Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
filModérateur
Sujet du message: VIH/VHC Protocoles et essais  MessagePosté le: 08 Jl 2018 - 07:33
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22808
Localisation: Hyères
Le risque de diabète chez les patients infectés par le VIH est associée à une cirrhose, mais pas à une co-infection chronique par le VHC dans une cohorte VIH nationale française

Chez les patients infectés par le VIH, l'hépatite C (VHC) n'augmente pas le risque de diabète, mais la cirrhose, selon une nouvelle étude nationale en France.

Certaines recherches antérieures ont montré des augmentations des taux de diabète chez les patients infectés par le VHC, mais cette nouvelle étude ajoute de la clarté à la situation en examinant plusieurs facteurs au-delà du statut VHC.

Firouzé Bani-Sadr, MD, PhD, de l'Université de Reims Champagne-Ardenne, en France, a déclaré que cette étude est la première à examiner de manière holistique le VHC en ce qui concerne les taux de diabète chez les personnes vivant avec le VIH.

«La principale force de notre étude était d'évaluer, pour la première fois, dans la même analyse et pour autant que nous le sachions, non seulement l'état sérologique du VHC ou l'infection chronique au VHC, mais aussi les principales covariables du VHC, en particulier la L'infection par le VHC et la cirrhose, qui est un facteur de confusion majeur pour le diabète ", a déclaré Bani-Sadr au magazine MD.

Un certain nombre d'autres études n'ont montré aucun lien entre le statut du VHC et le diabète. Parmi ceux qui ont établi un lien, comme une étude italienne de 2017 sur la prévalence du diabète chez les personnes vivant avec le VIH qui avaient une réplication active du VHC, la cirrhose n'a pas été évaluée.

L'une des principales forces de l'étude de Bani-Sadr est sa taille. Les données proviennent de la cohorte Dat'AIDS, une vaste étude nationale sur les patients traités pour le VIH dans 15 cliniques en France. Un total de 28 699 patients ont été inclus dans cette étude. L'ensemble de données comprenait des patients ayant une longue infection par le VIH et le VHC, ce qui a permis aux chercheurs de mieux comprendre les effets à long terme de la co-infection.

En plus d'analyser les données pour trouver des liens entre le VHC et le diabète et la durée du VHC et le diabète, l'équipe a également examiné si la cirrhose, les antécédents de traitement par interféron ou la réponse virologique prolongée pouvaient être associés à un risque accru de diabète.

Bani-Sadr et ses collègues ont noté que les études antérieures, qui ont montré une augmentation du diabète chez les patients infectés par le VIH et le VHC, n'incluaient pas la cirrhose dans leurs analyses, même si la cirrhose est un facteur de risque bien établi. Environ 30% des patients atteints de cirrhose (quelle qu'en soit la cause) souffrent de diabète.

Alors qu'un certain nombre de facteurs liés au VIH, tels que le nombre de cellules CD4 de nadir, la durée du traitement antirétroviral combiné (TARc) et le statut du SIDA, étaient associés à un risque plus élevé de diabète. L'infection par le VHC, le VHC chronique et l'hépatite B ne l'étaient pas. Parmi les covariables, seule la cirrhose a montré un risque accru.
En bref, l'équipe a découvert que, à l'exception des facteurs liés au VIH, les patients infectés par le VHC présentent les mêmes facteurs de risque que l'indice de masse corporelle et l'âge en général.

En conséquence, Bani-Sadr a déclaré que la recherche ne suggère aucun changement dans la façon dont les médecins traitent les patients, sauf qu'elle souligne l'importance d'un traitement précoce de la cirrhose.

"Ils devraient prévenir la progression de la fibrose et traiter l'étiologie de la cirrhose dès que possible afin de prévenir le diabète", a-t-elle déclaré.

L'étude «Le risque de diabète chez les patients infectés par le VIH est associée à une cirrhose, mais pas à une co-infection chronique par le VHC dans une cohorte VIH nationale française » a été publiée en ligne dans Alimentary Pharmacology and Therapeutics.

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs ... /apt.14812

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
filModérateur
Sujet du message: VIH/VHC Protocoles et essais  MessagePosté le: 08 Jl 2018 - 07:46
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22808
Localisation: Hyères
Évolution des caractéristiques socio-comportementales des patients dans le cadre de l'AAD: Résultats de la cohorte française ANRS CO13 HEPAVIH de patients co-infectés par le VIH et le VHC .

• Les antiviraux à action directe (AAD) ont considérablement augmenté les taux de guérison du VHC avec une toxicité minimale chez les patients co-infectés par le VIH et le VHC . Cette étude visait à comparer les caractéristiques socio-comportementales des patients qui débutent un traitement anti- VHC à base d'interféron pégylé (PEG-IFN) à celles de patients débutant un traitement à base d'AAD.

• ANRS CO13 HEPAVIH est une cohorte prospective multicentrique nationale lancée en 2005, qui a recruté 1 859 patients co-infectés par le VIH- VHC suivis dans des unités ambulatoires hospitalières françaises. Des données cliniques / biologiques et socio-comportementales ont été recueillies durant le suivi. Nous avons sélectionné des patients avec des données socio-comportementales disponibles avant le début du traitement du VHC .

• Un total de 580 patients ont été inclus dans cette analyse. Parmi ceux-ci, 347 ont commencé le traitement à base de PEG-IFN et 233 le traitement à base de DAA. Il y avait des différences significatives concernant l'âge moyen des patients (45 ans ± 6 pour le groupe PEG-IFN vs 52 ans ± 8 pour le groupe DAA, p <0,001), logement instable (21,4% vs 11,2%, p = 0,0016), consommation de drogues (44,7% contre 29,6%, p = 0,0003), consommation régulière ou quotidienne de cannabis (24,3% vs 15,6%, p = 0,0002), antécédents d'injection de drogue (68,9% vs 39,0%, p <0,0001) et une fibrose hépatique significative (62,4% vs 72,3%, p = 0,0293). En analyse multivariée, les patients débutant un traitement à base de DAA étaient plus âgés que leurs homologues de traitement à base de PEG-IFN (ORa = 1,17; IC 95% [1,13; 1,22]). Les patients recevant un traitement par DAA étaient moins susceptibles de déclarer un logement instable (0,46 [0,24; 0,88]), de consommer du cannabis (usage régulier ou quotidien: 0,50 [0,28; 0,91]; utilisation non régulière: 0,41 [0,22; 0,77]), et un antécédent d'injection de médicament (0,19 [0,12; 0,31]).

