Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 26 Oct 2017 - 14:27
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21138
Localisation: Hyères
Résultats de vraie vie pour la première association pangénotypique
Pierre Toulemonde, Toulouse - Bertrand Hanslik, Montpellier



https://www.youtube.com/watch?v=YEJjmTmI_Hs

http://www.cregg.org/site/images/commis ... k_1096.pdf

Traitements de l’hépatite C par AVD : arrêtez les IPPs, c’est l’idéal
Bertrand Hanslik, Montpellier - Carine Chagneau-Derrode, Bordeaux



https://www.youtube.com/watch?v=DJd7JZQ0qVk

http://www.cregg.org/site/images/commis ... u_1163.pdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 27 Oct 2017 - 09:54
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21138
Localisation: Hyères
Quel avenir thérapeutique dans la NASH ?
Patrick Delasalle, Grasse - Bertrand Hanslik, Montpellier



https://www.youtube.com/watch?v=Trl9JyXkto0

Guérir le virus C améliore le diabète
Thierry Fontanges, Bourgoin-Jallieu - Bertrand Hanslik, Montpellier





https://www.youtube.com/watch?v=uH92g-shkR4

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 28 Oct 2017 - 00:44
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21138
Localisation: Hyères
RETOUR SUR AASLD…

La grande messe américaine d’hépatologie s’est donc tenue il y a quelques jours.

Plusieurs milliers de communications ont été présentées.

Pour faire simple, aujourd’hui on peut guérir de l’hépatite C quel que soit le génotype ou la molécule utilisée et même en cas de résistance initiale dans les années à venir ce ne sera plus la tolérance le problème mais la durée du traitement.

Osons un pas de côté…

Les japonais ont présenté leur travail sur le lusutrombopag.

Il y a quelques années c’est le L-trombopag qui avait été mis en avant.

Quand un patient est atteint de cirrhose, son taux de plaquettes est bas ce qui gêne les gestes chirurgicaux voire qui les contre-indique purement et simplement sans transfusions de plaquettes.

Grâce à ce facteur de croissance plaquettaire étudié en phase 2, presque 80% des patients ont pu avoir recours à un geste chirurgical sans transfusion de plaquettes et sans complications. L’amélioration de la prise de risque chirurgical pour les patients cirrhotique est un sujet brûlant.

On est sur le point de découvrir une nouvelle famille de traitement pour l’hépatite B c’est le NVR3-778.

Les résultats ont été présentés par le Dr Yen pour les laboratoires Novira Therapeutics. 44 patients porteurs d’antigéne HBS ont reçu du NVR 3-778 qui est le premier HBV Core inhibitor, c’est-à-dire le premier inhibiteur de capside. La tolérance était très bonne et cette étude qui testait plusieurs dosages possibles a montré une réduction significative de la charge virale de l’hépatite B.

Reste à trouver la bonne dose et le bon mode d’utilisation, en association avec les autres antiviraux?

La NASH fait des ravages chez les enfants.

Le Dr Jeffrey, pédiatre à San Diego a rapporté une étude portant sur 169 enfants d’âge moyen 13,7 ans qui ont été traités par placebo comparé à du bitartrate de cystéamine. Seules les transaminases ont baissé de façon significative mais les contrôles de biopsie était similaire il faut donc poursuivre.

Une communication aurait pu être faite par Claude Francois et s’intituler « magnolia for ever ». Mais c’est une équipe coréenne qui s’est intéressée au magnolia officinal pour lutter contre la NASH.

71 patients porteurs de NASH ont été traités par placebo ou extrait de magnolia. Le contrôle de la stéatose avant et après le traitement par IRM a montré une efficacité en 12 semaines et ce, de façon significative, on attend d’autre études pour confirmer.

