Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 15 Jn 2018 - 14:58
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22334
Localisation: Hyères
La technique s'améliore pour greffer des organes infectés par l'hépatite C

(AFP) - La pénurie de dons d'organes pousse les médecins à innover pour accepter les donneurs potentiels contaminés par le virus de l'hépatite C, qui sont de plus en plus nombreux aux Etats-Unis en raison de la crise des opiacés.

Dans certains hôpitaux américains, notamment à Boston, les médecins greffent déjà des organes infectés à des patients volontaires, à qui ils donnent immédiatement un traitement pour éliminer le virus.

A Toronto, une équipe de médecins a publié jeudi lors d'une conférence médicale sur les hépatites les résultats très préliminaires d'un petit essai sur dix patients, selon une autre technique développée depuis des années.

Ils placent le poumon infecté sous perfusion pendant six heures sous un dôme stérile, afin de le traiter pour éliminer le virus. Puis ils le greffent sur le patient, là encore volontaire.

Les médecins ont échoué à à complètement éliminer le virus par cette technique, comme ils l'espéraient. Mais ils en ont réduit la présence de 85%. Les patients doivent donc être traités, pendant 12 semaines, contre l'hépatite C.

Pour le chirurgien Marcelo Cypel qui mène l'essai clinique, ces résultats initiaux sont malgré tout encourageants car ils permettent d'ores et déjà d'élargir la base de donneurs.

"Les patients qui attendent un organe ont environ 20% de risque de mourir sur la liste d'attente", dit-il à l'AFP. "La balance entre risques et avantages penche beaucoup plus du côté des avantages", dit-il.

En outre, ajoute-t-il, "ce sont généralement des organes d'excellente qualité, dont le seul problème est l'hépatite C".

L'épidémie d'overdoses par opiacés, de l'héroïne aux drogues synthétiques comme le fentanyl, fait des ravages aux Etats-Unis, notamment dans le nord-est du pays. Le nombre de morts a quintuplé de 1999 à 2016, et se montait à 42.000 morts cette année-là, un chiffre qui pourrait encore augmenter en 2017.

Aux Etats-Unis, les overdoses fournissent désormais presque autant de donneurs d'organes que les accidents de la route. L'obstacle reste que ces donneurs sont plus susceptibles d'avoir été contaminés par des infections comme le VIH et l'hépatite C, lors d'échanges de seringues.

https://www.ladepeche.fr/article/2018/0 ... atite.html

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 17 Jn 2018 - 07:45
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22334
Localisation: Hyères
Fin de la pénurie de vaccins contre l’hépatite A

Dans un communiqué du 13 juin 2018, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a annoncé la remise à disposition du vaccin contre l'hépatite A Havrix 1440 dans les pharmacies d'officine.

Désormais tous les vaccins contre l'hépatite A qui sont commercialisés en France sont disponibles dans les pharmacies d'officine, qu'il s'agisse des vaccins adultes (Havrix 1440, Vaqta 50 et Avaxim 160) ou des vaccins pédiatriques (Havrix 720 et Avaxim 80). Les recommandations vaccinales contre l'hépatite A peuvent donc être maintenant appliquées sans restriction ou exception.

https://www.mesvaccins.net/web/news/124 ... hepatite-a

http://ansm.sante.fr/S-informer/Informa ... isposition

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 17 Jn 2018 - 16:06
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22334
Localisation: Hyères
SEULEMENT 12 PAYS DANS LE MONDE SONT SUR LE POINT D'ÉLIMINER L'HÉPATITE C D'ICI 2030, AVEC LE ROYAUME-UNI, L'ITALIE ET L'ESPAGNE PARMI CEUX QUI REJOIGNENT LA LISTE



De nouvelles données sur l'épidémie mondiale d'hépatite C, présentées lors du Sommet mondial sur les hépatites de Toronto, au Canada (14-17 juin), montrent que seuls 12 pays sont sur la bonne voie pour atteindre les objectifs d'élimination de l'OMS. en 2016. Les données sont présentées par le Dr Homie Razavi et son équipe de l'Observatoire Polaris, Fondation pour l'analyse des maladies (CDAF), Lafayette, CO, États-Unis.

Depuis la dernière mise à jour mondiale en 2017, l'Italie, l'Espagne, la Suisse, le Royaume-Uni et la Mongolie ont tous été ajoutés à la liste, grâce au nombre de patients traités en 2017 et à la levée des restrictions de traitement. indépendamment de leur degré de dommages au foie. Ces pays rejoignent les autres pays déjà en voie d'élimination d'ici 2030: l'Australie, l'Égypte, la France, la Géorgie, l'Islande, le Japon et les Pays-Bas. Dans tous les cas, ces pays traitent au moins 7% de leur population infectée chaque année et ont ouvert le traitement à tous ceux qui sont infectés.

Deux pays auparavant sur la liste sont maintenant tombés: l'Allemagne, qui ne traite plus 7% de ses patients par an, et le Qatar, qui n'a pas pu fournir de nouvelles données à l'Observatoire Polaris pour confirmer ses progrès.

"Nous utilisons un certain nombre de mesures pour déterminer si un pays atteindra les objectifs d'élimination. Ceux-ci comprennent la mise en œuvre de programmes de réduction des risques déjà existants, l'élimination des restrictions thérapeutiques, un nombre suffisant de patients diagnostiqués et le taux de traitement requis pour atteindre les objectifs 2030 », explique le Dr Razavi. L'observatoire suit les progrès dans plus de 100 pays et collabore avec plus de 1 000 experts nationaux.

Tout pays ayant mis en place des restrictions de traitement est automatiquement exclu de la liste de suivi. Un accès sans restriction est nécessaire pour atteindre les objectifs d'élimination et certains grands pays continuent à appliquer des restrictions: par exemple, les États-Unis continuent d'être un pays très en vue qui a des restrictions de traitement pour sa population de Medicaid dans de nombreux États. Alors que le pays hôte du Canada élimine graduellement les restrictions dans la plupart (mais pas encore toutes) les juridictions, à l'échelle nationale, il traite toujours bien en dessous de 7% de sa population infectée par année.

