Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 01 Avr 2018 - 07:17
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22362
Localisation: Hyères
Foie gras chez les patients atteints de l'hépatite C après RVS avec des antiviraux à action directe

OBJECTIF : Déterminer la prévalence de la stéatose et de la fibrose chez les patients atteints d'hépatite C après une réponse virologique soutenue obtenue avec des antiviraux à action directe

Méthodes : Élastographie transitoire avec paramètre d'atténuation contrôlée (CAP) a été utilisé pour évaluer la réponse virologique post-soutenue stéatose hépatique (RVS); la technologie CAP n'était pas disponible aux États-Unis à l'initiation de l'étude. La raideur / fibrose du foie a été mesurée avant et 47 semaines après l'achèvement du traitement. Les patients avec le génotype 3 et les patients avec la cirrhose ont été exclus.

Il s'agit d'une étude prospective et transversale de patients atteints de VHC qui ont obtenu une RVS après un traitement par AAD. Les patients de cette cohorte avaient été traités avec divers schémas antiviraux à action directe: ledipasvir / sofosbuvir (Harvoni), 75 patients; elbasvir / grazoprevir (Zepatier), 1 patient; dasabuvir / ombitasvir / paritaprévir / ritonavir (Viekira), 7 patients; dasabuvir / ombitasvir / paritaprevir / ritonavir avec ribavirine, 2 patients; sofosbuvir (Sovaldi) avec ribavirine, 9 patients; sofosbuvir avec daclatasvir (Daklinza), 1 patient; sofosbuvir avec siméprévir (Olysio), 2 patients; sofosbuvir / velpatasvir (Epclusa), 4 patients. Entre janvier 2016 et mars 2017, 101 patients adultes ont été inclus, à l'exclusion des patients atteints d'autres maladies hépatiques, causes secondaires de stéatose ( p. Ex.., médicaments, alcool excessif), et les génotypes 3 qui ont une étiologie de stéatose différente. Après avoir obtenu une RVS, les patients ont été invités à subir un examen élastométrique et anthropométrique standardisé, des tests de laboratoire et une élastographie transitoire (TE) au California Liver Research Institute de Los Angeles. Cette étude a été approuvée et a été réalisée dans le cadre du protocole IRRI CLRI-01. Les lignes directrices éthiques pour la recherche humaine ont été suivies. Tous les patients ont signé le consentement éclairé.

RÉSULTATS : 101 patients ont été inclus dans l'étude. Après la RVS, l'alanine aminotransférase (ALT) a diminué (63,1 à 17,8 U / L), l'aspartate aminotransférase (51,8 à 21,5 U / L) et le score de fibrose (7,4 à 6,1 kPa) ( P <0,05). Après la RVS, 48 patients (47,5%) présentaient une stéatose au PAC; parmi ceux-ci, 6,25% présentaient une fibrose avancée. Les patients présentant une stéatose avaient un indice de masse corporelle plus élevé (29,0 vs 26,1 kg / m 2 ), glucose (107,8 vs 96,6 mg / dL), ALAT (20,4 vs 15,3 mg / dL), score CAP (296,3 vs 212,4 dB / m) et fibrose score (7,0 vs 5,3 kPa); P<0,05. Fait intéressant, par rapport à la ligne de base, les patients avec et sans stéatose avaient un score de fibrose post-RVS (7,7 kPa vs 7,0 kPa et 7,0 kPa vs 5,3 kPa); alternativement, ( P <0,05) et donc patients avec stéatose ont continué à avoir une rigidité cliniquement significative (≥ 7 kPa).

CONCLUSION :

Le foie gras est très fréquent chez les patients infectés par le virus de l'hépatite C (VHC) après la RVS. Ces patients continuent d'avoir un score moyen de fibrose élevé (≥ 7 kPa) par rapport à ceux sans foie gras; certains ont une fibrose avancée. Un suivi à long terme est nécessaire pour évaluer la stéatose et la fibrose chez les patients infectés par le VHC après la RVS.

Il s'agit de la première étude prospective visant à évaluer la prévalence de la stéatose hépatique chez les patients atteints d'hépatite C qui ont obtenu une réponse virologique soutenue avec des antiviraux à action directe. Les résultats de l'étude indiquent que la stéatose hépatique est présente chez 47,5% de ces patients et que certains patients stéatosiques présentent une fibrose cliniquement significative malgré des enzymes hépatiques normales, ce qui devrait faire prendre conscience de la prévalence post-soutenue de la réponse virologique du foie gras. Évaluation SVR de la stéatose et de la fibrose et suivi à long terme avec ces patients.

La réponse virologique post-soutenue (RVS), chez les patients atteints d'hépatite C, dont beaucoup ont des enzymes hépatiques normales, sont trop souvent déchargés des soins de leur hépatologue sans autre plan de suivi. Les directives européennes et américaines actuelles ne recommandent que le suivi à long terme chez les patients ayant des enzymes élevées. En outre, de nombreux patients atteints d'hépatite C qui ont obtenu une RVS sont exclus des essais cliniques sur la stéatose hépatique non alcoolique (SHNA). Nous pensons qu'il est important de déterminer la prévalence de la NAFLD post-SVR et d'évaluer la gravité de la maladie hépatique chez ces patients. Déterminer ces éléments peut servir de base à de futures recherches visant à déterminer l'histoire naturelle à long terme de la maladie chez ces patients, et peut entraîner des changements dans les directives de la société du foie pour le suivi et dans les critères d'exclusion des essais cliniques.



https://www.wjgnet.com/1007-9327/full/v24/i11/1269.htm

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 30 Jn 2018 - 08:19; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 10 Avr 2018 - 17:44
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22362
Localisation: Hyères
Les futurs traitements de la NASH

La stéatose et la stéato-hépatite non alcoolique touchent près d’un tiers de la population nord-américaine. Tous ne développent pas de fibrose, et tous n’auront pas de conséquences cliniques, mais cela montre l’ampleur actuelle de "l’épidémie". A ce jour, on ne dispose d’aucun traitement spécifique de ce type d’atteinte hépatique, hormis les modifications du mode de vie.

