Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 23 Déc 2020 - 08:06
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26961
Localisation: Hyères
Un moteur de recherche pour explorer la biobanque ANRS

Depuis le 1er décembre, l'ANRS a mis à disposition de la communauté médicale et scientifique un moteur de recherche permettant d'identifier les collections d'échantillons biologiques issues des cohortes menées ou soutenues par l'ANRS. Avec plus de 2 millions d'échantillons, c'est l'une des plus riches collections biologiques sur les pathologies du VIH et des hépatites virales (VHB et VHC).

Le nouveau moteur de recherche permet de trier les échantillons en fonction de la pathologie, de la population, du statut de la cohorte et du type de prélèvements. Cette première version sera prochainement enrichie des collections d’échantillons biologiques issues des autres recherches promues par l’ANRS.

Pour y accéder : https://www.anrs.fr/fr/biobanque

Un formulaire de demande d'accès aux échantillons est téléchargeable.

Une seule adresse pour vos questions et nous transmettre vos demandes : biobanque@anrs.fr.

A vos projets !

https://www.anrs.fr/fr/actualites/773/u ... anque-anrs

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 23 Déc 2020 - 08:10
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26961
Localisation: Hyères
Vaccins à ARN : faut-il avoir peur pour notre génome ?

Les vaccins à ARN ont pour avantage de pouvoir être développés plus rapidement et de pouvoir être adaptés facilement si une mutation du SARS-CoV-2 venait compromettre leur efficacité
Ils déclenchent une réponse immunitaire puissante (sans adjuvant chimique) et très spécifique
L’ARNm injecté ne pénètre pas dans le noyau et ne peut donc pas transformer notre génome, ni être transmis à notre descendance car il n’atteint pas les gonades
Alors que le début de la campagne de vaccination contre le SARS-CoV-2 est imminente en France, les vaccins à ARN, de par leur nouveauté, suscitent de nombreuses questions et craintes. L’INSERM a fait le point sur cette nouvelle technique.

Quelle différence avec les autres types de vaccins ?

Les vaccins à ARN ont pour particularité de ne pas contenir l’agent infectieux atténué ou inactivé, ou certains de ses composants, comme c’est habituellement le cas. Ces nouveaux vaccins reposent sur l’injection d’un ARN messager (ARNm) codant pour la protéine Spike présente à la surface du coronavirus SARS-CoV-2. Cet ARN va pénétrer dans les cellules du patient localisées au niveau du site d’injection et être traduit en protéine, comme n’importe quel autre ARNm se trouvant dans le cytoplasme. C’est la protéine Spike traduite par la cellule qui déclenchera la réaction immunitaire.

Pourquoi avoir choisi cette nouvelle technique ?

Les vaccins à ARN ont pour avantage de pouvoir être développés plus rapidement que les vaccins utilisant les techniques plus traditionnelles et ils ne nécessitent pas d’adjuvant chimique. Cette nouvelle technologie vaccinale permet de réagir plus vite en période pandémique et permettra d’adapter rapidement le vaccin si une mutation du SARS-CoV-2 venait compromettre son efficacité.

Les vaccins à ARN ont également pour avantage de déclencher une réponse immunitaire puissante et très spécifique. La protéine Spike produite par l’organisme est extrêmement proche de sa conformation naturelle dans le virus sauvage.

Faut-il craindre une modification de notre génome ?

Il est important de préciser que l’ARNm injecté via le vaccin pénètre uniquement dans le cytoplasme de la cellule et non dans le noyau. Il ne peut donc pas transformer notre génome puisque celui-ci se trouve dans le noyau.

Par ailleurs, cet ARNm ne peut pas être transmis à la descendance car l’injection est locale : les cellules qui reçoivent cet ARNm sont principalement les cellules musculaires. En aucun cas l’ARNm ne va jusqu’aux cellules des organes reproducteurs.

Enfin, les cellules produisant la protéine Spike suite à l’injection du vaccin sont rapidement détruites par le système immunitaire. L’ARNm étranger ne reste donc pas longtemps dans l’organisme.

Pourquoi les vaccins à ARN n’avaient jamais atteint les études de phase 3 ?

Alors que les vaccins à ARN apparaissent comme une technologie nouvelle, elle ne date pourtant pas d’hier… Des chercheurs travaillent sur ce sujet depuis plusieurs décennies, mais il a fallu surmonter quelques obstacles techniques, comme la taille des molécules d’ARN qui est dix fois plus importante qu’un antigène protéique injecté via un vaccin traditionnel. Il a donc été nécessaire de développer un système de transport de ces molécules pour qu’elles puissent entrer dans les cellules d’intérêt. Ce n’est que récemment que des solutions ont été trouvées, notamment en utilisant des particules nanolipidiques pour transporter l’ARNm vaccinal jusqu’aux cellules.

