographie et permet de faire le diagnostic minute de cirrhose en consultation. La plupart des services de diabétologie n’en sont pas encore équipés. Lorsqu’on suspecte une cirrhose, il faut adresser le patient à un hépatologue et discuter une biopsie du foie.».


La Fédération : « Comment la prévenir et la traiter ? »
Le Professeur Laurent Castera : « Il faut la dépister pour essayer de la prévenir et la traiter. Les seules mesures qui ont fait la preuve de leur efficacité sont ce qu’on appelle les mesures hygiéno-diététiques, dont la Fédération Française des Diabétiques est très familière, en particulier, la réduction pondérale en adoptant un régime approprié et une activité physique régulière. Ainsi, il a été montré dans plusieurs études, qu’à partir d’une réduction de 10 % du poids initial et au-delà, la stéatose disparait complétement avec une résolution de la NASH dans 90 % des cas et une amélioration de la fibrose, d’un stade au moins dans environ 30 à 40 % des cas. La mauvaise nouvelle c’est que malheureusement la proportion de patients qui sont capables d’atteindre cet objectif de 10 % est limitée, en général de moins de 10%. C’est la raison pour laquelle sont développées des approches pharmacologiques avec de très nombreuses molécules actuellement en cours d’évaluation dans des essais thérapeutiques. Il y a 8 études de phase 3 en cours, ce qui signifie que l’on peut espérer raisonnablement avoir des nouveaux traitements sur le marché prochainement.

En l’absence de traitement médicamenteux, la prévention est très importante : cela signifie dépister la maladie notamment chez les personnes diabétiques. Le contrôle des facteurs de risque est également important : c’est-à-dire équilibrer le diabète, contrôler le poids et traiter bien sûr l’hypertension artérielle et les dyslipidémies. Je précise que la principale cause de mortalité chez ces patients, contrairement à ce qu’on pourrait croire, ce sont les complications cardiovasculaires, comme pour les personnes diabétiques : donc infarctus du myocarde et AVC…


La Fédération : « C’est important de le savoir, d’où le contrôle des autres facteurs de risques ? »
Le Professeur Laurent Castera : « Exactement c’est pour cela que je vous en parlais dans le chapitre sur la prévention, ce n’est pas une vision purement d’hépatologue, c’est une vraie vision comme vous avez en diabétologie c’està-dire de traiter tous les facteurs de risque. C’est une hygiène de vie et puis une maîtrise de tous les facteurs.


La Fédération : « Donc que conseillez-vous concrètement aux patients diabétiques ? Notamment aux personnes diabétiques de type 2 soignées principalement par leur médecin généraliste. »
Le Professeur Laurent Castera : « Je leur conseillerais d’en parler à leur médecin généraliste car j’ai remarqué que ceux-ci connaissent en général assez mal cette maladie. C’est très important de sensibiliser les personnes diabétiques mais aussi le grand public. Donc si vous avez des facteurs de risque, surpoids (la moitié de la population), obésité (17%), il ne faut pas hésiter à aller voir son médecin traitant. Comme je l’ai souligné précédemment, plus il y a de facteurs de risque plus la probabilité est grande. La première étape c’est d’effectuer un bilan hépatique, c’est-à-dire un dosage des transaminases et des gamma GT et une échographie hépatique. Ensuite s’il y a une stéatose à l’échographie, il faut faire une évaluation de la sévérité de la maladie avec le FIB-4. C’est un test très simple, basé sur une formule gratuite, qui comprend l’âge, le taux de plaquettes et les transaminases, que l’on peut calculer en ligne avec un résultat immédiat. Les patients à risque, (ceux ayant un FIB-4 > 1,3) devraient être orientés vers un spécialiste pour des examens plus approfondis. Je recommande aux autres patients (ceux ayant un FIB-4< 1,3) qui n’ont pas besoin d’un hépatologue, de continuer à suivre les mesures hygiéno-diététiques et de bien contrôler leur diabète. L’enjeu majeur est donc de repérer les patients à risque suffisamment tôt pour une prise en charge spécialisée précoce pour prévenir, voire retarder l’évolution de la maladie. »