Plusieurs pistes sont étudiées pour développer de nouvelles thérapeutiques visant à contrôler l’évolution de la stéatose hépatique. Les anti-oxydants, avec notamment la vitamine E ; les traitements hypolipémiants, avec le développement de l’aramchol, doté de résultats positif dans un essai de phase 2 ; les traitements ciblant la résistance à l’insuline, avec notamment un agoniste d’un récepteur à l’acide biliaire, l’acide obeticholique, faisant actuellement l’objet d’une large étude de phase 3.

D’autres traitements ciblent l’inflammation (tel que le cenicriviroc, faisant l’objet de plusieurs essais de phase 3), l’apoptose (comme l’emricasan), la fibrose (GR-MD-02). Enfin, certains nouveaux traitements se présentent comme des "hépatoprotecteurs », tels que la bétaine ou le S-adenosyl methionine, mais peu d’études probantes sont disponibles. Pour finir, une option thérapeutique potentielle serait d’agir sur le microbiote, mais il y a encore bien peu de données.

Certains de ces traitements pourraient être disponibles dans 2 ou 3 ans.

Dr William Hayward.

RÉFÉRENCES
D. Issa. Future therapy for non‐alcoholic fatty liver disease. Paris Hepatology Conference, janvier 2018, Paris.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 13 Avr 2018 - 15:00
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22362
Localisation: Hyères
La 1 ère Journée internationale de la NASH



Cette pathologie est particulièrement alarmante car la NASH est une maladie "silencieuse". Il se peut que les patients ne présentent aucun symptôme avant la fin de la maladie, ce qui pourrait entraîner des formes potentiellement mortelles telles qu'une cirrhose ou un cancer du foie. Les patients NASH voient également un risque accru de décès en raison d'événements cardiovasculaires, qui représentent la première cause de décès chez les patients NASH. Par conséquent, la NASH est beaucoup plus qu'une simple maladie du foie.

Parallèlement à l'augmentation de l'obésité et du diabète de type 2, la NASH devient un enjeu majeur de santé publique mondiale, que les organismes de réglementation anticipent en facilitant la recherche médicale dans ce domaine. Il est donc urgent que les médecins, les patients et les soignants comprennent mieux la maladie.

Dans cet esprit, le programme d' éducation NASH débute le 1 er Journée internationale NASH le 12 Juin dans une vingtaine de villes en Europe, aux États-Unis et au - delà. Lors de la Journée NASH, des experts internationaux clés , des groupes de patients et de défense des patients , et bien d'autres, participeront à un programme de diffusion multilingue et riche en contenu diffusé sur les réseaux sociaux et relayé dans les médias traditionnels.

Joignez-vous à cette opportunité révolutionnaire de diffuser des informations critiques sur la NASH et de sensibiliser le public aux besoins non satisfaits associés à cette pathologie.



https://www.youtube.com/watch?time_cont ... pyt9FKFJJw

https://www.the-nash-education-program. ... -day-2018/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 30 Jn 2018 - 08:19; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 24 Avr 2018 - 06:57
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22362
Localisation: Hyères
Stéatose hépatique : l'obésité fragilise le foie dès la petite enfance

Une nouvelle étude démontre qu’une obésité infantile peut engendrer une stéatose hépatique non alcoolique, ou NASH, une maladie causée par un excès de sucre dans le foie.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime que 41 millions d’enfants de moins de 5 ans étaient en surpoids ou obèses en 2016. De même, que plus de 340 millions d’enfants et d’adolescents âgés de 5 à 19 ans. Ce fléau, propre à notre époque engendre de nombreux problèmes de santé physique et psychologique.

La stéatose hépatique, dite NASH

Une nouvelle étude récemment publiée dans le Journal of Pediatrics démontre qu’une obésité infantile peut être responsable de sérieux problèmes hépatiques. Plus précisément, les enfants en surpoids ou obèse dès l'âge de 3 ans ont plus de risques de développer une stéatose hépatique non alcoolique, ou NASH. Aussi appelée "maladie du soda", elle est notamment causée par un excès de sucre dans le foie et peut mener à des cirrhoses, voire à un cancer du foie.

La NASH peut également altèrer les secrétions du foie et produire plus de glucose, de graisses dangereuses et de certaines protéines. En août dernier, des chercheurs allemands ont découvert qu'elle pouvait également avoir des effets délétères sur le pancréas. En France, près de 10% de la population serait touchée.

L'obésité infantile influe sur la qualité du foie

Les chercheurs de cette récente étude ont mesuré les niveaux sanguins de l'alanine aminotransférase (ALT), une enzyme présente principalement dans le foie et dont les niveaux élevés indiquent des lésions hépatiques comme la NASH, d'enfants de 3 ans. Il sont découvert que les enfants ayant un fort tour de taille avaient plus de risque d’avoir des taux élevés d’ALT dès l'âge de 8 ans. En somme, le surpoids ou l'obésité infantile influe sur la qualité du foie quelques années plus tard.

"De nombreux cliniciens mesurent les taux d’ALT chez les enfants à risque vers 10 ans. Mais nos résultats soulignent l’importance d’agir plus tôt dans la vie pour prévenir la prise de poids et l’inflammation du foie, expliquent les auteurs de l'étude. La meilleure façon pour les enfants et les adultes de combattre la stéatose hépatique est de perdre du poids en consommant moins d’aliments transformés et en pratiquant régulièrement une activité physique".

Que sont aliments les aliments transformés ?

La catégorie "ultra-transformée" de la classification internationale Nova comprend : les sucreries, les desserts, les plats préparés, les gâteaux apéro, les boissons sucrées, les viandes transformées telles que les boulettes ou les nuggets, les soupes industrielles, les pâtes ou encore les plats surgelés. En gros, tous les produits transformés avec l'ajout d'un conservateur qui n'est pas le sel (nitrites...). Selon la classification Nova (reconnue par la FAO et la Pan American Health Organization) qui répertorie les aliments selon leur degré de transformation industrielle, ceux-ci sont tous ultra-transformés.