Le développement de cette technique a également été accéléré par la vitesse de circulation du virus dans la population, qui a permis d’obtenir plus rapidement des résultats d’efficacité lors des essais cliniques et par des financements qui n’avaient jamais été aussi élevés. Les chercheurs ont disposé de moyens qu’ils n’avaient pas jusqu’alors pour mener des essais cliniques aussi rapidement et efficacement.

https://presse.inserm.fr/les-vaccins-a- ... ent/41781/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 23 Déc 2020 - 13:21
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26961
Localisation: Hyères
HOMMAGE À MURIEL COLINET



On t’appelait Mumu, la communauté des hépatants vient de te perdre mais nous ferons survivre tes idées je te le promets.

Nous nous étions rencontrés à plusieurs reprises, tu étais venue témoigner de ton engagement lors de notre forum annuel à Lille et tu nous avais invité chez toi. Tout de suite on avait compris qu’on parlait le même langage. Tu avais la gouaille militante, tu ne respectais rien de plus que les malades. Tu avais fait de l’hépatite C ton combat avec Daniel ton mari décédé en attendant une greffe de foie qu’il n’a jamais eu.

Tu voulais toujours rire de tout et on avait ce point commun, c’est à travers l’humour et non les pleurs que tu voulais militer (sans jamais se limiter). C’était le sens de ton engagement aussi quand tu avais réussi à convaincre le CHAT de rejoindre votre association le CHAC. Sans relâche tu avais interpellé politiques, hépatologues mais toujours en restant à l’écoute des malades. Je me souviens, nous échangions nos revues et nos informations car nous avions la même philosophie, « les infirmations n’appartiennent à personne et doivent être partagées pour se justifier ». Ensemble on a cru à l’impossible et comme le dit le poète « au pays du rêve, nul n’est interdit de séjour » car on a vite compris que nos combats dépassaient les frontières et qu’il fallait dénoncer l’invisibilité des hépatites virales à l’échelon international.

Et c’est ainsi qu’un soir avec Michel vous aviez sur un coin de table jeté les statuts d’une association de patients européenne (et voilà ELPA était née).

Mon plus beau souvenir qui te résume si bien et qui me fait encore rire était ton projet fou de fabriquer des coussins péteurs floqués du mot hépatite C pour les offrir aux médecins en leur déclarant « vous pourrez continuer de vous foutre l’hépatite C au cul, mais au moins ça fera du bruit » ! J’avais éclaté de rire à m’en étouffer, mais tu vois Mumu c’est peut-être toi qui nous a soufflé l’idée de la campagne « Faites du bruit contre l’hépatite C ». Et comme le dis Julos Beaucarne « à force de péter trop haut, le cul prend la place du cerveau ! » Rien de sérieux, que des revendications.

Tu te souviens du départ du Tour de France à Bruxelles, on avait retrouvé deux malades porteurs d’hépatite C qu’on avait orienté sur le CHAC pour leur permettre l’accès aux soins.

J’avais aimé avec toi reparler de nos différences et de nos points communs. Nous avons rendu l’impossible réel, l’hépatite C se guérit aujourd’hui mais il reste la NASH et l’hépatite B , le combat n’est pas fini . Il nous faut maintenant poursuivre toutes ses idées que tu avais lancées mais sans jamais avoir peur ni en stigmatisant l’étranger. Tu m’as fait redécouvrir Julos Beaucarne, chanteur belge touche à tout (écrivain, acteur, sculpteur) et je pense à toi.

Je te dédie une de ses phrases « Ton Christ est juif, ta pizza est italienne, ton café est brésilien, ta voiture est japonaise, tes vacances sont turques, tes chiffres sont arabes, (moi j’aurai ajouté et ta bière est belge !) et…tu reproches à ton voisin d’être étranger ! » Tu voies Mumu je n’ai même pas parlé de frites.

Je ris en sanglotant à l’idée de ne plus te voir… Tchao Mumu et fais un bec à Daniel je suis sûr que vous allez vous retrouver, nous on va continuer d’être aussi hépatant que toi.

Pascal Mélin, Président de SOS Hépatites et maladies du foie.

https://soshepatites.org/hommage-a-muriel-colinet/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 28 Déc 2020 - 11:54
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26961
Localisation: Hyères


https://afef.asso.fr/wp-content/uploads ... errode.pdf

http://www.hepatites.net/index.php?name ... 839#399839

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 28 Déc 2020 - 16:47
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26961
Localisation: Hyères
L'OMS annonce l'élaboration de nouvelles directives sur l'autotest de l'hépatite C

L'OMS a publié de nouveaux détails concernant l'adhésion au Groupe d'élaboration des lignes directrices (GDG) pour l'élaboration de nouvelles directives sur l'auto-dépistage de l'hépatite C en 2021.

La réunion du GDG se tiendra du 18 au 19 février 2021 et se concentrera sur l'examen des dernières données sur l'auto-dépistage de l'hépatite C. Le but de la réunion est d'examiner les données probantes, puis de fournir des recommandations et des conseils sur l'auto-dépistage de l'hépatite C.

