Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 08 Mar 2018 - 10:48
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22982
Localisation: Hyères
Un an après la transplantation, les receveurs de l'hépatite C sont exempts de maladie

Dans une petite étude, les médecins de Johns Hopkins ont réussi à transplanter 10 reins infectés par l'hépatite C chez des patients sans hépatite C et ont empêché les patients d'être infectés par l'hépatite C. Le succès de ces greffes pourrait signifier plus d'organes disponibles pour près de 100 000 personnes aux États-Unis actuellement en attente d'une greffe de rein.

«À l'heure actuelle, la plupart des organes utilisables chez les donneurs atteints d'hépatite C sont rejetés parce qu'il y a très peu de bénéficiaires de l'hépatite C sur la liste d'attente», explique Niraj Desai, MD, professeur adjoint de chirurgie à l'École de médecine de l'Université Johns Hopkins et auteur principal du nouveau document, publié dans Annals of Internal Medicine . "Comprendre comment utiliser ces reins est un moyen de faire plus de greffes et de sauver plus de vies."

Jusqu'à récemment, le traitement de l'hépatite C était difficile; Régimes de traitement souvent inclus injections hebdomadaires, ont conduit à des effets secondaires graves que tous les patients ne pouvaient pas tolérer et ne guérissent pas tous les cas de l'infection virale. Cela signifiait que les organes - y compris les reins - des personnes infectées par le virus de l'hépatite C étaient considérés comme trop risqués pour être transplantés chez des patients sans virus.

Selon Desai, environ 500 reins infectés par l'hépatite C sont rejetés chaque année par des donneurs d'organes aux États-Unis. Et des centaines d'autres peuvent ne jamais arriver à un destinataire parce que certaines organisations d'approvisionnement en organes ne se procurent pas les reins en premier lieu en raison de l'absence d'un destinataire approprié.

Au cours des sept dernières années, cependant, une poignée de nouveaux antiviraux à action directe ont frappé le marché; les médicaments guérissent plus de 95% de tous les cas d'hépatite C et ont peu d'effets secondaires. Desai et ses collègues ont pensé qu'il était temps d'essayer de profiter des nouveaux médicaments pour préparer le terrain pour l'utilisation des reins positifs pour l'hépatite C pour les greffes.

"En cette ère de pénurie d'organes, il est difficile de voir de bons organes se débarrasser", explique Christine Durand, MD, professeur adjoint de médecine à l'École de médecine de l'Université Johns Hopkins. "Ce fut une excellente occasion de prendre une ressource de santé publique négligée et de l'utiliser à bon escient."

Desai, Durand et leurs collègues ont approché des patients de plus de 50 ans qui attendaient des greffes de rein, n'avaient aucune greffe antérieure et aucun donneur vivant disponible et étaient négatifs pour l'hépatite C, le VIH et l'hépatite B. Dix patients ont accepté de recevoir l'hépatite C reins. Leur âge moyen était de 71 ans et ils étaient en attente d'une greffe en moyenne quatre mois. Tous les reins des donneurs ont été récupérés chez des donneurs âgés de 13 à 50 ans, testés positifs à l'hépatite C et ne présentaient aucune preuve d'une maladie rénale. Le sang des donneurs a été testé pour la souche et la quantité de virus de l'hépatite C.

Chaque receveur a reçu une dose de grazoprévir / elbasvir, une pilule combinée orale, alors qu'ils attendaient d'entrer dans la salle d'opération pour leur greffe. Chaque patient a ensuite continué à prendre une pilule quotidienne de grazoprévir / elbasvir pendant 12 semaines après la transplantation. Trois patients ont également pris une dose quotidienne de sofosbuvir en raison de la souche d'hépatite retrouvée dans leur organe.

Chez cinq des receveurs de rein, aucun ARN de l'hépatite C n'a été détecté dans leur sang. Chez les autres patients, de faibles taux de virus ont été détectés peu de temps après la greffe, mais sont devenus indétectables en quelques jours ou une semaine. Aucun receveur n'a jamais présenté de signes cliniques d'infection chronique par le virus de l'hépatite C. En outre, les reins eux-mêmes fonctionnaient bien. Au moment de la publication de l'étude, tous les patients sont au moins une année après leur greffe et se portent bien, dit Desai.

"C'était une étude extrêmement positive", ajoute Durand.

Les chercheurs aimeraient ensuite voir leurs résultats répliqués dans un essai multicentrique plus important. Ils disent que si le succès des greffes se poursuit, cela pourrait ouvrir la voie à d'autres organes positifs pour l'hépatite C, y compris les coeurs et les foies, à transplanter.

"Nous essayons toujours d'élargir ce que nous considérons acceptable pour un donneur d'organes", explique Durand.