Entrent également dans cette catégorie la pâte à tartiner, les gâteaux, les barres énergétiques, les saucisses, les poissons reconstitués, certaines marques de céréales, les boissons aux fruits, les yaourts aux fruits, les hamburgers, les hot dog, les pains emballés, la margarine ou encore, les préparations pour nourrissons (petits pots, purée...).

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles ... te-enfance

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 24 Avr 2018 - 07:05
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22362
Localisation: Hyères
Les labos en compétition pour sortir un traitement contre "la maladie du soda"

La maladie du soda, de son nom scientifique la NASH, ne fait l’objet de recommandations de prise en charge que depuis peu. Plusieurs laboratoires sont en compétition pour mettre au point un premier médicament efficace pour traiter cette maladie qui rend le foie "gras".

Depuis quelques semaines, la "maladie du soda" est partout. Surnommée ainsi à cause de son lien avec la malbouffe, la NASH (stéatose hépatique non alcoolique en français) est une des affections du foie les plus répandues dans les pays occidentaux. Le foie, qui devient littéralement "gras", s’inflamme et grossit. Cette pathologie, qui n’est pas en lien avec la consommation d’alcool, peut évoluer vers une cirrhose ou un cancer.

Difficile de savoir combien de personnes sont touchées par ce phénomène en France. Les chiffres mentionnés dans les médias s’avèrent alarmants. 30% des Français auraient un foie trop gras et 10% d’entre eux, soit un à deux millions de personnes seraient touchés par la Nash. "Le problème, c’est que ces chiffres proviennent d’un modèle de calcul américain calqué sur la société française. Pour savoir exactement combien de personnes en souffrent, il faudrait faire une biopsie à tout le monde", explique Philippe Bonnard, directeur médical de Gilead. "En réalité, entre 150 et 160 000 personnes sont porteurs d’une cirrhose en France. Eux ont une NASH avérée."

Plusieurs labos dans les starting-blocks

Pour l’instant, il n’existe pas de traitement pour la NASH. L’enjeu est de taille, puisqu’il s’agit de définir l’ampleur du marché potentiel pour les laboratoires pharmaceutiques, qui sont nombreux dans les starting-blocks pour mettre sur le marché un premier traitement. "Le terme de "maladie du foie gras" couvre un large spectre de gravité de la maladie, qui va d’un foie gras sans inflammation jusqu’à la NASH, avec des réactions inflammatoires, des lésions hépatiques et une possible fibrose", expliquait le journal médical allemand Deutsches Ärtzteblatt en 2014. L’étude explique qu’entre 5 et 20% des patients avec un foie gras vont développer une NASH, qui elle-même conduit à une fibrose élevée dans 10 à 20% des cas. Et 5% des foies avec fibrose évolueront vers une cirrhose.

Parmi les sociétés dans le peloton de tête, on retrouve Genfit, Intercept, Gilead et Allergan qui développent toutes les quatre des produits en phase III, le dernier stade avant d’obtenir une autorisation de mise sur le marché. Genfit obtiendra les résultats de sa phase III fin 2019, avec lesquels il pourrait commercialiser son produit dans la foulée. "Les résultats de la phase II ont montré que notre produit effacait la NASH et réduisait le risque cardio-vasculaire des patients. Le mauvais cholestérol baisse de 25% et la glycémie également. Le tout avec aucun effet indésirable sur les 2 000 personnes que nous avons traitées", se réjouit Jean-François Mouney, le PDG de Genfit. Si bien que des études vont maintenant être menées aussi sur des enfants.

Différents modes de traitement

Chez Gilead, les équipes ont choisi de se concentrer sur les cas les plus sévères et développent deux produits. Le premier, Selonsertib, se trouve en phase III avec environ 1 200 patients dans le monde. "C’est notre molécule la plus avancée pour le moment. En phase II, elle a su montrer qu’elle diminuait la fibrose des patients traités", explique Philippe Bonnard. Le deuxième produit en cours de développement, le GS9674, permet d’inhiber les mécanismes qui conduisent à la fibrose. Lui aussi en phase II, il s’utiliserait en complément du Selonsertib chez les patients les plus graves atteints de cirrhose.

"On a l’impression que la NASH est une maladie du foie, isolée du reste du corps. Mais pas du tout. Les maladies cardio-vasculaires sont dues à l’accumulation de lipides dans les tissus. Ils forment des plaques qui conduisent à des AVC quand elles se forment dans le cerveau, à des crises cardiaques au niveau du cœur ou à des ischémies dans les membres", souligne Jean-Louis Dasseux, à la tête de Cerenis. La société a annoncé des résultats positifs de la phase I dans le traitement des hépatites graisseuses non alcooliques et de la NASH, pour son produit qui permet d’éliminer les lipides par le foie.

Une pathologie difficile à diagnostiquer

De son côté, Inventiva vient de lever 35 millions d’euros pour son traitement contre la NASH. Son traitement IVA337, en phase 2b, s’attaque "à tous les versants" de la maladie, comme l’explique Frédéric Cresnes, son PDG. "Nos résultats montrent des améliorations sur le plan cardio-vasculaire, sur le plan de la fibrose et sur la stéatose [NDLR : l’accumulation de graisse]."

Inventiva va lancer une nouvelle étude aux Etats-Unis afin de tester son produit sur une soixantaine de patients atteints à la fois de la NASH mais aussi du diabète. Les résultats de la phase 2b sont attendus pour le deuxième semestre de 2019, avec des biopsies pratiquées sur plus de 225 patients, avant de pouvoir passer en phase III.