• Il est possible qu'une majorité de patients qui avaient des problèmes socio-économiques et / ou des antécédents d'injection de drogue et / ou un stade de maladie non avancé aient déjà été traités pour le VHC à l'ère du PEG-IFN. Aujourd'hui, les patients dont les conditions de logement sont instables se font prescrire des AAD moins fréquemment que les autres populations. Comme le traitement du VHC est la prévention, l'amélioration de l'accès au DAA demeure une stratégie clinique et de santé publique majeure, en particulier pour les personnes à haut risque.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29975764

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
filModérateur
Sujet du message: VIH/VHC Protocoles et essais  MessagePosté le: 13 Jl 2018 - 11:21
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22808
Localisation: Hyères
Une réponse virologique soutenue aux traitements antiviraux à action directe réduit le risque de carcinome hépatocellulaire chez les patients co-infectés par le VIH / VHC atteints de cirrhose

• Évaluer l'impact des régimes d'agents antiviraux à action directe (AAD) par voie orale sur le risque de carcinome hépatocellulaire (CHC) chez les patients co-infectés par le VIH et le VHC atteints de cirrhose.

• Il s'agissait d'une étude de cohorte prospective multicentrique recrutant des patients co-infectés par le VIH / VHC avec un nouveau diagnostic de cirrhose compensée. Les patients ont été suivis jusqu'au CHC, au décès ou à la date de la censure (mars 2017). Le critère d'évaluation principal était l'émergence du CHC. Le taux d'incidence (IR) (IC à 95%) du CHC dans différents groupes a été calculé. Des analyses de temps à événement ont été effectuées pour identifier les prédicteurs de l'émergence du CHC.

• L'étude comprenait 495 patients co-infectés par le VIH / VHC atteints de cirrhose. Après un suivi médian (IQR) de 59 (27-84) mois, 22 (4,4%, IC 95% 2,6-6,3) ont développé un CHC. L'IR (IC à 95%) du CHC était de 0,93 (0,06-1,42) par 100 années-personnes (PY). Trois cent trois (61%) patients ont obtenu une réponse virologique soutenue (RVS) pendant le suivi, 79 après un régime à base d'interféron (IFN) et 224 après un régime DAA entièrement oral. L'IR (IC 95%) du CHC après DAA par voie orale était de 0,35 (0,14-0,85) par 100 PA alors qu'il était de 1,79 (1,11-2,8huit) par 100 PA dans la cohorte restante ( P  =  0,0005). Lorsque seuls les patients ayant une RVS étaient considérés, l'IR (IC à 95%) du CHC après DAA par voie orale était de 0,32 (0,12-0,86) alors qu'il était de 0 pour 100 PA chez les patients ayant une RVS après traitement par IFN ( P  = 0,27). L'obtention d'une RVS avec un schéma DAA entièrement oral au cours du suivi était indépendamment associée à un risque plus faible d'émergence du CHC (rapport de risque 0,2%, IC à 95% 0,070-0,991, P  =  0,049).

• La RVS avec des schémas DAA par voie orale réduit le risque de CHC chez les patients co-infectés par le VIH / VHC présentant une cirrhose compensée.

https://academic.oup.com/jac/advance-ar ... 34/5047835

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
filModérateur
Sujet du message: VIH/VHC Protocoles et essais  MessagePosté le: 27 Jl 2018 - 20:18
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22808
Localisation: Hyères
Le débat reste ouvert concernant le risque de carcinome hépatocellulaire après un traitement par AAD chez les patients co-infectés par le VIH et le VHC

Avec les progrès des antiviraux à action directe (AAD) contre le virus de l’hépatite C (VHC), une réponse virologique soutenue d’au moins 95 % a été obtenue dans toutes les catégories d’infection, y compris les co-infections par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Cependant, chez les patients co-infectés par le VIH et l’hépatite C/B, l’incidence du carcinome hépatocellulaire (CHC) a augmenté de 11 % par année civile entre 2001 et 2014. Le risque de CHC après un traitement par AAD chez les patients co-infectés par le VIH et le VHC a été évalué dans une récente étude publiée dans la revue AIDS.

322 patients co-infectés par le VIH et le VHC provenant de 32 centres en Espagne ont été évalués. La fréquence du CHC de novo a fortement diminué, passant de 15 % pendant la période de traitement par interféron à 1,62 % pendant la période de traitement par AAD. Le taux de récidive du CHC chez les patients recevant un traitement à base d’interféron, par rapport à une association d’AAD, était identique (25 % contre 21 %).

Bien que ces résultats soient rassurants, les données n’indiquent pas que le risque de CHC disparaît après l’élimination du VHC. Selon les auteurs, le dépistage régulier du CHC est absolument essentiel chez les patients co-infectés atteints d’une cirrhose résiduelle après l’élimination du VHC. Un examen de dépistage répété au minimum une fois tous les six mois, comprenant un examen par ultrason réalisé par un radiologue spécialisé, ainsi qu’une tomodensitométrie ou une imagerie par résonance magnétique, doit être réalisé en cas de doute quant à la présence de nodules intraparenchymateux.

Un éditorial associé a appelé à de nouvelles études de cohorte prospectives bien conçues pour mettre fin à la controverse relative à la survenue ou à la récidive du CHC après un traitement par AAD. Néanmoins, malgré cette controverse, les auteurs précisent : « Aucune réserve ne doit être émise concernant l’impact positif à long terme de l’élimination du VHC chez les individus présentant un risque élevé de maladie hépatique au stade terminal. »

Références :

Lacombe K. Risk of hepatocellular carcinoma after DAA treatment in cirrhotic HIV-HCV-coinfected patients: where do we stand? AIDS. 2018;32(11):1533-1534. doi: 10.1097/QAD.0000000000001823. PMID: 29957724

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
filModérateur
Sujet du message: VIH/VHC Protocoles et essais  MessagePosté le: 31 Jl 2018 - 19:33
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22808
Localisation: Hyères
Les antiviraux à action directe ont des taux de RVS inférieurs pour la co-infection par le VHC et le VIH

Les régimes antiviraux à action directe (DAA) entraînent des taux inférieurs de réponse virologique soutenue à 12 semaines (RVS 12) chez les patients infectés par le virus de l' hépatite C (VHC) / VIH comparés à la mono-infection par le VHC, selon les résultats publiés dans Gut and Liver .

Les résultats justifient d'autres études sur les participants ayant une co-infection par le VHC et le VIH afin de déterminer les prédicteurs d'une réponse réduite aux AAD.