À l'échelle mondiale, le nombre total de patients traités contre le VHC est passé de 1,8 million à 2,1 millions entre 2016 et 2017, mais la plus grande partie de cette croissance s'est produite dans les pays à revenu intermédiaire. Dans les pays à revenu élevé, le nombre de patients traités a effectivement diminué. "Le taux de traitement a diminué dans la moitié des pays sur la liste de 2017", explique le Dr Razavi. "Ces pays traitent encore un nombre suffisant de patients pour atteindre les objectifs 2030. Cependant, si le traitement continue à diminuer, ils ne seront pas en mesure d'atteindre les objectifs. "

"Le dépistage et le diagnostic de nouveaux patients est le facteur clé. La baisse du traitement est principalement due à ceux qui ont déjà reçu un diagnostic d'achèvement du traitement, ce qui conduit à un manque de patients dans les pays. Les pays ne sélectionnent tout simplement pas un nombre suffisant de patients pour maintenir leur taux de traitement », explique le Dr Razavi. «Les deux exceptions sont l'Egypte, qui a projeté 4,5 millions de personnes en 2017 et a récemment obtenu un prêt de 200 millions de dollars de la Banque mondiale pour tester le reste de sa population. La Mongolie, quant à elle, a procédé à un test de dépistage chez les personnes âgées de 41 à 65 ans en 2016 et triera les personnes âgées de 18 à 40 ans en 2017. "

Selon Razavi, les campagnes nationales de dépistage sont le seul moyen de trouver tout le monde infecté par le VHC. Même des pays comme l'Australie, qui estiment que 80% de leur population infectée par le VHC est diagnostiquée, sont à court de patients. C'est parce que les registres nationaux ne conservent pas les identifiants des patients. Ainsi, à moins que les patients se rappellent qu'ils ont été testés positifs au VHC et qu'ils se sont rendus dans une clinique, il n'y a aucun moyen de les trouver. Les pays à revenu élevé concentrent actuellement leurs efforts de dépistage sur les populations à risque élevé, notamment les consommateurs de drogues injectables (UDI) dans les centres de substitution aux opioïdes, les centres d'échange d'aiguilles et de seringues et les prisons. Cependant, l'Observatoire Polaris estime que ces groupes à haut risque représentent moins de 20% de toutes les infections. Tôt ou tard, cette stratégie sera auto-limitative.

L'Egypte (qui a projeté 4,5 millions de personnes en une année) et le Brésil (qui en a projeté 20 millions sur quatre ans) ont prouvé qu'un dépistage national était faisable. La rentabilité est un peu plus difficile à prouver et l'équipe du Dr Razavi travaille avec différents pays pour identifier ce qui est nécessaire pour rendre un programme de dépistage dans la population générale rentable, avec un projet de démonstration prévu en Afrique.

"C'est formidable de voir ces nouveaux pays rejoindre les autres pays sur la bonne voie. Il faut un dévouement incroyable à la santé publique pour fournir suffisamment de ressources pour éliminer l'hépatite C d'ici 2030 », explique le Dr Razavi.

"Nous aimerions voir la liste des pays en voie d'élimination croître exponentiellement l'année prochaine. Malheureusement, la plupart des pays n'atteindront pas les objectifs de 2030 s'ils continuent à faire ce qu'ils font actuellement. Nous avons besoin de plus de dépistage, de suppression des restrictions et de traitement accru pour que les pays atteignent ce qu'ils ont accepté de faire lorsqu'ils se sont engagés à atteindre les objectifs d'élimination de l'OMS 2030. "

Dr Homie Razavi, Observatoire Polaris, Fondation du Centre d'analyse des maladies, Lafayette, CO, États-Unis.
T) +1 720 890 4848 E) homie.razavi@centerforda.com

Tony Kirby, consultant média pour le Sommet mondial sur l'hépatite.
T) +44 7834 385827 E) tony@tonykirby.com

http://cdafound.org/just-12-countries-w ... =hootsuite

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 18 Jn 2018 - 07:26
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22334
Localisation: Hyères
DR. PHILIPPE DE BOTTON ÉLU PRÉSIDENT DE MDM FRANCE



Médecin endocrinologue et diabétologue, le Docteur Philippe de BOTTON s’engage dès 1989 en tant que bénévole et militant à Médecins du Monde, au sein du premier programme d’échange de seringues mis en place à Paris afin de réduire les risques de transmission du VIH et des hépatites chez les toxicomanes injecteurs. Son engagement s’inscrit dans la volonté de permettre aux populations marginalisées et stigmatisées d’accéder aux droits et aux soins.

Militant pour les droits humains, Philippe de BOTTON est aussi à l’origine de la création d'un programme de promotion de la santé et de réduction des risques en milieu festif chez les jeunes dans les Alpes-Maritimes, où il vit.

En France comme à l’international, Philippe de BOTTON défend inlassablement les droits des oubliés, soigne et témoigne des entraves à la santé. Il a ainsi été responsable pendant six ans d’un programme de prise en charge nutritionnelle et dentaire au Burkina Faso et a appuyé la création d’un programme d’accès aux soins en zone rurale dans le centre de la Tunisie entre 2013 et 2015.

En plus de son action sur le terrain, son engagement humanitaire s’est également concrétisé au sein des instances de Médecins du Monde France, en tant que trésorier depuis 2016.

https://www.medecinsdumonde.org/fr/actu ... mdm-france

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 19 Jn 2018 - 08:42
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22334
Localisation: Hyères
Cirrhose du foie : la promesse d’un nouveau traitement

Des scientifiques viennent de démonter qu'un traitement nommé "aleglitazar" a eu de multiples effets bénéfiques sur des rats cirrhotiques. Environ 700 000 personnes souffrent de cirrhose du foie en France, dont 30% ont atteint le stade sévère de la maladie.

L'augmentation de la pression dans les veines menant au foie, connue sous le nom d'hypertension portale (PH), représente la majorité des complications médicales et des décès associés à la cirrhose. Elle se manifeste par l'exagération de la vision des veines superficielles de l'abdomen (appelée circulation veineuse collatérale), une accumulation de liquide dans l'abdomen (nommée ascite) et l'augmentation de la taille de la rate (ou splénomégalie). Par ailleurs, elle est responsable de la formation de varices œsophagiennes, dont la rupture peut provoquer des hémorragies digestives graves. Des chercheurs ont découvert une nouvelle approche prometteuse du traitement de la cirrhose du foie.

Comme le démontre leur étude publiée dans The American Journal of Pathology, les scientifiques ont testé le traitement par aleglitazar sur des rats cirrhotiques avec hypertension portale. Après 21 jours de médication, ce soin a notamment réduit l'inflammation, l'angiogenèse*, les dommages tissulaires et la fibrose* associés à la cirrhose des bêtes.

