Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message: Drogues : nouvelles recherches, nouveaux produits…  MessagePosté le: 12 Jan 2017 - 11:55
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 20813
Localisation: Hyères
Drogues : nouvelles recherches, nouveaux produits… et nouveaux risques

Au cours de l’année passée et en ce début 2017, on a pu voir passer pas mal d’infos et de recherches sur la plus vieille technique de modification cognitive, à savoir la prise de drogues ! Au premier plan, bien sûr, la légalisation du cannabis récréatif dans certains Etats américains. Une régularisation très incertaine encore pour l’instant, puisque Donald Trump a nommé comme Attorney général (l’équivalent de notre ministre de la Justice) un prohibitionniste notoire, Jeff Sessions, quelqu’un qui a déclaré notamment qu’il pensait que les gens du Ku Klux Klan étaient OK… jusqu’au jour où il s’est rendu compte que eux aussi fumaient de l’herbe. Mais au-delà des aspects politiques, c’est une nouvelle réflexion qui se fait jour sur l’usage des drogues : de nouvelles découvertes, mais également de nouveaux dangers, qui nous forcent à repenser l’impact de la chimie sur notre cerveau.

Des barbituriques aux « smart drugs »

Chaque génération a la drogue qu’elle mérite clame l’historien Cody Delistraty dans la revue Aeon. Ainsi, selon lui, les années 50 ont vu l’avènement des barbituriques, lié à la condition des femmes au foyer « dépressives » et « enfermées » à l’époque dans un quotidien aliénant. Les sixties, on s’en doute, ont été marquées par l’explosion du LSD et des psychédéliques. Les années 70, plus sombres, ont vu se multiplier l’usage de l’héroïne. Les années 80, celles du fric et de la réussite, voient une explosion de la cocaïne. Quant à aujourd’hui, ce sont les smart drugs comme la Ritaline, qui accroissent la concentration et l’attention, qui tiennent le haut du pavé.

L’idée d’une interaction entre la culture d’une période et l’usage des drogues n’est pas neuve. Dans les années 60, beaucoup ont vu dans le LSD une réponse à la bombe atomique. D’autres ont plutôt considéré la vogue psychédélique comme l’entrée dans l’ère multimédia prophétisée par Marshall McLuhan, un moyen pour chacun de comprendre et gérer l’explosion d’informations. Lorsqu’en 1965 Steward Brand organise le « Trips Festival », premier festival de rock psychédélique, dans le but de recréer l’expérience de la drogue de manière non chimique, il définit le trip à l’acide comme une « expérience électronique ».

Mais Cody Delistraty va plus loin, en suggérant que ce n’est peut-être pas uniquement la culture qui influence l’usage de psychotropes. Le mouvement peut être inverse : « parfois, plutôt qu’utiliser des drogues pour répondre à des questions culturelles, ce sont des problèmes culturels qui sont fabriqués pour vendre des produits préexistants. »

Ainsi, se demande-t-il, est-ce parce que la femme au foyer des années 50 était déprimée qu’on a assisté à une explosion des barbituriques ? Ne serait-ce pas plutôt parce que ces derniers étaient présents sur le marché qu’on en est venu à définir cette population « cible » comme déprimée ? Citant Henry Cowles, un professeur d’histoire de la médecine à Harvard : « ces produits ont été créés en ayant à l’esprit différentes sous-populations et ils finissent par rendre possible un nouveau type de ménagère ou un nouveau type de femme au travail, qui est traitée chimiquement pour permettre ce style de vie spécifique ». Autre exemple, selon Cody Delistraty, le déficit de l’attention, qui a connu une sévère augmentation des diagnostics à partir du moment où les produits servant à le traiter ont été massivement disponibles.