Cloclo tu avais raison : magnolia for ever !

http://www.soshepatites.org/retour-sur-aasld/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 28 Oct 2017 - 11:58
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21138
Localisation: Hyères
Patient diabétique : pensez au foie !
Pierre Toulemonde, Toulouse - Thierry Fontanges, Bourgoin-Jallieu



https://www.youtube.com/watch?time_cont ... H1yY4Qu93M

Amélioration du Fibroscan après traitement par AVD : résultats trompeurs ?
Bertrand Hanslik, Montpellier - Pierre Toulemonde, Toulouse



https://www.youtube.com/watch?v=d9jLsf3SuqQ

http://www.cregg.org/site/images/commis ... e_1567.pdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 29 Oct 2017 - 10:58
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21138
Localisation: Hyères
Bezafibrate : confirmation de l’intérêt dans la CBP ursorésistante
Pierre Toulemonde, Toulouse - Bertrand Hanslik, Montpellier



https://www.youtube.com/watch?v=vF1c9EzMixU

http://www.cregg.org/site/images/commis ... k_0071.pdf

CHC avancé : une alternative au sorafenib
Patrick Delasalle, Grasse - Carine Chagneau-Derrode, Bordeaux



https://www.youtube.com/watch?v=my8o7F-OfWc

http://www.cregg.org/site/images/commis ... u_0141.pdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 30 Oct 2017 - 10:07
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21138
Localisation: Hyères
HAI grave : une semaine pour décider
Thierry Fontanges, Bourgoin-Jallieu - Pierre Toulemonde, Toulouse



https://www.youtube.com/watch?v=qiDW52R1Mpk

Thrombopénie du cirrhotique et endoscopie
Thierry Fontanges, Bourgoin-Jallieu - Carine Chagneau-Derrode, Bordeaux



https://www.youtube.com/watch?v=Pb3YZIQPLiM

http://www.cregg.org/site/images/commis ... u_LB01.pdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 31 Oct 2017 - 00:12
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21138
Localisation: Hyères
Foie gras commun après les antiviraux à action directe pour l'hépatite C

WASHINGTON, DC - Des signes de stéatose sont observés chez presque la moitié des patients atteints d'hépatite C qui ont obtenu une réponse virologique soutenue après un traitement avec des antiviraux à action directe, résultats d'une étude prospective.
"Le foie gras est très commun maintenant que l'hépatite C est traitée efficacement", a déclaré Mazen Noureddin, MD, Cedars-Sinai Medical Center à Los Angeles.
Les directives américaines et européennes stipulent qu'un patient peut être libéré des soins en l'absence de cirrhose et d'élévation des enzymes hépatiques, mais "nous voulions voir ce qui se passe après un traitement antiviral à action directe", a-t-il dit.
La stéatose était «très prévalente» dans la population étudiée, «même si les enzymes hépatiques étaient normales», a rapporté le Dr Noureddin à The Liver Meeting 2017.
Le suivi des personnes pour la stéatose après une réponse virologique soutenue n'est pas une pratique courante, at- il déclaré à Medscape Medical News , mais ces résultats suggèrent qu'une surveillance à long terme est justifiée.

Surveillance à long terme nécessaire

Dans leur étude, le Dr Noureddin et ses collègues ont comparé les résultats de l'élastographie transitoire ( FibroScan , Echosens) chez 101 patients - 49 hommes et 52 femmes - avant et après avoir été traités avec des antiviraux à action directe. Après que chaque participant a obtenu une réponse virologique soutenue, les chercheurs ont utilisé le paramètre d'atténuation contrôlée (CAP) pour évaluer la graisse du foie.
L'âge moyen des participants était de 60 ans et l'indice de masse corporelle (IMC) moyen était de 28 kg / m². En outre, 36% des patients étaient blancs, 25% hispaniques et 90% diabétiques. L'infection par l'hépatite C était de génotype 1 chez 86% des patients, de génotype 2 chez 13% et de génotype 4 chez 1%. Les personnes infectées par le génotype 3 ont été exclues de l'analyse car l'étiologie de la stéatose hépatique est différente dans cette population.
Les diminutions étaient significatives dans les taux d'alanine transaminase (ALT) et d'aspartate transaminase (AST) et les scores de fibrose de la ligne de base à l'obtention d'une réponse virologique soutenue ( P <0,05).
Dans la cohorte de l'étude, 48% des patients présentaient des signes de stéatose après traitement, dont 6% avaient une fibrose avancée. Aucun des 52% de patients sans stéatose n'a présenté de signes de fibrose avancée, définie comme un score d'au moins 11 kPa.
Pour les patients présentant une stéatose, le poids n'a pas changé au cours de la période d'étude. Cependant, il y avait des différences significatives entre ces patients et ceux sans stéatose.