Contrôler simultanément les nombreuses anomalies associées aux syndromes

"L’aleglitazar est aussi capable de réguler les circulations hépatiques des rats cirrhotiques atteints du syndrome de PH", précise l’auteur de l’étude Ying-Ying Yang, avant d’ajouter : "dans l'ensemble, nos résultats indiquent que le traitement par aleglitazar peut constituer une approche prometteuse de la cirrhose du foie, car il aide à contrôler simultanément les nombreuses anomalies associées aux syndromes de PH de la cirrhose du foie". Chez les patients atteints de cirrhose, une nouvelle étude vient également de prouver l'efficacité de l'administration à long terme d'albumine humaine.

Albumine humaine

Les solutions d'albumine humaine ne sont pas un médicament mais un remède. Elles sont préparées à partir d'un mélange de sang, de plasma, de sérum ou de tissus placentaires prélevés sur des donneurs sains.

Des chercheurs ont suivi 431 patients souffrant d’une cirrhose du 2 avril 2011 au 27 mai 2015. Un premier groupe a reçu un traitement médical standard, tandis qu’un deuxième groupe a suivi un traitement médical standard cumulé avec l’administration d'albumine humaine (40 g deux fois par semaine pendant 2 semaines, puis 40 g par semaine). Les deux traitements ont duré 18 mois.

Résultats : la survie globale à 18 mois était significativement plus élevée dans le groupe ayant cumulé un traitement médical standard avec l’administration d'albumine humaine. Ces patients avaient 38% moins de risque de mourir que ceux qui avaient seulement suivi un traitement médical standard.

Consommation excessive et prolongée d’alcool

La cirrhose du foie est une maladie dont on parle peu, mais qui est fréquente en France. Environ 700 000 personnes sont atteintes de cirrhose, dont 30% ont atteint le stade sévère de la maladie. On estime que le nombre de décès qui lui sont associés se situe entre 10 000 et 15 000 chaque année. Le diagnostic survient en moyenne à l’âge de 50 ans.

Les facteurs de risque de la cirrhose sont bien identifiés. La consommation excessive et prolongée d’alcool, les infections chroniques par le virus de l’hépatite B et de l’hépatite C, ainsi que le syndrome métabolique sont en effet responsables de plus de 90 % des cas. Les autres cas sont liés à des hémochromatoses génétiques ou encore à des maladies du foie auto-immunes comme la cirrhose biliaire primitive.

*Formation de nouveaux vaisseaux sanguins pouvant alimenter certains cancers.

*Dérèglement du processus de cicatrisation.

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles ... traitement

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 19 Jn 2018 - 11:28
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22334
Localisation: Hyères
Traitement de l’hépatite C en 2018 (JFHOD 2018)
Juliette FOUCHER (Bordeaux), Isabelle ROSA (Créteil)


http://www.fmcgastro.org/wp-content/upl ... oucher.pdf

Maviret (ABBVIE) disponible en pharmacie de ville , Gilead prochainement .

Diaporama

http://www.fmcgastro.org/wp-content/upl ... inal-2.pdf





http://www.fmcgastro.org/wp-content/upl ... index.html

http://www.hepatites.net/index.php?name ... 788#392788

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 30 Jn 2018 - 09:13; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 19 Jn 2018 - 15:30
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22334
Localisation: Hyères
RAMANDAN ET TRAITEMENTS



Le Ramadan s’est achevé le jour de la fête des pères.

Et savez-vous qu’elle a été la conséquence pour nous à SOS Hépatites ?



Et bien Véronique sur notre ligne d’écoute au 0800 004 372 a reçu de nombreux coups de fil, qui lui posaient la même question.

« Je suis atteint d’hépatite virale et je suis sous traitement en comprimé, je souhaite faire le ramadan, mais comment dois-je faire pour la prise de mon traitement ? »

Cette question est surprenante, car lorsqu’on est porteur d’une maladie chronique, on est théoriquement relevé de la réalisation du ramadan ! Et on peut donner à la place une obole à un pauvre.

Bravo à ceux qui, bien que malades ont décidé de faire le ramadan, c’est encore plus fort.

Mais, la question se pose alors pour prendre les comprimés, que l’on soit en traitement d’une hépatite C ou B.

Il est certain que lors de la mise en route des traitements, on recommande de le prendre à heures fixes. Alors, comme rien ne doit rentrer dans le corps pendant la journée, on peut tout à fait attendre qu’il fasse nuit pour prendre son traitement, en lieu et place des prises à 19 h (cela fait moins de 3 h de décalage ce qui est acceptable). Ou bien, on prend le traitement le matin et on peut alors le prendre avant le lever du jour (ce qui la encore ne fera que quelques heures de décalage).

A travers ces questions qui nous ont été rapportées par notre ligne verte, nos réponses se veulent constructives, sans jugement de valeur, pour permettre à tous, en fonction de sa couleur de peau ou de sa religion, de pouvoir accéder à un traitement.

Un traitement pour tous, une guérison pour chacun.

Accompagner sans stigmatiser !

La guérison est à portée de toutes les mains, alors tendez nous un doigt pour vous faire dépister.



Pascal Mélin

http://www.soshepatites.org/ramandan-et-traitements/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 19 Jn 2018 - 17:40
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22334
Localisation: Hyères
La guérison de l'hépatite C ne mène pas à une récupération complète du système immunitaire

Les modifications du système immunitaire restent de nombreuses années après une guérison de l'hépatite C, révèle une nouvelle étude menée par des chercheurs de l'Institut Karolinska en Suède et de la Hannover Medical School en Allemagne. Les résultats, présentés dans Nature Communications , augmentent la compréhension de l'infection chronique et de la façon dont elle régule et influe sur la composition du système immunitaire.

Les personnes qui sont guéries du virus de l'hépatite C (VHC) par un traitement antiviral à action directe (AAD) peuvent ne pas atteindre la guérison complète de leur système immunitaire perturbé.

Publiant leurs résultats dans Nature Communications, les chercheurs ont étudié des données à long terme sur 40 personnes atteintes du VHC avant, pendant et après avoir reçu un traitement AAD réussi. Les scientifiques ont utilisé divers moyens pour analyser la composition de la population de globules blancs tueurs naturels des participants, qui sont une composante du système immunitaire.

