Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message: Le virus du sida peut être neutralisé via l’ADN  MessagePosté le: 04 Nov 2014 - 18:05
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25925
Localisation: Hyères
Deux hommes infectés par le VIH ont présenté une guérison spontanée. L’un d’eux semble être de surcroît immunisé.


Le 04 Novembre 2014

Deux hommes infectés par le VIH ont présenté une guérison spontanée. L’un d’eux semble être de surcroît immunisé. - AFP1 / 1
Précédent
Suivant
Deux hommes infectés par le VIH ont présenté une guérison spontanée. L’un d’eux semble être de surcroît immunisé.
La guérison spontanée apparente de deux hommes infectés par le virus du sida (VIH), dont l’un depuis 30 ans, serait due à l’intégration de ce rétrovirus dégradé et neutralisé dans leur ADN, selon les travaux de chercheurs publiés mardi. Ces deux patients se présentent comme ayant eu une infection par le VIH sans jamais avoir été malades et n’ont jamais eu de virus détectable dans le sang, notent les auteurs dont les résultats sont détaillés dans le journal spécialisé Clinical Microbiology and Infection . Aucun des deux n’a été traité.
« Cette observation représente une piste pour la guérison », dit Didier Raoult, professeur à la faculté de médecine de Marseille, spécialiste des microbes de la Fondation Méditerranée Infection de Marseille (URMITE/CNRS/Inserm/IRD), co-auteur avec l’équipe du Pr Yves Lévy à Créteil (Inserm), en France.

Une enzyme à l’action

L’analyse a permis de reconstituer le virus retrouvé dans le génome de ces patients. Les chercheurs ont ainsi pu montrer qu’il était inactivé par un système d’interruptions de l’information délivrée par les gènes du virus. Ce système, dit de « codon-stop », marque la fin de la traduction d’un gène en protéine. Le virus est ainsi devenu incapable de se multiplier mais reste présent à l’intérieur de l’ADN des patients. Ces interruptions seraient dues à une enzyme connue, l’Apobec, qui fait partie de l’arsenal des humains pour lutter contre le virus, mais qui est habituellement inactivée par une protéine du virus (la protéine « vif »).
Ce travail ouvre des perspectives de guérison par l’utilisation ou la stimulation de cette enzyme, et de détection, chez les patients nouvellement infectés, de ceux ayant une chance de guérir spontanément, selon les auteurs. Pour le Pr Raoult, il pourrait aussi conduire à revoir la définition de la guérison qui actuellement repose uniquement sur l’idée de débarrasser l’organisme du virus.

L’exemple des koalas

L’infection par le VIH datait de plus de 30 ans pour le patient âgé de 57 ans, diagnostiqué en 1985, qui semble être de surcroît immunisé. La séropositivité du second, un Chilien de 23 ans, a été identifiée en 2011, même s’il a probablement été infecté trois ans auparavant en Amérique du sud. Aucun n’avait d’autres facteurs de résistance au VIH connus (mutation de la serrure, CCR5, qui permet au VIH d’infecter les cellules).
Ce travail repose sur l’hypothèse que le virus du sida, qui est un rétrovirus s’intègrant dans l’ADN humain, doit avoir le même destin que les centaines de rétrovirus déjà été intégrés dans les ADN des mammifères, dont l’Homme. Cette hypothèse provient aussi d’une observation faite chez des koalas qu’un virus de singe, cause de cancers et de leucémies, ne rend plus malades après l’intégration et la neutralisation du virus dans leur génome, explique le Pr Raoult.
« Chez les koalas devenus résistants à ce virus de gibbon, par ce même phénomène d’intégration ou d’endogénisaton, la résistante est transmissible à la descendance », relève le Pr Raoult. Pour les chercheurs, ce mécanisme a été probablement très commun au cours d’épidémies précédentes. Ils estimaient donc logique de penser qu’il se produirait chez un certain nombre de patients infectés par le virus du sida.

Source :

https://www.lesechos.fr/2014/11/le-viru ... adn-313050

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 18 Jl 2020 - 06:45; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
coquelicot
Sujet du message: Le virus du sida peut être neutralisé via l’ADN  MessagePosté le: 05 Nov 2014 - 07:37
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 06 Jl 2014
Messages: 932
Localisation: Val d'Oise
Intéressant et encourageant Wink


_________________
VIH
Ex-vhc génotype 4
24s riba + sofo

Au plus élevé trône du monde, on est jamais assis que sur son cul (Montaigne)
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
hepatite5c6a
Sujet du message: Le virus du sida peut être neutralisé via l’ADN  MessagePosté le: 06 Nov 2014 - 10:46
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 12 Mai 2005
Messages: 956
Localisation: meudon la foret
et c est quand qu on nous en debarasse?
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message MSN Messenger  
Répondre en citant Revenir en haut
Katherine
Sujet du message: Le virus du sida peut être neutralisé via l’ADN  MessagePosté le: 06 Nov 2014 - 15:09
Hépatant(e) régulier(e)
Hépatant(e) régulier(e)


Inscrit le: 19 Sep 2014
Messages: 60
Localisation: Lyon
toutes les bonnes nouvelles sont bonnes à prendre.......

_________________
HVC détecté 87/ Génotype 1A
F0/F1/ Aucun ttt à ce jour
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Calod
Sujet du message: Le virus du sida peut être neutralisé via l’ADN  MessagePosté le: 17 Jl 2020 - 21:34
Hépatant(e)
Hépatant(e)


Inscrit le: 17 Jl 2020
Messages: 2

Wahou super intéressant ces infos sur le rôle de l'ADN dans le VIH... Cependant le post est un peu vieux Sad Avez des informations actualisées sur le thème ?