Difficile de dire combien de sociétés se sont lancées sur la piste de la NASH. L’agence de presse américaine PrNewswire estimait, dans un article de mars 2016, qu’environ 50 molécules sont en cours de développement. Elles pourraient aujourd’hui être plus nombreuses. Une des problématiques majeures étant de constituer des cohortes de patients sur lesquels tester leurs molécules. "Aujourd’hui, il faut absolument que le médecin diagnostique le patient à l’aide d’une biopsie. C’est assez invasif, certains ne souhaitent pas s’y soumettre. A terme, de nouvelles technologies de diagnostic vont voir le jour, grâce aux prélèvements sanguins ou à l’imagerie", explique Frédéric Cresnes. Impossible, en effet, de pratiquer une biopsie sur tous les patients à risque. Une chose est quasi certaine : d’ici là, les premières molécules auront déjà obtenu une autorisation de mise sur le marché.

https://www.usinenouvelle.com/article/l ... da.N683274

Le marché des thérapies contre la stéato-hépatite non alcoolique vaudra 20,27 milliards de dollars d'ici 2025

https://newspharmaceuticals.com/126445/ ... cs-market/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 12 Mai 2018 - 09:09
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22362
Localisation: Hyères
Le diagnostic précoce est la clé pour réduire le coût des soins chez les personnes souffrant de maladies du foie gras

Pour les patients avec NAFLD et NASH, les coûts de soins de santé peuvent plus que doubler en seulement cinq ans si le dépistage est retardé.

Quand il s'agit de la stéatose hépatique, un diagnostic précoce est essentiel. En fait, une nouvelle étude allemande montre que les coûts des soins de santé pour les patients atteints de stéatose hépatique non alcoolique et de stéatohépatite non alcoolique (SHNA) peuvent plus que doubler sur une période de cinq ans si la maladie reste incontrôlée, MedPage Today rapports .

Achevée par des chercheurs de l'école de médecine de l'Université de Magdeburg en Allemagne et présentée lors d'une conférence de presse au Congrès du foie, la réunion annuelle de l'Association européenne pour l'étude du foie (EASL), l'étude a suivi les patients NAFLD / NASH diagnostic de cirrhose compensée. Les chercheurs ont constaté que les coûts totaux des soins de santé pour ceux qui ont progressé vers une maladie hépatique en phase terminale en cinq ans ont augmenté de 169%; pour ceux qui ne l'ont pas fait, les coûts ont augmenté de 132%. La hausse des coûts était en grande partie attribuable à l'augmentation des coûts des patients hospitalisés.

Leur recherche était basée sur les dossiers médicaux de 800 patients atteints de cirrhose compensée, âgés en moyenne de 68 ans et diagnostiqués entre 2011 et 2016. Les comorbidités étaient courantes dans la cohorte. Environ 80% des patients souffraient d'hypertension, plus de la moitié souffraient de diabète de type 2 et un peu moins de la moitié présentaient une maladie cardiovasculaire ou une hyperlipidémie - ce qui n'est pas surprenant étant donné les liens entre obésité, diabète et stéatose hépatique.

Lors de la présentation, l'auteur principal de l'étude, Ali Canbay, MD, a noté que la stéatose hépatique est une cause fréquente de cirrhose compensée dans les pays occidentaux. Ces patients avancent souvent à l'étape finale de la maladie hépatique avant d'être diagnostiqué par un spécialiste. Mais jusqu'à présent, les données du monde réel concernant les coûts des soins de santé ou les résultats de ces patients avaient été limitées.

Les chercheurs ont conclu qu'un diagnostic précoce est essentiel pour réduire les coûts de santé des personnes atteintes de la NAFLD / NASH. L'étude montre qu'une fois que ces patients atteignent la cirrhose, il pourrait être trop en retard, puisque ces individus font également face à un risque de mortalité significativement accru.

https://www.medpagetoday.com/meetingcoverage/easl/72367

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 20 Mai 2018 - 07:25
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22362
Localisation: Hyères
Étude CENTAUR: cenicriviroc dans la NASH (phase 2b)
Friedman SL, Hepatology 2018, 67: 1754-67, Ratziu, EASL 2018, Abs. GS-002



http://hcv-trials.com/nash/CENTAUR-Ceni ... hase_2.asp

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 30 Jn 2018 - 08:20; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 20 Mai 2018 - 07:28
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22362
Localisation: Hyères
Selonsertib dans la NASH: phase 2
Loomba R, Hepatology 2018; 67: 549-59



http://hcv-trials.com/nash/Selonsertib_phase_2.asp

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 30 Jn 2018 - 08:20; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 22 Mai 2018 - 16:02
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22362
Localisation: Hyères
LES CARENCES EN VITAMINES B9 ET B12 SONT CORRÉLÉES À UNE FIBROSE HÉPATIQUE SÉVÈRE AU COURS DE LA NASH

Des études antérieures ont rapporté une relation entre concentrations anormales de vitamines et maladies chroniques du foie. Cette étude Israélienne avait pour but d’évaluer le lien entre concentrations en vitamine B9 et B12 et les paramètres histologiques de la NASH. Elle a inclus 83 patients adultes atteints de NASH avec biopsie hépatique. Il s’agissait d’une majorité d’hommes, d’âge moyen de 41 ans.

En analyse multivariée, une concentration basse en vitamine B9 était significativement associée à une fibrose hépatique sévère. De façon similaire, une concentration basse en vitamine B12 était significativement associée à une fibrose sévère et à une activité sévère. Les auteurs concluent que ces constatations pourraient avoir des implications thérapeutiques pour les patients atteints de NASH. Néanmoins, ces carences en vitamines apparaissent vraisemblablement être la conséquence d’une maladie hépatique avancée plutôt qu’un facteur favorisant la fibrose.