Les chercheurs ont découvert que l'infection chronique par l'hépatite C réduisait la diversité des cellules tueuses naturelles et que bon nombre de ces changements persistaient longtemps après la guérison du virus. Bien que les auteurs de l'étude ne soient pas certains des implications à long terme de cette découverte, ils cherchent actuellement à savoir si les personnes guéries du VHC ont une capacité compromise de combattre les infections.

Pour lire le communiqué de presse sur l'étude, cliquez ici :

https://medicalxpress.com/news/2018-06- ... ction.html

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 20 Jn 2018 - 14:12
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22334
Localisation: Hyères
MSF conteste le brevet immérité de Gilead en Chine pour des médicaments contre l'hépatite C qui sauvent des vies



Des versions génériques abordables en provenance de Chine pourraient sauver des millions de vies
Genève / New York, le 19 juin 2018 - L'organisation humanitaire médicale internationale Médecins Sans Frontières (MSF) a déposé aujourd'hui un recours en justice auprès de l'Office national de la propriété intellectuelle (SIPO) pour demander l'annulation du brevet délivré à la société pharmaceutique américaine Gilead Sciences. le médicament oral contre l'hépatite C, le velpatasvir. Le brevet est contesté au motif qu'il fait appel à des technologies bien connues, ce qui en fait un brevet non autorisé en vertu de la loi chinoise sur les brevets, ce qui est conforme aux règles de l'Organisation mondiale du commerce.

Le velpatasvir, un antiviral à action directe (AAD), est l'un des principaux médicaments utilisés en association avec un autre AAD, le sofosbuvir, pour le traitement par voie orale des six principaux génotypes du virus de l'hépatite C. Son efficacité en tant que médicament pan-génotypique offrant une guérison bien tolérée en fait un médicament crucial dans la lutte contre l'hépatite C.

«Sans accès à des AAD abordables, les personnes atteintes d'hépatite C en Chine sont toujours obligées de prendre un médicament plus ancien, l'interféron, qui a un faible taux de guérison et provoque de graves effets secondaires, comme la psychose», a déclaré Gaëlle Krikorian, responsable des politiques. pour la campagne Access de MSF. "Débloquer des brevets non autorisés sur le velpatasvir et le sofosbuvir ouvrira l'accès à des versions génériques abordables de ce traitement crucial."

Le traitement combiné à dose fixe du velpatasvir et du sofosbuvir devrait être une option de traitement importante dans les programmes nationaux contre l'hépatite C, mais l'accès à ces médicaments reste limité. Alors que les prix pratiqués pour cette combinaison sont exorbitants dans de nombreux pays où existent des barrières aux brevets, ils tombent rapidement dans les pays où des versions génériques sont disponibles. Par exemple, Gilead a lancé l'association sofosbuvir / velpatasvir au prix de 51 000 $ US pour un traitement de 12 semaines au Royaume-Uni, alors que le même traitement est disponible pour seulement 286 $ en Inde auprès des fabricants de médicaments génériques. En Chine, cette combinaison a été enregistrée en mai 2018, mais Gilead n'a pas encore annoncé son prix.

La Chine est largement connue comme étant le plus grand fournisseur mondial d'ingrédients pharmaceutiques actifs (API), ou matière première, utilisée pour fabriquer de nombreux types de médicaments; Si les brevets ne constituaient pas un obstacle, la Chine pourrait devenir un fournisseur important - tant au niveau national qu'international - tant pour les matières premières que pour les produits finis des médicaments contre l'hépatite C par voie orale.

«Les fabricants chinois sont des fournisseurs mondiaux de matières premières pharmaceutiques, mais ils sont incapables de fabriquer des médicaments clés pour l'hépatite C en Chine ou dans d'autres pays du monde», a déclaré Jessica Burry, pharmacienne VIH et hépatite C pour la campagne Access de MSF. "L'utilisation de la capacité de production générique de la Chine pourrait accroître considérablement la concurrence et rendre ces médicaments révolutionnaires plus abordables et disponibles dans le monde entier."

Gilead a demandé plusieurs brevets en Chine pour ses médicaments contre l'hépatite C, et certains d'entre eux se sont opposés à une société pharmaceutique générique et à des organisations à but non lucratif, pour des raisons similaires de ne pas être autorisées par la loi chinoise sur les brevets. En plus du dépôt actuel d'une demande d'invalidation du brevet de velpatasvir, MSF avait également déposé une demande de brevet contre la demande de brevet de Gilead pour l'association sofosbuvir / velpatasvir.

«Mettre fin à des monopoles de brevets immoraux pour les médicaments contre l'hépatite C en Chine permettrait à près de neuf millions de personnes atteintes d'hépatite C d'accéder à un traitement dont elles ont désespérément besoin, et à 59 millions de personnes non traitées dans le monde», a déclaré Krikorian.

Les demandes de brevet de Gilead et les demandes de brevet déposées sur le sofosbuvir, le velpatasvir et leurs combinaisons avec d'autres AAD ont été contestées dans de nombreux autres pays, notamment en Inde, aux États-Unis, au Brésil, en Ukraine et en Russie. Ces efforts ont ouvert la voie à une concurrence accrue entre les producteurs de génériques, ce qui a entraîné une baisse des prix et un meilleur accès aux traitements pour les personnes.

MSF traite les personnes atteintes d'hépatite C dans 11 pays (Biélorussie, Ukraine, Pakistan, Ouzbékistan, Inde, Myanmar, Cambodge, Ouganda, Kenya, Mozambique et Afrique du Sud). Depuis 2015, MSF a soigné plus de 6 000 personnes atteintes d'hépatite C par le DAA. Parmi celles qui ont terminé leur traitement, le taux de guérison global est de 94,9%.

https://www.msfaccess.org/about-us/medi ... lifesaving

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 20 Jn 2018 - 15:36
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22334
Localisation: Hyères
GARANTIR L’ACCÈS AUX MÉDICAMENTS, MAÎTRISER LES PRIX



Face à l’augmentation considérable des prix des nouveaux médicaments au Sud comme au Nord, notamment ceux contre les cancers, l’hépatite C et certaines maladies rares, la société civile française se mobilise pour défendre l’accès aux meilleurs soins pour tou.te.s, et la sauvegarde de notre système de santé solidaire. Plusieurs organisations de personnes malades, d’usager.ère.s du système de santé, de professionnel.le.s de santé et d’étudiant.e.s se sont mobilisées pour rédiger un Livre blanc publié ce jour :« Médicaments et progrès thérapeutique : garantir l’accès, maîtriser les prix ».

