Hépatites et Co-Infections
Partage et entraide
Aux nouveaux inscrits...




Favoris
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
Auteur Message
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 08 Mar 2016 - 11:31
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22996
Localisation: Hyères
SIDA. Le patient zéro n'est pas celui que l'on pensait

On a longtemps cru que Gaëtan Dugas avait introduit le virus du sida aux États-Unis. Une étude génétique montre qu’il n’en est rien.
Une nouvelle étude génétique, communiquée la semaine dernière à l’occasion de la Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections (CROI) à Boston (États-Unis) montre que Gaëtan Dugas, un steward canadien, n’est pas le fameux “patient zéro”, celui qui aurait introduit le VIH aux États-Unis. L'information est rapportée par le magazine scientifique américain Science.
Le journaliste Randy Shilts, dans son best-seller And The Band Played On, paru en 1987, avait contribué à faire de Gaëtan Dugas, mort du sida trois ans auparavant, celui qui avait diffusé le virus aux quatre coins du pays du fait d’une vie sexuelle hyper-active.

Michael Worobey, biologiste moléculaire à l’université d’Arizona à Tucson, a analysé la séquence génétique de souches virales VIH présentes dans des échantillons sanguins collectés en 1978 et 1979 chez des hommes homosexuels et bisexuels dans les villes de San Francisco et New York. Ces séquences ont été comparées à celle du virus contenu dans un échantillon sanguin de Gaëtan Dugas collecté en 1983.

Une épidémie qui remonte aux années 70

On sait que le VIH, virus à ARN, mute chaque fois qu’il se réplique. Cela permet de dresser un arbre phylogénétique et d’estimer le temps qui sépare plusieurs isolats viraux en fonction d’une sorte d’horloge moléculaire. Il ressort du travail de Michael Worobey que l’épidémie américaine de sida remontre aux alentours de 1970 pour la ville de New York et que le virus a atteint San Francisco vers 1975. Dans l’arbre phylogénétique des premiers isolats viraux américains, le génome viral de Gaëtan Dugas se situe entre les deux. Le génome du VIH qu’il hébergeait est proche de celui de souches virales qui circulaient à Haïti, où il s’était rendu en 1977.

Le steward canadien n’est donc pas le premier patient à avoir introduit le VIH aux États-Unis, ni même un de ceux qui ont facilité la diffusion du virus dans ce pays. En d’autres termes, il n’est donc pas le “patient index” des épidémiologistes (le “patient zéro” comme le disent les médias)

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20 ... nsait.html

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
fil
Sujet du message:   MessagePosté le: 25 Mar 2016 - 14:00
Potô du site


Inscrit le: 23 Jl 2005
Messages: 22996
Localisation: Hyères
On obtient des taux de guérison élevés avec le traitement expérimental ravidasvir chez des personnes atteintes du génotype 4 du virus de l’hépatite C

La combinaison de sofosbuvir et du médicament anti-hépatite C expérimental ravidasvir a guéri entre 95 % et 100 % des participants ayant le génotype 4 du virus lors d’un essai clinique de phase avancée, ont rapporté des chercheurs lors de la Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI 2016).

Le génotype 4 compte pour 15 % des cas d’hépatite C à l’échelle mondiale et est le génotype le plus courant dans le Moyen-Orient et certaines parties de l’Afrique.

Cet essai a porté sur 300 participants d’Égypte. Ils étaient majoritairement des hommes et avaient en moyenne 48 ans.

Les participants appartenaient à quatre groupes :
1. personnes jamais traitées sans cirrhose
2. personnes jamais traitées atteintes de cirrhose
3. personnes déjà traitées sans cirrhose
4. personnes déjà traitées atteintes de cirrhose

Les participants des groupes 1, 2 et 3 ont reçu le sofosbuvir et le ravidasvir avec ou sans ribavirine pendant 12 semaines. Les participants du groupe 4 ont reçu le sofosbuvir, le ravidasvir et la ribavirine pendant 12 ou 16 semaines.

Dans les groupes 1, 2 et 3, les taux de guérison allaient de 93 % à 100 %. Dans le groupe 4, soit le plus difficile à traiter des quatre groupes, les participants traités pendant 12 semaines ont connu un taux de guérison de 86 %, mais le taux de guérison a été plus élevé (100 %) parmi les participants traités pendant 16 semaines. L’ajout de la ribavirine n’a pas amélioré les taux de guérison chez les personnes n’ayant pas la cirrhose ou les patients jamais traités auparavant.

Le traitement s’est généralement révélé sans danger et bien toléré. Les effets secondaires les plus courants incluaient maux de tête, inconfort abdominal, fatigue, démangeaisons et diarrhées.

Le ravidasvir plus le sofosbuvir avec ou sans ribavirine « a donné des taux de réponse soutenue élevés » dans cette étude d’envergure sur le traitement sans interféron des personnes atteintes du génotype 4 du virus, ont conclu les chercheurs.

_________________
VIH , diabètique DID
Plusieurs tts dans les dents, entretien ou non, je compte plus, (5 ou 6)
Génotype 1A (Bocéprévien) , traitement terminé début Mai 2013 , RVS12 , 5 ans post-tt OK.
 
 Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un message  
Répondre en citant Revenir en haut
Montrer les messages depuis:     
Sauter vers:  
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent Version imprimable Se connecter pour vérifier ses messages privés Voir le sujet suivant
PNphpBB2 © 2003-2007 
Traduction par : phpBB-fr.com
Page created in 0,75320196151733 seconds.