"Nous avons besoin de plus de suivi", a déclaré le Dr Noureddin. «Nous avons examiné les patients 8 semaines après le traitement, puis nous suivons les patients longitudinalement pour voir si plus de patients avec un foie gras développent également une fibrose.
L'étude a montré que même après la guérison de l'hépatite C, environ 50% de ces patients présentaient des signes de NAFLD.
"C'est l'une des études les plus importantes présentées lors de cette réunion", a déclaré Naim Alkhouri, MD, du Texas Liver Institute à San Antonio.
"Le traitement de l'infection chronique par l'hépatite C a été révolutionné par l'introduction d'antiviraux à action directe hautement efficaces, avec des taux de guérison de 95% ou plus", a-t-il déclaré à Medscape Medical News . "Cependant, l'étude a montré que même après la guérison de l'hépatite C, environ 50% de ces patients ont présenté des signes de NAFLD, ce qui peut augmenter leur risque de cirrhose du foie et de cancer du foie."

"L'utilisation de FibroScan avec CAP pour évaluer la présence de NAFLD et la progression de la fibrose devrait être envisagée chez les patients guéris de l'hépatite C", a déclaré le Dr Alkhouri.
Dr Noureddin est un conférencier et conseiller pour EchoSense. Le Dr Alkhouri n'a révélé aucune relation financière pertinente
.
The Liver Meeting 2017: Association américaine pour l'étude des maladies du foie (AASLD): Résumé 2155. Présenté le 23 octobre 2017.

https://www.medscape.com/viewarticle/887760

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 31 Oct 2017 - 15:21
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21138
Localisation: Hyères
Les freins du dépistage du VHC
Carine Chagneau-Derrode, Bordeaux - Pierre Toulemonde, Toulouse



https://www.youtube.com/watch?v=DTO805qSg1U

http://www.cregg.org/site/images/commis ... e_1064.pdf

NASH sévère : pensez au cœur !
Bertrand Hanslik, Montpellier - Patrick Delasalle, Grasse



https://www.youtube.com/watch?v=nONoQY-1F4o

http://www.cregg.org/site/images/commis ... e_0060.pdf

Table Ronde
Par toute l'équipe des Minutes du CREGG



https://www.youtube.com/watch?v=P2r9BM2BDso

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 31 Oct 2017 - 22:41
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21138
Localisation: Hyères
STREAGER Analyse intermédiaire: Taux élevé de RVS avec 8 semaines d'Elbasvir / Grazoprevir chez des patients naïfs de traitement ayant une infection par le VHC de génotype 1b et une fibrose F0-F2
Assemblée annuelle 2017 de l'Association américaine pour l'étude des maladies du foie

Résumé des principales conclusions
Dans l'analyse intermédiaire d'un essai ouvert, à un seul bras, de patients non cancéreux naïfs avec une infection chronique par le VHC de génotype 1b, 8 semaines d'elbasvir / grazoprévir ont été associées à un taux de réponse virologique soutenue de quatre vingt dix huit % après 12 semaines ( 51/52)
Profil de sécurité favorable sans effets indésirables de grade 3/4
Les résultats provisoires reflètent des essais cliniques de plus grande envergure car les chercheurs attendent des données définitives de l'ensemble des patients .






_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 31 Oct 2017 - 22:52
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21138
Localisation: Hyères
SWIFT-C: Le traitement par le lédipasvir / sofosbuvir à 8 semaines atteint un taux de RVS12 de 100% chez les patients infectés par le VIH et atteints du VHC de génotype 1 ou 4
Assemblée annuelle 2017 de l'Association américaine pour l'étude des maladies du foie









_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 31 Oct 2017 - 22:56
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21138
Localisation: Hyères
GECCO: Le sofosbuvir / velpatasvir avec ou sans RBV démontre une efficacité élevée chez les patients infectés par le VHC de génotype 3, y compris les cirrhotiques en situation réelle
Assemblée annuelle 2017 de l'Association américaine pour l'étude des maladies du foie








_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.