LIVRE BLANC
Médicaments et progrès thérapeutique : garantir l'accès, maîtriser les prix


https://www.medecinsdumonde.org/fr/actu ... r-les-prix

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 20 Jn 2018 - 15:37; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 20 Jn 2018 - 15:36
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22334
Localisation: Hyères


Après plus de 3 années d'existence, le Webstaff continue, mais évolue :

• maintien de l'aspect « RCP » pour les traitements par AVD chez les patients plus complexes (Mais encore chez les autres aussi bien sûr)
ET
• NOUVEAU ! : Possibilité de soumettre, pour avis collégial, une question ou un dossier D'HEPATOLOGIE GENERALE (virus B, cirrhoses, maladies de surcharge, tumeurs hépatiques, Nafld/Nash etc…)

Rendez-vous ce soir en direct sur webconfaei.com/webstaff à partir de 20h

À tout moment, vous pouvez nous demander aide et assistance à yannick@aei.fr ou bertrand.hanslik@wanadoo.fr .Nous profiterons aussi de chaque cas pour faire des rappels de recos, des mini-synthèses, faire passer des messages pratiques , afin que ce staff soit intéressant pour tous les collègues connectés, même s'ils ne présentent pas de dossier.



Très cordialement
Bertrand Hanslik

http://www.webconfaei.com/webstaff.asp

Connection :

http://www.webstaff.fr/


_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 20 Jn 2018 - 21:46
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22334
Localisation: Hyères
Alors que le nombre de patients traités contre le VHC dans le monde augmente (de ~ 500 000 en 2011 à ~ 2,148,000 en 2017), la population mondiale de l'hépatite C reste largement sous-diagnostiquée et sous-traitée .



http://cdafound.org/polaris-hepC-dashboard/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 21 Jn 2018 - 13:24
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22334
Localisation: Hyères
VHC, Italie vers l'objectif de l'élimination des virus



La disponibilité de thérapies efficaces et bien tolérées a révolutionné l'approche pour guérir le virus de l'hépatite C (VHC). Selon la dernière analyse menée par le Center Disease Analysis (États-Unis), l'Italie fait partie des 12 pays qui s'acheminent positivement vers l'élimination de l'infection par le VHC. A condition de "trouver" ceux qui ne savent pas qu'ils ont contracté l'infection et donc garder le nombre de traitements élevé.

Dans une étude publiée dans la revue internationale du foie, les chercheurs de l'ISS, leader du PITER (Plate-forme italienne pour l'étude de l'hépatite virale des thérapies, coordonné par ISS, AISF et SIMIT), en collaboration avec le AIFA et le Centre Pour l'analyse des maladies (CDA, Colorado, États-Unis) ont conçu différents scénarios pour évaluer les stratégies les plus efficaces pour atteindre l'objectif de l'élimination du VHC.

Les chercheurs, dirigés par Loreta Kondili, directrice scientifique de PITER au ISS Global Health Centre, dirigé par Stefano Vella, ont conclu qu'il est essentiel de garder le nombre de personnes traitées et de garder le nombre pour ce faire, un dépistage ciblé sur des groupes particuliers de la population générale est nécessaire avec une plus grande probabilité d'avoir une prévalence élevée, trouvant ainsi les «submergés», c'est-à-dire tous ceux qui ne savent pas qu'ils ont contracté l'infection.

"Notre pays est un modèle dans la lutte contre le virus de l'hépatite C - dit Walter Ricciardi, président de l'ISS - Les estimations nous disent que l'Italie atteindra le premier objectif fixé par l'OMS pour la réduction de 65% des décès par le VHC- corrélé en 2022. On peut dire avec fierté que cet objectif sera atteint grâce à une approche universaliste et solidaire unique au monde, compte tenu surtout du nombre important de cas. Et grâce à nos politiques de santé, nous sommes sur la bonne voie pour atteindre l'objectif le plus important d'éliminer le virus d'ici 2030 ".

"Les résultats obtenus par la plateforme PITER - affirme Mario Melazzini, directeur général de l'Agence italienne du médicament - soutiennent d'un point de vue scientifique la politique déjà mise en place par l'AIFA en 2017: traiter tous les patients atteints d'infection chronique au VHC ( indépendamment des dommages hépatiques) produira des gains significatifs, en termes de santé des personnes atteintes de cette infection, mais aussi en termes de réduction des coûts directs et indirects attendus du National Health Service. Cette étude est favorable à la réalisation de l'objectif supplémentaire que s'est fixé l'AIFA, à savoir le maintien d'un plus grand nombre de traitements anti-VHC, entre autres choses requises par le Plan national contre l'hépatite, afin d'éliminer VHC en Italie ".

« En utilisant des données de la plate-forme Piter et des données de traitement avec les médicaments d'action directe Antiviral (DAA) fournies par AIFA - dit Loreta Kondili - nous avons essayé de définir des stratégies pour augmenter la soi-disant le diagnostic et la liaison aux soins (patients identifiés et suivi dans les centres de soins infirmiers). En effet, suivant la tendance actuelle des traitements, il est facile de prédire que, dans le meilleur des cas, le bassin de patients italiens sera épuisé entre 2025 et 2028, laissant toutefois apparaître un «submergé» remarquable. En effet, les patients diagnostiqués avec le VHC ne représentent que la partie visible de l'iceberg des patients infectés. Un nombre indéterminé de personnes ayant contracté l'infection ne développent pas de symptômes évidents et il est donc difficile de l'identifier et de la traiter ».

Les chercheurs ont donc conclu qu'un dépistage ciblé de groupes particuliers de la population générale est plus susceptible d'avoir une prévalence élevée afin de maintenir le nombre de personnes sous éradication du virus à un niveau élevé. Les groupes qui s'ajoutent aux catégories à risque élevé, comme les toxicomanes et les détenus, demeurent des groupes cibles de dépistage et de lien avec les soins pour atteindre l'objectif d'éliminer l'infection par le VHC et son impact sur la santé de tous.