L'étude a inclus des participants atteints de mono-infection par le VHC ou de co-infection par le VHC et le VIH qui ont été traités avec des AAD dans une clinique communautaire entre janvier 2014 et octobre 2017 (N = 327: 253 avec VHC et 74 avec VHC / VIH). Tous les participants ont reçu au moins 12 semaines de traitement avec l'un des régiments de combinaison recommandés aux doses standard pour l'infection chronique par le VHC. Les chercheurs ont comparé les caractéristiques de base avant le traitement, l'efficacité du traitement, les facteurs affectant la RVS 12 après le traitement et les réactions indésirables entre les deux groupes.

Dans l'ensemble, 94% des participants atteints de mono-infection par le VHC ont obtenu une RVS 12 contre 84% avec une co-infection par le VHC et le VIH ( P = 0,005). Cette constatation est demeurée constante même après ajustement pour les caractéristiques de base.

Malgré la différence significative dans les taux de RVS 12, les chercheurs ont été incapables d'identifier les facteurs qui ont significativement influencé l'absence de réponse aux AAD chez les participants infectés par le VHC / VIH.

Les chercheurs n'ont trouvé aucune interaction médicamenteuse significative entre les AAD et la thérapie antirétrovirale. Aucun participant n'a interrompu le traitement en raison d'événements indésirables.

"Le traitement dans un groupe co-infecté par le VHC et le VIH nécessite une attention particulière lors du choix du schéma posologique et de la durée du traitement", ont écrit les chercheurs.

https://www.infectiousdiseaseadvisor.co ... le/783591/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
filModérateur
Sujet du message: VIH/VHC Protocoles et essais  MessagePosté le: 05 Août 2018 - 10:07
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22808
Localisation: Hyères
L'éradication du virus de l'hépatite C (VHC) réduit l'activation immunitaire, la translocation microbienne et le niveau d'ADN du VIH chez les patients co-infectés par le VIH / VHC

Contexte :
Il existe des données contradictoires sur l'influence du virus de l'hépatite C (VHC) sur l'activation immunitaire et l'inflammation chez les patients co-infectés par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) et le VHC.

Les méthodes :
Les patients co-infectés par le VIH / VHC recevant un traitement antirétroviral qui ont obtenu une réponse virologique soutenue avec des schémas thérapeutiques sans interféron ont été recrutés consécutivement dans une étude prospective. Les facteurs suivants ont été évalués avant, immédiatement après la fin du traitement et 1 mois après la fin du traitement: expression de HLA-DR / CD38, PD-1 et CD57 sur les lymphocytes T CD4 + et CD8 + ; mesure de la charge totale en ADN du VIH dans les cellules mononucléées du sang périphérique; et détermination des taux plasmatiques de CD14 soluble (sCD14), de lipopolysaccharide (LPS), d'ADN ribosomal 16S (ADNr), d'interleukine 6 (IL-6), de D-dimères et de protéine C-réactive haute sensibilité (hsCRP).

Résultats :
Quatre-vingt-dix-sept patients ont été inclus consécutivement. À la fin du traitement et 1 mois plus tard, l'expression de HLA-DR et de CD38 dans les lymphocytes T CD4 + et CD8 + avait diminué de manière significative , de même que les taux d'ADN proviral du VIH, de sCD14, de LPS, d'ADNr 16S et de D -dimer ( P <0,001). En revanche, l'expression de PD-1 et CD57 dans les cellules T CD4 + et CD8 + et les taux d'IL-6 et de hsCRP n'ont pas changé. L'amélioration des taux de marqueurs d'activation immunitaire, d'ADN proviral du VIH et de translocation microbienne ne s'est pas traduite par une augmentation du nombre de cellules T CD4 + ou une augmentation du rapport du nombre de cellules T CD4 + au nombre de cellules T CD8 + .

Conclusions :
L'éradication du VHC chez les patients co-infectés par le VIH / VHC entraîne une diminution significative des taux de marqueurs d'activation immunitaire, de charge en ADN du VIH proviral, de marqueurs de translocation microbienne et de D-dimères. Ces résultats appuient l'utilisation du traitement du VHC chez tous les patients co-infectés par le VIH / VHC, même chez ceux souffrant de fibrose de bas grade.

https://www.contagionlive.com/news/hcv- ... on-hiv-dna

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
filModérateur
Sujet du message: VIH/VHC Protocoles et essais  MessagePosté le: 08 Août 2018 - 18:23
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22808
Localisation: Hyères
La FDA a récemment approuvé des révisions de l'étiquette des comprimés MAVYRET ™ (glecaprevir et pibrentasvir) pour inclure des données sur l'innocuité et l'efficacité de l'étude de co-infection VHC / VIH-1 (M14-730) et des transplantations hépatiques et rénales (M13-596)

Un résumé des principales révisions comprend les éléments suivants:

Section 2: POSOLOGIE ET ​​ADMINISTRATION a été mis à jour pour inclure les recommandations posologiques suivantes.

2.3

Receveurs de transplantation hépatique ou rénale MAVYRET est recommandé pendant 12 semaines chez les greffés du foie ou des reins. Une durée de traitement de 16 semaines est recommandée chez les patients infectés par le génotype 1 et inhibiteurs de la NS5A sans traitement préalable par un inhibiteur de la protéase NS3 / 4A ou chez les patients infectés par le génotype 3 et traités par PRS.

Section 6: RÉACTIONS INDÉSIRABLES a été mis à jour pour inclure les données de sécurité suivantes.


Effets indésirables chez les sujets co-infectés par le VHC / VIH-1


L'innocuité de MAVYRET chez les sujets co-infectés par le VIH-1 avec l'infection chronique au VHC de génotype 1, 2, 3, 4 ou 6 sans cirrhose ou cirrhose compensée (Child-Pugh A) ) a été évalué chez 153 sujets (EXPEDITION-2) qui ont reçu MAVYRET pendant 8 ou 12 semaines. Trente-trois sujets présentant une co-infection par le VIH-1 ont également reçu 8 ou 12 semaines de traitement par ENDURANCE-1.

Le profil d'innocuité global chez les sujets co-infectés par le VHC / VIH-1 (ENDURANCE-1 et EXPEDITION-2) était similaire à celui observé chez les sujets mono-infectés par le VHC. Les effets indésirables observés chez plus de 5% des sujets recevant MAVYRET lors de EXPEDITION-2 pendant 8 ou 12 semaines étaient la fatigue (10%), la nausée (8%) et les maux de tête (5%).