On ne serait donc pas confronté à un mouvement unilatéral, mais à une boucle de rétroaction : « la causalité est complexe, mais ce qui est clair, c’est qu’elle va dans les deux sens : les drogues «répondent» aux questions culturelles et permettent à des cultures d’être créées autour d’elles. »

Les nouvelles drogues mortelles

Évidemment, les choses ne sont pas aussi simples qu’une drogue par génération. A différentes populations, différents psychotropes. Si effectivement, les « smart drugs » connaissent un boum auprès des étudiants et d’autres professions exigeant une attention accrue, les substances qui ont fait parler le plus d’elles cette année sont les opioïdes antidouleurs. Le plus connu est le Fentanyl, un analgésique qui selon Slate.fr, est 100 fois plus puissant que la morphine et 50 fois plus que l’héroïne. Certains l’obtiennent par la voie légale, au risque de se retrouver accros « à l’insu de leur plein gré ». D’autres se le procurent dans la rue. D’après Inverse, Prince aurait consommé une des ces versions illégales, fabriquées en Chine, et peut-être en ignorant ce qu’elles contenaient. Les pilules découvertes lors de son décès avaient en effet l’apparence d’un cocktail de médicaments moins offensif, celui que Prince pensait sans doute utiliser pour soigner ses douleurs à la hanche.

Le problème aujourd’hui, c’est que les autorités américaines, en se lançant dans une législation plus stricte sur l’usage légal de ces produits, a pour conséquence de précipiter les usagers vers sa production illégale, les poussant à se fournir auprès des dealers, voire à remplacer leur médication habituelle par de l’héroïne.

Selon le New Scientist, il se produit actuellement une épidémie d’overdose par ces opiacés « médicaux », augmentant les taux de mortalité chez les jeunes adultes blancs dans des proportions qui n’ont pas été observés depuis l’épidémie de Sida.

Fait nouveau, cette épidémie ne touche pas les populations afro-américaines et hispaniques, dont la mortalité par overdose a, elle, baissée depuis 1999. Le New Scientist cite une hypothèse étonnante pour expliquer cette disparité. Ces populations auraient été épargnées… à cause de la discrimination ! Les médecins auraient en effet hésité à prescrire des opioïdes à de tels patients, à cause de la réputation de « drogués » qui leur colle à la peau. De fait, c’est dans l’Ohio, pays de « cols bleus » à majorité blanche, que l’épidémie a fait le plus de morts. Selon une étude de 2014, c’est dans cet Etat que se sont produite la plus grande quantité d’overdoses, touchant donc, essentiellement au deux tiers des mâles, et des blancs (à 90 %).

Preuve supplémentaire que l’usage des opiacés ne touche pas essentiellement les grandes métropoles, mais les populations plus rurales, une étude présentée par Science Daily mentionne une augmentation, dans les régions peu urbanisées, de nouveau-nés souffrant dès la naissance d’un syndrome de manque.



Le renouveau psychédélique

L’année a été marquée aussi par des travaux moins tapageurs sur les drogues psychédéliques, comme le LSD, les champignons hallucinogènes ou l’Ayahuasca. Après environ un demi-siècle d’interruptions des recherches, suite à l’explosion de la contre-culture hippie et à la panique qui s’en est suivie, les études universitaires ont doucement repris au cours de cette dernière décennie, et, bien souvent, elles redécouvrent des idées qui avaient déjà été formulées au cours des années 60. Ainsi, nous apprend Inverse, un neuroscientifique, David Nutt, a découvert que « le LSD nous redonne l’esprit d’un enfant ». C’était déjà une chose que des pionniers comme Timothy Leary et John Lilly avaient intuitivement constaté, suggérant même que la drogue en question était une « métaprogrammatrice », nous ramenant à un stade où les connexions de notre cerveau n’étaient pas encore figées par notre état adulte, avec pour conséquence la possibilité de reprogrammer notre structure neurologique. Mais cette fois, en 2016, David Nutt et son équipe ont utilisé toute la technologie disponible comme l’IRM ou la magnétoencéphalographie pour étudier le cerveau des patients sous trip.

Première constatation, le comportement du cortex visuel change : ce dernier communique beaucoup plus que d’habitude avec les autres parties du cerveau, ce qui peut expliquer le côté hallucinogène du LSD. Ensuite, et c’est le plus intéressant : les sujets, nous dit Inverse semblent posséder un « cerveau intégré et unifié » similaire « à la nature hyper-émotionnelle et imaginative de l’esprit d’un enfant ». C’est précisément cet aspect qui permet l’usage du LSD en psychothérapie, plus que ses effets hallucinogènes (très exagérés de toute façon).