"On peut dire - conclut le chercheur - que si le nombre de traitements diminue en dessous de 35 000 l'année avant 2025, un dépistage dans les cohortes de naissance de 1948 à 1978 est nécessaire pour augmenter le nombre de patients diagnostiqués et les diriger vers la voie de soins. Si, en revanche, le nombre de patients traités reste élevé (pas moins de 35 000 par an) au-delà de 2028, un dépistage ciblé dans les cohortes de naissance de 1958 à 1978 peut être nécessaire pour atteindre les objectifs d'élimination ».

L'étude PITER
PITER est une cohorte de 9.145 patients inscrits dans 90 hôpitaux publics et centres médicaux universitaires répartis dans toute l'Italie. La cohorte PITER est considérée comme un échantillon représentatif de patients qui n'ont pas accès aux restrictions de traitement et qui bénéficient des critères de remboursement du système de santé.

PITER vise à évaluer l'impact attendu de nouveaux médicaments anti-VHC sur l'histoire naturelle de l'infection et sur la morbidité et la mortalité à long terme. Pour entrer dans la cohorte PITER vous devez être un patient infecté par le VHC (tous les stades, tout génotype, y compris le VHB, HDV, ou tout au moins de 18 ans concernant les cliniques de plus de 100 participants centres cliniques de co-infection par le VIH).

https://www.msdsalute.it/notizie-detail ... 148-844642

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 21 Jn 2018 - 13:30
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22334
Localisation: Hyères
Cancer, hépatite C : des associations dénoncent les "prix exorbitants et injustifiés" des médicaments

Dans un livre blanc publié mardi 20 juin, 8 associations de défense des malades et des professionnels dénoncent l’augmentation exponentielle des prix des médicaments dits "innovants", notamment contre le cancer et l’hépatite C. Selon elles, ces prix "exorbitants "menacent "l’accès équitable" aux soins.

Une "menace pour l’accès équitable aux soins et pour la pérennité de notre système de santé solidaire". Voici comment 8 associations de défense des malades et des professionnels qualifient les prix pratiqués sur les nouveaux médicaments. Qualifiés d’"innovants", ils sont régulièrement prescrits contre "les cancers, l’hépatite C et certaines maladies rares" et ont vu leur prix bondir ces dernières années.

Dans un livre blanc mis en ligne mardi 20 juin, l’ONG Médecins du Monde, la Ligue nationale contre le Cancer, l’association Aides, la revue Prescrire ou encore l’association de consommateurs UFC-Que Choisir s’insurgent contre cette inflation des prix des médicaments, qu’elle juge injustifiée.

Des prix astronomiques fixés par les industriels… sans promesse de résultat

Ainsi, explique la Ligue contre le Cancer, en oncologie "le coût moyen d’une vie gagnée est passé de 15 877 euros en 1996 à 175 968 euros en 2016". UFC-Que Choisir cite, elle, le cas du Keytruda, un médicament "innovant" utilisé pour soigner certains mélanomes, mais dont la Haute autorité de santé estime aujourd’hui que l’efficacité n’était "que mineure par rapport aux traitements existants". Ce qui n’a pas empêché son prix de bondir et d’atteindre jusqu’à "72 000 euros par an".

En cause, selon ces associations : les laboratoires pharmaceutiques qui "demandent des prix astronomiques même quand les médicaments n’ont pas nécessité d’investissement important en recherche et développement", comme l’estime UFC-Que Choisir. Les organisations signataires du livre blanc regrettent ainsi l’opacité qui s’exerce autour de la négociation des prix entre le gouvernement et les laboratoires, ainsi que les pressions exercées par les industriels afin de maintenir sous le sceau du secret les coûts de production, de recherche et l’évaluation des médicaments.

Autre problème mis en lumière par les signataires : celui qui entoure le terme d’"innovation" qui "peut désigner de nouvelles indications d’un produit déjà commercialisé, de nouvelles formes galéniques, de nouvelles méthodes de traitement ou d’administration", précise France Assos Santé. Et qui ne justifient donc pas les prix exorbitants souvent pratiqués par les laboratoires et qui, de facto, excluent les personnes qui ne peuvent se les procurer. "Les nouveaux traitements permettent et permettront de prolonger la vie, d’éviter des effets indésirables, de guérir les personnes. Ils sont porteurs d’espoirs pour les malades et leurs proches, ils sont attendus avec impatience. Mais ils ne sont et ne seront efficaces que s’ils sont effectivement accessibles pour toutes les personnes en ayant besoin, de manière équitable, donc en ne menaçant pas l’équilibre des systèmes de santé", explique La Ligue contre le Cancer.

Pour une fixation des prix et plus de transparence

Pour les associations, c’est au gouvernement d’inverser cette tendance inflationniste qui menace notre système de santé. Elles mettent en garde les pouvoirs publics qui, s’ils cherchent à "maîtriser les dépenses" à l’aide d’économies axées sur les "médicaments de tous les jours", risquent de voir arriver prochainement sur le marché de nouveaux traitements se comptant "en centaines de milliers d’euros" et qui se traduira donc par une "nouvelle augmentation des dépenses".

"Combien de temps sera-t-il possible de garantir un accès aux meilleurs traitements" pour tous les malades ?, se demande la Ligue contre le Cancer. Des "critères d’accès seront-ils définis ?" Désormais, les signataires attendent une réponse du gouvernement. Celle-ci devrait survenir le 9 juillet prochain, date à laquelle une réunion avec les industriels du secteur est prévue. Les associations, elles, plaident pour une "nouveau modèle de fixation des prix" et une "réelle transparence à tous les niveaux".

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles ... edicaments

Le livre blanc :

https://www.medecinsdumonde.org/fr/actu ... r-les-prix

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 22 Jn 2018 - 16:34
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22334
Localisation: Hyères
CORBIGNY, EN AVANT LA MUSIQUE…




http://www.soshepatites.org/corbigny-droit-but-musique/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 22 Jn 2018 - 18:36
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22334
Localisation: Hyères
POIL AU FOIE




http://www.soshepatites.org/poil-au-foie/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 23 Jn 2018 - 08:54
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22334
Localisation: Hyères
Les 20 ans de Solidays en cinq souvenirs



LA 20E ÉDITION DU FESTIVAL FRANCILIEN SE TIENT CE WEEK-END À LONGCHAMP. SON PRÉSIDENT LUC BARRUET REVIENT POUR NOUS SUR QUELQUES TEMPS FORTS.