Nutrients, Avril 2018

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 01 Jn 2018 - 11:24
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22362
Localisation: Hyères
NGM282 dans la NASH: 3 mg vs 6 mg QD (phase 2)
Harrison SA, Lancet 2018; 391: 1174-85

http://hcv-trials.com/nash/NGM282_3_vs_6_mg.asp

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 01 Jn 2018 - 11:26
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22362
Localisation: Hyères
NGM282 dans la NASH: 3 mg QD (phase 2)
Harrison SA, EASL 2018, Abs. GS-014

http://hcv-trials.com/nash/NGM282_phase_3.asp

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 04 Jn 2018 - 10:04
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22362
Localisation: Hyères
L’indication de transplantation hépatique (TH) pour NASH impacte la survie du greffon
ATC 2018 D’après Nagai S. et al., abstr. 68

Si la TH pour hépatite virale C diminue grâce à l’efficacité des agents antiviraux d’action directe, sa fréquence augmente pour l’indication de stéatose hépatique non alcoolique (NASH), et elle concerne des patients plus âgés, obèses et diabétiques donc présumés plus à risque de complications.

L’objectif de cette étude américaine était de comparer les résultats post TH en fonction de l’étiologie : NASH vs. cirrhose virale C ou alcoolique sur quatre périodes (p1 : 2008-2010, p2 : 2011-2013, p3 : 2014-2015, p4 : 2016-2017). Les caractéristiques du donneur (âge, sexe, ethnie, cause de décès: arrêt circulatoire ou mort encéphalique) et du receveur (ethnie, sexe, CHC, MELD, dialyse, index de Karnofsky, greffe combinée foie rein) étaient recueillies pour réaliser un score de propension permettant de comparer les trois groupes (NASH, VHC, alcool). L’âge, l’IMC et le diabète n’étaient pas inclus car associés à la NASH.

De 2008 à 2017, 36 441 patients ont été transplantés (6 852 pour NASH, 19 975 pour VHC, 9 614 pour cirrhose alcoolique; registre UNOS OPTN). Les patients greffés pour NASH étaient significativement plus âgés (59,5 ans, p < 0,001), avaient un IMC plus élevé (32,1 kg/m², p < 0,001), et une prévalence plus élevée de diabète (59 %, p < 0,001). L’âge à la TH augmentait au cours du temps dans le groupe NASH avec un impact sur la survie du greffon (HR 1,48, p = 0,001 pour les 60-64 ans ; HR 1,79, p < 0,001 pour les 65-69 ans ; HR 2,22, p <0> 70 ans). Le risque de perte du greffon était significativement plus élevé dans le groupe NASH (figure)[période 2016 - 2017] après appariement (score de propension). Ces résultats suggèrent que les facteurs de risque associés à l’indication NASH impactent la survie post TH. Il faudrait noter que la différence de survie à 1 an est < 2 %, et que l’appariement ne tenait pas compte de l’âge, du diabète ni de l’IMC.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 06 Jn 2018 - 06:28
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22362
Localisation: Hyères
L'hépatite NASH

Avec l'augmentation de l'obésité et du diabète, une maladie encore peu connue gagne du terrain : il s'agit de la stéato-hépatite non alcoolique, aussi appelée NASH. Une hépatite non virale, directement liée à la malbouffe, à l'obésité et au surpoids, cette maladie est en pleine progression aux Etats-Unis, mais également en Europe. Maladie silencieuse, elle peut entraîner cirrhose ou encore cancer du foie. Comment dépister la NASH ? Comment la traiter ?

Avec :
- Dr Dominique Lannes, hépato-gastro-entérologue à Paris, en cabinet ainsi qu’à la Clinique du Trocadéro et à la Clinique Mont Louis. Auteur de l’ouvrage NASH : la maladie de la malbouffe, aux éditions Flammarion
- Dr Sosthène Somda, hépato-gastroentérologue, praticien hospitalier au CHU Yalgado Ouédraogode Ouagadougou au Burkina Faso.

http://www.rfi.fr/emission/20180309-hepatite-nash

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 12 Jn 2018 - 10:46
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22362
Localisation: Hyères
1st International nash day



https://www.the-nash-education-program. ... -nash-day/

https://www.international-nash-day.com/fr/accueil/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 12 Jn 2018 - 15:19
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22362
Localisation: Hyères
NASH - La société israélienne Galmed obtient des résultats d'essais positifs pour un médicament contre le foie

TEL AVIV (Reuters) Galmed Pharmaceuticals a déclaré mardi que des patients en phase intermédiaire de traitement de la stéatohépatite non alcoolique (NASH), une stéatose hépatique liée à l'obésité, ont montré une réduction statistiquement significative de la graisse hépatique. Les résultats permettront à Galmed de rencontrer les régulateurs dans les plus brefs délais et de discuter d'une étude pivot de phase 3, a déclaré Allen Baharaff, CEO de Galmed.

Une réduction statistiquement significative de la graisse hépatique a été démontrée par Spectroscopie à Résonance Magnétique (MRS) chez des patients ayant complété 52 semaines de traitement par Aramchol 400mg vs placebo. L'analyse a posteriori des répondeurs MRS, définie par une réduction de 5% du changement absolu par rapport aux valeurs initiales, a démontré un effet cliniquement et statistiquement significatif d'Aramchol 600 mg par rapport au placebo.

Un nombre significativement plus élevé de patients traités par Aramchol 600 mg vs placebo ont présenté une résolution de la NASH sans aggravation de la fibrose au cours de la biopsie de 52 semaines, un critère d'approbation réglementaire.

Une proportion plus élevée de patients avec au moins un point d'amélioration du score de fibrose sans aggravation de la NASH a été démontrée dans Aramchol 600 mg vs placebo, dans la biopsie de 52 semaines, un critère d'homologation réglementaire.

Des réductions statistiquement significatives des taux d'ALT et d'AST ont été démontrées chez 400 mg et 600 mg d'Aramchol par rapport au placebo.