Réactions dverses chez des sujets atteints de transplantation hépatique ou rénale

L'innocuité de MAVYRET a été évaluée chez 100 receveurs d'une transplantation hépatique ou post-hépatique présentant une infection chronique par le VHC de génotype 1, 2, 3, 4 ou 6 sans cirrhose (MAGELLAN-2). Le profil d'innocuité global chez les receveurs de greffe était similaire à celui observé chez les sujets des études de phase 2 et 3, sans antécédents de transplantation. Les effets indésirables observés chez plus de ou 5% des sujets recevant MAVYRET pendant 12 semaines étaient des céphalées (17%), de la fatigue (16%), des nausées (8%) et du prurit (7%). Chez les sujets traités par MAVYRET qui ont signalé un effet indésirable, 81% ont présenté des effets indésirables de faible gravité. Deux pour cent des sujets ont présenté une réaction indésirable grave et aucun sujet n'a arrêté définitivement le traitement en raison d'effets indésirables.

La section 14: ÉTUDES CLINIQUES a été mise à jour pour inclure les données de résultats d'efficacité suivantes.

14,7 naïfs ou PRS adultes prétraités par le VHC / VIH-1 C oinfection sans cirrhose ou avec Compensated Cirrhose

EXPEDITION-2 était une étude ouverte à 153 sujets VHC / VIH-1 co-infectés. Les sujets sans cirrhose ont reçu MAVYRET pendant 8 semaines et les sujets atteints de cirrhose compensée ont reçu MAVYRET pendant 12 semaines. L'étude incluait des sujets n'ayant jamais reçu de traitement contre le VHC ou ayant reçu un traitement avec des combinaisons d'interféron (peg), ribavirine et / ou sofosbuvir, à l'exception des sujets infectés par le GT3 qui étaient tous naïfs de traitement.

Parmi les 153 sujets traités, l'âge médian était de 45 ans (extrêmes: 23 à 74); 63% avaient un génotype 1 du VHC, 7% un génotype 2 du VHC, 17% un génotype 3 du VHC, 11% un génotype 4 du VHC, 2% un génotype 6 du VHC; 11% avaient une cirrhose; 84% étaient des hommes; et 16% étaient noirs.
Dans EXPEDITION-2, le taux de RVS12 chez les sujets co-infectés par le VHC / VIH-1 était de 98% (150/153). Un sujet a présenté un échec virologique pendant le traitement et aucun sujet n'a rechuté.

14.8 Traitement naïf ou PRS Adultes ayant subi un traitement avec une transplantation hépatique ou rénale sans cirrhose

MAGELLAN-2 était une étude ouverte à un seul bras portant sur 100 sujets infectés par le VHC après transplantation hépatique ou kidney chez des sujets infectés sans cirrhose et ayant reçu MAVYRET pendant 12 semaines. L'étude incluait des sujets n'ayant jamais reçu de traitement contre le VHC ou ayant reçu un traitement avec des combinaisons d'interféron (peg), ribavirine et / ou sofosbuvir, à l'exception des sujets infectés par le GT3 qui étaient tous naïfs de traitement.

Parmi les 100 sujets traités, l'âge médian était de 60 ans (extrêmes: 39 à 78 ans); 57% avaient un génotype 1 du VHC, 13% un génotype 2 du VHC, 24% un génotype 3 du VHC, 4% un génotype 4 du VHC, 2% un génotype 6 du VHC; 75% étaient des hommes; 8% étaient noirs; 80% des sujets étaient transplantés post-hépatiques et 20% étaient transplantés post-rénaux. Les immunosuppresseurs autorisés pour la co-administration étaient la cyclosporine ≤ 100 mg, le tacrolimus, le sirolimus, l'évérolimus, l'azathioprine, l'acide mycophénolique, la prednisone et la prednisolone.

Le taux global de RVS12 chez les sujets après la transplantation était de 98% (98/100). Il y a eu une rechute et aucun échec virologique en cours de traitement.

http://s2027422842.t.en25.com/e/es?s=20 ... mp;elqat=1

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
filModérateur
Sujet du message: VIH/VHC Protocoles et essais  MessagePosté le: 11 Août 2018 - 16:53
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22808
Localisation: Hyères
Régression de la fibrose hépatique après guérison de l'hépatite C chronique avec des antiviraux oraux chez les patients avec ou sans co-infection par le VIH.

• Le traitement par antiviraux à action directe (AAD) élimine le VHC de la plupart des porteurs chroniques. Les informations sur la régression de la fibrose hépatique et sur l'influence du VIH sont rares chez les patients guéris.

• Toutes les personnes consécutives infectées par le VHC et traitées par AAD dans notre établissement ont été examinées. L'élastographie hépatique a été réalisée au départ et au moment de la RVS12. La régression de la fibrose hépatique a été définie par un passage de la fibrose avancée (Metavir F3-F4) à une fibrose nulle (F0-F2) et / ou une réduction> 30% du KPa. Les scores APRI et FIB-4 ont été calculés en parallèle.

• Au total, 260 patients ont été traités par DAA. Tous sauf 14 ont obtenu une RVS12 et représentaient la population étudiée. La confection du VIH était présente dans 42% des cas. Au départ, 57,2% avaient une fibrose hépatique avancée avec une médiane de 11 kPa, FIB-4 de 2,4 et APRI de 0,95. Au moment de la RVS12, une réduction médiane de 2,1 kPa (p <0,001) a été constatée par élastographie. Une régression significative de la fibrose a été observée chez 40% des patients, plus fréquente chez les patients présentant une fibrose avancée au départ que chez ceux présentant une fibrose nulle (52,3% vs 22,5%; p <0,001). Malgré tout, 41,2% des patients présentant une F3-F4 initiale demeuraient dans les scores cirrhotiques. En analyse multivariée, seule la rigidité initiale était significativement associée à l’ampleur de la régression de la fibrose hépatique.

• La guérison du VHC par les AAD est associée à une régression de la fibrose hépatique chez la plupart des patients traités par AAD, telle que mesurée par élastographie, FIB-4 et APRI. Cet avantage est plus prononcé chez les patients présentant une fibrose avancée de base et une cirrhose. La dynamique de la régression de la fibrose hépatique n'est pas influencée par la co-infection par le VIH.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30096074

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
filModérateur
Sujet du message: VIH/VHC Protocoles et essais  MessagePosté le: 23 Août 2018 - 16:18
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22808
Localisation: Hyères
VHC-1/4 : EBR/GZR s’avère très efficace chez les HSH infectés par le VIH

• L’association elbasvir/grazoprévir (EBR/GZR), avec ou sans ribavirine (RBV), permet d’obtenir un taux de clairance élevé pour les génotypes (GT) 1 et 4 du VHC, chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) infectés par le VIH.

• Pour le GT1a, la durée du traitement était déterminée par les analyses initiales des substitutions associées à la résistance (SAR).
La participation à des interventions comportementales ciblées sur la réduction des risques était encourageante.