En raison de l'épidémie d'opioïdes et des décès dus à des surdoses de médicaments - dont beaucoup se produisent chez les personnes infectées par l'hépatite C - il existe un nombre croissant d'organes positifs pour l'hépatite C disponibles. Être capable d'utiliser ces organes pour des transplantations pourrait signifier plusieurs centaines de vies sauvées chaque année.

«Ces 10 reins que nous avons utilisés sont 10 reins qui n'auraient pas été transplantés en dehors de cette étude», explique Desai. "Ils auraient été jetés."

https://www.sciencedaily.com/releases/2 ... 174320.htm

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 09 Mar 2018 - 09:20
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22982
Localisation: Hyères
VHC-3 avec cirrhose : grande efficacité du schéma EBR/GZR + SOF dans l’étude C-ISLE

Des données de phase II appuient un schéma de 12 semaines par elbasvir/grazoprévir (EBR/GZR) plus sofosbuvir (SOF) sans ribavirine (RBV) pour éliminer le VHC-3 chez les patients atteints d’une cirrhose compensée, indépendamment des antécédents de traitement par peginterféron/RBV.

De nombreux schémas antiviraux à action directe actuellement approuvés ont une activité réduite contre le VHC-3, qui représente 44 % de toutes les infections par l’hépatite virale C au Royaume-Uni.

Étude de phase II multicentrique et randomisée C-ISLE menée au Royaume-Uni sur EBR/GZR + SOF ± RBV chez 100 patients infectés par le VHC-3 et atteints d’une cirrhose compensée ; 53 % avaient déjà été traités auparavant.
Parmi les patients, 50 % présentaient le génotype IL28B non-CC ; 49 % avaient une charge virale à l’entrée dans l’étude supérieure à 2 millions d’UI/ml.
Le critère d’évaluation principal était la réponse virologique soutenue 12 semaines après le traitement (RVS12).
Financement : Merck & Co., Inc., Kenilworth, NJ, États-Unis.

Patients naïfs de tout traitement : Le taux de RVS12 était de 91 % (21/23) avec un schéma à base de RBV de 8 semaines et de 96 % (23/24) avec un schéma de 12 semaines sans RBV.
Patients ayant déjà été traités : Le taux de RVS12 était de 94 % (17/dix huit) avec un schéma à base de RBV de 12 semaines, de 100 % (17/17) avec un schéma de 12 semaines sans RBV et de 94 % (17/dix huit) avec un schéma de 16 semaines sans RBV.
Parmi les cinq patients n’ayant pas obtenu de RVS12, deux ont subi une rechute (groupe de traitement de 8 semaines), un a arrêté le traitement en raison de vomissements/d’une cellulite (groupe de traitement de 16 semaines) et deux ont été perdus de vue au suivi.
La présence à l’entrée dans l’étude de substitutions associées à une résistance n’a eu aucun effet sur la RVS12.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29473975

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 12 Mar 2018 - 07:20
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22982
Localisation: Hyères
Mars 2018 - Recrutement des essais cliniques sur l'hépatite C

Après 2017, le marché des nouveaux médicaments contre l'hépatite C a presque atteint son point culminant, ce qui laisse peu de gens à considérer. Voici une petite liste d'essais pour adultes et enfants. Quelques essais pour des adultes qui ont déjà été traités ou qui n'ont jamais été traités, avec ou sans cirrhose. D'autres essais ont porté sur des patients ayant des problèmes de toxicomanie, une hépatite C récemment contractée, avec ou sans co-infection par le VIH, une maladie rénale ou une transplantation hépatique, et quelques essais sur des enfants âgés de 3 à 18 ans.


https://www.clinicaltrials.gov/ct2/show ... amp;rank=3


https://www.clinicaltrials.gov/ct2/show ... amp;rank=8


https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT ... mp;rank=39


https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT ... mp;rank=22


https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT ... amp;rank=7


https://www.clinicaltrials.gov/ct2/show ... mp;rank=33


https://www.clinicaltrials.gov/ct2/show ... mp;rank=32

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 12 Mar 2018 - 07:24
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22982
Localisation: Hyères

https://www.clinicaltrials.gov/ct2/show ... mp;rank=16


https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT ... mp;rank=11

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 12 Mar 2018 - 07:28
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22982
Localisation: Hyères

https://www.clinicaltrials.gov/ct2/show ... mp;rank=19


https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT ... mp;rank=15

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 12 Mar 2018 - 07:34
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22982
Localisation: Hyères

https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT ... amp;rank=5


https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT ... mp;rank=20


https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT ... mp;rank=12

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 12 Mar 2018 - 07:36
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22982
Localisation: Hyères

https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT ... amp;rank=1

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 12 Mar 2018 - 18:42
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22982
Localisation: Hyères
Effets secondaires associés à différents médicaments antiviraux à action directe contre l'hépatite C

Les effets indésirables des régimes sans interféron chez 149 816 patients égyptiens traités contre l'hépatite C chronique .



http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1 ... 14538/epdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 13 Mar 2018 - 12:58
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22982
Localisation: Hyères
VHC : le SOF à faible dose est sûr avec le DCV dans l’IRC/IRCT

Un schéma associant le sofosbuvir à faible dose (SOF) et le daclatasvir à dose complète (DCV) est sûr et efficace pour éliminer le VHC chez les patients atteints d’insuffisance rénale chronique (IRC) et ayant un débit de filtration glomérulaire estimé (DFGe) < 30 ml/min/1,73 m2.