Une autre étude, menée par Roland Griffiths, a montré que l’usage thérapeutique des « champignons magiques » pouvait fortement alléger l’angoisse des patients atteints d’un cancer. Là aussi, c’est une redécouverte. L’usage de psychédéliques pour faciliter le processus de fin de vie était aussi constaté dans les années 60. Aldous Huxley lui-même, comme le raconte sa femme Laura dans le livre Moksha (compilation de textes d’Huxley sur ses expériences psychédéliques) a pris une dose de LSD alors qu’il sentait sa mort venir.

Mais le voyage psychédélique n’est pas toujours une promenade d’agrément. Le « bad trip », un événement cauchemardesque et angoissant, est toujours à l’affût. Roland Griffiths, encore lui, a effectué un vaste sondage sur près de 2000 usagers de la Psilocybine, leur demandant de relater leur pire expérience. Selon ce sondage, 10,7 % des usagers ont avoué s’être trouvés physiquement en danger, ou avoir mis en danger autrui. 2,6 % auraient fait montre d’agressivité, et 2,7 % auraient recherché l’aide d’un médecin. 5 participants auraient développé des tendances dépressives, voire suicidaires, durant leur « voyage », mais six autres auraient affirmé que leur propension à l’anxiété et à la dépression aurait disparu suite à cette terrible expérience. Griffiths précise cependant que dans ses propres expérimentations,les impacts négatifs ont été extrêmement peu nombreux. Mais les sujets avaient auparavant été testés pour voir s’ils étaient susceptibles de mal réagir au produit, et surtout les sessions se déroulaient dans un environnement confortable et chaleureux.

Griffiths d’ailleurs n’aime pas beaucoup l’expression « bad trip » qu’il trouve trop imprécise :



Mais tout le monde ne prend pas ces produits dans un environnement optimal et pour ceux qui se retrouvent psychologiquement brisés après avoir vécu une telle aventure, la ville de New York s’apprête à accueillir un « sanctuaire psychédélique » permettant à ces malheureux expérimentateurs de surmonter leur traumatisme, nous apprend le New Scientist. Sous la houlette d’une équipe composée de psychologues cliniciens, de chercheurs en substances psychédéliques et d’un médecin, s’y dérouleront des cours de yoga et de méditation, ainsi que, probablement, des thérapies de groupe. Mais là encore, précise la revue, il faut faire attention : selon Elias Dakwar, psychologue clinicien de l’université Columbia, certaines personnes peuvent voir leur état empirer si on leur demande de se rappeler leur mauvaise – pardon, difficile ! – expérience psychédélique. Il est donc important pour les professionnels travaillant dans ce sanctuaire de repérer qui sera en mesure ou non de bénéficier des séances de thérapie. Le centre se penchera également sur les effets à long terme de l’Ibogaïne et de l’Ayahuasca, deux substances encore mal connues, qui exercent en ce moment une considérable attraction chez les amateurs de psychédéliques.

En fait, il est assez difficile aujourd’hui de trouver une drogue qui pourrait à elle seule, symboliser le climat de notre époque. La multiplication des psychotropes, avec des effets si radicalement différents, du soulagement de la douleur des opiacés à l’attention augmentée de la ritaline, en passant par l’expérience mystique ou thérapeutique propre aux psychédéliques, nous montre peut-être que, plus que jamais, notre société est en voie de se fracturer une multitude de sous-cultures différentes.

Rémi Sussan

http://www.internetactu.net/2017/01/11/ ... x-risques/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Drogues : nouvelles recherches, nouveaux produits…  MessagePosté le: 12 Jan 2017 - 12:14
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 20813
Localisation: Hyères
Vingt ans de réponse pénale à l’usage de stupéfiants

À l’image de l’UNGASS 2016, le consensus international autour de la «guerre à la drogue» semble affaibli, même si le paradigme prohibitionniste reste le référentiel dominant. En France, la loi de 1970 continue de faire débat, bien que toutes les propositions de réforme, d’initiative parlementaire ou intragouvernementale, soient restées sans suite.

http://vih.org/20170104/vingt-ans-repon ... nts/138911

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
lolanice
Sujet du message: Drogues : nouvelles recherches, nouveaux produits…  MessagePosté le: 15 Jan 2017 - 07:57
Potô du site