• 122 HSH, inclus dans l’étude de cohorte nationale prospective suisse sur le VIH, infectés par le VIH et par le VHC GT1a (67 %), GT1b (7 %) ou GT4 (26 %), ont été traités par EBR/GZR ; 9 ont également reçu de la RBV.
• La durée de l’étude a été prolongée de 12 à 16 semaines pour les patients GT1a avec des SAR initiales (7,3 %) et les patients GT4 ayant reçu des traitements antérieurs (3 %).
• Financement : MSD, Fonds national suisse de la recherche scientifique, Programme de recherche clinique prioritaire de l’Université de Zurich.

• La plupart des patients présentaient une fibrose F0-F1 (78 %) et étaient naïfs de traitement (85 %).
• 51 % présentaient un taux d’ARN du VHC initial supérieur à 800 000 UI/ml.
• Le taux de réponse virologique soutenue 12 semaines après le traitement (RVS12) était de 99 % (121/122).
• Tous les patients ayant une infection de génotype 1a ont obtenu une RVS12, quelles que soient les SAR initiales.
• Un échec de traitement est survenu chez un patient ayant une infection de génotype 4.
• Les événements indésirables comprenaient la fatigue (6 %), la diarrhée (5 %), les nausées (3 %) et le prurit (3 %).
• Sur les 68 HSH ayant rapporté avoir des rapports sexuels non protégés avec des partenaires ponctuels, 51 (75 %) ont accepté de participé à des séances de conseils sur la réduction des risques, et 46 (68 %) ont participé à l’intégralité des quatre sessions.

• Peu de patients dans le groupe traité pendant 16 semaines.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30107485

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
filModérateur
Sujet du message: VIH/VHC Protocoles et essais  MessagePosté le: 06 Sep 2018 - 07:30
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22808
Localisation: Hyères
Cirrhose liée au VHC : le VIH n’a pas d’impact négatif sur la récupération fonctionnelle après les AAD

• Une co-infection par le VIH n’a pas d’impact négatif sur la récupération de la fonction hépatique chez les patients atteints d’une cirrhose qui obtiennent une clairance du VHC avec des antiviraux à action directe (AAD).

• Il est connu que le VIH accélère la progression de la fibrose associée au VHC, mais il ne semble pas bloquer la régression de celle-ci une fois une réponse virologique soutenue obtenue 12 semaines après le traitement (RVS12).

• Une analyse rétrospective a été réalisée à partir de 490 patients infectés par le VHC et atteints d’une cirrhose (dont 55 % présentaient une co-infection par le VIH), issus des cohortes HEPAVIR-DAA et GEHEP-MONO.
• Tous ont obtenu une RVS12 après des schémas à base d’AAD uniquement par voie orale.
• Critères d’évaluation : variations des scores de Child-Turcotte-Pugh (CTP) et/ou du modèle de maladie hépatique en phase terminale (Model for End-stage Liver Disease, MELD) entre le début de l’étude et la RVS12.
• Financement : Instituto de Salud Carlos III, Union européenne, Grupo para el Estudio de las Hepatitis Víricas.

• La fonction hépatique s’est améliorée chez 56 % des patients uniquement infectés par le VHC et chez 57 % des patients co-infectés par le VHC et le VIH (P = 0,835) ; l’amélioration était définie comme une baisse du score de CTP d’au moins 1 point et/ou du score de MELD d’au moins 2 points.
• Une dégradation de la fonction hépatique était tout aussi probable chez les patients uniquement infectés par le VHC que chez les patients co-infectés par le VHC et le VIH (15 % et 12 % ; P = 0,370) ; la dégradation était définie comme une augmentation du score de CTP d’au moins 1 point et/ou du score de MELD d’au moins 2 points et/ou la survenue d’une décompensation hépatique.
• À l’analyse multivariée, les facteurs prédictifs d’une amélioration de la fonction hépatique comprenaient le fait d’être de sexe masculin (RCa : 2,1 ; P = 0,040), un taux de bilirubine initial inférieur à 1,2 mg/dl (RCa : 1,8 ; P = 0,049) et un rapport normalisé international inférieur à 1,3 (RCa : 2,4 ; P = 0,019).
• Un taux d’albumine inférieur à 3,5 mg/dl était un facteur prédictif de dégradation de la fonction hépatique (RCa : 6,4 ; P < 0,001).

• Suivi limité.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30141222

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
filModérateur
Sujet du message: VIH/VHC Protocoles et essais  MessagePosté le: 19 Sep 2018 - 11:33
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22808
Localisation: Hyères
Traitement tolérable chez les patients co-infectés par le VIH / VHC utilisant des agents antiviraux directs anti-VHC: une observation réelle en Chine

• Aucun agent antiviral à action directe (AAD) de marque n'est disponible pour le traitement des patients co-infectés par le VIH-1 / VHC en Chine. Cette étude visait à observer l'efficacité thérapeutique et l'innocuité des AAD génériques chez les patients chinois atteints.

• Paramètre du monde réel pour élucider si les DAA étaient tolérés et efficaces chez les patients co-infectés par le VIH-1 / HCV.

• 176 patients co-infectés par le VIH-1 / VHC ont reçu un traitement anti-VHC-AAD en association avec des schémas thérapeutiques contre l'infection à VIH. Parmi les 176 patients, 99 patients ont été traités par SOF + DCV ± RBV, 60 patients ont été traités par SOF + LDV ± RBV, et 17 patients ont reçu respectivement des schémas SOF + RBV ± Peg-IFN pendant 12 ou 24 semaines. Le critère principal d'évaluation était l'ARN du VHC indétectable 12 semaines après la fin du traitement (RVS12). Les données relatives à la sécurité et aux événements indésirables ont été analysées.

• 151/176 patients co-infectés par le VIH-1 / VHC ont terminé le traitement et un suivi de 12 semaines. La RVS12 des patients traités par SOF + DCV, SOF + DCV + RBV, SOF + Peg-IFN + RBV, SOF + RBV, SOF + LDV et SOF + LDV + RBV pendant 12 ou 24 semaines était de 100% (75 / 75), 100% (11/11), 100% (14/14), 100% (2/2), 95,2% (40/42) et 100% (7/7), respectivement. Les patients co-infectés par le VIH-1 / VHC atteints de cirrhose du foie ont bien atteint la SRV12. Notamment, il n'y avait pas de différence significative dans les effets indésirables chez les patients avec une numération des lymphocytes T CD4 + de base différente chez ceux ayant reçu un traitement par AAD avec ou sans Peg-IFN et RBV.