Bon anniversaire Solidays. Le festival fête ses 20 ans ce week-end à l’hippodrome de Longchamp avec une programmation flamboyante emmenée par David Guetta, BigFlo et Oli, Nekfeu, DJ Snake, ou encore Eddy de Pretto, Shaka Ponk et Niska. À cette occasion, Luc Barruet, 51 ans, patron de l’événement et de l’association Solidarité sida qui a créé ce rassemblement musical destiné à récolter des fonds revient sur quelques temps forts de ces deux décennies.

1999 : «ALLÔ, C’EST JEAN-JACQUES GOLDMAN»

Pour la première édition, Goldman a joué avec Carole Fredericks et Michael Jones./Hahn Lionel/ABACA

« Goldman fait partie des gens qui nous ont permis de croire en ce festival. Le 1er décembre 1993, j’étais sur le plateau de Nulle part ailleurs sur Canal + avec les premiers parrains de Solidarité sida, Romane Bohringer et Yannick Noah. Le numéro qui est donné à l’antenne est le mien, celui de ma chambre de bonne. Après cette première apparition, mon répondeur est saturé, je passe mon temps à répondre à plein de gens qui veulent nous aider. Et au milieu des appels, j’entends : Allô, bonjour c’est Jean-Jacques Goldman.

Je voulais qu’il entre dans le conseil d’administration de l’association, il a préféré rester consultant. Il a assisté à beaucoup de réunions où on a commencé à envisager un festival pour sensibiliser les jeunes au problème du sida. Comme d’autres, il disait : Ça ne marchera jamais, on ne peut pas faire de festival à Paris… Pour la première édition, Goldman est venu et a joué avec Carole Fredericks et Michael Jones des reprises de rock et de country pendant quarante minutes. Quand il est sorti de scène, il m’a dit : Heureusement que tu ne m’as pas écouté. »

«LES STARS ANGLO-SAXONNES SONT INACCESSIBLES MAINTENANT»

Le premier gros concert en France de Robbie Williams a eu lieu à Solidays. /LP / Andy Lecoq

« On n’a jamais été aussi anglo-saxons que lors de cette première édition. Les deux stars du moment étaient Robbie Williams et The Corrs et on a programmé les deux. Le premier gros concert en France de Robbie Williams a eu lieu chez nous. Il avait été sensible à notre cause. Aujourd’hui, c’est différent. Il faut beaucoup d’argent pour faire venir les stars, la concurrence entre les festivals est énorme et il y a beaucoup d’intermédiaires.

On ne sait pas si notre message sur l’esprit de Solidays leur parvient. Ce fut le cas par exemple avec Franz Ferdinand. Nous avions directement parlé avec le chanteur Alex Kapranos qui a tenu à venir en 2014. Le reste du temps, c’est plus difficile avec un budget total de 5 millions d’euros, soit moitié moins que les Vieilles Charrues, par exemple. C’est forcément plus simple avec les artistes français qui nous connaissent bien et jouent le jeu comme Jain, qui fera son retour ce week-end chez nous, ou Shaka Ponk qui a préféré venir à Solidays plutôt que de remplir un troisième Bercy. »

2004 : «DIE-IN» DANS LA BOUE

Tous les spectateurs s’étaient allongés, en solidarité avec des militants qui réclamaient l’accès au traitement./Luc Barruet

« Cette année-là, il a beaucoup plu. On était dans la boue. Et on avait prévu un die-in géant, c’est-à-dire que tous les spectateurs s’allongent par terre, en solidarité avec des militants qui réclamaient l’accès au traitement lors d’une conférence mondiale sur le sida à Bangkok. Mais vu le temps, ça ne semblait pas possible. Et puis, une militante du Togo, malade, qui n’en avait plus que quelques mois, a pris la parole et là on s’est dit il faut le faire. J’ai pris le micro et j’ai dit : On ne va pas être capable de mettre notre cul dans la boue ? Et tout le monde l’a fait. Ça montre que le festival sert d’abord à maintenir les consciences éveillées. »

«APRÈS LA DÉFAITE DE LA FRANCE AU MONDIAL EN 2006, TOUT LE MONDE EST PARTI»

Pour la finale France-Italie, des écrans géants avaient été installés./Luc Barruet

« Ce fut une catastrophe. La finale de la Coupe du monde entre la France et l’Italie est tombée le dernier soir, le dimanche. On ne pouvait pas faire sans. En 2006, on avait donc installé des écrans pour diffuser les matches et aménagé les horaires des dernières têtes d’affiche : Tryo et les Motivés. Il y a eu des prolongations, le fameux coup de boule de Zidane, les tirs au but et la défaite de la France. Et là, les gens… sont partis, dégoûtés. Ils n’ont pas attendu la fin des concerts. Les Motivés ont joué devant 800 personnes au lieu de 50 000 sur la grande scène. »

2014 : FRANÇOIS HOLLANDE EST VENU MANGER DES HUÎTRES

François Hollande est resté trois heures au festival./LP/Frédéric Dugit

« François Hollande est le seul Président à être venu à Solidays. On a été prévenu au dernier moment par un texto le dimanche midi. Il est resté de 16 à 19 heures. Il était bien, buvait du rosé et mangeait des huîtres avec nous. Il ne voulait plus partir. C’est même moi qui ai dit : Monsieur le Président, désolé, on a des choses à faire sur la grande scène… J’espère qu’Emmanuel Macron viendra ce week-end. C’est important pour les 2 400 bénévoles, les militants. Ça montre que l’on sert à quelque chose. En fait ça m’énerve que pour l’Élysée, seuls les salons du Bourget ou de l’Agriculture soient incontournables et pas Solidays alors que ce que l’on fait depuis vingt ans est exceptionnel et précieux. »

http://www.leparisien.fr/culture-loisir ... 787229.php

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 25 Jn 2018 - 15:04
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22334
Localisation: Hyères


http://www.anrs.fr/fr/newsletters/504/n ... -juin-2018

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 25 Jn 2018 - 19:56
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22334
Localisation: Hyères
Inégalités salariales : l'association de lutte contre le sida AIDES fait grève

L'association de lutte contre le sida AIDES est en grève depuis le 21 juin. Ses salariés se mobilisent contre les inégalités de rémunération avec les Directions Générales successives et leurs mauvaises conditions de travail.