Conformément à la politique de l'OMS sur les conflits d'intérêts, les membres du public et les organisations intéressées peuvent accéder aux biographies des membres proposés du GDG et informer l'OMS de leurs opinions à leur sujet. Tous les commentaires doivent être envoyés par e-mail à hiv-aids@who.int avant le 21 décembre 2020.

https://www.who.int/news/item/07-12-202 ... lf-testing

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 06 Jan 2021 - 14:02
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26961
Localisation: Hyères


https://mailchi.mp/58b7ec6aefd0/vice-ve ... McqgI5YH6w

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 11 Jan 2021 - 10:20
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26961
Localisation: Hyères
Les programmes de traitement de l'hépatite C du secteur public se développent dans les pays à revenu faible et intermédiaire

Les programmes de traitement de l'hépatite C du secteur public ont guéri des dizaines de milliers de personnes dans les pays à revenu faible ou intermédiaire de la tranche inférieure à l'aide d'antiviraux et de diagnostics à action directe à faible coût, une approche simplifiée du traitement et un dépistage à grande échelle de l'hépatite. C, rapportent des chercheurs dans BMJ Global Health .

Les programmes de traitement, mis en place avec le soutien de la Clinton Health Access Initiative entre 2014 et 2017, avaient dépisté plus de 2,2 millions de personnes dans sept pays à la fin de 2019, dont 120522 personnes ont commencé un traitement antiviral à action directe après confirmation de l'hépatite C chronique. infection. Plus de 90% des personnes testées après avoir terminé le traitement ont été guéries de l'hépatite C.

Une approche de santé publique du traitement de l'hépatite C, qui repose sur des algorithmes simplifiés de diagnostic et de traitement de l'hépatite C et des diagnostics et des médicaments à faible coût, est calquée sur des programmes à grande échelle de traitement du VIH, de la tuberculose et du paludisme. Le traitement du VIH a commencé à être dispensé dans les pays à faible revenu à partir de 2003, après que des projets de démonstration ont prouvé qu'une approche de santé publique pour l'administration du traitement antirétroviral était faisable et efficace dans certains des pays les plus pauvres du monde.

Comme aux premiers jours de l'expansion du traitement anti-VIH dans les pays à ressources limitées, les partisans du traitement de l'hépatite C ont été confrontés au coût élevé des médicaments et au manque de financement pour le traitement de l'hépatite C dans les pays à forte charge d'hépatite C.

En utilisant son expertise dans l'achat de médicaments et de diagnostics, la négociation des prix, la planification et le suivi, Clinton Health Access Initiative a travaillé avec des partenaires au Cambodge, en Inde, en Indonésie, au Myanmar, au Nigéria, au Rwanda et au Vietnam pour développer des programmes de dépistage et de traitement du secteur public. L'assistance technique a été financée par le ministère britannique du Développement international.

Dans la plupart des cas, un traitement était déjà proposé, souvent axé sur les personnes co-infectées par le VIH et l'hépatite C. Depuis 2017, le traitement s'est étendu dans tous les pays. Les exemples comprennent:

• Inde: un programme de démonstration au Pendjab à partir de 2016 a fourni un modèle pour un programme national qui vise à traiter 300 000 personnes sur trois ans.
• Indonésie: le programme de traitement du VHC est passé de sept à 15 provinces depuis 2017. Un programme national d'élimination du VHC a été lancé dans les prisons et sera étendu à tout le pays.
• Rwanda: prévalence élevée du VHC (4%); Le Rwanda s'est appuyé sur le succès de son programme de traitement du VIH, commençant le dépistage du VHC chez les personnes séropositives avant de passer au dépistage national de 1,5 million d'ici 2019 et d'un engagement national à éliminer l'hépatite C d'ici 2023.
L'accès au traitement a été grandement facilité par la réduction des coûts de diagnostic et de traitement. Les prix des tests rapides d'anticorps étaient tombés à environ 1 USD par test en 2019, tandis que les prix des tests de charge virale sont passés d'environ 100 USD en 2014 à moins de 15 USD par test. Les versions génériques d'antiviraux à action directe coûtent 39 $ pour un cours de traitement de 12 semaines en Inde et 60 $ au Rwanda. Le coût total de la guérison de l'hépatite C au Rwanda est maintenant inférieur à 80 dollars par personne, contre 923 dollars au Vietnam et 781 dollars en Indonésie.

Clinton Health Access Initiative a travaillé avec les autorités réglementaires pour rationaliser les processus de réglementation et d'importation de nouveaux médicaments et tests, ainsi que pour soutenir les négociations sur les prix avec les fabricants.

Les chercheurs affirment qu'à mesure que de nouveaux fabricants de produits de diagnostic et de produits de base à faible coût entreront sur le marché en pleine croissance, les prix chuteront, faisant du traitement public de l'hépatite C une proposition plus abordable dans de nombreux pays.

Les coûts d'achat seront vraisemblablement plus bas lorsqu'un programme national unique peut négocier avec les fabricants, comme en Inde et au Rwanda.

La perte de vue à chaque étape de la cascade de soins, du dépistage au test post-traitement, s'est avérée difficile dans tous les pays. Les frais pour les tests de diagnostic, en particulier la charge virale de confirmation après le diagnostic et après le traitement, ont été des obstacles dans certains pays, tout comme la stigmatisation et la marginalisation, par exemple parmi les consommateurs de drogues injectables.