Aramchol continue à montrer un profil favorable de tolérance .

https://www.prnewswire.com/news-release ... 64733.html

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 13 Jn 2018 - 10:25
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22362
Localisation: Hyères
Diagnostic et prise en charge d’un patient avec NASH

http://www.fmcgastro.org/wp-content/upl ... 2_Anty.pdf

http://www.fmcgastro.org/wp-content/upl ... 8-16-9.pdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 13 Jn 2018 - 14:49
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22362
Localisation: Hyères
Modélisation du fardeau des maladies liées à la NAFLD en Chine, en France, en Allemagne, en Italie, au Japon, en Espagne, au Royaume-Uni et aux États-Unis pour la période 2016-2030



• Un modèle a été utilisé pour estimer la progression de la NAFLD et de la NASH dans 8 pays sur la base des données de prévalence adulte de l'obésité et du diabète sucré de type 2 (DM). Les estimations publiées et le consensus d'experts ont été utilisés pour construire et valider les projections du modèle.

• Si l'obésité et le DM se stabilisent à l'avenir, nous prévoyons une croissance modeste des cas NAFLD (0-30%), entre 2016 et 2030, avec la plus forte croissance en Chine en raison de l'urbanisation et la plus faible croissance au Japon une population décroissante. Cependant, dans le même temps, la prévalence de la NASH augmentera de 15 à 56%, tandis que la mortalité hépatique et la maladie hépatique avancée feront plus que doubler en raison d'une population vieillissante / en augmentation.

• La NAFLD et la NASH représentent un problème de santé publique important et croissant et des efforts sont nécessaires pour comprendre cette épidémie et atténuer le fardeau de la maladie. Si l'obésité et le DM continuent à augmenter aux taux actuels et historiques, la prévalence de la NAFLD et de la NASH devrait augmenter. Puisque les deux sont réversibles, des campagnes de santé publique visant à accroître la sensibilisation et le diagnostic, et à promouvoir le régime alimentaire et l'exercice physique, peuvent aider à gérer la croissance future du fardeau de la maladie.

• La stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) et la stéatohépatite non alcoolique (NASH) peuvent conduire à une maladie hépatique avancée, et se produisent de plus en plus en tandem avec des épidémies d'obésité et de diabète. Un modèle mathématique a été construit pour comprendre comment le fardeau de la maladie associé à la NAFLD et à la NASH changera avec le temps. Les résultats suggèrent un nombre croissant de cas de maladie hépatique avancée et de mortalité liée au foie dans les années à venir.

https://www.sciencedirect.com/science/a ... 7818321214

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 19 Jn 2018 - 10:48
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22362
Localisation: Hyères
Rodolphe ANTY (Nice), Denis OUZAN (Saint Laurent du Var)


http://www.fmcgastro.org/wp-content/upl ... 2_Anty.pdf

Diaporama

http://www.fmcgastro.org/wp-content/upl ... 8-16-9.pdf



http://www.fmcgastro.org/wp-content/upl ... index.html

http://www.hepatites.net/index.php?name ... 783#392783

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 30 Jn 2018 - 08:21; édité 2 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 20 Jn 2018 - 10:13
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22362
Localisation: Hyères
NASH : NOUVEL ALGORITHME DE PRÉDICTION

La NASH (Stéatose Hépatique Non Alcoolique) est liée à l'accumulation de lipide dans plus de 5% des hépatocytes chez des patients n'ayant pas une consommation excessive d'alcool, une infection virale ou une autre étiologie spécifique. La NASH est une maladie sévère caractérisée par une inflammation hépatique et une fibrose progressive qui peut ensuite évoluer vers une cirrhose et un carcinome hépatocellulaire (CHC).

Les facteurs de risque de la NASH sont l'obésité, le diabète de type 2, la dyslipidémie et le syndrome métabolique. La prévalence de la maladie est de 90 % chez des patients avec une obésité morbide et de 70 % chez des patients avec un diabète de type 2. Les données publiées montrent que la prévalence de la NASH chez des patients avec une infection par le Virus de l'Hépatite C (VHC) varie de 4 à 10%. Les données cliniques montrent que les patients infectés par le VHC, une stéatose et une NASH connaissent une progression plus rapide vers le CHC.

Il est donc particulièrement important d'identifier ces patients et de les traiter. Pour cela il est encore nécessaire de disposer d'une méthode non invasive, sûre et fiable pour diagnostiquer la NASH, à des stades précoces, pour prévenir la progression de la maladie.

C'était l'objectif de cette étude portant sur 91 patients, infectés par le VHC, avec une maladie hépatique chronique prouvée histologiquement, ont été sélectionnés prospectivement. 77 patients ont été inclus dans l'étude dont 10 avaient une NASH.

Pour chaque patient, diverses variables cliniques et biologiques ont été collectées. Différents algorithmes combinant les niveaux de l'antigène-IgM associé au carcinome épidermoïde (SSCA-IgM) avec d'autres critères cliniques classiques ont été créés pour donner la probabilité d'avoir une NASH.

L'analyse des données a montré une corrélation statistiquement significative entre la présence histologique de NASH et les niveaux de SCCA-IgM, insuline, évaluation du modèle d'homéostasie, hémoglobine, HDL, ferritine ainsi que le tabagisme.

Par rapport à l'utilisation d'un marqueur unique, un algorithme combinant 6 ou 7 variables identifiait une NASH avec une haute précision.

La meilleure performance diagnostique était obtenue avec la combinaison de régression logistique, qui incluait les 7 variables corrélées à la NASH.

La combinaison de SCCA-IgM avec les données cliniques classiques montrait une performance diagnostique prometteuse pour la détection de la NASH chez des patients infectés par le VHC .


Gallotta A. et al. Development of a novel diagnostic algorithm to predict NASH in HCV-positive patients. Int J Biol Markers. 2018 Apr 1:1724600817753577.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 26 Jn 2018 - 08:47
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22362
Localisation: Hyères
Résultats mitigés pour les thérapies expérimentales pour la NASH

Le récent Congrès international du foie à Paris a présenté plusieurs présentations sur les thérapies expérimentales pour la stéatose hépatique. Les médicaments avec une gamme de mécanismes différents - y compris l'agoniste des récepteurs de l'hormone thyroïdienne MGL-3196, l'analogue du facteur de croissance des fibroblastes NGM282 et l'inhibiteur de l'acétyl-CoA carboxylase GS-0976 - ont démontré une activité prometteuse dans les essais cliniques à mi-stade.