Si la sécurité et l’efficacité sont confirmées, le SOF à faible dose pourrait offrir une alternative au schéma sous-optimal peginterféron ± ribavirine aux patients atteints d’IRC/IRCT dans les pays où les traitements antiviraux à action directe plus récents ne sont pas disponibles.

Étude en situation réelle menée en Inde auprès de 65 patients (âge moyen de 42,9 ans ; 61,5 % d’hommes) porteurs du VHC et ayant un DFGe < 30 ml/min/1,73 m2 ; 83 % étaient sous hémodialyse.
Tous ont reçu un demi-comprimé de SOF (200 mg) et 60 mg de DCV une fois par jour pendant 12 semaines (24 semaines en cas de cirrhose liée au VHC-3).
Le critère d’évaluation principal était la réponse virologique soutenue 12 semaines après le traitement (RVS12).

Le VHC-1 était le plus fréquent (n = 42, 64,6 %), suivi du VHC-3 (n = 22, 33,8 %) et du VHC-2 (n = 1, 1,5 %) ; la charge virale médiane était de 1,65 x 106 UI/ml.
Parmi les patients, 32,3 % présentaient une cirrhose et 15,4 % avaient déjà fait l’objet d’un traitement anti-VHC.
Tous les patients ont obtenu une RVS12.
Aucun événement indésirable grave n’a été signalé.
Cinq patients (7,7 %) ont signalé des événements indésirables mineurs, dont l’insomnie (n = 4 ; 6,2 %) et le prurit (n = 1 ; 1,5 %).

Étude à bras unique, menée dans un seul centre, sur un échantillon de petite taille.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29484572

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 13 Mar 2018 - 15:09
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22982
Localisation: Hyères
Des niveaux plus élevés de vitamine D sont associés à un risque plus faible de cancer du foie

Dans une étude de grande cohorte publiée cette semaine dans la revue BMJ , des chercheurs du National Cancer Center de Tokyo suggèrent qu'une concentration plus élevée de vitamine D chez les hommes et les femmes est associée à un risque plus faible de cancer global, incluant le cancer du foie. Cependant, le plus faible risque associé à des niveaux plus élevés de vitamine D semblait montrer un effet de plafond, suggérant que le dépassement des niveaux de vitamine D au-delà d' un niveau optimal pourrait ne pas procurer d'avantage supplémentaire; Un effet de plafond potentiel observé dans notre étude peut suggérer qu'aucun avantage supplémentaire ne s'accumulerait lorsqu'une certaine concentration de 25-hydroxyvitamine D est dépassée .

http://www.bmj.com/content/360/bmj.k671

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 14 Mar 2018 - 16:49
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22982
Localisation: Hyères
La réactivation du cytomegalovirus chez les greffés du foie en raison de la cirrhose du VHC est associée à un risque cardiovasculaire plus élevé

Parmi les patients qui ont reçu des greffes d'organes solides, y compris des transplantations rénales, cardiaques et pulmonaires, il existe un lien connu entre la réactivation du cytomégalovirus (CMV) et le risque cardiovasculaire (CV). À ce jour, il n'y a eu aucune évaluation de la réactivation du CMV et du risque CV chez les patients atteints de LT. Les données existantes indiquent une relation entre les infections par le virus de l'hépatite C (VHC) et par le CMV et le risque CV.

Aguilera et ses collègues ont entrepris d'enquêter sur cette question. Leur objectif principal était d'évaluer si la réactivation ou la primo-infection par le CMV est associée à un risque accru de CVE à moyen terme chez les patients atteints d'une infection à VHC active ou passée qui n'ont pas reçu de traitement antiviral pendant au moins un an après la transplantation.

Les patients inclus dans cette étude observationnelle rétrospective étaient des adultes ayant subi une LT due à une cirrhose du VHC entre janvier 2010 et juin 2014 sur le site d'étude. Les patients ayant une infection concomitante par le virus de l'hépatite B (VHB) ou le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) ont été exclus.

Les CVE ont été définies par des patients ayant développé une cardiopathie ischémique, un accident vasculaire cérébral, une insuffisance cardiaque, une nouvelle arythmie cardiaque ou une maladie artérielle périphérique.