Pour en savoir plus sur le diabète et les maladies du foie, téléchargez notre livret Diabète et maladies du foie : connaître et prévenir les complications sur votre espace personnel.

https://www.federationdesdiabetiques.or ... Q_xIoR_lk4

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 03 Sep 2021 - 06:38
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 28423
Localisation: Hyères
Chirurgie bariatrique et transplantation hépatique : qui, quoi et quand ?
D'après Lopez-Lopez V et al. Abstr. OP360, actualisé ESOT 2021

L’obésité est impliquée dans la NASH, qui est une indication de TH en forte progression, et est accompagnée de comorbidités importantes comme le diabète ou l’hypertension artérielle.

Les auteurs présentent une méta-analyse de 8 études rapportant l’expérience de chirurgie bariatrique sur 96 patients dans le cadre de la TH, afin de mieux comprendre qui si cette chirurgie est possible et avec quels résultats : qui opérer, quelle intervention faire et à quel moment par rapport à la TH. Les points évalués étaient la morbidité et la mortalité, la perte de poids et l’amélioration des comorbidités.

Les morbidité et mortalité étaient respectivement de 37% (IC 95% 0,27–0,47) et 0.6% (IC 95% 0,02–0,13), l’IMC à 24 mois était de 31.02 (IC 95% 25,96–36,09) avec un pourcentage de perte d’excès de poids à 12 et 24 mois de 44.08% (IC 95% 27,90–60,26) et 49.2% (IC 95% 31,89– 66,66), respectivement. Après chirurgie bariatrique l’amélioration de l’hypertension et du diabète était de 61% (IC 95% 0,45–0,75) et 45% (IC 95% 0,25–0,66), respectivement. La chirurgie bariatrique plus adaptée et réalisée semble la « sleeve » gastrectomie. Pour le « timing » par rapport à la TH, dans 5 études sur 8 elle était réalisée après TH, dans 2 avant et dans 1 pendant la TH avec une morbidité augmentée après TH (Figure 1).



Les auteurs concluent que cette chirurgie peut être réalisée avec de bons résultats et une amélioration des comorbidités, en revanche de nouvelles études sont nécessaires pour définir le meilleur timing par rapport à la TH.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 16 Sep 2021 - 12:19
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 28423
Localisation: Hyères
Maladie du foie gras : elle augmente considérablement le risque d’avoir une grossesse compliquée
L’existence d’une stéatose hépatique non alcoolique (aussi appelée NASH ou maladie du foie gras) chez la femme enceinte augmente significativement le risque de complications graves liées à la grossesse.

"L’impact de la NASH sur la mère et l’enfant est un sujet qui est en train de prendre de l’ampleur". Lors du Paris NASH Meeting 2021, le Pr Lawrence Serfaty a présenté une nouvelle étude* qui démontre pour la première fois que l’existence d’une stéatose hépatique non alcoolique chez la femme enceinte augmente significativement le risque de complications graves liées à la grossesse.

Eclampsie, hémorragie post partum, naissances prématurées :

"Cela multiplie par trois le risque d’éclampsie", a par exemple précisé Lawrence Serfaty, professeur d'hépatologie et chef du service des maladies du foie au CHU de Strasbourg. La stéatose hépatique non alcoolique favorise également l’hémorragie post partum, les naissances prématurées et le risque de décès de la mère, et ceci indépendamment de l’existence préalable d’une obésité, d’un diabète ou d’une hypertension.

Ces résultats impliquent de prendre en charge la stéatose hépatique non alcoolique chez la femme ayant un désir de grossesse, et d’instaurer une surveillance rapprochée dans cette population à haut risque obstétrique."Proposer la prise d’aspirine au troisième trimestre pour limiter l'éclampsie est également possible", juge le Pr Lawrence Serfaty. Selon ses estimations, 5 à 10% des grossesses se dérouleraient en présence d’une NASH en France, même si aucun chiffre officiel n’est encore disponible sur ce sujet.