Maintenant que les antiviraux à action directe peuvent guérir plus de 95% des personnes atteintes d'hépatite C et que certains experts discutent de son élimination en tant que menace pour la santé publique, la stéatose hépatique est responsable d'une part croissante des maladies hépatiques avancées. augmentation de l'attention aux conférences sur le foie.

La stéatose hépatique non alcoolique (SHNA) et sa forme plus sévère, la stéatohépatite non alcoolique (NASH) sont souvent associées à l'obésité et au syndrome métabolique. L'accumulation de graisse dans le foie déclenche l'inflammation et le développement de tissu cicatriciel (fibrose), qui au fil du temps peut conduire à la cirrhose, le cancer du foie et la nécessité d'une greffe du foie. À ce jour, il n'y a pas de bons traitements pour la stéatose hépatique et sa prise en charge repose sur des changements de style de vie tels que la perte de poids.

MGL-3196

Stephen Harrison, de l'Université d'Oxford, a présenté les résultats d'une étude sur MGL-3196, un agoniste sélectif du récepteur de l'hormone thyroïdienne (THR-beta) mis au point par Madrigal Pharmaceuticals.

Les hormones thyroïdiennes jouent un rôle important dans le métabolisme, et les agents qui augmentent l'activité de THR-bêta peuvent abaisser les niveaux de cholestérol et de triglycérides et réduire la graisse du foie en décomposant les acides gras. Les études précliniques ont montré que MGL-3196 abaisse les taux de lipides sans effets néfastes sur l'activité de la THA-alfa (comme l'augmentation de la fréquence cardiaque et la perte osseuse).

Cette étude de phase II de 125 personnes avec NASH comparé MGL-3196 par rapport à un placebo. Un peu plus de la moitié étaient des hommes, la plupart étaient blancs et l'âge moyen était d'environ 50 ans. Ils étaient représentatifs de la population NASH, y compris les personnes atteintes de diabète et celles qui prenaient des statines.

Le groupe MGL-3196 a commencé à une dose de 80 mg par jour, ce qui pourrait être porté à 100 mg par jour à la semaine 4. Le traitement a duré 12 semaines et le suivi s'est poursuivi jusqu'à la semaine 36.

Les participants ont subi des IRM-MFDP répétées (estimation de l'imagerie par résonance magnétique de la fraction de graisse de densité protonique), une méthode d'imagerie pour évaluer la graisse du foie. Des biopsies hépatiques ont été réalisées au début de l'étude et à la semaine 36.

Après 12 semaines de traitement, la teneur en graisse hépatique selon MRI-PDFF a diminué de -10% dans le groupe placebo, de -36% dans le groupe MGL-3196 et de -42% dans le groupe MGL-3196. . Les baisses absolues de graisse ont montré un modèle semblable. En regardant la diminution proportionnelle, 18%, 60% et 75%, respectivement, ont vu une réduction de 30% ou plus. La graisse du foie a diminué chez les personnes présentant à la fois une fibrose minimale (F0-F1) et une fibrose importante (F2-F3). Les enzymes hépatiques (ALT et AST) et les biomarqueurs de fibrose sont également tombés dans le groupe MGL-3196. Toutes ces baisses étaient significativement plus importantes avec MGL-3196 par rapport au placebo.

MGL-3196 est apparu sûr et bien toléré, avec des effets indésirables principalement bénins qui étaient similaires dans les groupes MGL-3196 et placebo. Les trois événements indésirables graves signalés n'ont pas été considérés comme liés au médicament. Aucun changement dans la fréquence cardiaque ou les signes vitaux ont été observés.

Les patients atteints de MGL-3196 présentaient une diminution de la tension artérielle et des taux de lipides inférieurs, ce qui suggère qu'il pourrait également avoir des avantages cardiovasculaires - important parce que les maladies cardiovasculaires sont la cause de décès la plus courante chez les personnes NASH.

Le 31 mai, Madrigal a annoncé les résultats des biopsies hépatiques de suivi après 36 semaines, montrant que significativement plus de receveurs de MGL-3196 que de patients sous placebo avaient une réduction de deux points du score d'activité NAFLD (57% vs 32%). Parmi ceux ayant une réduction de graisse hépatique MRI-PDFF d'au moins 30% à 12 semaines, 39% ont obtenu une résolution de la NASH.

NGM282

Harrison a également rapporté les résultats d'une étude de NGM282, un analogue du fibroblaste humain facteur de croissance 19 (FGF19) développé par NGM Bio. NGM282 cible plusieurs processus impliqués dans le développement de la NASH, conduisant à des améliorations dans la stéato-hépatite et la fibrose. Un essai de phase II précédent a montré que le NGM282 entraînait une réduction rapide des graisses hépatiques selon le MRI-PDFF.

Cet essai de phase II a comparé une biopsie hépatique par paires chez 19 personnes avec une NASH traitée avec des injections quotidiennes de 3 mg de NGM282 pendant 12 semaines. Les trois quarts étaient des hommes, l'âge moyen était de 51 ans, 53% avaient une fibrose avancée (F3) et un tiers avait le diabète.

Encore une fois, le NGM282 était associé à des diminutions significatives (-67%) et absolues (-11%) de la teneur en graisse du foie selon MRI-PDFF à la semaine 12. Tous les participants avaient au moins 30% de réduction relative et 5% Harrison a rapporté. Près des deux tiers ont vu leur contenu en graisse du foie se normaliser, ou tomber en dessous de 5%. Les biomarqueurs de l'enzyme hépatique et de la fibrose ont également chuté de manière significative. Tous ces changements étaient apparents à la semaine 6.