Dernière édition par fil le 31 Oct 2017 - 23:04; édité 1 fois
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 31 Oct 2017 - 22:58
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21138
Localisation: Hyères
Glecaprévir / Pibrentasvir Innocuité et efficacité chez les patients naïfs de traitement atteints d'une infection par le VHC de génotype 3 avec ou sans cirrhose compensée confirmée dans l'analyse intégrée
Assemblée annuelle 2017 de l'Association américaine pour l'étude des maladies du foie

Analyse intégrée de 7 essais cliniques de phase II / III: ENDURANCE-3, EXPEDITION-2/4, SURVEYOR-2 (parties 1-3) et MAGELLAN-2









_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 10 Nov 2017 - 06:03
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21138
Localisation: Hyères
Ruzasvir combiné, l'uprifosbuvir montre une efficacité pangénotypique du VHC sous-optimale

WASHINGTON - La combinaison du ruzasvir et de l'uprifosbuvir de Merck est corrélée à une efficacité réduite chez les patients atteints du génotype 3 de l'hépatite C avec ou sans cirrhose, selon une présentation faite lors de la réunion sur le foie 2017.

Eric Lawitz, MD, du Texas Health Institute de l'Université du Texas, a présenté des données ouvertes de phase 2 sur l'inhibiteur de la NS5A ruzasvir 180 mg combiné avec l'inhibiteur NS5B, l'uprifosbuvir 450 mg pendant 12 semaines. Il a noté qu'une association avec une dose plus faible de ruzasvir était corrélée à une «efficacité sous-optimale» dans un ensemble de données précédentes .

Les participants admissibles étaient naïfs de tout traitement ou avaient déjà reçu un traitement par interféron avec ou sans ribavirine. Les chercheurs ont inclus des patients avec ou sans cirrhose compensée. La plupart des patients étaient caucasiens, hommes et âgés de 50 ans ou plus.

L'analyse a inclus 267 participants avec le génotype HCV 1 à 4 et une cohorte de 219 participants avec les génotypes 1 à 6. Cela comprenait 47 patients avec le génotype 1a, 28 avec le génotype 1b, 50 avec le génotype 2, 61 avec le génotype 3, 56 avec le génotype 4 , trois avec le génotype 5 et 22 avec le génotype 6.

Le taux global de réponse virologique soutenue était de 90%, selon Lawitz. "Cela inclut huit patients qui ont échoué pour des raisons administratives", a-t-il déclaré. "Le taux de SVR12 modifié est de 92%."

Dix-neuf patients ont rechuté et deux patients ont arrêté en raison d'événements indésirables. "Fait important, 14 des 19 rechuteurs virologiques étaient des patients de génotype 3", a déclaré Lawitz. Trois de ces rechutes présentaient une maladie de génotype 1a. "Il n'y avait pas d'impact sur le génotype 1b, 2, 3, 4, 5 ou 6 sur l'efficacité indépendamment de l'état de la cirrhose ou des substitutions associées à la résistance de base."

Dans l'ensemble, 76% des patients de génotype 3 ont obtenu une RVS. Les patients présentant une résistance à la NS5A présentaient une RVS globale de 74%.

En outre, il n'y avait pas de différence statistique entre les taux de RVS chez les patients atteints de cirrhose et ceux sans cirrhose, selon Lawitz. Cependant, il a noté que le taux chez les patients atteints de cirrhose était de 68% contre 80% chez les patients sans cirrhose.

"En portant notre attention sur la sécurité, les événements indésirables étaient fréquents, mais les événements indésirables liés au médicament étaient rares, à 33%", a-t-il dit, ajoutant qu'il y avait sept événements graves, dont aucun n'a été identifié.