Première cause de maladie chronique du foie :

Aux États-Unis, l’épidémie d’obésité atteint environ un tiers des femmes en âge de procréer. Dans ce contexte, il a été montré à partir d’une étude portant sur plus de 18 millions de grossesses américaines que le nombre de gestations avec stéatose hépatique non alcoolique avait presque triplé entre 2007 et 2015.

La NASH est une maladie hépatique associée à l’obésité, au surpoids, à l’insulinorésistance et au diabète. Elle est devenue aujourd’hui la première cause de maladie chronique du foie dans le monde. Hormis les mesures hygiéno-diététiques, aucun traitement ne peut pour le moment en venir à bout.

*Publiée dans le Journal of hepatology. Auteurs : Monika Sarkar, Joshua Grab, Jennifer L. Dodge, Roxanna A. Irani, Marcelle Cedars, Norah Terrault.

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles ... compliquee

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 16 Sep 2021 - 15:38
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 28423
Localisation: Hyères
NASHLETTER N°4 – SEPTEMBRE 2021





RETROUVEZ LA NASHLETTER N°4 – SEPTEMBRE 2021 :

https://mailchi.mp/f7566fdc712c/nashlet ... embre-2021

https://soshepatites.org/nashletter-n4-septembre-2021/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 22 Sep 2021 - 07:26
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 28423
Localisation: Hyères
Inventiva annonce la décision de la FDA que le statut "Fast Track" accordé à lanifibranor dans la NASH englobe le traitement de la NASH avec cirrhose compensée

Inventiva , société biopharmaceutique spécialisée dans le développement clinique de petites molécules administrées par voie orale pour le traitement de la stéatohépatite non alcoolique (NASH), des mucopolysaccharidoses (MPS) et d'autres maladies avec un besoin médical non satisfait, annonce aujourd'hui que la Food and Drug Administration (FDA) américaine a décidé que le statut "Fast Track" précédemment accordé à lanifibranor dans la NASH englobe le traitement des patients atteints de la NASH avec une cirrhose compensée.

Cette décision fait suite à la demande d'obtention du statut "Fast Track" pour lanifibranor dans la NASH avec cirrhose compensée déposée par Inventiva auprès de la FDA en août 2021. La FDA avait précédemment accordé les statuts de "Fast Track" et de "Breakthrough Therapy" à lanifibranor pour le traitement de la NASH en septembre 2019 et octobre 2020.

Le programme "Fast Track" de la FDA est destiné à faciliter le développement ainsi qu'à accélérer l'évaluation réglementaire et l'approbation potentielle de candidats médicaments démontrant leur capacité à traiter des pathologies graves et à répondre à des besoins médicaux non satisfaits importants.

Pierre Broqua, Ph.D, Directeur Scientifique et cofondateur d'Inventiva, a commenté : "Nous sommes ravis d'avoir un statut 'Fast Track' pour lanifibranor dans la NASH qui inclut le traitement de la NASH avec cirrhose compensée, un stade très grave de la maladie pour lequel les patients ont un besoin urgent de traitement. La décision de la FDA reconnaît non seulement cette urgence mais également le potentiel de lanifibranor de répondre à ce besoin médical important non satisfait. Cette nouvelle renforce notre confiance dans le mécanisme d'action unique de notre candidat médicament principal et confirme notre détermination à accélérer le développement de lanifibranor dans sa phase pivot."

https://www.boursier.com/actions/actual ... 58285.html

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 25 Oct 2021 - 18:37
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 28423
Localisation: Hyères
NASHLETTER N°5 – OCTOBRE 2021





https://mailchi.mp/0c4d8fcaae9f/nashlet ... tobre-2021

https://soshepatites.org/nashletter-n5-octobre-2021/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,74065208435059 seconds.