• Nous avons montré que les régimes génériques SOF + DCV et SOF + LDV étaient bien tolérés et très efficaces. La numération des lymphocytes T CD4 + à la base du patient n'a pas montré de différence significative dans les effets indésirables.

https://link.springer.com/article/10.10 ... 018-9891-9

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
filModérateur
Sujet du message: VIH/VHC Protocoles et essais  MessagePosté le: 24 Sep 2018 - 13:05
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22808
Localisation: Hyères
CHAÎNES DE TRANSMISSION DU VHC PARTAGÉES ENTRE HSH INFECTÉS ET NON INFECTÉS PAR LE VIH, À PARIS
Juillet 2018

Des recherches menées par le Dr Thuy NGUYEN et le Dr Eve TODESCO dans l’équipe de recherche coordonnée par le Pr Anne-Geneviève MARCELIN (Hôpital Pitié-Salpêtrière, AP-HP, Sorbonne Université, Inserm UMR 1136) et promues par l’ANRS mettent en avant des chaînes de transmission de l’hépatite C partagées entre des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) infectés par le VIH et d’autres non infectés à Paris. Ces résultats font l’objet d’une communication orale présentée par Thuy NGUYEN ce jeudi 26 Juillet lors de la 22e conférence internationale sur le VIH/Sida, AIDS 2018, qui se déroule à Amsterdam du 23 au 27 juillet 2018.

Texte
Depuis le début des années 2000, il a été identifié une augmentation de l’incidence de la transmission du virus de l’hépatite C (VHC) chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) infectés par le VIH. Cette incidence reste plus faible chez les HSH non infectés par le VIH. Une équipe de chercheurs (service virologie de l’hôpital Pitié-Salpêtrière, AP-HP, Sorbonne Université, Inserm UMR 1136) en collaboration avec les hôpitaux Tenon, Saint-Antoine et Saint-Louis, AP-HP et d’autres laboratoires parisiens, et soutenue par l’ANRS, s’est intéressée aux chaînes de transmission du VHC dans la population des HSH infectés ou non par le VIH.

Pour étudier les chaînes de transmission du VHC, les chercheurs ont séquencé une partie du génome des virus présents dans le sang des patients inclus dans l’étude afin de rechercher les séquences virales les plus proches génétiquement. Soixante-huit HSH vivant en île de France et présentant une hépatite aiguë C ont participé à cette étude. Cinquante d’entre eux étaient co-infectés par le VIH. Parmi les dix-huit patients non infectés par le VIH, treize faisaient partie de l’étude ANRS IPERGAY et bénéficiaient d’une prophylaxie pré-exposition (PrEP)(1) .

Les chercheurs ont utilisé deux méthodes de séquençage qu’ils ont comparées. Une méthode classique, le séquençage selon la méthode de Sanger qui permet de mettre en évidence les populations virales majoritaires circulantes chez la personne infectée, et une méthode plus perfectionnée, le séquençage haut débit, qui permet la détection de populations virales minoritaires. En effet, comme c’est le cas pour le VIH, la réplication du VHC entraîne un grand nombre de mutations. Ainsi, chaque patient infecté présente une multitude de sous-populations virales.
Le séquençage par la méthode de Sanger a mis en évidence l’existence de chaînes de transmission entre les différents patients de l’étude. Le séquençage à haut débit a, lui, rendu possible une analyse plus fine de ces chaînes de transmission avec l’identification de populations virales minoritaires identiques ou extrêmement proches entre deux patients.

Les chaînes de transmission ainsi révélées ont permis de mettre au jour des réseaux de transmission du VHC partagés entre les HSH infectés et non infectés par le VIH, à Paris. « Il est important de renforcer la prévention et le dépistage de l’hépatite C chez les HSH, et notamment chez les personnes prenant la PrEP. » conclut Eve Todesco.

1) La Prophylaxie Pré-Exposition ou PrEP est un traitement antirétroviral préventif contre l’infection par le VIH.

http://www.anrs.fr/fr/presse/communique ... tes-et-non

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
filModérateur
Sujet du message: VIH/VHC Protocoles et essais  MessagePosté le: 28 Sep 2018 - 07:25
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22808
Localisation: Hyères
VHC ET HSH : QUELS RÉSULTATS DANS LA COHORTE SUISSE ?

Une étude de dépistage systématiquement proposée dans le cadre d’une cohorte chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) en Suisse, révèle une proportion élevée (environ 5 %) de personnes atteintes du VHC et donc potentiellement transmetteuses du VHC, indique le site Univadis. Un tiers des HSH présentant une infection présentaient une charge virale du VHC, mais aucun anticorps anti-VHC, ce qui aurait entraîné un dépistage faux négatif. Pour les chercheurs-seuses, une mesure unique de la charge virale chez les HSH à haut risque pourrait permettre d’identifier plus de cas de VHC qu’un test systématique évaluant la présence d’anticorps et d’enzymes hépatiques. Ce sont 3 722 hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH) participant à l’étude de cohorte prospective nationale suisse sur le VIH (Swiss HIV Cohort Study, SHCS) qui ont accepté de faire l’objet d’un dépistage du VHC.

Les résultats indiquent que 177 HSH (4,8 %) étaient atteints d’une infection au VHC en réplication. Le génotype du VHC le plus fréquent était le génotype 1 (70 %), suivi du génotype 4 (23 %), du génotype 3 (5 %) et du génotype 2 (1 %). 3,4 % d’entre eux étaient atteints d’une ré-infection. Sur les 24 HSH (13,6 %) ayant une infection à VHC, 8 (33 %) étaient négatifs pour les anticorps anti-VHC, détaille le site Univadis. L’équipe de recherche a regardé les « facteurs clés de l’infection par le VHC identifiés à l’analyse multivariée. Ces facteurs étaient des enzymes hépatiques élevées, des rapports sexuels occasionnels non protégés, une consommation de drogues par voie intraveineuse, une consommation de drogues non injectables et des antécédents de diagnostic de syphilis.

https://www.seronet.info/breve/vhc-et-h ... isse-82845

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
filModérateur
Sujet du message: VIH/VHC Protocoles et essais  MessagePosté le: 28 Sep 2018 - 08:49
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22808
Localisation: Hyères
Étude suisse sur le VIH : 5 % des HSH représentent un risque de transmission du VHC

• Une étude de dépistage systématique révèle une proportion élevée (environ 5 %) de transmetteurs potentiels du VHC chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) en Suisse.
• Un tiers des HSH présentant une infection incidente présentaient une charge virale du VHC, mais aucun anticorps anti-VHC, ce qui aurait entraîné un dépistage faux négatif.