"L'efficacité globale du régime à deux médicaments de ruzasvir 180 mg et de l'uprifosbuvir 450 mg est sous-optimale en tant que régime pangénotypique", a conclu Lawitz. "Il y avait une efficacité inférieure dans le génotype 3. Une efficacité inférieure a été observée à la fois dans la cirrhose et la non-cirrhose. Les substitutions associées à la résistance de base ont représenté un grand nombre, mais pas la totalité, des échecs virologiques. Il y avait un impact potentiel d'un RAS de base Y93. "-

Lawitz E, et al. Résumé 61. Présenté à: The Liver Meeting; 20 au 24 octobre 2017; Washington DC

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 18 Nov 2017 - 19:35
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21138
Localisation: Hyères


http://hepcbc.ca/wp-content/uploads/201 ... Cooper.pdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 19 Nov 2017 - 08:38
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21138
Localisation: Hyères


https://www.med.unc.edu/gi/highimpact_h ... titisB.pdf

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 20 Nov 2017 - 14:52
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21138
Localisation: Hyères
AASLD 2017 jette un nouvel éclairage sur les soins et le traitement de l'hépatite C

Ces dernières années, les scientifiques à la réunion annuelle de l'Association américaine pour l'étude des maladies du foie à Washington, DC, ont présenté des résultats majeurs qui ont révolutionné le traitement et les soins des personnes atteintes du virus de l'hépatite C (VHC).
À ce stade de l'évolution des antiviraux à action directe (AAD) pour le traitement de l'hépatite C, le pipeline pharmaceutique s'est rétréci, en raison de l'efficacité et de la tolérabilité remarquablement élevées des traitements actuellement disponibles, sans compter leurs coûts en baisse. (Ce n'est pas que de tels traitements soient devenus insupportables par n'importe quel effort d'imagination.) Ainsi les présentations d'hépatite C à la réunion de foie , tenue à Washington, DC, du 20 au 24 octobre, étaient moins révolutionnaires et plus soucieux de combler les lacunes, pour ainsi dire, de répondre aux besoins non satisfaits des personnes vivant avec le virus.
À suivre est un résumé des principales conclusions présentées à la conférence. Pour en savoir plus sur l'une des études, cliquez sur les hyperliens.

Traitements :

Gilead Sciences, l'acteur dominant sur le marché des médicaments contre le VHC, a vu de bonnes nouvelles pour son Vosevi récemment approuvé (sofosbuvir / velpatasvir / voxilaprevir), qui a guéri 96 à 98% de ceux qui avaient déjà été traités mais non guéris par les AAD. Ces taux élevés de guérison sont survenus malgré le fait que presque tous les participants à l'étude présentaient des mutations de l'hépatite C associées à la résistance au traitement.
Un autre schéma de Gilead, Harvoni (lédipasvir / sofosbuvir), était sûr et bien toléré chez un petit groupe de 18 personnes atteintes d'insuffisance rénale sévère, ce qui est relativement fréquent chez les personnes atteintes d'hépatite C. Tous ont été guéris de l'hépatite C. passé en revue les dossiers médicaux de plus de 1 500 anciens combattants souffrant d'insuffisance rénale chronique grave (IRC) et de VHC qui ont été traités avec Zepatier de Merck (grazoprévir / elbasvir). Quatre-vingt-dix-sept pour cent de ceux avec le stade 3 CKD et 96 pour cent de ceux avec les stades 4 ou 5 ont été guéris du virus.
Deux études sur le nouveau régime d'AbbVie, Mavyret (glecaprevir / pibrentasvir), ont démontré son efficacité chez les personnes âgées et génotype 3 de l'hépatite C. Résultats regroupés d'essais incluant près de 2 400 personnes traitées, dont 328 personnes âgées de 65 ans et plus , ont constaté que 98% des seniors et 97% des plus jeunes étaient guéris de l'hépatite C. Et dans une analyse de cinq études de Phase II et III de Mavyret chez 570 personnes de génotype 3, considéré comme le plus difficile à traiter, le schéma posologique guéri 95 à 97% des participants.
En ce qui concerne les traitements expérimentaux de l'hépatite C, le régime JNJ-4178 , développé conjointement par Janssen et Achillion, a guéri le VHC chez respectivement 99% et 98% des patients traités pendant seulement six et huit semaines.
Diverses études ont examiné les avantages de guérir l'hépatite C. On a constaté qu'un grand groupe d'individus traités pour le virus alors qu'ils avaient peu ou pas de fibrose hépatique ne présentaient presque aucun signe de problèmes de santé hépatique jusqu'à trois ans plus tard. Les résultats d'une autre étude ont soutenu l'hypothèse selon laquelle le fait de battre le virus aide à prévenir le développement du diabète de type 2 chez les personnes. Une étude a révélé que jusqu'à trois ans après la guérison de l'hépatite C, les personnes ont connu des améliorations sur chaque mesure de la qualité de vie liée à la santé. Et encore une autre étude a révélé que parmi les personnes atteintes de cirrhose et l'hépatite C, le traitement du virus réduit les hospitalisations ainsi que les coûts associés.