Inscrit le: 13 Fév 2010
Messages: 5666

http://leplus.nouvelobs.com/contributio ... ation.html via @LePlus

Sujet où la France a juste quelques décennies de retard, sujet tabou, vive le pinard ( et l'industrie pharmaceutique ... ) ! Rolling Eyes

_________________
vhc détecté 87/88 / Géno 4/ F2
TTT interferon/riba mai 2009/ mai 2010. Guérie, le 1er fut le bon mais l'after difficile
"Celui qui n'essaie pas ne se trompe qu'une seule fois"
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
kiki34
Sujet du message: Drogues : nouvelles recherches, nouveaux produits…  MessagePosté le: 16 Jan 2017 - 10:05
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 05 Oct 2012
Messages: 875

Tiens, une conn* de pharmacienne m'a dit que les stylnox allez être classé (je ne me rappelle plus du terme) mais faudra aller chez les flics faire tamponner l'ordonnance

_________________
Géno 1a. F4/ Bi en 2010, et tri (Incivo) 2011 sur 13 mois
SODA 12s terminé le 14 décembre 2014
15 mois post ttt =indétéctable
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message: Drogues : nouvelles recherches, nouveaux produits…  MessagePosté le: 16 Jan 2017 - 10:14
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 20813
Localisation: Hyères
A partir du 10 avril 2017 [1] , les spécialités contenant du zolpidem devront être prescrites sur ordonnance sécurisée. Cette mesure est prise pour limiter le risque d’abus et de détournement, très important avec ce médicament et favoriser son bon usage. Le zolpidem reste inscrit sur la liste I des substances vénéneuses et sa prescription est toujours limitée à 28 jours.

http://ansm.sante.fr/S-informer/Actuali ... nformation

Le somnifère Stilnox bientôt prescrit comme un stupéfiant :

http://www.lemonde.fr/sante/article/201 ... 51302.html

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
kiki34
Sujet du message:   MessagePosté le: 16 Jan 2017 - 11:15
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 05 Oct 2012
Messages: 875

Merci pour le lien fil Wink

Perso, je prend des somnifères depuis 1995, j'ai connu les Rohypnol, et je peut vous assurer que le Stylnox est bioen plus dangereux, un soir, je ne dormais pas depuis 3 ou a nuits, j'ai pris 4 stilnox, le lendemain, je ne me rappelais plus de rien, chose que je n'avais jamais connus avec le Rohypnol

_________________
Géno 1a. F4/ Bi en 2010, et tri (Incivo) 2011 sur 13 mois
SODA 12s terminé le 14 décembre 2014
15 mois post ttt =indétéctable
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 16 Jan 2017 - 13:11
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 20813
Localisation: Hyères
J'en ai pris à petites doses pendant ma trithérapie VHC , pour m'endormir , en avais profité pour demander si il y avait des risques d'accoutumance à ma généraliste , m'avait répondu que non , j'ai changé de généraliste Roll On Floor
je ne prends plus rien depuis pour le sommeil .

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
kiki34
Sujet du message:   MessagePosté le: 16 Jan 2017 - 19:49
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 05 Oct 2012
Messages: 875

Surtout que les dealeurs veulent monté les prix de 23 a 25 € Laughing

Un jour une belle meuf médecin me dit, tu ne paies pas, mais tu passe a la casserole, tiens, ca me fait pensé que ma psy m'a diagnostiquer mythomane

excellent, non Question Laughing Embarassed

_________________
Géno 1a. F4/ Bi en 2010, et tri (Incivo) 2011 sur 13 mois
SODA 12s terminé le 14 décembre 2014
15 mois post ttt =indétéctable
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
lolanice
Sujet du message:   MessagePosté le: 17 Jan 2017 - 07:57
Potô du site