• Une mesure unique de la charge virale chez les HSH à haut risque pourrait permettre d’identifier plus de cas de VHC qu’un test systématique évaluant la présence d’anticorps et d’enzymes hépatiques.

• 3 722 HSH participant à l’étude de cohorte prospective nationale suisse sur le VIH (Swiss HIV Cohort Study, SHCS) ont consenti à faire l’objet d’un dépistage du VHC par amplification en chaîne par polymérase (Polymerase Chain Reaction, PCR).
• Financement : MSD, Fonds national suisse pour la recherche scientifique, projet SHCS 772, Université de Zurich.

• 177 HSH (4,8 %) étaient atteints d’une infection au VHC en réplication.
• Le génotype (GT) le plus fréquent était GT1 (70 %), suivi de GT4 (23 %), GT3 (5 %) et GT2 (1 %).
• 147 HSH (83,1 %) étaient atteints d’une infection connue ; 3,4 % étaient atteints d’une réinfection.
• Sur les 24 HSH (13,6 %) ayant une infection incidente à VHC, 8 (33 %) étaient négatifs pour les anticorps anti-VHC.
• Les facteurs clés de l’infection par le VHC identifiés à l’analyse multivariée étaient les suivants :
- Enzymes hépatiques élevées (RC : 14,52 ; IC à 95 % : 9,92–21,26).
- Rapports sexuels occasionnels non protégés (RC : 2,01 ; IC à 95 % : 1,36–2,9huit).
- Consommation de drogues par voie intraveineuse (RC : 7,13 ; IC à 95 % : 4,36–11,64).
- Consommation de drogues non injectables (RC : 1,94 ; IC à 95 % : 1,3–2,8huit).
- Antécédents de diagnostic de syphilis (RC : 2,56 ; IC à 95 % : 1,74–3,76).

• Il se peut que les résultats ne puissent pas être généralisés.

Source : Univadis

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
filModérateur
Sujet du message: VIH/VHC Protocoles et essais  MessagePosté le: 01 Oct 2018 - 16:28
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22808
Localisation: Hyères
Incidence de l’hépatite C chez les HSH infectés par le VIH à l’aire des nouveaux traitements d’action directe : analyse d’une cohorte française

L’avènement des antiviraux d’action directe fait espérer une éradication du VHC. En France, grâce à ces traitements, le nombre d’infection par le VHC diminue chez les personnes vivant avec le VIH (PVVIH). L’objectif de ce travail est de mettre en évidence l’évolution de l’incidence du VHC dans une population particulière, les HSH vivant avec le VIH. Le travail porte sur la cohorte Dat’AIDS qui comporte environ 25% des PVVIH en France. Les individus séronégatifs pour le VHC et ayant bénéficié entre 2012 et 2016 d’un suivi sérologique pour le VHC ont été colligés. L’incidence annuelle de nouveaux cas et de réinfections a été calculée. Sur le 40714 PVVIH suivis sur cette période, 38217 (94%) avaient au moins une sérologie VHC et 5557 étaient connus infectés par le VHC (15%). Parmi les 21519 PVVIH ayant un suivi sérologique (63449 patients-années (PA)), il a été dénombré 219 premiers épisodes d’infection (HSH 188, autre 31). Parmi les 3406 traités et guéris (10602 PA), 73 ont été réinfectés (HSH 51, autres 22). Ainsi, l’incidence annuelle d’une première infection est passée de 0,5% PA à 0,92% PA entre 2012 et 2016. L’incidence de réinfection est restée stable entre 2,52 % PA et 2,90 % PA.

Ainsi, malgré un accès aux traitements facilité, l’incidence du VHC augmente. Le taux d’incidence de réinfections reste stable ce qui n’est pas une bonne nouvelle car il est élevé. Comprendre les pratiques sexuelles et/ou les addictions associées à ces infections, déterminer les sous populations à hauts risques et leurs interactions avec les populations aux risques plus faibles sont des enjeux majeurs de santé publique.

https://info-vih.com/incidence-de-lhepa ... francaise/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
filModérateur
Sujet du message: VIH/VHC Protocoles et essais  MessagePosté le: 10 Oct 2018 - 14:23
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22808
Localisation: Hyères
Vosevi est sans danger et efficace chez les patients «triple-infectés» atteints du VHC, du VHB et du VIH

PHILADELPHIE L'antiviral à action directe Vosevi a démontré un taux de réponse virologique soutenue moyen de 87% chez les patients «triple-infectés» atteints d'hépatite C de génotype 3, d'hépatite B et de VIH, présenté à l'assemblée annuelle de l'American College of Gastroenterology.

«Le traitement de l'hépatite C chronique n'est plus un défi dans l'ère des AAD avec une RVS pouvant atteindre 97%. Cependant, le traitement de la triple infection par le VHC, le VIH et l'hépatite B n'a pas été exploré dans des situations réelles » , a déclaré Nimy John, MD, de la faculté de médecine de l'Université du Massachusetts, au cours de sa présentation.

L’étude comprenait 22 patients atteints du VHC, du VHB et du VIH ayant suivi un traitement de 12 semaines avec Vosevi (sofosbuvir / velpatasvir / voxilaprevir, Gilead Sciences).

Dix patients avaient le génotype 3a, neuf le génotype 3b et trois le génotype 3c. Dix-neuf patients étaient négatifs pour l'antigène électronique VHB et trois patients étaient positifs.

Quatre patients ont arrêté le traitement en raison d'une pneumonie bilatérale sévère, d'un saignement rectal à 3 semaines de traitement, d'un échec virologique lié à la substitution associée à la résistance (RAS) Y93 ou du développement du zona à 10 semaines.

En tenant compte de la cohorte complète, la RVS était de 87%. Cependant, John a noté que tous les patients sauf un qui avaient suivi le cours de 12 semaines avaient atteint la RVS. Le patient qui n'a pas atteint la RVS avait le SRA Y93.

«L'étude démontre l'efficacité des AAD dans le traitement de 12 semaines avec une RVS de 87% dans une cohorte très complexe de trois infections, avec une efficacité, une tolérance et une sécurité significatives», a déclaré John. "Un essai plus important est nécessaire pour valider les résultats."