Transplantations hépatiques :

Deux études ont examiné les moyens d'élargir les possibilités de transplantation hépatique.
Une étude s'est concentrée sur la pratique chirurgicale courante au Royaume-Uni, mais rare aux Etats-Unis de séparer des foies de donneurs décédés en parties inégales et de donner la plus petite à un enfant et la plus grande à un adulte. Les chercheurs ont estimé que sur les 35 000 foies disponibles pour la transplantation entre 2010 et 2015, environ 1 100 étaient des candidats convenables pour le fractionnement - plus que le nombre d'enfants qui sont morts pendant cette période en attendant une greffe.
Une autre étude a montré que le fait de transplanter des foies provenant de donneurs dont le test est positif pour des gènes viraux est lié à un risque modeste de transmission du virus au receveur, qui peut dans de nombreux cas recevoir un traitement DAA efficace.
Dans un grand centre de transplantation de l'Indiana, 26% des Blancs ont reçu une greffe contre 14% des Noirs, malgré des niveaux similaires de sévérité hépatique. 20 % des Blancs et 31 % des Noirs au centre ont reçu des soins palliatifs ou de soins palliatifs, tandis que 16 et 10 % ont été opérés pour enlever une partie ou la totalité de leurs tumeurs hépatiques.

Dépendance :

Une enquête menée auprès d'environ 200 cliniciens spécialisés en toxicomanie a identifié divers facteurs qu'ils considèrent comme des obstacles au traitement de l'hépatite C chez les personnes recevant un traitement par agoniste opioïde pour la dépendance aux drogues telles que l'héroïne ou les analgésiques sur ordonnance. En identifiant de tels obstacles, y compris de longs délais d'attente pour voir un fournisseur de soins de santé spécialisé et une compagnie d'assurance restreindre les AAD en raison de la consommation de drogues ou d'alcool, les chercheurs espèrent que leurs recherches pourront susciter des solutions connexes.
Les tests positifs pour l'hépatite C par le biais d'un centre de traitement de la toxicomanie peuvent aider les personnes à faire des choix plus sains. Dans une étude réalisée auprès de plus de 500 Canadiens diagnostiqués dans ce contexte, environ 50% de plus ont déclaré diminuer de façon significative leur consommation d'opioïdes non prescrits, de benzodiazépines (comme Xanax), de cocaïne et d'autres substances. .

Cancer du foie :

Opdivo de Bristol-Myers Squibb (nivolumab), qui aide le système immunitaire à lutter contre le cancer, a fait reculer les tumeurs du cancer du foie ou stabiliser la maladie chez plus de la moitié des 262 personnes ayant reçu le traitement. La durée de survie globale médiane était de 15 mois.
Dans une étude portant sur des personnes infectées par le virus de l'hépatite B (VHB), 3% de ceux qui prenaient quotidiennement de l'aspirine et 6% de ceux qui n'avaient pas développé de cancer du foie sur une période de cinq ans. Après avoir contrôlé les données pour divers facteurs, les chercheurs ont conclu que le traitement quotidien par l'aspirine était associé à un taux de cancer du foie inférieur de 47% dans ce groupe.

https://www.hepmag.com/article/major-li ... -treatment

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 21 Nov 2017 - 13:43
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 21138
Localisation: Hyères
Comment les nouvelles données de l'AASLD 2017 mettent en lumière les avantages cliniques des AAD du VHC
Jordan J. Feld, MD, MPH

Pour la première fois depuis plusieurs années, nous n'avons pas vu la présentation des données dramatiques des essais de phase III des thérapies émergentes du VHC expérimental à la réunion de l'Association américaine pour l'étude des maladies du foie (AASLD). Ce que nous avons appris, c'est que nous avons probablement maintenant le complément complet d'antiviraux à action directe (AAD) et, malheureusement, que certains schémas relativement prometteurs qui étaient en développement clinique sont peu susceptibles d'être utilisés en clinique.
Ce qui a émergé à la réunion étaient plusieurs études qui ont fourni des preuves cruciales que le traitement avec les AAD conduit à des avantages cliniques importants pour les patients infectés par le VHC . Bien que ces types d'études puissent sembler imprévisibles, il est essentiel que les payeurs, les décideurs et les cliniciens soient convaincus que les traitements actuels contre le VHC sont associés aux bienfaits escomptés.