_________________
Je m'intéresse au lien entre l'ADN et plusieurs maladies et écris un blog sur l'ADN.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Le virus du sida peut être neutralisé via l’ADN  MessagePosté le: 18 Jl 2020 - 06:51
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 25925
Localisation: Hyères
Oui ça date Calod

Des infos plus récentes :

Sida : une nouvelle piste pour éradiquer les cellules réservoirs du virus

Le VIH s’insère sous une forme dormante dans le génome de certaines cellules. Les régions d’insertion se révèlent cruciales, car lorsque le virus s’active, sa cellule hôte favorise sa prolifération. Une stratégie que l’on pourrait retourner contre lui…

ans la lutte contre le sida, les thérapies antirétrovirales ont permis de sauver 13,6 millions de vies entre 2000 et 2018, selon l’Organisation mondiale de la santé. En 2018, chez 53 % des quelque 37,9 millions de personnes vivant avec le virus du sida (VIH, pour virus de l’immunodéficience humaine), elles ont même éliminé toute trace de particules virales dans le sang. Toutefois, ces thérapies doivent être prises à vie, car le VIH persiste sous une forme dormante dans l’organisme et est capable de resurgir en cas d’arrêt du traitement. En effet, il est toujours présent dans certaines cellules immunitaires dites « réservoirs », en particulier des lymphocytes T CD4+, sous la forme d’ADN inséré dans leur génome. Une équipe américaine autour de Ya-Chi Ho, de l’université Yale, aux États-Unis, a mis en évidence une piste pour faciliter l’éradication de ces cellules.

Depuis plusieurs années, on sait qu’il est possible de « réveiller » les formes dormantes du VIH en stimulant les lymphocytes T CD4+. Cette stratégie suscite l’intérêt, car les cellules réservoirs se remettent alors à produire des éléments viraux susceptibles d’être détectés et détruits par les thérapies antirétrovirales. Toutefois, des virus dormants échappent à ce réveil, car différents mécanismes propres à la cellule semblent y bloquer la transcription de l’ADN viral, même après stimulation. De plus, après leur activation, certains lymphocytes réservoirs se mettent à proliférer et d’autres semblent résister à la mort cellulaire (ils ne sont tués ni par la production de virus ni par les réponses immunitaires), ce qui complique encore leur élimination.

Ya-Chi Ho et ses collègues ont identifié, dans des cellules réservoirs, plusieurs facteurs impliqués dans ces différents phénomènes. Pour ce faire, ils ont analysé le transcriptome – c’est-à-dire la cartographie de l’expression des gènes (via celle des ARN produits) – de cellules réservoirs issues d’échantillons sanguins de 25 patients sous thérapie antirétrovirale. Plus précisément, ils ont stimulé les échantillons, puis « pêché » les cellules qui s’étaient mises à produire de l’ARN viral (à l’aide de molécules spécifiques de cet ARN), avant de comparer leur transcriptome à celui des lymphocytes qui n’avaient pas été pêchés.

Ils ont ainsi remarqué que dans les cellules pêchées, l’ADN viral s’était intégré à divers endroits d’une cellule à l’autre, mais pas n’importe où : l’activation du virus avait en effet induit la transcription aberrante de plusieurs gènes, tous situés en aval de l’endroit d’insertion et impliqués dans des fonctions clés pour le virus. Certains codent des facteurs cellulaires qui favorisent la transcription du virus ou la survie de la cellule. D’autres interviennent dans le cancer en favorisant la prolifération cellulaire. Autant de fonctions qui bénéficient au virus. De plus, les chercheurs ont confirmé que tous ces effets aberrants étaient bien dus à l’activation du virus : ils les ont reproduits ou inhibés dans des cellules infectées en culture en forçant l’activation ou l’inhibition du virus à l’aide de l’outil d’édition génétique CRISPR-Cas9.

Selon Ya-Chi Ho et ses collègues, agir sur la transcription de ces facteurs cellulaires pourrait aider à vaincre les résistances du virus en modelant l’environnement de l’ADN viral dans la cellule de façon à favoriser son expression tout en limitant la prolifération cellulaire. « L’équipe a réussi une prouesse technique évoquée depuis longtemps, mais impossible à réaliser jusqu’à présent en raison de la rareté des cellules réservoirs » commente Asier Sáez-Cirión, qui dirige le groupe Réservoirs et contrôle viral à l’institut Pasteur, à Paris. « Toutefois, ces résultats sont encore très préliminaires du fait du faible nombre de cellules qui ont pu être analysées (4 ou 5 cellules par patient). Ces cellules représentent probablement un extrême (celles qui s’activent le mieux, expriment le plus de transcrits, etc.). Difficile, donc, d’extrapoler pour le moment à la globalité des cellules infectées. Néanmoins, cette étude met en évidence un mécanisme à travers lequel le virus détourne l’environnement cellulaire à son avantage. » Et que les chercheurs comptent bien exploiter.

https://www.pourlascience.fr/sd/immunol ... -19582.php

Des posts du site également :

AIDS 2020 :

http://www.hepatites.net/index.php?name ... torder=asc


VIH : Publications :

http://www.hepatites.net/index.php?name ... mp;t=24342

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,49555897712708 seconds.