Référence : Basu P, et al. Abstract 15. Présenté à: la réunion scientifique annuelle du American College of Gastroenterology; Du 5 au 10 octobre 2018; Crême Philadelphia.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
filModérateur
Sujet du message: VIH/VHC Protocoles et essais  MessagePosté le: 11 Oct 2018 - 01:21
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22808
Localisation: Hyères
La British HIV Association (BHIVA) appelle à accélérer les efforts pour prévenir et guérir l'infection à l'hépatite C chez toutes les personnes vivant avec le VIH



La British HIV Association (BHIVA) appelle à accélérer les efforts pour guérir le virus de l'hépatite C chez toutes les personnes vivant avec le VIH. Les nouveaux traitements contre l'hépatite C, les agents à action directe (AAD), ont transformé le potentiel de guérison des patients par rapport aux traitements plus anciens à base d'interféron. Le traitement de l'hépatite C peut non seulement réduire le risque de cancer et de cirrhose du foie, mais également le risque de maladie cardiovasculaire, de diabète et d'autres conditions associées. Jusqu'à récemment, l'accès à ces traitements coûteux était limité, mais avec les traitements maintenant largement disponibles dans le NHS, la nouvelle priorité consiste à s'assurer que tous les porteurs du virus sont diagnostiqués, liés aux services et guéris.

Des objectifs ambitieux

Dans le cadre d'un effort collectif et concerté visant à éliminer l'hépatite C en tant que menace majeure pour la santé publique, BHIVA collaborera étroitement avec les services locaux au cours de la prochaine année pour veiller à ce que tous les patients co-infectés par le VIH et l'hépatite C soient associés aux soins et au traitement. Nous proposons les objectifs ambitieux suivants:

• 80% de tous les patients chez lesquels une co-infection au VIH et à l'hépatite C a été diagnostiquée ont guéri de l'hépatite C d'ici avril 2019 (avec 100% des patients évalués pour un traitement).

• 90% de tous les patients guéris de l'hépatite C d'ici avril 2020

• 100% de tous les patients guéris de l'hépatite C d'ici avril 2021.

Contrairement aux progrès rapides enregistrés récemment dans le traitement de la majorité des personnes diagnostiquées co-infectées par le VIH et l’hépatite C, nous nous attendons à ce que la guérison à 100% soit plus lente. En effet, les services devront traiter un petit nombre de patients particulièrement vulnérables qui ont du mal à prendre rendez-vous et à prendre des médicaments. À court terme, de nombreux services auront probablement besoin de personnel supplémentaire et de nouvelles méthodes de prestation de soins pour garantir la guérison de toutes les personnes atteintes du virus. Pour ce faire, il faudra probablement des plans sur mesure pour les personnes livrées dans différents contextes à travers le Royaume-Uni.

Parallèlement à l’augmentation de l’absorption du traitement, il est important de maintenir les initiatives de prévention de l’hépatite C et les tests réguliers chez les personnes à risque (voir les directives de BHIVA bit.ly/2Ou8gGA), en particulier compte tenu du potentiel de réseaux de transition entre les plus vulnérables. séropositifs et d’autres communautés à risque. Une nouvelle infection par le VHC continue à être diagnostiquée chez les patients, même après guérison, et dans certains contextes, des politiques limitant le traitement de ces patients sont maintenues jusqu'à ce qu'une infection chronique soit établie. Ces groupes sont particulièrement susceptibles de transmettre l'infection et de telles politiques risquent de compromettre les progrès en matière de microélimination de l'hépatite C (élimination au sein d'un groupe particulier de patients) chez les personnes vivant avec le VIH (PVVIH).

BHIVA travaillera en étroite collaboration avec les agences de santé publique pour surveiller les progrès réalisés dans toutes les régions du Royaume-Uni. Par exemple, avec le soutien de Public Health England, BHIVA estime qu'en Angleterre au début de 2016, environ 3 300 personnes étaient diagnostiquées avec le VIH et l'hépatite C et que plus de la moitié de ces patients avaient maintenant guéri de l'hépatite C suite à traitement avec AAD. Dans certaines régions (par exemple, le nord-est de l'Angleterre et Tayside en Écosse), le taux de guérison de 100% est déjà presque atteint.

Le Royaume-Uni peut être le premier pays à parvenir à la micro-élimination de l'hépatite C chez les personnes vivant avec le VIH, bien avant les objectifs de l'OMS. Nous devrions saisir cette opportunité.

https://www.bhiva.org/BHIVA-calls-for-a ... -infection

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
filModérateur
Sujet du message: VIH/VHC Protocoles et essais  MessagePosté le: 18 Oct 2018 - 14:30
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22808
Localisation: Hyères
AAD ET VIE RÉELLE

Les essais cliniques évaluant l’efficacité des Antiviraux à Action Directe (AAD) ont montré des taux de Réponse Virologique Soutenue (SVR) chez plus de 90% des patients infectés par le Virus de l’Hépatite C (VHC) et le Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH). Cependant les résultats pour une population de patients co-infectés VHC/VIH dans la vie réelle sont inconnus.

L’objectif de cette étude de Sikavi C. et al. a été de comparer les données d’efficacité issues des essais cliniques aux données d’efficacité d’études observationnelles dans la « vie réelle » de patients infectés par le VHC et le VIH ayant reçu un traitement oral anti VHC sans interféron.

Pour cela les auteurs ont effectué une revue de la littérature sur les études en anglais des bases de données PubMed et Medline jusqu’en octobre 2017. 8 études cliniques et 11 études observationnelles ont été retenues sur l’efficacité des traitements par AAD sans interféron chez des patients co-infectés VHC/VIH.

Concernant les patients inclus dans les 8 essais cliniques, 93,1% (1218/1308) des patients ont obtenu une RVS à 12 semaines (RVS12). Sur les 11 études observationnelles dans la « vie réelle » 90,8% des patients (2269/2499) ont obtenu une RVS12. Le risque relatif entre les patients traités dans les essais cliniques et les patients des études observationnelles était de 0,98. Les patients avec un VHC de génotype 1, les patients afro-américains, les patients cirrhotiques, et les patients avec un traitement antérieur pour le VHC avaient des taux identiques de RVS dans la vie réelle et dans les essais cliniques.

Les résultats de cette étude montrent donc que les RVS obtenues en pratiques clinique quotidienne des patients co-infectés, par le VHC et le VIH, traités par AAD sont similaires aux RVS des patients traités dans le cadre des études cliniques.

Les facteurs prédictifs négatifs historiques d’obtention d’une RVS à l’époque des traitements à base d’interféron, tels que la présence de cirrhose, l’échec antérieur à un traitement, l’infection par un virus de génotype 1 ou être un patient afro-américain ne sont pas associés à des RVS significativement plus faibles dans les populations prises en charge en pratique quotidienne avec des traitements par AAD.

Référence :

Sikavi C. et al. Similar Sustained Virologic Response in Real-World and Clinical Trial Studies of Hepatitis C/Human Immunodeficiency Virus Coinfection. Dig Dis Sci. 2018 Aug 9. doi: 10.1007/s10620-018-5215-0.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,92334699630737 seconds.