La thérapie DAA et le risque de mortalité et de CHC

Lorsque nous traitons des patients, notre objectif est toujours d'améliorer et de prolonger la vie; Cependant, la plupart des études sur le traitement du VHC ne sont pas alimentées par la survie. En tant que tel, nous comptons sur des cohortes du monde réel pour démontrer cet avantage. Il a fallu plusieurs années pour démontrer les avantages de la thérapie à base d'interféron, mais des études décisives ont montré un bénéfice dans la mortalité liée au foie et toutes causes chez les patients ayant reçu un traitement et ayant obtenu une réponse virologique soutenue (RVS).
Malgré la force de l'association entre la RVS et le résultat, certains se sont demandé s'il était possible que la RVS soit simplement un marqueur du bon pronostic de la maladie hépatique. Il était donc important de démontrer l'association entre la RVS et les résultats lorsque le traitement du VHC est entré dans l'ère de l'AAD.
Plusieurs études présentées à la réunion de l'AASLD ont évalué les avantages cliniques de la RVS après un traitement par AAD. Une étude de cohorte observationnelle de l'ANRS en France a évalué les effets à court terme des AAD sur le risque de mortalité, comparant 6460 patients infectés par le VHC ayant reçu un traitement DAA à 2835 patients infectés par le VHC n'ayant pas reçu de traitement DAA. Le suivi médian était de 24 mois. L'utilisation de la probabilité inverse de pondération du traitement (IPTW) pour garantir que les patients de chaque groupe d'étude étaient similaires était essentielle à cette étude.
Comparativement aux patients qui n'ont pas reçu de traitement par DAA, les patients ayant reçu un traitement par AAD présentaient une mortalité toutes causes confondues, avec une HR ajustée de 0,65 (une réduction de 35% du risque). Fait important, cette réduction du risque a été observée à seulement 2 ans après le traitement.
Des données similaires ont émergé dans une grande étude de cohorte rétrospective du système de santé VA , qui a évalué la relation entre la RVS et le carcinome hépatocellulaire (CHC) chez 62 354 patients ayant reçu un traitement antiviral VHC entre 1999 et 2015. Chez les patients traités par AAD ou interféron traitement, la RVS a été associée à une réduction marquée du risque de CHC par rapport à l'absence de RVS (RVS avec un régime DAA a été associée à une diminution de 71% du risque de CHC). Cette réduction du risque a été observée indépendamment du statut de la cirrhose. Fait intéressant, la FC ajustée pour le CHC était similaire si les patients avaient obtenu une RVS avec interféron (0,32) ou AAD (0,29).
Une autre étude de l'AV évaluait le risque de mortalité chez les patients atteints d'hépatite C qui avaient une maladie hépatique chronique avancée (N = 15 059). Il est important de noter que les patients ayant obtenu une RVS avaient un risque de mortalité réduit de 79% et un risque réduit de 85% de CHC.

Points à retenir

Ces données nous donnent collectivement plus de confiance que les AAD respectent leur promesse - que le traitement des patients infectés par le VHC réduit en fait leur risque de décès et de cancer du foie, même chez les cirrhotiques. Ceci est particulièrement important compte tenu de la controverse qui a été soulevée au sujet d'une association possible du cancer avec les AAD. Alors que nous continuons à accumuler des données, nous espérons étendre le traitement pour atteindre l'objectif de l'Organisation mondiale de la santé d'éliminer l'hépatite virale de 65% d'ici 2030. Ces données suggèrent que nous sommes sur la bonne voie.

https://www.clinicaloptions.com/Hepatitis.aspx

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,81440401077271 seconds.