Ces améliorations des marqueurs non invasifs étaient en corrélation avec les changements dans l'histologie du foie. Des biopsies hépatiques répétées à la semaine 12 ont montré que 84% des personnes avaient une amélioration du score d'activité NAFLD, 74% avaient une stéatose améliorée, 53% avaient une réduction du gonflement des cellules hépatiques et 42% une inflammation hépatique réduite. En ce qui concerne la fibrose, 42% ont démontré une amélioration d'au moins une étape, 47% sont restés les mêmes et 11% se sont aggravés. Trois personnes ont eu une amélioration en deux étapes, de F3 à F1.

Le NGM282 présentait une tolérance et une tolérance favorables, l'effet secondaire le plus courant étant une légère diarrhée. NGM282 peut provoquer une augmentation du cholestérol LDL. Dans cette étude, les niveaux de LDL sont revenus à la ligne de base ou en dessous de 100 mg / dl après le début du traitement par la rosuvastatine, si nécessaire.

"Il est sans précédent de voir une telle amélioration histologique profonde dans la NASH bien établie après seulement douze semaines de traitement, confirmant que NGM282 a un impact puissant sur de nombreuses dimensions cliniques de la maladie", a déclaré Harrison dans un communiqué de presse NGM Bio .

Gilead NASH médicaments

Compte tenu du nombre de différents processus biologiques qui jouent un rôle dans le développement de la stéatose hépatique, un traitement optimal peut impliquer des agents qui fonctionnent selon différents mécanismes.

Harrison, encore une fois, présenté les résultats d'une étude de preuve de concept évaluant des combinaisons de trois médicaments expérimentaux de Gilead Sciences: l'inhibiteur sélectif de l'apoptose kinase 1 (ASK1) selonsertib (anciennement GS-4997), l'acétyl-CoA carboxylase (ACC ), l'inhibiteur GS-0976 et l'agoniste sélectif non-stéroïdien du récepteur du farnésoïde X (FXR) GS-9674.

ASK1 favorise l'inflammation et la fibrose, ACC est impliqué dans la lipogenèse de novo (conversion des glucides en acides gras dans le foie) et FXR régule la synthèse des acides biliaires et joue un rôle dans le métabolisme des lipides.

Un essai antérieur de phase 2 a montré que jusqu'à 43% des personnes avec NASH prenant selonsertib vu au moins une réduction en une étape de la fibrose hépatique et jusqu'à 26% avaient au moins une réduction de 30% de la graisse du foie selon MRI-PDFF. Une autre étude, présentée lors de la réunion sur le foie de l'AASLD de l'an dernier , a montré que le GS-0976 entraînait une diminution significative de l'accumulation de graisse hépatique et une amélioration de la fibrose chez les personnes souffrant de NASH.

La présente analyse a porté sur 70 personnes atteintes de NASH et de fibrose au stade F2-F3. Les deux tiers étaient des femmes et l'âge médian était d'environ 55 ans.

Les participants ont été randomisés pour recevoir soit selonsertib, GS-0976, GS-9674, selonsertib plus GS-0976, ou selonsertib plus GS-9674, tous une fois par jour pendant 12 semaines. (Harrison n'a pas rapporté les résultats d'un bras de trithérapie utilisant les trois médicaments.)

Les meilleurs résultats ont été observés chez les personnes traitées par GS-0976. La lipogenèse de novo a diminué significativement dans les groupes prenant GS-0976 seul ou avec le sélonsértib. Ceux qui prennent selonsertib plus GS-0976 ont montré la plus grande diminution du taux de synthèse fractionnaire de lumican, un marqueur de la fibrose.

Les baisses relatives de la teneur en graisse du foie selon MRI-PDFF ont été de -43% dans le bras monothérapie GS-0976, de -32% dans le bras selonsertib plus GS-0976, -16% dans le bras monothérapie GS-9674 et -9% le bras selonsertib plus GS-9674. Cependant, la teneur en matières grasses a augmenté de 7% chez ceux qui ont pris du selonsertib seul. Soixante-dix pour cent des patients traités par GS-0976 en monothérapie et 50% de ceux qui prenaient du selonsertib plus GS-0976 ont vu leur taux de graisse hépatique diminuer d'au moins 30%.

Les taux d'ALT sont tombés dans les groupes prenant GS-0976 (seul ou en combinaison) ou en monothérapie GS-9674. Le GS-9674 (seul ou en association) a entraîné une baisse d'une autre enzyme hépatique, la GGT.

Tous les schémas étaient généralement sûrs et bien tolérés. Il n'y avait que deux événements indésirables graves, dont aucun ne semblait lié au traitement. Trois personnes prenant GS-0976 présentaient des élévations sévères des triglycérides.

Sur la base de ces résultats, Gilead a initié une étude de phase IIb sur le selonsertib avec l'inhibiteur ACC et l'agoniste FXR, a indiqué la compagnie dans un communiqué de presse . Les essais de phase III STELLAR-3 et STELLAR-4 évaluent actuellement la monothérapie sélonsertib. Une étude préclinique présentée lors de la conférence a montré que GS-0976 plus GS-9674 présentaient une meilleure activité que l'un ou l'autre médicament seul chez la souris et le rat.

Comme indiqué précédemment , un autre médicament dans le pipeline de la maladie du foie gras, le cenicriviroc, continue à montrer une activité anti-fibrose chez les personnes avec NASH après deux ans de suivi. Le Cenicriviroc est également étudié en association avec un agoniste FXR de Novartis.

«Les patients atteints de fibrose avancée due à la NASH ont urgemment besoin d'options thérapeutiques efficaces car ils pourraient être confrontés à des risques plus graves, notamment le développement de complications hépatiques en phase terminale, le cancer du foie et le besoin de transplantation hépatique». . "La thérapie combinée peut être un moyen d'atteindre un plus grand bénéfice pour cette population de patients."

http://www.infohep.org/Mixed-results-fo ... e/3297296/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 1,0707750320435 seconds.