Le suivi et l'évaluation se sont également avérés difficiles, en particulier lorsque les systèmes d'enregistrement électronique sont sous-développés.

Mais le plus grand défi reste le manque de financement des donateurs mondiaux pour le traitement de l'hépatite C, selon les chercheurs. «Un plaidoyer au niveau mondial est nécessaire pour continuer à renforcer le soutien aux programmes nationaux de lutte contre le VHC dans [les pays à revenu faible et intermédiaire] afin de parvenir à l'élimination», concluent les auteurs.

Référence :

Boeke CE et coll . Succès initial d'une approche de santé publique pour le dépistage, le traitement et la guérison de l'hépatite C dans sept pays: la voie de l'élimination . BMJ Global Health, 5: e003767, 2020.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 11 Jan 2021 - 11:40
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26961
Localisation: Hyères
41 000 euros ! Sovaldi, un médicament au prix qui tue

https://www.franceculture.fr/emissions/ ... ix-qui-tue

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 12 Jan 2021 - 09:10
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26961
Localisation: Hyères
La raideur du foie avant le traitement de l'hépatite C prédit le risque de cancer du foie
Cette mesure a également informé les chercheurs du risque de perte de la fonction hépatique et de décès chez les personnes guéries de l'hépatite C.

Une mesure de la rigidité hépatique effectuée avant de commencer un traitement antiviral à action directe (AAD) pour l'hépatite C peut aider à prédire le risque de carcinome hépatocellulaire (CHC) chez les personnes qui ont atteint une réponse virologique soutenue (RVS). Dans une étude publiée dans PLOS ONE, les chercheurs ont suggéré une valeur seuil de 17,5 kilopascal (kPa) comme mesure prédictive.

«Le prétraitement [mesure de la rigidité hépatique] prédit le risque de CHC, de décompensation et de mortalité toutes causes chez les patients atteints de RVS après un traitement par AAD», ont écrit Jacob Søholm, PhD, de l'hôpital universitaire d'Odense au Danemark, et ses collègues.

Au fil du temps, l'hépatite C peut entraîner une fibrose hépatique (cicatrisation), une cirrhose et un CHC, le type le plus courant de cancer du foie. Une méthode d'imagerie connue sous le nom d'élastographie transitoire, ou FibroScan , mesure la rigidité hépatique, un indicateur de fibrose et la probabilité de développer un cancer du foie.

On sait que la rigidité hépatique diminue après le début d'un traitement antiviral à action directe contre l'hépatite C car le traitement réduit l'inflammation hépatique et la fibrose, mais les effets d'une plus grande rigidité hépatique après le traitement ne sont pas bien compris.

Un traitement efficace contre l'hépatite C réduit mais n'élimine pas le risque de CHC, en particulier chez les personnes qui ont déjà progressé vers une fibrose ou une cirrhose avancée au moment de leur guérison. Les lignes directrices actuelles recommandent aux personnes atteintes de fibrose ou de cirrhose à un stade avancé de poursuivre la surveillance post-traitement du cancer du foie tous les six mois. Etant donné qu'un grand nombre de ces personnes continuent à être soignées avec une thérapie antivirale, il est nécessaire de déterminer la nécessité d'une surveillance après le traitement.

Les chercheurs ont évalué la capacité d'une mesure de la rigidité hépatique (LSM) prétraitement à anticiper le développement d'un carcinome hépatocellulaire, la survenue d'une décompensation hépatique et la mortalité toutes causes chez les personnes atteintes d'hépatite C chronique qui ont atteint une RVS - une charge virale indétectable 12 semaines après avoir terminé traitement, qui est considéré comme un remède - après un traitement par AAD.

De juillet 2012 à mai 2019, l'équipe a identifié 773 personnes atteintes d'hépatite C qui avaient obtenu une RVS après un traitement antiviral à l'aide de la base de données danoise sur les hépatites chroniques B et C, une base de données nationale au Danemark. L'âge moyen était de 54 ans et 64% étaient des hommes. Le diabète, la consommation excessive d'alcool et la consommation de drogues injectables ont été signalés respectivement pour 11%, 51% et 63% de la population étudiée.

Quelque 98% de la cohorte ont subi un LSM avant le traitement contre l'hépatite C. Un LSM inférieur à 7,0 est généralement considéré comme normal, et un LSM supérieur à 14,0 indique une forte probabilité de cirrhose.

Dans l'ensemble du groupe, le LSM de prétraitement médian était de 11,6 kPa. Les participants ont été divisés en trois groupes sur la base de leur LSM de prétraitement. Quelque 42% avaient un LSM de prétraitement inférieur à 10,0 kPa, 32% avaient un score entre 10,0 et 17,4 kPa et 26% avaient un score entre 17,5 kPa et 75,0 kPa.