Inscrit le: 13 Fév 2010
Messages: 5666

Oh purée le Stylnox, comme le Xprim ou truc du genre... ça c'est de la drogue !
J'avais une mère d'élève qui tournait à fond à ça, depuis longtemps je la trouvais "à l'ouest" Tirer la langue Shocked ... et un jour on s'est retrouvé à la pharmacie....
Et làj'ai tout compris du coup....
Mais bon, là aussi, faut pas juger, peut être elle en avait vraiment besoin, et que ça aurait été pire sans....
Ou alors c'est juste une patiente lambda, qui écoute et croit son toubib à 100%, et va se retrouver bien accro au fil des mois & années Dubitatif Pas cool
( une cops en a pris 3 semaines, quand elle a arrêté, tremblements etc... super pfff)
En France ça prescrit dur, quand même....
Même les AD devraient être prescrits sur des courtes périodes, alors que quand tu commences à en prendre, tes docs continuent de le prescrire sur DES ANNEES, et parfois même à vie, un peu trop facilement à mon goût.

_________________
vhc détecté 87/88 / Géno 4/ F2
TTT interferon/riba mai 2009/ mai 2010. Guérie, le 1er fut le bon mais l'after difficile
"Celui qui n'essaie pas ne se trompe qu'une seule fois"
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
lolanice
Sujet du message:   MessagePosté le: 17 Jan 2017 - 07:59
Potô du site


Inscrit le: 13 Fév 2010
Messages: 5666

Coucou Kiki le mytho Jester Bisou amical

_________________
vhc détecté 87/88 / Géno 4/ F2
TTT interferon/riba mai 2009/ mai 2010. Guérie, le 1er fut le bon mais l'after difficile
"Celui qui n'essaie pas ne se trompe qu'une seule fois"
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 17 Jan 2017 - 10:21
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 20813
Localisation: Hyères
Restriction des règles de prescription du Zolpidem : une mesure utile mais insuffisante

Un arrêté du Ministère de la Santé du 7 janvier dernier restreint les conditions de prescription d’un hypnotique, le Zolpidem, en lui attribuant une partie du statut appliqué aux stupéfiants : prescription sur ordonnance sécurisée, écriture en toutes lettres, absence de chevauchement sauf mention contraire.

MG Addiction se félicite de cette décision, arguant du fort potentiel addictogène de cette molécule. En effet, nous sommes souvent confrontés à des patients présentant de graves problèmes d’addiction avec des consommations massives de Zolpidem, obtenu parfois au moyen d’ordonnances falsifiées ou sur le marché parallèle. Ce phénomène s’est amplifié suite au renforcement des conditions de prescription d’autres molécules (Flunitrazepam, Clonazepam et Chlorazepate dipotassique) puis du retrait du Flunitrazepam. Bien que le Zolpidem soit plus particulièrement impliqué dans les détournements d’usage et les mésusages, le risque de déplacement vers d’autres médicaments hypnotiques comme le Zopiclone, les benzodiazépines ou vers des substances comme l’alcool, le cannabis ou les opiacés existe. L’arrêté ne visant pas le retrait de la molécule mais le contrôle de la dépendance et du mésusage, ce contrôle aurait pu être étendu à tous les hypnotiques voire à tous les anxiolytiques.

Et les prises en charge non-médicamenteuses?

Les généralistes sont en première ligne face à une demande de somnifères, parfois insistante, souvent posée en fin d’une consultation menée pour un autre motif. L’AMM du Zolpidem et de tous les hypnotiques est l’«insomnie occasionnelle ou transitoire » et leur durée de prescription est limitée à 28 jours. Tout renouvellement de prescription relève donc d’une prise en charge de dépendance aux psychotropes. Elle peut être assurée par le médecin traitant s’il est habitué à ce type de patients et par des généralistes expérimentés en addictologie en lien avec des centres spécialisés (CSAPA, consultation d’addictologie hospitalière, équipes de liaison).

Par ailleurs, le traitement des troubles du sommeil ne saurait se réduire à la prescription d’un médicament. Aussi, nous insistons sur l’importance des prises en charge globales, incluant la prise en compte des co-morbidités psychiatriques et les psychothérapies. Pourquoi ne seraient-elles pas remboursées par l’Assurance-Maladie pour en faciliter l’accès? La formation des médecins, reposant sur l’amélioration des compétences de communication et de prise en charge globale, doit leur permettre d’aborder facilement ce problème avec les patients, de dépister les problèmes de dépendance, de s’en occuper ou de les orienter vers les structures adaptées.