La population étudiée comprenait 140 patients (72% d'hommes) avec un âge médian de 57 ans. Au cours du suivi, 26 patients ont présenté une CVE. Les analyses statistiques ont révélé que le taux de CVE était significativement plus élevé depuis la transplantation hépatique chez les patients ayant une réactivation cliniquement significative du CMV. Alternativement, d'autres mesures de résultats, telles que le HCV récurrent ou le CHC ou le développement de nouvelles tumeurs, n'étaient pas associées à une réactivation du CMV après LT.

Aguilera et ses collègues ont exploré des explications possibles pour les résultats de leur étude.

"Puisque les cellules endothéliales sont une cible connue du CMV, il semble plausible que le CMV puisse causer une inflammation de la couche intima avec un dysfonctionnement endothélial subséquent, ce qui pourrait finalement contribuer à la progression de l'athérosclérose dans la population non greffée".

Aguilera et ses collègues ont finalement suggéré l'application pratique de leurs résultats d'étude.
"Nos résultats, qui devraient être confirmés dans de plus grandes séries comprenant d'autres indications pour la LT, soulignent la nécessité d'une stratégie prophylactique et / ou préventive adéquate contre le CMV non seulement pour prévenir les conséquences typiques de la réactivation du CMV mais aussi pour réduire le À long terme, le risque accru de CVE ", ont écrit les chercheurs.

L'étude, "La réactivation du cytomegalovirus chez les greffés du foie en raison de la cirrhose du VHC est associée à un risque cardiovasculaire plus élevé », a été publié en ligne dans Transplant International la semaine dernière.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 14 Mar 2018 - 16:58
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22982
Localisation: Hyères
Huit semaines de traitement de Zepatier guérissent les infections récentes à l'hépatite C

C'est selon une étude récente d'un groupe d'hommes européens qui ont des rapports sexuels avec des hommes qui ont probablement été infectés sexuellement.

Les personnes récemment infectées par le virus de l'hépatite C (VHC), y compris celles co-infectées par le VIH, ont une excellente chance de guérir de huit semaines de traitement avec Zepatier de Merck (grazoprevir / elbasvir).

Anne Boerekamps, MD, spécialiste des maladies infectieuses au Erasmus University Medical Center de Rotterdam, aux Pays-Bas, a présenté les résultats d'un essai prospectif monocentrique de phase IIb monocentrique ouvert HCV de huit semaines de Zepatier à la conférence de 2018 sur les rétrovirus et Infections opportunistes (CROI) à Boston.

Quinze hôpitaux ont référé 146 personnes récemment infectées par l'hépatite C à neuf centres d'étude aux Pays-Bas et en Belgique. En fin de compte, 80 de ces personnes ont participé à l'étude.

Pour être inclus dans l'essai, les participants devaient commencer le traitement dans les six mois suivant la date estimée de l'infection, avoir le génotype 1 ou 4 de l'hépatite C et ne pas avoir de cirrhose. S'ils étaient séropositifs, ils devaient avoir une charge virale de 500 ou plus s'ils n'étaient pas sous antirétroviraux (ARV) pour ce virus; s'ils étaient sous ARV, ils devaient avoir une charge virale de 400 ou moins.

Les participants étaient tous des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) qui avaient contracté le virus sexuellement et avaient en moyenne 47 ans.

91% des participants étaient co-infectés par le VIH. Ils avaient un compte médian de CD4 de 605. Tous étaient sous ARV et 98 % avaient une charge virale complètement supprimée.

Au moment de l'analyse de l'étude pour la présentation de la conférence, 72 participants avaient atteint la fin des huit semaines de traitement par Zepatier; pour 63 d'entre eux, 12 semaines ou plus s'étaient écoulées depuis la fin de leur traitement. Cinquante-neuf de ces individus ont obtenu une réponse virologique soutenue 12 semaines après la fin du traitement (RVS12, considéré comme un remède).

Sur les quatre personnes n'ayant pas obtenu de RVS12, trois avaient été réinfectées par l'hépatite C et une avait connu une rechute virale. Parce que l'étude ne comptait pas la réinfection comme un échec du traitement, cela signifiait que Zepatier guéri 98 % (62 sur 63) des individus. Si l'étude avait considéré la réinfection comme un échec thérapeutique, le taux de guérison aurait été de 94% (59 sur 63).

Il n'y a eu aucun événement indésirable sérieux parmi les participants jugés être liés au traitement par Zepatier.