"Si nous sommes en souffrance, comment peut-on continuer à accompagner, mobiliser et dépister les 820 400 personnes rencontrées chaque année ?", déplorent la majorité des membres de l’association de lutte contre le sida AIDES, en grève depuis jeudi 21 juin. Ce jour-là, 84% des 480 salariés étaient en grève, et 63 des 74 lieux d’accueil étaient fermés. Le mouvement doit au moins durer jusqu’au mardi 26 juin.

Des risques psycho-sociaux

"La précarisation du travail, le manque de reconnaissance et de moyens, les exigences toujours plus importantes sur la charge de travail ont entraîné des risques psycho-sociaux, un turnover important (assumé par la direction) et une explosion du nombre d’arrêts maladie", expliquent encore les grévistes. Selon les chiffres communiqués par Renaud Delacroix, représentant du personnel chez AIDES, le turn-over a été en 2017 de 24% pour l’ensemble des employés et de 28% chez les animateurs, "ce qui est énorme".

Est également évoqué "les inégalités de rémunération entre les Directions Générales successives et les salariés-es", en référence à un chèque de plusieurs milliers d'euros qu’a reçu Vincent Pelletier, l’ancien directeur général de l’association, au moment de son passage d’Aides à une autre association, Coalition Plus. "Un grand mal-être gronde chez les militants suite au départ de l’ancien directeur général (Vincent Pelletier, ndlr) avec une prime que l’on a évaluée entre 55 000 et 60 000 euros", souligne Renaud Delacroix dans Komitid.fr.

"La négociation est en cours"

Les salariés déplorent également ne pas toucher de prime cette année, contre 800 euros en 2017, ainsi qu’une augmentation salariale de 15 euros jugée insuffisante. Un salarié d’Île-de-France de chez AIDES confie : "Nous aimons tous la cause que nous défendons, viscéralement, mais nous ne pouvons être optimaux et apaisés pour faire ce que l’on attend de nous que si nos conditions de travail sont décentes et que équité et reconnaissance sont appliquées."

Le directeur général d’Aides, Marc Dixneuf, explique de son côté à Libération que "la négociation est en cours", et que "nous avons relevé les bas salaires et accordé une prime. Je souhaite continuer dans ce sens-là, dans la limite d’une organisation dont la moitié des ressources est dépendante de financements privés".

Une association reconnue d'utilité publique

La mobilisation a déjà permis d’obtenir que les heures travaillées le dimanche soient comptées double et que les semaines de congés payés passent de 6 à 7 par an. En attendant une évolution du conflit, les centres d’accueil de l’association AIDES ouvrent une heure tous les matins pour expliquer les revendications des salariés, avant de fermer leurs portes.

AIDES est une association créée en 1984 et reconnue d'utilité publique depuis 1990. L'association mène des actions d'information, de prévention, de soutien et de mobilisation des personnes concernées par le VIH et les hépatites.

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles ... IDES-greve

Disparités salariales : pourquoi l'association Aides est en grève

http://www.liberation.fr/france/2018/06 ... ve_1661531

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 26 Jn 2018 - 09:06
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22334
Localisation: Hyères
Des chercheurs mettent en évidence un potentiel biomarqueur microbien de la stéatose hépatique

En étudiant le microbiome de femmes présentant une stéatose hépatique, une étude menée par des équipes britannique, espagnole, italienne et française (INSERM) a mis en évidence des signatures moléculaires spécifiques et un potentiel biomarqueur du stade précoce de la NASH (Non-alcoholic steatohepatitis). Les résultats sont publiés dans « Nature Medicine ».

La stéatose hépatique se caractérise par une accumulation de triglycérides dans le foie. Elle correspond au stade préclinique de la NASH et peut souvent passer inaperçue. « Il ne s'agit pas d'une pathologie en tant que telle mais d’un facteur de risque », précise au « Quotidien » Marc-Emmanuel Dumas, auteur senior de l'étude.

Une diversité microbienne réduite

La stéatose hépatique est souvent retrouvée chez des patients obèses. Ainsi, 105 femmes obèses non diabétiques ont été incluses dans l'étude. Une caractérisation clinique des patientes, avec notamment des bilans sanguins approfondis, a été réalisée, suivie d'une analyse de leur métabolome à partir d'échantillons d'urine et de plasma, de leur transcriptome à partir de biopsies hépatiques et de leur microbiome à partir des fèces.

« Grâce au séquençage à haut débit, nous avons généré un grand nombre de données permettant de reconstruire plus de 10 millions de gènes bactériens et mis en évidence différentes signatures moléculaires, ce qui nous a permis de classer le degré de stéatose hépatique chez les patientes en fonction de leur microbiome », indique Marc-Emmanuel Dumas. Chez les femmes présentant une stéatose hépatique, la diversité des gènes microbiens est moindre. « Cela suggère une réduction de la diversité microbienne chez les personnes au stade préclinique de la maladie », souligne le chercheur. De plus, des modifications métaboliques des acides aminés branchés et de la phénylalanine ainsi qu'une augmentation des signaux pro-inflammatoires dans le foie ont été observées.

L'acide phénylacétique potentialise l'accumulation de triglycérides

Un des composés microbiens, l'acide phénylacétique, a été l'objet d'une attention particulière et a testé chez des hépatocytes humains en culture cellulaire. « Il semblerait que ce composé potentialise l'accumulation de triglycérides dans le foie. Nous avons ainsi trouvé un marqueur qui semble jouer un rôle synergique dans la stéatose hépatique », note le chercheur. Il ajoute : « Des méthodes de détection plus ciblées sur ce marqueur pourraient être ainsi développées. »

Les chercheurs ont par ailleurs transféré chez des souris le microbiote fécal de donneurs humains présentant une stéatose hépatique. Le taux de triglycérides a alors augmenté dans le foie de ces souris. « Nous avons montré qu'il était possible de transmettre le phénotype de la stéatose via le microbiote. Des perspectives thérapeutiques sont donc envisageables : le transfert de microbiote fécal sain pourrait en effet réduire la stéatose », résume Marc-Emmanuel Dumas.

« Cet article ouvre la voie à de nouveaux travaux qui permettront notamment de mieux comprendre la réduction de la diversité bactérienne, la manière de manipuler la stéatose hépatique grâce aux transplantations de microbiote fécal et la façon dont les métabolites modifient la physiologie, voire la pathologie », conclut Marc-Emmanuel Dumas.

https://www.lequotidiendumedecin.fr/act ... que_859222

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 2,5545449256897 seconds.