Après une période médiane de suivi de 36 mois, 336 personnes (44%) avaient un LSM supérieur à 12,5 kPa, indiquant une cirrhose probable. Au cours de cette période, 11 personnes (1,4%) ont développé un cancer du foie, 14 (1,5%) ont développé une cirrhose compensée et 38 (4,9%) sont décédées. La mortalité toutes causes confondues était liée au diabète et à un LSM de prétraitement d'au moins 17,5 kPa.

Les personnes dont le LSM de prétraitement était d'au moins 17,5 kPa avaient tendance à être plus âgées, de sexe masculin, de gros consommateurs d'alcool ou de diabète, par rapport à celles dont la mesure de la rigidité était inférieure à 10,0 kPa.

Les chercheurs ont découvert qu'un LSM de prétraitement de 17,5 kPa pouvait déterminer quels individus avaient un risque élevé de développer un cancer du foie, avec une précision de 99% pour identifier ceux qui étaient peu susceptibles de progresser. De plus, chez les personnes ayant un LSM de prétraitement supérieur à 17,5 kPa, l'incidence du cancer du foie a été multipliée par 10 par rapport aux personnes dont la mesure était inférieure à cette valeur.

En revanche, les personnes dont la mesure était comprise entre 10,0 kPa et 17,4 kPa n'étaient pas significativement plus susceptibles de développer un cancer du foie que les personnes dont la valeur de rigidité était inférieure à 10 kPa.

«Les patients ayant un LSM [prétraitement] <17,5 kPa et aucun autre facteur de risque de maladie hépatique chronique ne semblent pas bénéficier de la surveillance du CHC pendant les trois premières années après le traitement», ont écrit les chercheurs. «Un suivi plus long est nécessaire pour clarifier si elles peuvent être exclues en toute sécurité du dépistage du CHC post-traitement par la suite.»

https://journals.plos.org/plosone/artic ... ne.0243725

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 14 Jan 2021 - 15:45
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26961
Localisation: Hyères
Détection de l'infection par le VHC grâce au dépistage de masse du SRAS-CoV-2: une expérience pilote dans le nord de l'Italie

Nous lisons avec intérêt l'article de Crespo et al. , qui a suggéré que le dépistage de masse du syndrome respiratoire aigu sévère-coronavirus-2 (SRAS-CoV-2) offre une occasion unique de dépister l'hépatite virale, en particulier l'infection par le virus de l'hépatite C (VHC) [1].
La pandémie de COVID-19 ayant submergé l'ensemble des systèmes de santé nationaux et mis à rude épreuve leur capacité à prendre en charge les patients atteints de maladies chroniques, comme ceux atteints d'hépatite virale chronique [2], nous convenons que l'accès aux programmes de dépistage et les liens ultérieurs avec les soins transformeraient peut-être les défis de la pandémie en de nouvelles opportunités.
Le dépistage sérologique de masse du SRAS-CoV-2 a permis de révéler la propagation de la maladie en Europe [3]. Après notre première tentative réussie d'utiliser des tests immunochromatographiques rapides (RICT) pour dépister les anticorps anti-SRAS-CoV-2 à Castiglione d'Adda, une zone de circulation virale précoce dans le nord de l'Italie [4], nous avons non seulement étendu le programme à cinq autres villes de Lombardie, mais également inclus un dépistage rapide du VHC dans trois: San Pellegrino Terme (4 840 habitants) et Suisio (3 828 habitants) dans la province de Bergame au nord-est de Milan et Sordio (3 429 habitants) dans la province de Lodi au sud-est de Milan. Avec le plein soutien et la collaboration des autorités locales, tous les habitants de ces trois villes ont été invités à se soumettre au dépistage volontaire dans des bâtiments publics (écoles et centres sportifs) convenablement adaptés début août (Suisio), fin Septembre (Sordio), ou entre fin octobre et mi-novembre (San Pellegrino Terme). Après avoir donné leur consentement éclairé, ils ont subi un RICT pour les anticorps anti-SRAS-CoV-2 (PrimaLab COVID-19 IgG / IgM Rapid Test, Balerna, Suisse à Suisio; Test rapide Technogenetics COVID-19 IgM / IgG, Milan, Italie à Sordio et San Pellegrino Terme), et les personnes âgées de plus de 50 ans (ou moins si elles le demandaient explicitement) ont subi un RICT pour les anticorps anti-VHC (Meridian Bioscience OraQuick HCV-Rapid Antibody Test Cincinnati, OH, États-Unis). Ils ont également rempli un questionnaire pour vérifier s'ils étaient au courant d'une infection antérieure au VHC.
Au total, 5 152 sujets (42,6% des habitants des trois villes confondues) ont subi un dépistage du SRAS-CoV-2, et près de la moitié d'entre eux (n = 2505, 48,6%) ont également subi un dépistage du VHC, dont 79,3% des personnes âgées> 50 ans. Le tableau 1 présente les résultats des tests du VHC: 72 sujets (2,9%, intervalle de confiance à 95% [IC] 2,3-3,6%) étaient positifs pour les anticorps anti-VHC (allant de 2,1% [IC à 95% 1,1-3,6%] à Sordio à 3,4% [IC à 95% 2,4-4,6%] à San Pellegrino Terme). Moins de la moitié (46,1%) d'entre eux connaissaient leur statut sérologique.