Les événements indésirables les plus fréquemment observés au cours de l'étude comprenaient le rhume (22%), les troubles gastro-intestinaux (24%), les infections sexuellement transmissibles (24%), la fatigue (17%), l'insomnie (8%) et les diagnostics psychologiques (8%). ) et le vertige (6 %).

http://www.croiconference.org/sessions/ ... al-dahhs-2

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 14 Mar 2018 - 19:54
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22982
Localisation: Hyères
Harvoni également efficace après 8, 12 semaines chez les patients noirs atteints du VHC

Des données récemment publiées ont montré que les résultats du traitement ne différaient pas entre 8 semaines et 12 semaines de Harvoni chez les patients noirs atteints d'hépatite C, contrairement aux recommandations des lignes directrices .

« Nos résultats suggèrent que les cliniciens devraient fortement envisager d' utiliser des cours de 8 semaines de lédipasvir / SOFOSBUVIR chez tous les patients, y compris les patients noirs, qui répondent à d' autres critères d'admissibilité au raccourcissement de leur thérapie, » Julia L. Marcus, PhD, MPH, de la Harvard Medical L'école et Harvard Pilgrim Health Care Institute, Massachusetts, a déclaré HCV Next .

Actuellement, l'étiquetage de la FDA pour Harvoni (ledipasvir / sofosbuvir, Gilead Sciences) et les recommandations cliniques recommandent 12 semaines de traitement pour le génotype 1 chez les patients naïfs de traitement et indiquent qu'un traitement de 8 semaines peut être envisagé chez les patients non cirrhotiques. ne sont pas co-infectés par le VIH et ont un taux d'ARN du VHC inférieur à 6 millions d'UI / mL.

Des révisions récentes des lignes directrices précisent que les patients de race noire devraient recevoir un traitement de 8 semaines de lédipasvir / sofosbuvir. Cependant, selon Marcus et ses collègues, l'ajout de la race comme critère de durée du traitement repose sur des preuves limitées.

Les chercheurs ont examiné les résultats des patients traités par ledipasvir / sofosbuvir entre octobre 2014 et décembre 2016 au sein de Kaiser Permanente Northern California. Parmi les 2 653 patients inclus dans l'étude, 73,8% ont reçu 8 semaines de traitement, 26,2% ont reçu 12 semaines de traitement, 57,9% étaient blancs et 17,3% étaient noirs. Tous les patients étaient admissibles à un cours de 8 semaines, sauf pour la limite recommandée pour les patients noirs.

La réponse virologique soutenue globale était de 96,3% pour les 8 semaines et les 12 semaines. Parmi les patients noirs, les taux de RVS n'étaient pas significativement différents entre 8 semaines et 12 semaines (95,6% contre 95,8%). De même, les chercheurs n'ont observé aucune différence après ajustement pour la race et l'âge.

"Les avantages de traitements plus courts sont des coûts réduits pour les patients et les systèmes de soins de santé, en particulier compte tenu du coût élevé de ces médicaments", a déclaré Marcus. "Traiter plus de patients avec des cycles plus courts permet de traiter globalement un plus grand nombre de patients."

Marcus JL, et al. Clin Gastroenterol Hepatol . 2018; doi: 10.1016 / j.cgh.2018.03.003.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 16 Mar 2018 - 17:47
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22982
Localisation: Hyères
Le sous-type de VHC nouvellement découvert est résistant au traitement antiviral

Un sous-type de génotype 1 du virus de l'hépatite C (VHC) nouvellement découvert abrite de multiples mutations associées à la résistance qui se combinent pour bloquer l'effet thérapeutique des antiviraux à action directe (AAD) inhibiteurs de la NS5A.

Josep Quer, PhD, Laboratoire des maladies hépatiques - Hépatite virale, Institut Recerca-Hospital Universitaria de Vall d'Hébron, Barcelone et ses collègues rapportent l'identification d'un nouveau sous-type de génotype 1 du VHC isolé chez un patient naïf en Guinée équatoriale.

"Ce nouvel isolat a été identifié lors de la classification de routine du virus VHC dans des échantillons de patients en utilisant une méthode de sous-typage du VHC à haute résolution", écrit Quer et ses collègues. "L'analyse phylogénétique, l'analyse de distance génétique et l'analyse glissante de ce génome (GenBank KY348757) ont clairement démontré que notre isolat n'est pas un produit recombinant de différents sous-types et que la distance génétique à la séquence de référence la plus proche est supérieure à 15%.

L'isolat du VHC est non seulement unique en tant que nouveau sous-type du génotype 1, mais aussi pour abriter de multiples substitutions associées à la résistance (RAS), sans exposition apparente à des agents de traitement pouvant provoquer leur manifestation.

Quer et ses collègues soulignent que dans le sous-type 1b, une seule substitution L31V ou Y93H émergeant dans le génome viral a été montré pour augmenter la résistance au daclatasvir (Daklinza) de 15 fois et 12 fois, respectivement. Un virus avec les deux mutations devient 5425 fois plus résistant, selon les enquêteurs.

