Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 02 Août 2017 - 16:26
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 20795
Localisation: Hyères
Sida, où en est la recherche ?

L'une des plus grandes conférence internationale de recherches sur le sida s'est tenue cette semaine à Paris. Un rendez-vous de 6000 scientifiques pour faire le point sur la lutte contre le VIH, découvert il y a 34 ans. Aujourd'hui, il continue de tuer, et toutes les 17 secondes, une nouvelle personne est infectée par ce virus qui détruit le système immunitaire. Mais la recherche avance, et si la fin du sida n'est pas pour demain, c'est désormais un objectif possible.

http://info.arte.tv/fr/sida-ou-en-est-la-recherche

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 03 Août 2017 - 18:33
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 20795
Localisation: Hyères
Les décisions des Etats-Unis relatives au financement de PEPFAR en 2017 auront des répercussions majeures sur la réalisation des objectifs 90-90-90



Un retrait des financements des Etats-Unis alloués au traitement et à la prévention du VIH en Afrique subsaharienne pourrait conduire à 7,9 millions d’infections au VIH supplémentaires et à près de 300 000 décès dus au SIDA d’ici à 2030. Ce sont les conclusions d’une modélisation de l’impact des financements américains effectuée par Imperial College à Londres et présentée la semaine dernière au 9ème congrès scientifique du VIH de la Société International du SIDA (IAS 2017) à Paris.

En tant que plus gros donateur mondial au Fonds Mondial de Lutte contre le SIDA, la tuberculose et le Paludisme et plus gros donateur bilatéral grâce au Plan d’urgence du président des Etats-Unis pour la lutte contre le SIDA (PEPFAR), la riposte mondiale au SIDA repose sur les financements octroyés par le gouvernement des Etats-Unis.

A ce jour les Etats-Unis ont versé 70 milliards de dollars dans le cadre des programmes bilatéraux et multilatéraux de lutte contre le VIH. Mais, dans les propositions budgétaires proposées plus tôt cette année, la nouvelle administration de Donald Trump a proposé de réduire d’un tiers la taille du budget d’aide internationale, et de réduire les contributions au PEPFAR de plus de 6 milliards de dollars à 5 milliards de dollars dans le budget de 2018.

Pour étudier les répercussions possibles de ce nouveau budget et pour montrer quel a été l’impact des financements américains sur la trajectoire de l’épidémie du VIH dans 18 pays d’Afrique subsaharienne représentant 80% du fardeau du VIH, des chercheurs de l’Imperial College à Londres ont développé un modèle explorant les relations entre le programme de financement du traitement et de la prévention, et les nouvelles infections au VIH et les décès.

A partir de l’an 2000, le modèle a montré que l’absence de financement américain et l’absence du Fonds mondial, qui, ont assumé les chercheurs, n’aurait pas existé sans le soutien des Etats-Unis, auraient entrainé environ 4 millions d’infections supplémentaires et 5 millions de décès supplémentaires dus au SIDA avant 2016.

Dans le pire des cas, lorsque les contributions américaines sont retirés du Fonds mondial et des programmes de PEPFAR, près de 7,9 millions d’infections au VIH supplémentaires et environ 300 000 décès supplémentaires dus au SIDA pourraient survenir d’ici à 2030.

La modélisation montre également que le maintien des financements aux niveaux actuels conduira à une stagnation du pourcentage de personnes séropositives se trouvant sous traitement et avec une charge virale indétectable. Par contre, si l’expansion des financements américains s’accompagnait d’une augmentation des financements nationaux et d’une allocation plus efficace des fonds dans chaque pays, des progrès rapides vers l’objectif 90-90-90 pourraient être réalisés.

http://www.aidsmap.com/page/3162804#item3162805

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,73277497291565 seconds.