Sur la base des données historiques, la séroprévalence globale du VHC en Italie est d'environ 2% (1,6-7,3%), la grande majorité des infections étant signalées chez des sujets âgés de plus de 60 ans, et un gradient croissant du nord au sud de l'Italie [5]. La séroprévalence de 2,9% observée dans notre étude est similaire aux estimations de la population générale du nord de l'Italie faites il y a environ 20 ans (3,3%) [6].
Le fait que 53,9% des sujets positifs pour le VHC n'étaient pas conscients de leur statut sérologique peut sembler élevé, mais il est inférieur aux 66% estimés par une étude européenne en 2015 [sept].
Les limites de cette étude incluent l'absence de tests VHC-ARN simultanés, bien que tous les sujets positifs aient été conseillés et reçoivent des prescriptions pour des investigations diagnostiques (y compris les tests VHC-ARN) et un lien ultérieur avec les soins. Malheureusement, en raison du temps limité disponible, le questionnaire vérifiait uniquement si les participants étaient au courant d'une infection antérieure au VHC, alors qu'aucune information concernant les traitements antérieurs contre le VHC n'a été enregistrée parmi les personnes testées positives. Deuxièmement, la sensibilité et l'exactitude rapportées du test dans un contexte de faible prévalence [8] peut avoir conduit à des résultats faussement négatifs puisque 11 des sujets qui ont été testés négatifs ont signalé une infection par le VHC préalablement traitée. D'un autre côté, ce résultat n'est pas surprenant étant donné la réduction bien connue en fonction du temps des anticorps anti-VHC après l'éradication du VHC [9].
Nos résultats ont révélé un bon nombre d'infections au VHC chez des personnes qui n'étaient pas au courant de leur statut sérologique, ce qui suggère que le dépistage rapide du VHC dans le contexte des programmes de dépistage du SRAS-CoV-2 est un autre moyen d'atteindre l'objectif d'élimination du VHC à l'horizon 2030 de l'OMS [dix]. En cas de succès, d'autres programmes de dépistage des maladies transmissibles telles que l'infection à VIH pourraient bénéficier de la même stratégie.

https://www.journal-of-hepatology.eu/ar ... X/fulltext

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 15 Jan 2021 - 15:54
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26961
Localisation: Hyères
COVID-19 & FOIE



14 janvier 2021

Recommandations SNFGE-GETAID-FFCD-AFEF pour la vaccination contre la COVID-19

L’AFEF, la SNFGE, le GETAID et la FFCD ont rédigé des recommandations communes pour la vaccination contre le SARS-CoV-2 des patients atteints de maladies chroniques de l’appareil digestif que vous pourrez télécharger ci-dessous. Nous espérons que ces recommandations permettront de renforcer l’adhésion de nos patients à la vaccination.

Recommandations AFEF-SNFGE-GETAID-FFCD pour la vaccination contre le SARS-CoV-2 des patients atteints de maladies chroniques de l’appareil digestif (version longue) – Janvier 2021 :

https://afef.asso.fr/wp-content/uploads ... longue.pdf

Recommandations AFEF-SNFGE-GETAID-FFCD pour la vaccination contre le SARS-CoV-2 des patients atteints de maladies chroniques de l’appareil digestif (version courte) – Janvier 2021 :

https://afef.asso.fr/wp-content/uploads ... courte.pdf

https://afef.asso.fr/article_actu/covid ... yrxwahkjF8

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 15 Jan 2021 - 16:52
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26961
Localisation: Hyères
COVID-19 : INFORMATIONS ET CONTACTS UTILES



https://soshepatites.org/covid-19-infor ... ts-utiles/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 16 Jan 2021 - 14:32
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26961
Localisation: Hyères
VIH et hépatites en prison

Une nouvelle version de la brochure VIH/Hépatites. Les bases pour comprendre et agir a été récemment publiée. Elle s’adresse aux personnes en détention, à leurs proches et aux professionnels-les intervenant en détention. La précédente version datait de 2010. Outre les modes de transmission du VIH et des hépatites virales et des moyens de RDR envisageables en milieu fermé, la brochure traite, à présent, des divers moyens de dépistage existants, de la prévention diversifiée avec la Prep et le Tasp et aussi de la naloxone pour éviter les risques de surdose, etc. Elle est disponible dans les locaux de AIDES, mais vu le contexte sanitaire actuel, vous pouvez la consulter et la télécharger en ligne.

https://fr.calameo.com/aides/read/00622550041263bc4c5d5

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 18 Jan 2021 - 14:22
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26961
Localisation: Hyères
APPELS SOS HEPATITES





https://soshepatites.org/depistage-de-l ... tre-fib-4/

https://soshepatites.org/appels-sos/

http://medicalcul.free.fr/fib4.html#:~: ... BALAT%5D).