"L'observation la plus intéressante de notre isolat est que le virus est un transporteur naturel de substitutions L31V et Y93H dans le même génome, ainsi que H / P58S et E62Q, qui ont été associés à différents niveaux de résistance aux traitements basés sur DAA dans d'autres sous-types », ont noté Quer et ses collègues. "D'où ce sous-type peut être résistant aux médicaments inhibiteurs de NS5A."

Dans une évaluation de l'épidémiologie mondiale des sous-types et des SAR du VHC publiée dans le numéroJournal of Hepatology , Neeru Bhardwaj, PhD, chercheur scientifique, Gilead Sciences, Foster City, Californie, et ses collègues soulignent l'importance d'identifier non seulement la prévalence du VHC endémique dans différentes parties du monde, mais aussi la présence des SAR.

"La présence de RAS pour les AAD ciblant NS3, NS5A et NS5B n'a pas été systématiquement évaluée pour tous les sous-types du VHC", ont souligné Bhardwaj et ses collègues.

Les RAS varient selon les sous-types de VHC, ce qui peut affecter les résultats du traitement lorsqu'ils sont présents. Par conséquent, Bhardwaj et ses collègues recommandent que les RAS associés à certains sous-types de VHC soient pris en compte pour optimiser la thérapie DAA.

Quer et ses collègues seraient d'accord, notant que leur découverte n'est que le dernier exemple de certains sous-types de VHC hébergeant naturellement des RAS.

"SVR (réponse virologique soutenue) chez les patients infectés par le VHC peuvent varier en fonction du sous-type viral du patient", ont observé Quer et ses collègues. "Par conséquent, un sous-typage précis du VHC apparaît comme un facteur clé au moment de décider de l'association AAD la plus appropriée pour les patients affectés."

Le rapport « Nouveau sous-type de génotype 1 du virus de l'hépatite C hébergeant naturellement des mutations associées à la résistance aux inhibiteurs de la NS5A » a été publié dans le numéro de janvier du Journal of General Virology .

http://jgv.microbiologyresearch.org/con ... 00996#tab2

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 17 Mar 2018 - 14:13
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22982
Localisation: Hyères
Facteurs de base associés à l'amélioration de la cirrhose décompensée après une thérapie antivirale à action directe contre l'infection par le VHC



http://www.gastrojournal.org/article/S0 ... 0314-7/pdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 18 Mar 2018 - 07:29
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22982
Localisation: Hyères
Analyse coût-efficacité du schéma thérapeutique à l'elbasvir-grazoprévir pour le traitement de l'infection par le virus de l'hépatite C de génotype 1 chez des patients atteints d'insuffisance rénale chronique de stade 4-5 en France




http://journals.plos.org/plosone/articl ... ne.0194329

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 18 Mar 2018 - 13:22
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22982
Localisation: Hyères
Taux élevé de RVS12 avec Glecaprevir / Pibrentasvir de 8 semaines et de 12 semaines: Analyse intégrée des patients infectés par le génotype 1 à 6 du VHC sans cirrhose

Contexte et objectifs :

Glecaprévir plus pibrentasvir (G / P) est un traitement antiviral à action directe (DAA) à action directe, une fois par jour, sans ribavirine, contre l'infection par le virus de l'hépatite C (VHC). Dans neuf essais cliniques de phase 2 ou 3, G / P a obtenu une réponse virologique soutenue 12 semaines après le traitement (RVS12) de 93 à 100% des six principaux génotypes du VHC. Une analyse d'efficacité intégrée du G / P de 8 et 12 semaines chez des patients non cirrhotiques infectés par le VHC GT1-6 a été réalisée.

Méthodes :

Les données ont été regroupées à partir de neuf essais de phases 2 et 3 et comprenaient des patients atteints d'infection chronique par le VHC GT 1, 2, 3, 4, 5 ou 6 sans cirrhose et recevant du G / P (300 mg / 120 mg) pendant 8 ou 12 semaines. Les patients étaient naïfs de traitement ou expérimentés avec le peginterféron, la ribavirine et / ou le sofosbuvir; tous les patients infectés par le VHC de génotype 3 étaient naïfs de traitement. L'efficacité a été évaluée comme le taux de RVS12.

Résultats :

L'analyse a inclus 2041 patients sans cirrhose. Dans la population en intention de traiter, 943/965 (98%) et 1060/1076 (99%) des patients ont obtenu une RVS12 lorsqu'ils ont été traités pendant 8 et 12 semaines, respectivement; la différence de taux n'était pas significative (p = 0,2). Une analyse de sous-groupe a démontré des taux de RVS12> 95% à travers les facteurs de base traditionnellement associés à une efficacité inférieure. G / P a été bien toléré avec un événement indésirable grave lié à l'AAD (<0,1%); Les anomalies de laboratoire de grade 3 étaient rares.