Enfin, la consommation de Zolpidem comme d’autres benzodiazépines est aussi le symptôme d’un monde de plus en plus anxiogène. L’actualité l’illustre au quotidien. Il serait donc illusoire de penser que ces problématiques complexes puissent se régler par un simple renforcement de la règlementation.

http://www.federationaddiction.fr/restr ... uffisante/

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 4 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
kiki34
Sujet du message:   MessagePosté le: 20 Jan 2017 - 21:38
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 05 Oct 2012
Messages: 875

Quelqu'une a connu les M10 (coullou) dans les 80's ?
il n'y a rien sur le net, ca a été interdit en 87 ou 88, c'est peut être pour ca qu'il n'y a pas d'infos dessus, ou je ne me rappelle mal du non ? C'était 5 balles le cachetons, et ca défonçait sévère

C'était le bon temps, j'arrête, je me fais du mal Shocked Laughing

_________________
Géno 1a. F4/ Bi en 2010, et tri (Incivo) 2011 sur 13 mois
SODA 12s terminé le 14 décembre 2014
15 mois post ttt =indétéctable
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
lolanice
Sujet du message:   MessagePosté le: 21 Jan 2017 - 12:55
Potô du site


Inscrit le: 13 Fév 2010
Messages: 5666

Non, inconnu ton truc Kiki...
Et sinon, conduite et cannabis , problème courant même pour fumeurs occasionnels :

http://www.cannabis-actualites.fr/a-par ... -conduire/

_________________
vhc détecté 87/88 / Géno 4/ F2
TTT interferon/riba mai 2009/ mai 2010. Guérie, le 1er fut le bon mais l'after difficile
"Celui qui n'essaie pas ne se trompe qu'une seule fois"
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
kiki34
Sujet du message:   MessagePosté le: 21 Jan 2017 - 17:13
Super Hépatant(e)
Super Hépatant(e)


Inscrit le: 05 Oct 2012
Messages: 875

ca va, je touche pas au cannabis, quand j'étais a l'armée un mec m'avait fait essayé, et ca m'avais pas plus, et avec ses conneries on a été confiné 10 jours et marche de 50 bornes= la misère

edit

j'avais oublié la marche
souvenir

_________________
Géno 1a. F4/ Bi en 2010, et tri (Incivo) 2011 sur 13 mois
SODA 12s terminé le 14 décembre 2014
15 mois post ttt =indétéctable
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
kanibal
Sujet du message:   MessagePosté le: 15 Mai 2017 - 08:32
Potô du site


Inscrit le: 01 Avr 2007
Messages: 3768
Localisation: EN CAMPAGNE
Fait nouveau, cette épidémie ne touche pas les populations afro-américaines et hispaniques, dont la mortalité par overdose a, elle, baissée depuis 1999. Le New Scientist cite une hypothèse étonnante pour expliquer cette disparité. Ces populations auraient été épargnées… à cause de la discrimination ! Les médecins auraient en effet hésité à prescrire des opioïdes à de tels patients, à cause de la réputation de « drogués » qui leur colle à la peau. De fait, c’est dans l’Ohio, pays de « cols bleus » à majorité blanche, que l’épidémie a fait le plus de morts.

Shocked Laughing Shocked Laughing Shocked Laughing

Comme une sorte de revanche ?

De ce que j'ai lu sur le fentanyl, il apparait qu'il aurait été très efficace pour ce qui était produit chez RATIO, mais beaucoup moins depuis qu'il aurait été racheté par TEVA.

Le problème pour les anti-douleurs, c'est de trouver la bonne formule, le bon dosage, le bon cocktail et de savoir comment diminuer puis arrêter les produits une fois que les douleurs ont disparues.

Pour ce qui me concerne, je prends du TRAMADOL (maxi 100 mgrs/jour) pour calmer mes lombalgies et autre sciatique, paralysante ou non. Ensuite, quand cela disparait, il faut se sevrer tranquillement en diminuant les doses.

Faut que je retrouve un bon acupuncpteur

_________________
géno 3a A4/F3/4. ttt d'avril à septembre 2007. tjrs négatif depuis

" Il n'y a d'autre enfer pour l'homme que la bêtise ou la méchanceté de ses semblables".
Sade
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,6576521396637 seconds.