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 21 Jan 2021 - 06:49
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26961
Localisation: Hyères
Les personnes atteintes d'une maladie du foie auront-elles la priorité pour la vaccination COVID-19?

Les personnes atteintes de cirrhose décompensée devraient avoir la priorité pour la vaccination COVID-19 et le traitement immunosuppresseur après une transplantation hépatique ne devrait pas être un obstacle à la vaccination, a conclu un panel international d'experts du foie.

Leur examen des preuves disponibles est publié dans la revue Lancet Gastroenterology and Hepatology.

Ils soulignent que les preuves de l'efficacité du vaccin chez les personnes atteintes d'une maladie hépatique chronique ou d'une immunosuppression post-transplantation sont très limitées

Les personnes atteintes d'une maladie du foie ont été incluses dans les essais des vaccins à ARNm Pfizer et Moderna, mais exclues des essais sur le vaccin Oxford / AstraZeneca. Les personnes recevant un traitement immunosuppresseur après une transplantation hépatique ont été exclues des essais portant sur les trois vaccins, tout comme les personnes atteintes d'une maladie auto-immune du foie.

La revue ne traite pas du vaccin développé par le fabricant chinois Sinopharm, déjà utilisé en Chine, ou du vaccin russe Spoutnik.

Les experts préviennent que les réponses vaccinales devront être surveillées chez les personnes atteintes d'une maladie du foie, car certaines affections hépatiques peuvent affaiblir les réponses vaccinales.

Les personnes atteintes de cirrhose sont moins susceptibles de produire des anticorps après la vaccination contre l'hépatite B et ont des réponses moins durables au vaccin contre la grippe. De même, les personnes recevant des médicaments immunosuppresseurs pour une transplantation hépatique ont des réponses anticorps plus faibles aux vaccinations contre la grippe et l'hépatite B.

Les personnes atteintes de cirrhose décompensée doivent être un groupe hautement prioritaire pour la vaccination, disent les experts, en raison de leur risque plus élevé de décès par COVID-19 .

Bien que les vaccinations soient généralement recommandées avant la transplantation hépatique ou après que le receveur de transplantation ait été stabilisé sous traitement immunosuppresseur d'entretien, les experts affirment que la vaccination COVID-19 ne doit pas être retardée chez les patients transplantés hépatiques.

Au Royaume-Uni, le Joint Council on Vaccination and Immunization a décidé que les personnes de plus de 65 ans seraient prioritaires pour la vaccination, devant les plus jeunes souffrant de problèmes de santé sous-jacents, notamment une maladie hépatique chronique .

Les personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents graves comprennent les groupes suivants au Royaume-Uni:

- Personnes atteintes de cancer recevant une chimiothérapie
- Les personnes recevant une immunothérapie ou d'autres traitements d'anticorps continus pour le cancer
- Les personnes sous traitement immunosuppresseur suffisent pour augmenter considérablement le risque d'infection
- Personnes classées comme cliniquement extrêmement vulnérables sur une base individuelle par un médecin généraliste ou un consultant hospitalier
Aux États-Unis, les Centers for Disease Control a recommandé qu'en plus de personnes dans les foyers de soins et les travailleurs de première ligne essentiels, plus de 75 ans devraient être vaccinés en premier, suivi par les personnes âgées de 65-74 ans et les personnes âgées de 16-64 qui ont élevé -Risque de conditions médicales . Le CDC a identifié l'obésité, le diabète de type 2 et l'immunosuppression après une transplantation d'organe comme des conditions médicales à haut risque. Le CDC affirme que les personnes atteintes d'une maladie du foie peuvent présenter un risque accru. Le CDC souligne également que de multiples conditions de santé sous-jacentes exposent les personnes à un risque plus élevé de COVID-19 grave qu'une seule affection sous-jacente.

Cependant, les gouvernements des États des États-Unis sont libres de modifier ces recommandations.

La vaccination progresse à un rythme plus lent dans les pays de l'Union européenne et les recommandations nationales varient.

Le Groupe consultatif technique australien sur l'immunisation n'a pas désigné les personnes atteintes d'une maladie du foie comme groupe prioritaire pour la vaccination.

Référence :

Marjot T et coll. Vaccination contre le SRAS-CoV-2 chez les patients atteints d'une maladie du foie: réponse à la prochaine grande question . Lancet Gastroenterol Hepatol, publié en ligne le 11 janvier 2021.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 25 Jan 2021 - 09:48
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26961
Localisation: Hyères
Les jeudis de France Assos Santé



https://event.webinarjam.com/live/95/1nvz3u3raq7br2cgll



https://www.france-assos-sante.org/actu ... er-la-vie/



https://www.youtube.com/watch?v=DbtYK409S6U

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
SOUSOU91
Sujet du message:   MessagePosté le: 25 Jan 2021 - 19:47
Hépatant(e)
Hépatant(e)


Inscrit le: 25 Jan 2021
Messages: 11

fil a écrit:
Les personnes atteintes d'une maladie du foie auront-elles la priorité pour la vaccination COVID-19?