Conclusion :

G / P pendant 8 semaines chez les patients présentant une infection chronique par le VHC GT1-6 sans cirrhose a atteint un taux global de RVS12 de 98% indépendamment des caractéristiques de base du patient ou du virus; 4 semaines supplémentaires de traitement n'ont pas augmenté significativement le taux de RVS12, démontrant que la durée optimale du traitement dans cette population est de 8 semaines.

Récapitulatif :

Dans cette analyse intégrée de neuf essais cliniques, les patients atteints d'une infection chronique par le VHC de génotype 1 à 6 sans cirrhose ont été traités pendant 8 ou 12 semaines avec le régime antiviral à action directe glecaprevir / pibrentasvir (G / P). Les taux de guérison étaient de 98% après 8 semaines de traitement et de 99% après 12 semaines de traitement; la différence de taux n'était pas significative (p = 0,2), et il n'y avait pas de différence significative dans les taux de guérison entre les deux durées de traitement en fonction des caractéristiques initiales du patient ou du virus. Ces résultats, associés à un profil d'innocuité favorable, indiquent que le G / P est un traitement pangénotypique de 8 semaines très efficace et bien toléré pour la majorité des patients atteints d'une infection chronique par le VHC.

http://www.journal-of-hepatology.eu/art ... X/fulltext

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 18 Mar 2018 - 17:57
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22982
Localisation: Hyères
Antiviraux à action directe pour les enfants et les adolescents atteints d'hépatite C chronique

En 2017, la Food and Drug Administration des États-Unis (FDA) et l'Agence européenne des médicaments (EMA) ont approuvé le sofosbuvir et le ledipasvir, une association antivirale à action directe à dose fixe, et le sofosbuvir associé à la ribavirine pour le traitement des adolescents (12- 17 ans) avec l'hépatite chronique C. Des résultats préliminaires sur l'utilisation des AAD chez les patients pédiatriques sont disponibles pour l'association à dose fixe sofosbuvir et ledipasvir chez les enfants âgés de 6-17 ans pour les infections de génotype 1 ou 4; pour l'association sofosbuvir plus ribavirine chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans pour une infection de génotype 2 ou 3; pour l'association fixe d'ombitasvir, de paritaprévir et de ritonavir avec ou sans dasabuvir et avec ou sans ribavirine chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans infectés par le génotype 1 ou 4; et pour l'association de sofosbuvir et de daclatasvir chez les enfants infectés par le génotype 4.

Tous les résultats disponibles ont montré une efficacité positive et des profils d'innocuité favorables des différentes combinaisons d'AAD. Avec l'approbation des nouveaux médicaments, les indications pour le traitement des enfants atteints d'hépatite C chronique ont changé. La thérapie DAA est recommandée pour tous les adolescents âgés de 12 à 17 ans atteints d'une infection chronique par le virus de l'hépatite C, indépendamment des antécédents de traitement et de la sévérité de la maladie. Si et quand les AAD sont approuvés pour les cohortes plus jeunes, tous les enfants de plus de 3 ans infectés par l'hépatite C bénéficieront d'un traitement antiviral.



Gratisovir (Egypte) = Sofosbuvir

https://clinicaltrials.gov/ct2/search



https://jumpshare.com/v/hGKMVrPJF6H8VevkhoaH

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 20 Mar 2018 - 08:57; édité 2 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 19 Mar 2018 - 09:29
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22982
Localisation: Hyères
Projections de modèles sur l'impact du traitement du VHC dans la prévention de la transmission du VHC chez les consommateurs de drogues injectables en Europe



http://www.journal-of-hepatology.eu/art ... 5/fulltext

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 20 Mar 2018 - 08:42
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22982
Localisation: Hyères
Augmentation des taux de carcinome hépatocellulaire conduisant à une transplantation hépatique chez des baby-boomers atteints d'hépatite C chronique, de maladies alcooliques du foie et de maladies hépatiques non alcooliques liées au stéato-hépatite.
Cholankeril G et al. Maladies 2017, 5, 20; doi: 10.3390 / diseases5040020

Résumé

Nous cherchons à étudier l'impact de la génération du baby-boom (BB), une cohorte spécifique à la naissance (née en 1945-1965) sur la transplantation hépatique liée au carcinome hépatocellulaire (HCC) chez des patients atteints du VHC, une maladie hépatique alcoolique (ALD). ), et NASH.
Nous avons effectué une analyse rétrospective à l'aide de la
base de données Réseau de transplantation d'organe (UNOS) / Organ Procurement Transplant Network (OPTN) de 2003 à 2014 pour comparer les tendances de chirurgie de transplantation hépatique liées au CHC entre deux cohortes - BB et non BB - avec un diagnostic secondaire du VHC, de l'ALD ou de la NASH.