Les personnes atteintes de cirrhose décompensée devraient avoir la priorité pour la vaccination COVID-19 et le traitement immunosuppresseur après une transplantation hépatique ne devrait pas être un obstacle à la vaccination, a conclu un panel international d'experts du foie.

Leur examen des preuves disponibles est publié dans la revue Lancet Gastroenterology and Hepatology.

Ils soulignent que les preuves de l'efficacité du vaccin chez les personnes atteintes d'une maladie hépatique chronique ou d'une immunosuppression post-transplantation sont très limitées

Les personnes atteintes d'une maladie du foie ont été incluses dans les essais des vaccins à ARNm Pfizer et Moderna, mais exclues des essais sur le vaccin Oxford / AstraZeneca. Les personnes recevant un traitement immunosuppresseur après une transplantation hépatique ont été exclues des essais portant sur les trois vaccins, tout comme les personnes atteintes d'une maladie auto-immune du foie.

La revue ne traite pas du vaccin développé par le fabricant chinois Sinopharm, déjà utilisé en Chine, ou du vaccin russe Spoutnik.

Les experts préviennent que les réponses vaccinales devront être surveillées chez les personnes atteintes d'une maladie du foie, car certaines affections hépatiques peuvent affaiblir les réponses vaccinales.

Les personnes atteintes de cirrhose sont moins susceptibles de produire des anticorps après la vaccination contre l'hépatite B et ont des réponses moins durables au vaccin contre la grippe. De même, les personnes recevant des médicaments immunosuppresseurs pour une transplantation hépatique ont des réponses anticorps plus faibles aux vaccinations contre la grippe et l'hépatite B.

Les personnes atteintes de cirrhose décompensée doivent être un groupe hautement prioritaire pour la vaccination, disent les experts, en raison de leur risque plus élevé de décès par COVID-19 .
jilbab / jilbab 1 pièce / jilbab 2 pièces / jilbeb / jilbeb 1 pièce / jilbeb 2 pièces / abaya / abaya fille
Bien que les vaccinations soient généralement recommandées avant la transplantation hépatique ou après que le receveur de transplantation ait été stabilisé sous traitement immunosuppresseur d'entretien, les experts affirment que la vaccination COVID-19 ne doit pas être retardée chez les patients transplantés hépatiques.

Au Royaume-Uni, le Joint Council on Vaccination and Immunization a décidé que les personnes de plus de 65 ans seraient prioritaires pour la vaccination, devant les plus jeunes souffrant de problèmes de santé sous-jacents, notamment une maladie hépatique chronique .

Les personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents graves comprennent les groupes suivants au Royaume-Uni:

- Personnes atteintes de cancer recevant une chimiothérapie
- Les personnes recevant une immunothérapie ou d'autres traitements d'anticorps continus pour le cancer
- Les personnes sous traitement immunosuppresseur suffisent pour augmenter considérablement le risque d'infection
- Personnes classées comme cliniquement extrêmement vulnérables sur une base individuelle par un médecin généraliste ou un consultant hospitalier
Aux États-Unis, les Centers for Disease Control a recommandé qu'en plus de personnes dans les foyers de soins et les travailleurs de première ligne essentiels, plus de 75 ans devraient être vaccinés en premier, suivi par les personnes âgées de 65-74 ans et les personnes âgées de 16-64 qui ont élevé -Risque de conditions médicales . Le CDC a identifié l'obésité, le diabète de type 2 et l'immunosuppression après une transplantation d'organe comme des conditions médicales à haut risque. Le CDC affirme que les personnes atteintes d'une maladie du foie peuvent présenter un risque accru. Le CDC souligne également que de multiples conditions de santé sous-jacentes exposent les personnes à un risque plus élevé de COVID-19 grave qu'une seule affection sous-jacente.

Cependant, les gouvernements des États des États-Unis sont libres de modifier ces recommandations.

La vaccination progresse à un rythme plus lent dans les pays de l'Union européenne et les recommandations nationales varient.

Le Groupe consultatif technique australien sur l'immunisation n'a pas désigné les personnes atteintes d'une maladie du foie comme groupe prioritaire pour la vaccination.

Référence :

Marjot T et coll. Vaccination contre le SRAS-CoV-2 chez les patients atteints d'une maladie du foie: réponse à la prochaine grande question . Lancet Gastroenterol Hepatol, publié en ligne le 11 janvier 2021.


Merci pour toutes ces informations, c'est très interressant, ce forum réunit énormement d'infos sur le sujet!!


Dernière édition par SOUSOU91 le 28 Jan 2021 - 12:08; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 27 Jan 2021 - 10:39
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26961
Localisation: Hyères


https://afef.asso.fr/wp-content/uploads ... ortier.pdf

http://www.hepatites.net/index.php?name ... 974#399974

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 27 Jan 2021 - 15:59
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26961
Localisation: Hyères
Prochain Webstaff RCP/Hepato : mercredi 27 janvier à 20H




https://www.webstaff.fr/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 27 Jan 2021 - 17:02
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 26961
Localisation: Hyères


http://www.webconfaei.com/webstaff.asp


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,69221115112305 seconds.