De 2003 à 2014, il y avait un total de 8313 receveurs de greffe du foie pour l'indication du CHC secondaire au VHC, à l'ALD ou à la NASH. Sur ce total, 6658 (80,1%) receveurs de greffe de foie liés au CHC étaient des BB. Le nombre de chirurgies de transplantation hépatique pour l'indication de CHC a augmenté de manière significative dans NASH (+ 1327%), HCV (+ 382%) et ALD (+ 286%) au cours de la période d'étude. La proportion de BB ayant subi une LT pour un CHC était la plus élevée dans le VHC (84,7%), suivie par la NASH (70,3%) et l'ALD (64,7%). Les recommandations pour le dépistage du VHC spécifique à la naissance découlent d'une meilleure compréhension de la forte prévalence du CHC chronique et du CHC lié au VHC au sein de BB.

Contexte et objectifs

La NASH est une étiologie en croissance rapide de la maladie hépatique en phase terminale aux États-Unis. Les tendances temporelles et les résultats de la transplantation hépatique liée à la NASH (LT) aux États-Unis ont été étudiés.

Méthodes

Une étude de cohorte rétrospective utilisant la base de données 2003-2014 du Réseau uni pour le partage d'organes et l'approvisionnement et la transplantation d'organes (UNOS / OPTN) a été menée pour évaluer la fréquence de la LT liée à la NASH. La survie post-transplantation spécifique à l'étiologie a été évaluée avec les méthodes de Kaplan-Meier et les modèles à risques proportionnels de Cox multivariés.

Résultats

Dans l'ensemble, 63 061 patients adultes ont subi une LT de 2003 à 2014, dont 20 782 VHC (32,96%), 9470 ALD (15,02%) et 8262 NASH (13,11%). La NASH a dépassé ALD et est devenue la deuxième indication principale pour LT à partir de 2008, représentant 17,38% de LT en 2014. De 2003 à 2014, le nombre de LT secondaire à NASH a augmenté de 162%, tandis que LT secondaire à HCV a augmenté de 33% et ALD a augmenté de 55%. En raison de la résurgence de l'ALD, la croissance de la NASH et de l'ALD était comparable entre 2008 et 2014 (NASH + 50,15% contre ALD + 41,87%). La survie post-transplantation dans la NASH était significativement plus élevée par rapport au VHC (survie à 5 ans: NASH - 77,81%, IC à 95% 76,37-79,25 vs VHC - 72,15%, IC à 95% 71,37-72,93, P / 0,001). Dans le modèle à risques proportionnels multivariés de Cox, la NASH a démontré
survie post-transplantation plus élevée par rapport au VHC (HR 0,75, IC à 95% 0,71-0,79, P \ 0,001).

Conclusions

Actuellement, la NASH est l'indication de LT la plus en croissance rapide aux États-Unis. Malgré la résurgence d'ALD, la NASH reste la deuxième indication principale pour LT.

Commentaire d'expert

Utilisant la Base de données sur les organes et la transplantation des États-Unis, ces deux études rapportent les tendances temporelles sur plus d'une décennie - 2003 à 2014 des étiologies de l'hépatopathie terminale (ESLD) et du HCC conduisant à une transplantation hépatique (LT). Parmi les plus de 60 000 adultes qui ont subi une LT au cours de la période de l'étude, les trois principales étiologies étaient l'infection par le VHC, la NASH ou la maladie alcoolique du foie (ALD). Bien que le VHC ait été l'étiologie prédominante sur la période, l'augmentation de la NASH était significativement plus prononcée (+ 162% sur la période) que pour le VHC ou l'ALD (+ 33% et + 55%, respectivement). Fait intéressant, la survie post-transplantation était significativement meilleure pour la NASH ou l'ALD que pour le VHC. En considérant LT pour HCC lié aux 3 étiologies principales (HCV, NASH et ALD),
Pris ensemble ces résultats

• confirmer le rôle prépondérant du VHC dans les indications de LT, y compris pour le CHC,
• montrer l'augmentation plus rapide de la NASH par rapport aux autres étiologies entre 2003 et 2014,
• suggèrent que, avec un traitement universel contre le VHC et un taux de guérison élevé, l'étiologie du VHC sera bientôt supplantée par l'ALD et encore plus par la NASH,
• souligner le besoin d'augmenter le dépistage, la surveillance et la prévention de la génération des baby-boomers pour l'ALD et, plus important encore, la maladie hépatique en phase terminale liée à la NASH.
Si ces tendances épidémiologiques, montrées aux États-Unis, sont vraies pour d'autres régions du monde, en particulier l'Europe, doit encore être déterminée. Nous pouvons anticiper, de toute façon, que les morbidités liées à la NASH, y compris les complications hépatiques, constitueront un défi émergent et croissant dans la plupart des environnements de soins de santé dans un avenir proche.

Pr François Raffi, Nantes

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,89535713195801 seconds.